Blog de Cheikh Yerim Seck

Apéristes, qu’avez-vous contre Macky ?

Quand j’ai entendu le Maire de Thies dire que les ennemies du Président Macky Sall sont à chercher dans Benno Bokk Yaakar et dans l’APR, je me suis dit tout de suite qu’il a parfaitement raison.
Il a raison quand on considère l’ankylose profonde qui frappe ces deux structures qui, comme tétanisées, se morfondent dans l’attentisme.
Le malaise est grandissant chez les militants et une grande partie du peuple par contagion commence à se convaincre que ce sera impossible de faire passer le candidat Macky au premier tour.
Aucun responsable politique n’anime la base. Aucun !
Tous fonctionnent comme si ce mandat était le dernier pour le Président Macky. Personne ne l’aide et on le laisse seul face à ses détracteurs. Tous se comportent comme s’ils n’avaient rien à perdre si le pouvoir changeait de main.



Je tiens à tous leur rappeler qu’ils ont tout à perdre car si une alternance arrivait à se produire en 2019, ils seront nombreux à voir leur gestion passer au crible. Le sénégalais aime exiger que celui qui paradait avant, soit le premier à payer. L’on se rappelle que la traque des biens mal acquis était présentée en 2012 comme une demande sociale. « Baayi leen ci xel ».
Les responsables politiques autour du candidat Macky ne mouillent pas le maillot. Chacun cherche à avoir une audience avec lui et c’est cela qui mobilise tous leurs efforts. Une fois que l’accord est donné pour ce face à face, commence alors un fort lobbying pour être sur la liste des privilégiés qui devront voir le Président. Même au dernier moment des noms peuvent être biffés et remplacés par d’autres qui ne sont même pas militants. Tous y vont en se demandant combien ils vont recevoir pour le transport et à la sortie, bonjour les dégâts.
Quel est le jeune militant ou responsable politique qui capte notre attention dans les médias ? Que ce soit à la télévision ou à la radio, rien que des débats de personne ou des attaques au bas de la ceinture. Rien dans les réalisations du Président.
Rien pour expliquer le PSE, le PUDC, le PUMA…. Rien de rien !
Ils sont tous dans une guerre de positionnement qui ne dit pas son nom. Chacun y va avec ses propres initiatives comme s’il était seul dans ce parti. Les jeunes ne sont pas formés ; les femmes sont laissées à elles mêmes à moins qu’on ait besoin de les rassembler pour du saupoudrage ; les vieux « mom », ils ont fini d’être oubliés.
Tous ces responsables oublient qu’ils sont le prolongement du Président Macky Sall. Leur image dépeint fortement sur la sienne. Dès qu’ils font des fautes, l’on ne pense qu’à lui. Ils doivent soigner leur mise, leur posture et leurs paroles. Quand ils parlent c’est le Président qui prend le micro. Chaque fois qu’ils coupent le contact avec la base c’est comme si c’est le Président lui-même qui l’avait fait. Ils sont, ces responsables, le prolongement de toute l’action du Président mais malheureusement la grande majorité ne le sait pas.
Dans la mouvance, on s’attaque entre ministres, Directeurs, Maires…tout le monde y passe oubliant que pour gagner des élections il faut savoir enclencher une dynamique et rester dans les rangs. Il faut à chacun respecter une discipline même si on peut des fois la ressentir comme une contrainte. L’intérêt général doit primer sur celui de petites personnes.
Pour un parti politique réussir à conserver le pouvoir est plus glorieux que d’y accéder.




Souleymane Ly
Spécialiste en communication
julesly10@yahoo.fr

2 Comments

  1. Sur le plan communicationnel (médias), car rien de sert d’être un agrégé en… sans un minimum de renommée, les meilleurs lutteurs (mbër lol) de Macky, c’est ce trio assez crédible et expérimenté que sont le PM, Seydou Guèye et Mimi Touré qui ne sont pas trop présents dans les débats en plateau (sauf pour Mme Touré) mais qui sporadiquement, font d’importantes sorties officielles.

    Chez les jeunes avec Mame Mbaye Niang (malgré ses dérapages c’est un élément vaillant) qui est hors course depuis l’affaire PRODAC, je ne vois plus que Abdou Mbow qui a le mérite de s’être bonifié même si ce n’est pas le même standing que les trois premiers cités.

    Parmi les jeunes femmes, je ne vois que Zahra Iyane Thiam (alliée). Et si Sira Ndiaye et Aminata Guèye (députées) peuvent prétexter être sur le terrain, y aurait-il de l’eau dans le gaz avec Thérèse Faye Diouf ?

    Quid du capital humain des membres de l’APR ? Même avec une école du parti, l’expérience, la rhétorique, le bagout et la culture ne s’acquièrent pas du jour au lendemain. Et avec un tel niveau, ils vont se plaindre que Macky fasse du Benno et font la guerre aux nouveaux venus, si ce n’est à leurs camarades de parti. Et ce sont ces même personnes qui ne peuvent taire leur intérêt personnel et leurs divergences pour le bien de tous qui sont censées assister le président dans la gestion de la cité. En effet, M. Ly. Quand la politique est avant tout alimentaire…

    Il m’est avis que certains apéristes n’adhèrent pas forcément à l’idéologie républicaine, ni ne la comprennent. Beaucoup de gens sont avec Macky mais pas avec l’APR. Ceci explique peut-être cela. Le problème, n’est pas tant Macky Sall que ce type de classe politique qui telle une sangsue évolue encore et encore autour de chaque nouveau président, ad vitam aeternam. Hélas, les « apéristes » sont les plus pathétiques car ils lavent leur linge sale en famille pour une bouchée de pain (retransmis au journal télévisé). Ngen baal ma nak.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR