Blog de Cheikh Yerim Seck

Le 11 mars 1830 était exécuté à Richard-Toll un révolutionnaire sénégalais: DILLE FATIM THIAM COUMBA DIOMBASS

 

Le  11 mars 1830 , il y a 188 ans ,  les troupes coloniales françaises alliées à l’aristocratie locale walo walo exécutaient à Richard-Toll ,le marabout Dille Fatim THIAM Coumba Diombass fait prisonnier après de violents combats sur les berges de la rivière Taouey.

Cinquante ans auparavant en  1776, l’avènement de la révolution toorodo au Fouta avait provoqué un puissant séisme dans toute la Sénégambie.






Le gouvernement théocratique qui y fut  fondé sur des principes du droit coranique par l’Almamy Abdou Khader KANE devint le rêve, le modèle  politique pour tous les partis maraboutiques des royaumes voisins ceddos sénégambiens.

En ce début du XIXeme siècle, une lutte sourde parfois violente opposait la classe maraboutique à l’aristocratie guerrière thiedo .

En 1827, le Baron Roger décrivait ainsi  ces deux classes antagoniques :

  • Celle des marabouts ou lettrés ou  « …dans leurs villages , il existe plus de negres sachant lire et écrire l’arabe, qu’on ne trouverait encore aujourd’hui dans beaucoup de campagne de France, de paysans sachant lire et écrire le français ».
  • Celle des thieddos  « …les seuls ayant des relations avec les européens violents et ivrognes…..et ne participent pas au développement intellectuel et moral de la population…»

Faisant un parallélisme avec la révolution bourgeoise de 1789, le Baron Roger gouverneur du Sénégal en 1822 décrivait  le royaume du Walo « …Ce pays est sous ce rapport au même point que la France à l’époque   ou les communes s’affranchissaient, lorsqu’une classe de citoyens se distinguaient pour sa bonne conduite tandis que la noblesse faisait parade de son ignorance  et du désordre de ses mœurs. »

C’est dans ce contexte, que le marabout  Dille Fatim THIAM Coumba Diombass bijoutier de son état ,soutenu par son mentor  Serigne Koki Ndiaga Isseu DIOP lança une tentative  d’une révolution au  royaume du Walo qui d’après Boubacar Barry était aussi bien religieuse sociale que  politique :

« Révolution religieuse, le mouvement de Diilé concrétisait le triomphe de l’islam au Walo.Le parti des marabouts était devenu si puissant qu’il osait maintenant prendre les armes pour imposer sa religion… »

« Révolution sociale, c’était en effet la première fois qu’un homme de caste mettant en avant l’égalitarisme  musulman, remettait en question la hiérarchie sociale traditionnelle d’ordre et de caste…  »

« Révolution politique, enfin Diilé poussant son analyse jusqu’au bout, ne voyait dans la prise du pouvoir politique que le moyen d’instaurer la société nouvelle dont le regime théocratique du Fouta était l’exemple..»




Déjà  en 1790, comptant sur le soutien de l’état théocratique du Fouta, les marabouts de la contrée voisine du Ndiambour coalisés autour du Serigne Koki Amàdou-Fakhoudia DIOP s’étaient  soulevés contre le Damel Amary Ngoné Ndella FALL. La coalition maraboutique fut écrasée  lors de la bataille à Palo par les ceddo du Damel , le grand père paternel de Lat Dior Ngoné Latyr ,Médoune Sokhna Niane DIOP figurera parmi les marabouts blessés. La répression du Damel, qui suivit, sera féroce, beaucoup des marabouts et talibés capturés seront vendus aux négriers de Gorée pour être déportés au nouveau monde.

Fils et héritier de Amadou-Fakhoudia DIOP, Ndiaga Isseu DIOP reprit le flambeau en tant que Serigne koki  .Après 32 ans de léthargie, il remit sur pied le Daara de Koki fondé par son grand père Matar Ndoumbé DIOP, l’un des premiers grammairiens en arabe du Sénégal .

Il jouissait d’une grande réputation dans la communauté musulmane du Ndiambour et dans tout le Cayor . En plus de sa fonction religieuse, il était détenteur des charges politiques de « serigne Lamb » attribués par le Damel Birima Fatma Thioub FALL,qui lui avait donné en plus en mariage sa nièce la Linguére Guedj Ndack Kany Codou Balla LÔ.

Afin d’élargir ses soutiens politiques Serigne Koki Ndiaga Isseu DIOP contracta plusieurs autres alliances matrimoniales avec des princesses du Cayor .En effet, il épousa la Linguére Dorobé Sokhna Fall Sassoum DIOP, la fille du Beur Gueth la Linguére Seyye Aminata Yela Sakhéwar Fatma DIOP et enfin la sokhna Absa Amadou Sokhna MBACKÉ petite fille de Mame Maharam MBACKE.

Face à ces ambitions démesurées, sommes toutes politiques du Serigne Koki, le Damel Birima Fatma Thioub FALL méfiant préféra nommer au poste de Grand Serigne du Cayor (Khaly) le marabout maure Cheikh Bounama KOUNTA et lui donna en apanage des terres à Ndankh prés de sa capitale Nguiguis .

En 1827, hostile à cette nomination, confiant dans ses forces et de son réseau de clientèle Serigne Koki Ndiaga Isseu «…refuse de se conformer au devoir de sa fonction et proclama la guerre sainte avec pour objectif la destruction de l’ordre établi ».

Face à la rébellion du Serigne Koki ,le Damel Birima Fatma Thioub FALL mobilisa une puissante armée de guerriers thiédos et mena une vigoureuse offensive en direction de la cité religieuse de Koki .Vaincu ,Ndiaga Isseu ira se refugier au village de  Ndimb à la frontière du Walo et du Ndiambour.

Pendant deux ans, de 1827 à 1829 Serigne Koki Ndiaga Isseu DIOP, grâce à un prosélytisme réussit à rallier la majorité des marabouts et musulmans du Walo sous la houlette de son talibé originaire du Diolof ,le bijoutier Diilé Fatim Thiam Coumba Diomboss avec  pour ambition de

s’attaquer au royaume du Walo, miné et affaibli par une guerre civile qui opposait le Brack et le Diawdine Madiaw Khor Aram Bakar  .

A la mort en décembre 1827 du Brack Yérim Mbagnick Tegue Rella MBODJ , le pouvoir échut entre les mains de la Linguére NDieumbeut Fatim Yamar MBODJ, qui cherchait un candidat Brack qui ne lui ferait pas ombrage. Elle jeta son dévolu sur le tedieck (de la branche cadette de Keur Niasse Yatma ) Fara Peinda Adam Sall MBODJ.

Rappelons que Fara Peinda Adam Sall MBODJ pendant longtemps Kaddji ,prince héritier a toujours été disqualifié pour briguer le trône parce que homme de peu de caractère, il ne remplissait pas toutes les conditions requises. Une fois parvenu au pouvoir, il procéda à un changement radical de la cour ,en nommant ses hommes de confiance et en destituant le Premier Ministre le Diawdine Madiaw Khor Aram Bakar DIAW et le chef des armées le Beuckneck-Ndiourbel Biram-Koura DIAGNE ,




Limogé, l’ex Diawdine Madiaw Khor Aram Bakar Diaw assassina à Ndiao, son remplaçant le Diawdine Mandiaye Aissa Ndickou . Condamné à mort suite à ce meurtre par le nouveau Brack ,le Diawdine alla se refugier chez ses amis français du fort de Dagana .

Ce fut le début de la guerre civile, avec la division du royaume en deux parties : l’une composée en grande partie des captifs de la couronne qui soutinrent le Brack ; l’autre bien plus forte parce qu’elle avait pour appui les chefs les plus puissants et presque indépendants de Brack, qui sans approuver la conduite de l’ancien Premier ministre, demandaient le retour à ses prérogatives.
Renforcé d’un nombre important de captifs de la couronne qui avaient suivi le nouveau BeukNéck, le Diawdine partit de Dagana, chassa de Khouma le Brack, Fara Peinda Adam Sall et la Reine Ndjieumbeutt qui se réfugièrent à N’diangué en faisant garder les gués de la Taouey pour arrêter la poursuite du Diawdine. Celui-ci ne put forcer le passage et se contenta de brûler les villages de Khouma, Djidiëry, N’dombo, Ntiago et Témêye, où le Brack avait séjourné au début des hostilités, puis retourna à Dagana.

Une vingtaine de jours plus tard, le Diawdine Madiaw Khor Aram Bakar Diaw avec un commando réussit à franchir la rivière Taouéy par surprise et marcha sur N’diangué, battit le Brack qui s’avançait à sa rencontre et reprit sa marche sur N’dianguë et N’Diao.

Le Brack se retira à N’der, où il reçut des renforts du Béthio et de divers autres chefs, ce qui l’incita à reprendre l’offensive cinq jours après son arrivée à N’der. Franchement battu au sanglant combat de N’Tohla et poursuivi jusqu’à Mall, il n’arrêta sa fuite qu’à Mouye, près de Mërinaghem.

Pour protéger les intérêts du comptoir français de Saint-Louis, le gouverneur Brou entreprit une médiation entre les deux parties protagonistes qui avait presque réussi, malheureusement de graves événements menaçaient le Walo.
« les armes étaient déposées et tout annonçait une sincère réconciliation quand un nouvel ennemi ; cent fois plus formidable, vint tomber subitement à l’improviste sur ce malheureux pays le menaçant d’une guerre d’extermination, bien autrement grave que celle dont elle vient de se relever à peine » relatait monsieur le gouverneur Brou dans une correspondance .

Cette menace fut rapidement mise à exécution si l’on se réfère à ce procès verbal du même gouverneur par sa lettre du 08 Mars 1830 faisant entendre ceci « un troisième ennemi vient d’entrer en lice; un mahdi ou faux prophète, avec une troupe de fanatiques, semble vouloir profiter de ces troubles pour s’emparer du pays de Walo et y établir un gouvernement théocratique ».

A travers le compte rendu suivant le gouverneur nous relate les combats, « accompagné du Prince Serigne Koki Ndiaga Isseu fils de l’ancien roi de koki et appelé par les vœux et les trahisons de tout ceux qui tenaient au maraboutage, il fondit dans le Walo et dévasta sans opposition, les villages si riches et si populeux du Paniefoul (ancienne appellation du Lac du Guiers) . Bien que cette invasion fut formidable, la terreur qu’il inspirait était tel le secret si bien gardé par les complices qu’il avait partout que nous apprîmes son arrivée dans le Walo lorsque ce pays lui était soumis, qu’il menaçait déjà nos établissement, et par l’ordre à tous blancs, jaunes ou noirs de venir se raser et de le reconnaitre comme second Moïse ».

A la tête de 3000 talibés  fanatiques, « Diilé  entra dans le walo ; le Brack voulut lui interdire le passage et se porta à sa rencontre jusqu’à Naéré, où Diilé le battit, et mis son armée en déroute[1] ». Raymond Rousseau narra d’une autre manière  les combats : «Fara Penda Adam Sall, averti un samedi par ses nombreuses vedettes  que Diilé avait quitté Ndimbbe et se dirigeait sur Nder, partit aussitôt de Ndiangué et se heurta, le surlendemain, aux musulmans à Thiarguene. Ils le battirent complètement ; poursuivi et pris par Ndiaga Isseu, disciple de Diilé il se convertit à l’islam, il put s’échapper sous un déguisement et alla se réfugier à Saint-Louis ou le gouverneur le retint ».




Le gouverneur Brou  confirma  la défaite du Brack par ces propos. «  Ces événements se passèrent de sorte que j’appris à la fois l’incendie de l’habitation de Dioukouk, l’évacuation du jardin royal  de Richard Toll, l’envahissement total du Walo et la fuite du roi qui arrivait à Saint-Louis ».

Ayant occupé la village de Ndiangué ,Diillé demanda au chef de village de faire le likham afin qu’il dirigeât la prière, ce qu’il refusât Diilé ordonna son exécution immédiate par décapitation devant la mosquée.

.Encerclé à Khouma le Brack réussit à s’échapper avec la Reine Ndieumbeutt et réunit un conseil du trône à Foss sur les rives du lac de Guiers  à l’issu duquel les esclaves de la couronne demandèrent au Brack de capituler et de se convertir à l’islam.

Ce que refusèrent certains kangames dont le  prince héritier le Briock Mambodj Fanta MBODJ et le Béthio Madiop Rimb DIOP qui préférèrent rejoindre  le Dyawdin Madyaw Khor Aram Bakar, cantonné prés du fort de Dagana et qui jouissait de la supériorité morale de n’avoir pas été vaincu par Diilé et qui disposait de mille deux cents fantassins et trois cents cavaliers.

Les troupes musulmanes coalisées incendièrent des établissements agricoles de la colonie à Richard-Toll ,ce qui poussa le comptoir français de Saint louis à réagir pour sauvegarder ses intérêts. A cet effet le Gouverneur Brou disait : « le pays de Walo est envahi, on a osé porter la main sur un de nos établissements, les autres sont gravement menacés par cette agression directe, notre devoir est tout tracé, je vais agir ».

Un conseil de guerre entre le gouverneur Brou se tint au taata de Dyawdin Madyaw Khor Aram Bakar à Dagana et un plan de bataille fut arrêté entre eux,

Le 11 mars 1830, à l’aube  pendant que Diilé et ses milliers de talibés priaient et récitaient la Wazifa à Mbilor, le gouverneur Brou lança une salve de canonnade sur eux depuis ses navires . « Le gouverneur vint mouiller pendant la nuit devant Mbilor, où se trouvait l’armée du prophète, et commence au point du jour à mitrailler le village ; les gens de Diilé en sortent  immédiatement pour gagner Dagana par la plaine qui se trouve derrière Mbilor ». Pour la circonstance le Gouverneur Brou avait mobilisé la grosse artillerie, « j’avais boulets et mitrailles dans mes canonnades, toutes les armes étaient chargées et chacun à son poste.

Les troupes de Dillé surprises, assaillies refluèrent vers le Dieri ou les attendaient les forces de Diawdine Madyao Khor alliées à celle d’Elimane Boubacar de Dimatt.

Pendant toute cette journée les troupes de Dillé furent décimées par la cavalerie et les fantassins du       Diawdine  qui le battit à Keur Mbaye , à Saftou, à Yakh Saabar , à Goboul et à khouma .Au crépuscule la plus part des talibés cayoriens et du diolof de Diilé qui ne savaient pas nager furent noyés au gué de la Taouey et Dillé fut fait prisonnier.

La coalition des vainqueurs organisa un simulacre de procès et le condamna à mort ,  Il fut conduit au pied d’un grand tamarinier qui se trouve sur la berge à la jonction de la rivière Taouey et du fleuve Sénégal, ou devant une foule immense, il sera exécuté par pendaison.

Au même moment son mentor Serigne Koki Ndiaga Isseu réussit avec quelques de ses soldats à échapper au Gué de la Taouey. « Le Prince Serigne Koki Ndiaga Isseu quoi que grièvement blessé par nous, avait eu le bonheur d’éviter les gens du Walo acharnés à sa poursuite » s’exclamait le Gouverneur Brou.
Le Serigne Koki Ndiaga Isseu Diop trouvera refuge au cap vert à la République lébou, malgré la traque acharnée du Gouverneur Brou à travers des instructions données au commandant de Gorée Hesse, « le courrier venant de Gorée m’a dit qu’il avait rencontré le Serigne Koki à 3 ou 4 lieues du village de Mouitte, il est accompagné de sept cavaliers et se faisait appeler Allioune Gaye. Il parait que les gens de Gandiole se sont déjà mis à sa poursuite et j’espère qu’il ne leur échappera pas. Puisqu’il est proscrit dans le Kayoor, il ne peut pas avoir d’autres intentions que de demander asile à Moctar Chef de Dakar , c’est de ce côté que vous devrez diriger vos recherches ».

Expulsé de Dakar sous la pression du comptoir  de Gorée,Serigne Koki Ndiaga Isseu DIOP finira ses jours en exil à Ndioum au Fouta.

Dans l’histoire du Sénégal, Diilé Fatim Thiam Coumba Diombass devrait  figurer dans le panthéon des héros qui sont célébrés et immortalisés.

Comme les Damels Lat Dior Ngone Latyr DIOP ,Samba Laobé FALL Diilé fut résistant armé  face à la pénétration coloniale, il mourut les armes à la main. L’armée  nationale pourrait attribuer son nom à  une caserne  ou tout autre site militaire.

Face à la société  inégalitaire wolof régie par le système inégalitaire des castes qui figeait et déterminait les fonctions sociales, Dillé fut un grand   révolutionnaire .Au nom des principes d’égalité islamique  , Diilé bien avant les Layénes tenta  d’abolir ce système . Pour cette tentative revolutionnaire  , il devrait être, l’une des icones de la gauche sénégalaise du PS, PIT And JEFF en passant par la LDMPT et une des  permanences de ces partis  aurait pu  être baptisée en son  nom.

Bien avant El Hadj Omar Tall et Maba Diakhou Ba, Diilé Fatim Thiam fut un des premiers missionnaires armés de l’islam dans notre pays .Il porta l’étendard de l’islam et essaya de le faire triompher par l’épée. Il mourut en chahid ,comme un martyr de sa foi sous le coups de ses ennemis mécréants  .

La réhabilitation de cette figure historique qui est Diilé Fatim Thiam, devra faire parti du grand projet de la   réécriture de notre histoire, loin des falsifications coloniales et néocoloniales.

Déjà une rue de la commune de Dagana  porte le nom de Diilé Fatim Thiam, nous espérons qu’avec l’aide des autorités municipales de Richard-Toll et étatiques nous pourrons ériger une stèle commémorative  sur sa tombe  à Khouma que nous avons identifiée.

Le Diawdine Amadou Bakhaw  DIAW President de WaAlo BicEntEnAirE   Association pour la Commémoration du Bicentenaire de la Mise en valeur Agricole  diaogo.nilsen@gmail.com

PS : est l’ancêtre de beaucoup de familles Mbacké Mbacké de Darou Khoudoss de Porokhane et de Darou Mousty

Sources :

  • Boubacar BARRY Le royaume du Waalo le Sénégal avant la conquéte
  • N.S., 2B14,Direction des colonies.Bureau de l’administration au sujet des affaires du walo.Affaire de Mbilor, Saint Louis le 15 Mars 1830.
  • Azan (H.), cit., p. 356.
  • Rousseau (R.), cit., p. 154.
  • N.S., 2B14,Direction des colonies.Bureau de l’administration au sujet des affaires du walo.Affaire de Mbilor, Saint Louis le 15 Mars 1830.

 

 

 

2 Comments

  1. Mr Diaw, felicitations pour votre article riche et detaillé. C est le travail qu on attend d un chercheur de votre Trempe. Comparé à votre precedent article nous ne pouvons que saluer le contenu et le style. Nous vous remercions de la qualité et du style. Avec cet article vous montrez que vous pouvez á nous habituer á un travail digne d’intellectuel.
    Felicitations et Encouragements pour la suite.

  2. Mr Diaw, toutes mes felicitations pour votre contribution de haute teneur intellectuelle. De par cet article vous montrez vraiment les qualites d un chercheur honnete et respectueux, capable de se hisser d elever le debat avec des faits saillants et une Methodologie digne d un vrai chercheur.
    Je salue votre style par comparaison á l article comparu dernierement et qui traitait des caprices des femmes reignantes du Walo.
    Felicitations et Encouragements. Nous sommes des lecteurs Interesses.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR