Blog de Cheikh Yerim Seck

A l’image du Sénégal, les Lions sont une symphonie inachevée

YERIMPOST.COM Quand on observe le Sénégal, on ne peut pas ne pas être saisi d’une sensation de terrible gâchis. Notre pays est un hub naturel. Situé à une poignée d’heures de l’Europe, il n’est séparé de l’Amérique et de l’Asie que par la frontière naturelle de l’océan. En dépit de ce privilège géographique, nous n’avons toujours pas réussi à positionner ne serait-ce un pavillon national pour desservir les capitales du monde.

L’océan Atlantique borde toute la longueur du pays qui compte parmi les plus beaux sites du moindre. Notre secteur touristique est toutefois entre la maladie grave et la mort clinique.




Nous bénéficions depuis l’indépendance d’une stabilité insolente (zéro coup d’Etat et nulle crise grave) qui ne nous a servi qu’à engranger une aide internationale massive ayant paradoxalement conduit à nous appauvrir chaque année davantage.

Le Sénégal est une démocratie qui fonctionne mais qui n’a jusqu’ici permis, en dépit de deux alternances pacifiques, que de substituer des équipes dirigeantes corrompues et incompétentes à d’autres.

Notre pays a des ressources humaines de qualité aussi bien à l’intérieur que dans la diaspora. Aux postes de décision ont toutefois toujours été placés des politiciens dont le seul mérite est la capacité d’user d’intrigues et de clientélismes pour s’accaparer de sinécures et privilèges.

Tel est le sort, quasi-métaphysique, du Sénégal. Nous avons tous les atouts mais n’en usons aucun pour construire le progrès.

Un peu comme, de l’avis de tous les spécialistes, notre équipe nationale de football avait toutes les cartes en main pour réussir cette Coupe du monde Russie 2018, mais a fini par plonger ses 15 millions de supporters dans la déception et la déprime. C’est ainsi: sur tous les fronts, le Sénégal n’a pas remporté de victoire essentielle depuis 1960. Notre peuple si superstitieux doit oeuvrer à élaguer la guigne qui le plombe.

L’histoire bégaie… A l’image du pays, cette belle génération de Lions a été une symphonie inachevée…




Cheikh Yérim Seck

16 Comments

  1. Comparaison n’est pas raison, il faudrait, au contraire, magnifier la détermination de nos lions qui eux, ont au moins essayé de défendre le drapeau national, ce qui n’est pas le cas de nos responsables politiques toujours prompts à faire le singe.

  2. M SECK vous venez de mettre le doigt là où il le fallait, comme le dit l’adage wolof. Tant que la raison ne guidera pas nos projets et/ou nos entreprises, nous ne vivrons que de déception en déception. Je me demande comment des hommes dotés de raisons peuvent-ils compter sur des déclarations de superstitieux. Le football est comme une science; personne ne peut y évoluer avec des présupposés irrationnels. Arrêtons de croire que la mystique peut nous mener à quelque chose. Tant que nous n’éduquerons pas notre peuple à user de la raison en toute chose, nous ne réussirons rien de grand. Les rendez-vous se ressemblent depuis longtemps, toujours c’est l’échec et un éternel recommencement.

  3. Texte pertinent et on se désole véritablement de ce destin qui mine notre pays. Voilà un pays avec d’importantes ressources mais hélas à voir le décor, c’est désolant. Des villages entiers sont dans la précarité totale et les jeunes sont dans la dèche. C’est à l’image de la RDC avec ses ressources minières mais demeure encore le pays le plus pauvre. Une émission de Cash investigation sur le cobalt congolais renseigne encore du pillage de nos ressources. Au Sénégal, Macky est un pilleur de premier ordre avec les ressources halieutiques cédées gracieusement aux européens et asiatiques, le fer de la Falémé, l’or de Sabadola, les phosphates de Taïba, l’espace aérien avec Air Sénégal de Bonn (un délinquant de premier rang), les autoroutes avec Senac, le ciment aux blancs, le sucre aux blancs, le commerce à AUCHAN, la télévision à Canal, la téléphonie à Orange, ….. Sénégal daal dou dém

  4. Franchement nous devons nous estimer heureux de voir notre équipe national atteindre ce niveau.Qu’avons nous fait pour avoir un football de qualité? Ce pays n’a même pas un stade digne de ce nom,nos clubs ne dépassent jamais les préliminaires des coupes d’Afrique ,si nous parvenons à participer à la coupe du monde c’est simplement un miracle.Notre équipe est à l’image de notre pays:nous ne travaillons pas assez ,et nous voulons être comme les autres.Ce n’est pas possible.Sans la présence des binationaux qui sont nés et formés en France que serait notre équipe?Ce pays a besoin d’une véritable révolution culturelle pour formater autrement les mentalités et l’adapter au monde moderne.Pour cela il nous faut un vrai leader qui a vision quasi mystique à l’image de Paul Kagamé. Cest le seul élément qui nous manque pour transformer notre pays.

  5. C’est bien vrai ! Nous avons des ressources mashallah, mais vous me semblez caresser les citoyens Sénégalais dans le sens du poil en ne mettant pas le doigt PARTOUT là où il faut. Pourquoi cette incapacité à utiliser à bon escient nos atouts, notre potentiel ? Tout est-il de la faute de nos dirigeants ? Et puis, quelqu’un peut-il me dire ce que Kagamé a de plus que Senghor, Diouf, Wade et Sall ? Qu’est-ce que les Rwandais ont de plus que les Sénégalais ? (outre le passage à l’anglais).

    • Myna, Les intellectuels bardés de diplômes qui parasitent les médias sont les fossoyeurs de notre pays. Ils sont les seuls responsables dans tous les secteurs nak. Ils trichent rek

  6. Dans ce tableau sombre, une lueur tout de même : des jeunes des daaras ont remporté des distinctions en récital du Saint Coran. Mouhammad Diallo, Mame Diarra, Maymouna Lo…

    • Nous n’avons pas vraiment besoin de bons parcoeuriseurs de coran…nous avons besoin d’ingénieurs, de professeurs, de scientifiques, de médecins etc…

  7. Le seul défaut qui nous empêche d’être des gagnants dans le monde dans tous les domaines (foot, économie, science) c’est le déficit criard de rigueur dans la liste de nos qualités et vertus.

  8. Mr. Seck. Là ou je ne suis pas d’accord c est quand vous parlez de coup d etat. Guerre civile de negatif. Tant qu un pays ne traverse pas des epreuves ce pays reussira difficilement. Prenez le pays de kagame. Le japon etc…

  9. M. Seck, la remarque est pertinente. c’est la triste réalité qui pour cause beaucoup de facteurs dont nous connaissons tous. Dans ce pays le gain facile règne en maître, le culte de la médiocrité est encouragé, l’éducation négligée, l’indiscipline naturalisée. On utilise à tout bout de champ des slogans et des citations vidés de leurs contenus. sopi, yonu yokute, Sénégal ca kanam, enracinement et ouverture et j’en passe.
    Nous avons tendance à toujours demander des programmes aux politiques candidats à la magistrature suprême. C’est bien d’avoir un programme mais c’est encore mieux de nous proposer un projet de société. En effet on doit savoir le type de société et les types de citoyens qui y seront acteurs et ainsi travailler en conséquence. ce travail aura comme fondement la formation. il nous faut créer une harmonie entre l’éducation et l’instruction, entre la formation professionnelle et les objectifs de développement. ils nous faut adapter et adopter systématiquement ce qui a marché ailleurs. une société humaine se construit, elle ne bricole pas.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR