Blog de Cheikh Yerim Seck

30 milliards de bénéfice: Quand la Senelec suce les consommateurs (Par Daouda Gbaya)

A Paris où il animait une conférence, le 12 janvier dernier, le Directeur général de la Senelec s’auto-glorifiait du fait que sa société ait réalisé un bénéfice de 30 milliards F cfa en 2018. Mouhamadou Makhtar Cissé mettait en exergue la « bonne santé » financière de la société d’électricité « depuis 5 ans ». Mais il ne pouvait en être autrement lorsque la Senelec suce les consommateurs jusqu’à la dernière…goûte de sang.
Au Sénégal, c’est un truisme de dire que l’électricité coûte chère. Très chère même. Malgré l’annonce de la baisse de 10% sur le prix de l’électricité, rien n’a changé. Et ce n’est pas les Sénégalais qui diront le contraire. S’il est vrai que Makhtar Cissé a le mérite d’avoir redressé la Senelec et d’avoir assuré une fourniture correcte du courant, il doit, cependant, avoir le triomphe modeste. Car, la mission d’une entreprise publique n’est pas de faire des bénéfices, mais plutôt d’équilibrer les comptes.
D’ailleurs, quel est le mérite d’avoir fait 30 milliards de bénéfice quand une seule partie de la population s’acquitte sa facture, c’est-à-dire les goorgolus. (les couches défavorisées)? Pourquoi les foyers religieux et les structures de l’Etat ne paient leurs factures d’électricité qui sont plus élevées? Et pourtant, la Senelec n’ose jamais couper le courant à un marabout où à un ministère. Pendant ce temps, le pauvre goorgolus fait les pieds de grue devant les agences de la Senelec pour décrocher un moratoire. Je me souviens d’ailleurs d’un entretien avec un agent de la Senelec alors que je faisais mes travaux de recherches pour mon mémoire dont le sujet portait sur la communication de crise dans les entreprises publiques. A l’époque, notre interlocuteur me confiait ceci: « ce qui plombe la Senelec, c’est les factures impayées des foyers religieux. C’est des milliards de pertes. (…)Chez moi, je refuse d’utiliser certains appareils électroménagers qui consomment trop de courant. Et pourtant, je bénéficie des avantages comme tous les agents de la Senelec ».
Quel est le mérite d’avoir réalisé 30 milliards de bénéfice lorsque beaucoup de villages du Sénégal comme Boyard(Fatick) n’ont pas d’électricité? Notre pays s’est fixé l’objectif d’atteindre l’accès universel à l’électricité en 2025, à travers un programme d’investissement. A cet effet, 1 215 villages ont été identifié pour bénéficier de l’électrification par mini réseaux et 464 localités avec des systèmes solaires individuels. Au décompte, 3.783 villages ont été électrifiés sur la période 2012 à 2016, soit 33% en fin 2016. De 2016 à 2019, le Gouvernement a promis d’atteindre un taux d’électrification rurale de 60 %. Cet objectif a-t-il été atteint? La Senelec et l’Agence sénégalaise d’électrification rurale(ASER) devront nous faire le point. En tous les cas, un pays ne peut aspirer à l’émergence si les populations n’ont pas accès à l’électricité. Et le Dg de la Senelec doit savoir qu’une croissance, pour qu’elle ait un sens, doit avoir un impact sur les populations à travers l’investissement et une baisse conséquente des tarifs. C’est aussi simple que ça!

Daouda Gbaya, journaliste

Daouda Gbaya

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR