Blog de Cheikh Yerim Seck

Abdoul Mbaye candidat contre Macky Sall: Quel gâchis !

YERIMPOST.COM Ce 30 septembre 2018, par un discours de 2 tours d’horloge, Abdoul Mbaye a décliné les lignes directrices de sa vision en soutien à sa volonté de briguer les suffrages des Sénégalais en février 2019. Contre Macky Sall dont il fut le Premier ministre du 3 avril 2012 au 1er septembre 2013.




Le scénario est invraisemblable. Abdoul Mbaye avait plus d’une fois martelé, la main sur le coeur, que, « Premier ministre ou pas », il n’allait pas s’opposer à celui qui l’a porté à la tête du gouvernement et qu’il allait, tout au contraire, « l’aider à obtenir un second mandat ».

Le scénario est dramatique. L’ex-banquier de génie nommé à la primature avait plus à construire à l’intérieur du pouvoir qu’à critiquer au sein de l’opposition. Car, selon les témoignages unanimes de moult cadres de l’administration, Abdoul Mbaye fut l’un des chefs du gouvernement les plus compétents de l’histoire du Sénégal. Son efficacité dans la gestion des dossiers a laissé des empreintes indélébiles, y compris au niveau des ministres qui composaient son équipe. Sa célérité, en application de la méthode « zéro papier en attente sur le bureau jusqu’au lendemain », a fait avancer nombre de dossiers qui dormaient dans les tiroirs d’une administration sclérosée.

Par un de ces complots dont ils ont le secret, les apparatchiks du palais ont réussi à faire exploser le couple exécutif. Le président de la République s’est débarrassée de son principal collaborateur pour nommer à sa place Aminata Touré, « un Premier ministre politique » dont la brièveté du séjour au poste rend compte des résultats !

La vision de Macky Sall et sa mise en oeuvre par Abdoul Mbaye ont redressé l’Etat laissé en banqueroute par le régime d’Abdoulaye Wade. La suite de l’idylle est une tragédie grecque faite de trahisons et de coups bas. Abdoul Mbaye a tenu des propos et publié des écrits regrettables sur la gestion du pays, notamment du pétrole, par le pouvoir auquel il a appartenu. Il a tiré à boulets rouges sur Macky Sall dont il a moult fois loué les qualités…

Le pouvoir a infligé à celui qui sortait de la primature un traitement intolérable allant du vol de ses affaires personnelles par les services secrets à une vendetta judiciaire par son ex-épouse interposée. La politique est violente. Les enjeux de pouvoir sont brutaux.




Au bout de tous ces règlements de comptes, Abdoul Mbaye, qui aurait pu et dû rester avec Macky Sall en dépit des aléas du pouvoir, est aujourd’hui candidat contre celui qui lui mit le pied à l’étrier. Quel gâchis !

Cheikh Yérim Seck

 

 

10 Comments

  1. un bon Edito,
    je pense que Abdou en bon technocrate, ne devait jamais se lancer en politique.
    Même en sa qualité d’ancien premier ministre du Sénégal, il aurait pu avoir son influence très positive dans l’espace bancaire sénégalais et africain avec les multitudes de défis qui se posent à ce milieu.
    Malheureusement, Ce que Marie Angélique Savané avait dit de Decroit revient, si on prend gout des sirènes de motards , on a du mal à s’en départager.
    Il risque de se faire ridiculiser à nouveau.
    Un vrai gâchis.

    • Comment CYS pouvez vous dire sans sourciller :
      « La vision de Macky Sall et sa mise en oeuvre par Abdoul Mbaye ont redressé l’Etat laissé en banqueroute par le régime d’Abdoulaye Wade.  »
      C’est à la limite malhonnête de l’affirmer car Idy avait recadré les gens de l’APR qui tenaient de tels propos . Pour ne plus être ridicule ils ont abandonné cette chanson.
      Quand un analyste omet de faire des » mise à jour »,ça devient grave.

  2. Pour ce qu’il a incarné un moment dans les arcanes du pouvoir et de ses sentiments de gratitude a l’endroit de Maky, Abdoul Mbaye se devait de retourner dans les affaires comme l’ancien ministre des finances Mr Kane. Parce tout simplement l’opposition c’est pas pour ce genre de cadres. Moussa Touré ne l’ayant pas compris s’est ridiculisé au point de jeter l’éponge, fatigué et y ayant perdu beaucoup d’argent. Abbaye Diop l’ancien argentier de Wade lui il a compris que son rôle est de garder intact sa dignité et son aura, aujourd’hui Maky l’a compris et poussé vers une station digne de lui. Djibo ka pour avoir servi tous les présidents du Sénégal a avoué qu’il n’est pas fait pour l’opposition car il est taillé pour servir la République. Souleymane ndéné itou car lui ne s’imagine pas recevoir des coups de lire ou de respirer les lacrymogènes.
    Abdoul Mbaye amoul mbokk. Sa cote où se qui reste de l’estime dont il continue a bénéficier des Sénégalais finiront par s’emousser et il ne sera plus un mythe.

    • Finalement, si on vous comprend bien, on doit laisser l’espace politique à des gens comme Mbaye Mbaye NIANG et consorts. Si aucun changement ne peut venir un jour de cadres comme Mbaye ou moussa Touré, alors, attendons nous un jour à l’arrivée au pouvoir de forces violentes et obscurantistes à défaut d’un putsch militaire dirigé par de jeunes officiers. C’est un gâchis de penser que la politique est un espace réservé aux seuls rebuts de la république, ceux qui en font un métier pour pouvoir manger.

  3. M. Abdoul Mbaye a bien la latitude de se présenter à l’élection présidentielle de février 2019. Le problème est qu’il ne puisse pas respecter son engagement pris d’aider M. Sall à avoir le deuxième mandat…Mais l’Etat aussi l’a combattu après son départ du gouvernement. Réponse, il doit amener son petit contingent pour combattre son actuel ennemi, collaborateur d’hier. Mais quand au gâchis dont parle Yerim Seck, c’est plus le gaspillage d’argent qu’il va devoir s’imposer pour la campagne… A. Mbaye n’a pas l’appareil politique indispensable pour ce rendez-vous électoral… Il n’a pas le niveau pour ce « tournoi »!… Et ils sont malheureusement très nombreux au Sénégal à s’aventurer à aller chercher des parrainages pour se retrouver avec des moins de 1% à la proclamation des résultats au premier tour… Le Commissaire Sadio, à la retraite, peut le conseiller très valablement…

  4. par votre texte vous validez la candidature de Abdoul Mbaye et invalidez celui de Macky. le Senegal a besoin de competence Abdoul en a, Macky n en a pas

  5. « Quel gâchis !  » vous avez dit ? C’est vrai que c’est une perte pour le Sénégal que le compagnonnage entre ces deux hommes soit rompu.
    Mais à y regarder de près, la rupture était inévitable. N’est-ce pas vous, Monsieur Seck, qui disiez que le Président Sall est le seul jeune Président africain qui n’ait pas fait de miracle pendant son règne ? Et également vous venez de qualifier M. Mbaye de banquier de génie. Voila deux profils antagonistes:
    Le premier ayant renoncé en partie au contrat social qui le lait avec le Peuple. Entre autres exemples citons :
    – la Patrie avant le parti : finalement c’est la famille, le parti et les alliés avant la Patrie.
    – la réduction du train de vie de l’état : finalement des institutions budgetivores et sans impact réel sur le devenir des sénégalais (Hcct, Cese…)
    – 25 ministres: le triple aujourd’hui.
    – Gouvernance Sobre et Vertueuse: devenue sombre et vicieuse
    – Reddition de comptes : devenue règlement de comptes politique et moyen de pression et monnaie de transhumance.
    – Ect.
    Le second restant sur ses convictions, a même après son départ de la primature mis en place un groupe de réflexion qui a proposé des alternatives au premier.
    Seulement le premier a pris des raccourcis et l’opposition est devenue la seule alternative pour le second afin d’arrêter l’hémorragie. Il n’a pas le choix !
    Voilà pourquoi y’a rien d’étonnant qu’on en arrive là.
    Si PM Mbaye soutenait le Président Sall malgré les dérives de son régime, c’est cela qui devait troubler la conscience des citoyens avertis.

    PS: Le PM Niasse, faiseur de roi en 2000, s’est opposé à son Président Wade en 2007, mais seulement pas par principes. Donc rien de nouveau sous sous le soleil.

  6. C est le comportement du sénégalais , au moment du vote , qui pose probléme . Car il vend son bulletin au plus offrant . La presse ( archi corrompue) et la société civile, ne font rien pour sensibiliser les populations . Nos autorités religieuses , trop dépendantes des moyens de l Etat , n aident pas à la compréhension des enjeux des élections.
    Les syndicalistes qui n ont pour seul souci , leurs intérets matériels, ne sont plus cette référence. Les Partis de gauche qui avaient une véritable capacité de sensibilisation et d éducation, ont baissé les bras , laissant la place à la politiques des billets d argent .
    Que r’ste il ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR