Ahmet Khalifa, la bouche sanguinolente (Cheikh Ahmed Tidiane Diouf)

Profitant de l’erreur commise par le comité pour la rédaction de l’histoire du Sénégal,
Ahmet Khalifa NIASS solde ses comptes avec la Hadara Malikite. Il ne cesse de balancer
des vertes et des pas mûres sur l’héritage de Maodo. Son article intitulé : « à la
recherche de l’école d’El Hadji Malick  SY» et sa sortie sur les antennes de la RFM ont
traduit le manque de courtoisie d’un homme indigne de respect. A ses réactions
épidermiques, nous apporterons une réponse pour montrer à la face du monde qu’il
n’est nullement le détenteur de la vérité d’autant que tout ce qu’il y insinue est faux.

Dans sa contribution intitulé : « à la recherche de l’école d’El Hadji Malick SY», l’homme
qui se dit docteur d’on ne sait quelle école, se demande où se trouve l’école de Maodo. La
réponse est toute simple. Cette école est le lieu où deux hommes de Dieu, après leur
pèlerinage à Fez y sont allés pour se perfectionner. Elle était dans la cour de la maison de
Maodo, dans le préau des mosquées qu’il a construites sous la domination coloniale. Ma foi,
on n’a pas besoin de vestiges pour donner une preuve matérielle de l’existence de l’école de
Tivaouane. Les séminaires de Ndiarndé qu’on pourrait qualifier d’académiques sont une
réponse fulgurante à la remise en cause du membre fantôme de l’Académie française. Une
véritable université populaire !
Dans cette école, le fils de Mame Fa Wade WELLE dispensait toutes les matières qui
pouvaient intéresser l’Homme. Dieu n’a-t-il pas dit que « le meilleur de vous est celui qui
apprend le Coran et l’enseigne ». Victoire ne peut être plus éclatante que la construction de
zawiyas à quelques encablures des églises du colon dans toutes les grandes villes pendant la
colonisation. Que dire de l’appel du muezzin à l’heure de la prière qui troubla chaque jour le
sommeil du blanc ? Et le wazifa matinal et vespéral ? Si c’est ça collaborer avec le
colonisateur, alors continuons de collaborer avec lui pour espérer voir les portes du Paradis.
En fait, au moment où certains étaient en train de combattre le blanc, Maodo qui avait fini de
convaincre et vaincre le colonisateur, fit de l’enseignement de la religion islamique son
sacerdoce. Combat ne peut être plus éminent que le fait d’inculquer le Coran et les principes
de l’islam aux hommes d’une contrée où le polythéisme primait sur tout.
Paul MARTY, interprète et fin connaisseur de la langue arabe, ayant fait le tour du Sénégal et
jaugé le niveau de tous les dignitaires de notre pays finit par conclure dans son ouvrage : « Les

2
écoles maraboutiques du Sénégal : la médersa de Saint-Louis » (E. Leroux, Paris, 1914, 106
p.) qu’El Hadji Malick SY est le « marabout le plus instruit du Sénégal ». Pour rappel, cet
originaire d’Algérie et auteur de ce document qui met en exergue la religion musulmane au
Sénégal s’est basé sur des faits certifiés puisqu’il est contemporain de nombre de nos
dignitaires religieux. Ce chercheur était à équidistance des familles maraboutiques. Il
travaillait pour la postérité. Loin de ces esprits malintentionnés qui veulent à tout prix réécrire
l’histoire de leur lignée à leur manière. L'histoire est une science qui s’appuie sur les archives
écrites et orales plausibles et non sur la fabulation. C’est dire donc qu’elle n’est pas un roman
où il est permis de mentir dans le bon sens. Iba Der THIAM n’a pas inventé la 5 ème roue de
l’histoire du Sénégal qui roule sur 4 roues. Il a certainement demandé les services des
archives et des communicateurs traditionnels gardiens de la tradition orale. Le contraire est
impardonnable.
A contrario, Borom Niagga niassène avance dans son philippique « à la recherche de l’école
Seydil Hadji Malick » que la première et seule fois que son grand père et le fils de Gaya se
sont vus c’est après son pèlerinage à Fez. Alors, ma question est la suivante : quel était le but
du voyage de Mame Abdoulaye NIASS à Tivaouane ? Ne me dites pas que c’était pour
diriger des prières et bénir un mariage devant Dieu et les hommes pendant 3 mois et retourner
à Kaolack.
En tout cas, ma soif de connaissances dans cette relation entre les deux titans de la tidiania
telle que relatée par le grand-frère du vaillant Sidy Lamine NIASS, n’est pas étanchée. Et
pourtant, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, qui ne parle jamais pour plaire ou complaire,
nous renseigne, au détour d’une conférence, que Mame Abdoulaye NIASS, après son séjour à
Fez est allé à Tivaouane pour se procurer une chose qu’il n’a pas eu des dignitaires tidianes du
Maroc. Iba Der ne sous-enend-il pas cette entrevue pour mettre El Hadji Abdoulaye NIASS
dans l’école de Maodo ?
Ahmed Khalifa, de sa part, soutient dans son document publié sur l’internet que les faits ne
sont pas passés comme tels. Franchement, je me suis complètement perdu dans les labyrinthes
de son argumentaire qui dit en substance que son grand-père s’est rendez à Tivaouane sous
ses 70 ans et à cet âge-là, on ne va plus à l’école. Je m’inscris à faux contre ce point de vue
qui dit que les septuagénaires ne vont pas à l’école. A cette période-là, les vieillards avides de
savoirs parcouraient, à dos de cheval, d’âne ou de chameau, des centaines de kilomètres pour
acquérir des connaissances. C’était ça aller à l’école.

3
Bien après cette visite il y eut un érudit qui maitrise la langue arabe qui, comme par enchante,
écrit qu’il ne voudrait point d’un Paradis sans El Hadji Malick SY. C’est cet homme de
Dieu ? Qu’est-ce qu’il a appris de Maodo pour s’extasier ainsi ? Les faits sont là.
Avancer que ses ascendants ont rendu une visite de courtoisie à Mame Maodo c’est un
raisonnement très simpliste. Car, Serigne Cheikh Tidiane SY Al Makhtoum nous apprend
dans ses conférences magistrales, qu’une visite de courtoisie ne dure que 3 jours au
maximum, au-delà, c’est autre chose. Certainement, de cette rencontre, il y a eu « donner et
recevoir ». Et pour vous dire, ce sont souvent ceux qui ont besoin qui se déplacent. C’est ça
aller à l’école. Et c’est la logique. Ahmet Khalifa ne peut aucunement nous inculquer autre
vérité que celle raconté par Al Amine.
Bien après cette visite il y eut un érudit, qui comme par éblouissement, écrit qu’il ne voudrait
point d’un Paradis sans El Hadji Malick SY. Qui est cet homme de Dieu ? Qu’est-ce qu’il a
reçu de Maodo pour s’extasier ainsi ? Les faits sont là.
Pour qui sait, depuis Maodo, Tivaouane est restée cette ville du savoir qui a « abreuvé » tant
d’assoiffés de savoirs islamiques. Le membre imaginaire de l’Académie française n’est pas
une exception dans cette quête du savoir dans la capitale de la tidiania. Ses déplacements et
séjours dans cette cité du savoir, sous le magistère de Serigne Mansour SY Borom Daradji
dont il réclame l’amitié et Abdoul Aziz SY Al Amine qui était son wassila, en témoignent
largement.
Ce même Ahmet Khalifa NIASS, fut même l’ardent défenseur de Seydil Hadji Malick SY.
Nous avons encore souvenance de cette vidéo où il affirmait que, et Serigne Touba et son
grand-père El Hadji Abdoulaye NIASS ont tous échoué devant le blanc. Il n y a que Maodo
qui a vaincu… Je peux jurer sans risque de me tromper qu’il était licite en soutenant cette
thèse.
Seulement, ce Mollah des temps modernes oublie que, s’il sait lier le bois au bois, nous autres
talibés de Seydil Hadji Malick, savons comment délier le bois au bois. Il ne suffit pas de lire
simplement le noir sur du blanc. Il faut décortiquer ce qui faufile entre les lignes. Cette
opération de persiflage que mène Ahmet Khalifa à l’encontre de la Hadara Malikite a un
soubassement sournois qui ne dit absolument pas son vrai nom. Nous, awladou tidianes,
n’avons pas besoin d’un champion de l’éristique ou d’un maitre de la palinodie qui se
métamorphose au grès de ses intérêts.

4
Pour l’histoire et pour la postérité, nous cherchons et aimerions surtout connaitre ce marabout
qui est allé sur les plateaux d’Al Jazira dire pompeusement qu’il est le Khalif général de la
tidiania au Sénégal ? Que dire donc de ce vendeur de rêves qui faisait croire à la chaine arabe,
qu’après le décès de son père, il transformait l’argile en poulet pour nourrir sa famille qui était
dans la dèche ? Qui est ce marabout qui s’est enrichit en vendant de la poudre de perlimpinpin
aux hommes d’Etat d’Afrique ?
Ine fine, par quelque bout qu’on puisse prendre les attaques de Monsieur Ahmet NIASS sur le
document d’Iba Der THIAM et consorts, les raisonnements de l’ami de Jean COLLIN mènent
à une seule conclusion : la dent venimeuse d’une bouche ensanglantée contre la famille de
Seydil Hadji Malick SY.

Cheikh Ahmed Tidiane DIOUF, diplômé en Sciences de l’Information

6 Comments

  1. Personne ne pourra jamais prouver l’ex d’u quelconque relation de talibe et serigne entre Maodo et El Hadji Abdoulaye Niass. Arrêtez d verser dans des polémiques stériles.

  2. Honnêtement, tous ceux qui consacrent une once d’encre aux propos de A. K. Niasse ne valent guère mieux que lui. Parcequ’étant partisan comme lui.
    La vérité est que pour chaque « talibé », le meilleur est SON marabout. Cà ne se discute pas. Cà ne se démontre pas. Pourquoi en débattre? Surtout sue par courdise, personne ne cite les marabouts pires que le sien. « Personne n’est nul mais le mien est le meilleur ». Et dites moi, y aura t il un jour un talibé qui dépassera son maître?

    • C’est ton droit le plus absolu surtout si ça fait ton affaire! Ce qui est sur, Marty était plus érudit que nombre des marabouts dont on parle! Et il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

  3. MACHALLAH Cheikh Tidiane DIOUF vous avez tout dit.

    C’est ça la réalité. MAODO n’est que MAODO (Le Grand).

    Celui qui a vaincu le TOUBAB et nous a permis de Rester Musulman et Connaisseur.

    Celui qui a sauvé les Sénégalais de la colonisation.

    La colonisation n’est pas seulement Physique mais aussi Intellectuelle.

    Et MAODO a déjoué l’objectif des colons et nous a sauvé de la colonisation intelectuelle.

    Si ce n’était pas MAODO, notre héritage serait autre.

    Merci M. DIOUF

  4. Je pense que Ahmed Khalifa Niasse met en danger la cohésion nationale. Cet hurluberlu qui a prouvé sur tous les plateaux de télé qu’il était un mauvais musulman ne mérite pas qu’ on débatte sur les sornettes qu’il débite à longueur de journée.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*