Blog de Cheikh Yerim Seck

Air Sénégal SA: Considérations sur le communiqué de presse quant à la collision, avec des oiseaux, du vol Ziguinchor Dakar-AIBD

En consultant quelques items liés au radôme (radar + dôme = radôme) de l’avion ATR, on peut retenir que la défaillance, causée par les oiseaux, est réparable, en quelques minutes. Il suffit de « cannibaliser » l’autre ATR, pour remplacer le « nez » de l’ATR défaillant (les instruments à l’intérieur du « nez » de l’avion étant intacts, aérodynamisme oblige). A défaut de « cannibaliser » l’autre ATR, il faut impérativement trouver un « nez » à Toulouse et l’acheminer dare dare à A.I.B.D. Ce qui ne prendrait pas plus 2 jours.

Et encore qu’il devrait exister un hangar où un minimum d’équipements de remplacement est stocké, selon la Minimum Equipement List (MEL) liée aux dysfonctionnements d’équipements, ou bien la Configuration Deviation List (CDL) liée aux défauts de structure autorisés avant de partir en vol, publiée dans l’Airplane Flight Manual (AFM).

Une IRGEQ (irrégularité d’équipement) donc d’exploitation de 2 jours maxi aurait suffit pour la continuation de l’exploitation, au lieu de suspendre les activités commerciales (annulation de programme), en invitant les passagers à des options qui rendraient la part belle à la concurrence. C’est le lieu de recommander à Air Sénégal SA de nouer un accord commercial de Code sharing ou de Join venture, avec le groupe Transair, sur la ligne DKR-ZIG-DKR, et plus tard, sur les mêmes lignes sous régionales que Transair, au lieu de suspendre ses opérations jusqu’à nouvel ordre…

Décidément, cette Equipe étrangère de managers d’Air Sénégal SA est incompétente qui montre un manque réel de professionnalisme. Surtout qu’on serve au peuple sénégalais des arguments autres que sécuritaires pour justifier l’arrêt des opérations de notre Compagnie : avis à nos décideurs politiques à qui l’on veut faire croire que des Experts dans le domaine aérien n’existent pas au Sénégal.




Meissa Ndiack Seck
Consultant Formateur certifié Amadeus
Expert commercial en Transport aérien

2 Comments

  1. Le vrai probleme ets de vouloir gerer la creation d’une compagnie aerienne et sa gestion au Conseil des Minsitres…..A chacun son metier.
    Pourquoi ne pas considérer l’option ou on encouragerait et soutiendrait Transair et d’autres prives qui peuvent gérer une compagnie aérienne?
    La logique fallacieuse a ede dire  » On a un nouvel aéroport,donc il nous faut une compagnie nationale.Je ne connais pas les fondateurs de Transair,mais je suis sur que si on leur avait donne les 40 Milliards ,ils nous aurait transporte avec au moins une dizaine de Boeing….Une compagnie aérienne et avant tout un business,et ne peut être conçu et gérer que comme tel.
    Quand j’entends Mr. Bohn parler de 6-7% de rentabilité,je me dit bien qu’il n’est pas du monde des gestionnaires de Compagnies Aériennes,ou bien que sont salaire de plus de 20 Millions CA le rend euphorique….Et,pour cette histoire du Radome qui n’est pas disponible en stock…..Tout ceux qui exploitent des Airbus et des produits Aerospatiale,savent que ces 2 compagnies ont un servies après ventes et une logistiques pas a rythme du monde actuel…C’est pourquoi il leur faut des subterfuges dignes des séries d’espionnage pour vendre….

  2. L’état du Sénégal souverainement a décidé de confier la gestion de sa compagnie à Mr Bohn. Je comprend que cela n’agrée pas certains aigris qui n’ont jamais eu 20 Millions de salaire et jalousent Mr BOHN, de grâce laisser le messieur travailler ce n’est pas vous son patron, il sait qu’il n’échappera pas à l’exigence de redevabilité parce qu’il est en mission. Des incidents dûs aux oiseaux c’est fréquent dans le transport aérien et les aéroports investissent des milliards pour réduire ce risque. S’agissant de Transair un privé pourquoi l’état lui donnerait 40 milliard ?. Cette compagnie a bénéficié du vide crée par la disparition de Senegal Airlines pourquoi elle n’a pas pas pu mobiliser des capitaux pour acheter des avions grandir et occuper le vide ? Dans le monde il y’a des milliards de dollars qui cherchent des placements . Penser qu’avec 40 milliards de CFA dévalué on peut avoir une dizaine de Boing c’est ne pas connaître le transport aérien et ses exigences de gros investissements pour la flotte.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR