Affaire des 200 milliards supposés recouvrés : Qu’attend l’Assemblée nationale ?

YERIMPOST.COM Moustapha Niasse a soutenu qu’il ne se souvenait pas d’une loi de finances rectificative sur les 200 milliards censés être recouvrés dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Mais est-ce suffisant pour dédouaner l’institution parlementaire ? Cette question mérite d’être élucidée, si l’on sait que l’opposition parlementaire refuse d’enterrer les déclarations de l’ancien Premier ministre, Aminata Touré. Après le groupe parlementaires des Libéraux et démocrates, qui compte saisir officiellement le bureau de l’Assemblée nationale, c’est au tour du député non inscrit Abdoulaye Baldé d’exiger une commission d’enquête parlementaire sur cette affaire. Le leader de l’Ucs, cité comme ayant transigé, veut aujourd’hui que la lanterne des Sénégalais soit éclairée. Pour accéder à sa requête, son collègue de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) lui a indiqué la voie. « En tant que député, il peut saisir le président de l’Assemblée nationale demandant la constitution d’une commission d’enquête. Une fois que cette demande est faite, elle va être discutée au niveau du bureau de l’Assemblée et en conférence des présidents. Conformément à l’article 48 du règlement intérieur, il devrait faire un exposé des motifs pour expliquer pourquoi il veut la constitution de la commission d’enquête. C’est à ce moment que nous députés allons apprécier », a expliqué Aymirou Ngingue sur les ondes de la Rfm. Aujourd’hui, la majorité, par la voix de son président, est favorable à la saisine de l’Assemblée nationale pour que cette affaire soit tirée au clair.

Dans une démocratie respectable, cette histoire ne saurait être soulevée sans que, dans les minutes qui suivent, les services de l’Etat ne réagissent pour donner la bonne information aux populations. Ceux qui représentent le peuple devraient être au premier niveau de ce combat pour la manifestation de la vérité. De toute évidence, exiger une commission d’enquête parlementaire dans cette affaire, ce n’est pas trop demander aux parlementaires. Alors, Elus du peuple, réagissez ! Qu’attend-t-on à l’Assemblée ?

Babacar Fall, bfall@yerimpost.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*