Blog de Cheikh Yerim Seck

Author

@dminyerim

@dminyerim has 129 articles published.

Article sur le colonel Kébé: Réponse salée de Rewmi à L’Observateur

En essayant de diaboliser un homme, l’OBSERVATEUR a déshonoré l’armée et la République. Est ce du journalisme cette manoeuvre malsaine de salir la réputation d’un père de famille, professeur d’anglais à l’UGB, d’un honorable citoyen à la retraite après service rendu à la nation sénégalaise ?

Comment est ce que le Colonel Abdourahim a pu être promu à tous ces postes Malgré les plaintes des jeunes soldats sous ses ordres, malgré le compte rendu d’audience du tribunal militaire du 24 Août 1999, malgré la colère 😡 du directeur de la sécurité militaire qui réclamait son élimination de l’armée active, malgré la demande de radiation signée par le Général Lamine Cissé ancien Chef d’état-major général des armées, ancien Ministre de l’Intérieur e ancien chef Bureau des Nations unies en Afrique de l’Ouest ?

Un Colonel de l’armée qui a un passé de prédateur a réussi a être nommé attaché de défense près de l’ambassade du Sénégal à Washington. Il était aussi attaché militaire, naval et de l’air.

Comment avec un passé aussi douteux il fut nommé chef de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA)?

Comment un pareil homme a réussi à participer à une Mission d’observation des Nations unies en République démocratique du Congo de 2007 à 2008 pour le compte de la République du Sénégal 🇸🇳 ?

Comment cet homme a pu bénéficier d’une formation à l’Ecole supérieure de guerre d’Allemagne de 2003 à 2005 ?

Comment il a réussi à accéder à différents postes à l’armée de terre et à l’état-major des armées du Sénégal 🇸🇳 malgré ses bourdes?

Comment ? Comment ? Comment ? …

Jamais l’observateur nous parlera du passé tumultueux de son propriétaire. Jamais ils ne parleront de leur chef de services alcoolique, fumeur et livreur de chanvre indien. Jamais ils ne parleront de ce Directeur dans le groupe accusé de viol sur une mineure en 2007 à Kolda. Jamais ce groupe ne mettra à sa UNE son journaliste et chroniqueur pris en flagrant délit d’adultère à Sicap Foire. Jamais ce groupe ne mettra à sa UNE les frasques de l’homme aux pantalons légers du groupe qui a enceinté 🤰 une stagiaire en 2016 suivi d’un TAKKOU SOUFF.

PS: Avant hier le statisticien de la RFM donne Macky vainqueur une heure après la fermeture des bureaux de vote, Hier IGFM tue MOUSSA GNINGUE, Aujourd’hui l’OBS nous parle dès questions de mœurs d’un ancien colonel actuel opposant… Demain sûrement TFM présentera ses excuses.

Rewmi

L’Obs sous le feu nourri des internautes

YERIMPOST.COM Tirs groupés sur le quotidien d’information L’Observateur, suite à sa UNE de ce mercredi consacrée au « passé » du colonel à la retraite Kébé. La toile s’indigne et dénonce un « article téléguidé aux allures de règlements de compte politiques et militaires », comme le soupçonne le directeur de l’information de la 7tv, Pape Moctar Selane dans sa chronique.

Vidéo: Demba Kandji a désamorcé la bombe sociale, rendez-vous vendredi

Video- En conférence de presse, Idrissa Seck et Ousmane Sonko mettent en garde Macky Sall

YERIMPOST.COM En conférence de presse ce dimanche à 22h 30, au siège de Bokk Gis Gis, Idrissa Seck et Ousmane Sonko ont martelé qu’un 2e tour est inévitable. Ils mettent en garde Macky Sall, candidat à sa propre succession, contre toute tentation de se proclamer vainqueur dès le premier tour.

Les deux candidats, arrivés en tête de l’opposition, ont rappelé aux médias ayant fourni des chiffres provisoires qu’il n’est pas de leur ressort de le faire. Avant d’appeler les autorités religieuses et coutumières à intervenir pour éviter au pays de basculer dans l’incertitude.

 

 

Vidéo- Ports et Traits- Invité: Macky Sall

PSE: Quels sont les projets et réformes mis en oeuvre de 2014 à 2018 ?

Visite de Sheikh Alassane Sène de la coalition Idy 2019 au Maroc

Un envoyé spécial, Sheikh Alassane Sène, du président de la coalition Idy 2019, Idrissa Seck, était au royaume chérifien depuis le 15 février 2019.
Le Sheikh a rencontré le samedi 16 février, au salon d’honneur de l’hôtel Kenzy Tower, l’ensemble des coordinateurs de la coalition Idy 2019 ainsi que les membres du bureau du parti Rewmi de Casablanca et de Rabat.

Un échange sur l’état des lieux de la campagne s’est tenu autour d’un petit déjeuner présidé par le Sheikh lui-même.
Il a salué l’engagement et la détermination des militants et les a encouragés à maintenir le rythme à quelques encablures de l’échéance.

S’en est suivi des visite de proximité au marché Hay Hassani et au marché de la Médina. Lors de cette visite, les Sénégalais n’ont pas raté l’occasion de manifester leur décision de voter massivement Idy.

Un grand rassemblement s’est tenu à El Jadida, en présence des grands partis qui constituent la coalition Idy 2019, suivi d’une visite des Sénégalais qui habitent dans cette localité. Sheikh Alassane Sène poursuit son programme dans le cadre de l’opération «Weur Ndombo» initiée par la coalition. Il sera ce mardi à Guédiawaye, le mercredi à Kaffrine et le jeudi dans les îles de Fayako et Felir, avant de rallier vendredi le cortège du candidat Idrissa Seck.
A suivre

T.F

Correspondance particulière

Journal de la campagne du lundi 18 février 2019

Les images des péripéties de la visite de Wade à Conakry

Dans l’intimité de l’avion pendant le voyage de Wade

Me Wade à Conakry: Le Pape du Sopi pourrait changer de position, selon Atépa…

Abdoulaye Wade est actuellement à Conakry pour des discussions avec le Président Alpha Condé. Un entretien au sortir duquel le Secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds) pourrait changer de position. C’est en tout cas la conviction de Pierre Goudiaby Atépa qui était l’invité du « Jury du dimanche » de iRadio.

L’ancien président de la République du Sénégal qui a appelé à brûler les procès verbaux des bureaux de vote le jour du scrutin, rencontre le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé. Des échanges qui vont certainement porter sur cette question bien précise. En se prononçant sur le sujet, Pierre Goudiaby Atépa pense qu’après cette rencontre, Abdoulaye Wade va changer de position.

« Je me réjouis du fait qu’il soit actuellement avec le président Alpha Condé à Conakry… Ce dernier ayant envoyé à Me Wade un avion privé… On parle aussi de la présence de François Hollande. « , a laissé entendre Atépa qui pense que tout ce cocktail-là va faire que « quand le vieux va revenir, … bon, après le 21…, je suis sûr qu’il n’appellera plus ni au boycott, encore moins à brûler quoi ce soit! »

L’architecte, analysant la situation, croit savoir qu’à Conakry, ces hautes personnalités sont en discussion avec le président Wade. Il pense bien que le Pape du Sopi n’est pas allé faire du tourisme… Atépa estime que Me Wade va revenir avec moins de passion.

Source: Autre presse

Exclusif! Alpha Condé médiateur entre Macky et Wade ? Son avion a pris ce dernier à 16h à Dakar

YERIMPOST.COM C’est à 16h que l’avion envoyé par Alpha Condé a décollé de Dakar à destination de Conakry. C’est Ousmane Yara, homme de confiance de Condé, qui est venu chercher l’ancien président du Sénégal. L’aéronef a décollé de l’aéroport Léopold Sédar Senghor qui avait été refusé à Wade lors de son arrivée dans notre capitale, le 06 février dernier. C’est le signe, cette fois-ci, que le présent voyage agrée les plus hautes autorités sénégalaises. Alpha Condé est visiblement dans une médiation entre Macky et Wade. Nous y reviendrons…

En route vers le bonheur avec Macky Sall

Découvrez l’assistant virtuel MackyBot qui vous informe sur les réalisations de Macky Sall

Wade accueilli à sa descente d’avion par Alpha Condé

YERIMPOST.COM Ayant décollé de Dakar à 16h, Abdoulaye Wade est arrivé à 17h, ce 16 février, à Conakry, à bord de l’avion que lui a envoyé Alpha Condé. Celui-ci l’a lui-même accueilli à sa descente d’avion, sur tapis rouge… Nous y reviendrons…

 

Les hauts faits de Macky Sall à Kaffrine

  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.10.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.09-1.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.09-2.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.05.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.09-3.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.04-1.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.04.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.02-1.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.02-2.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.02.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.00.jpeg
  • WhatsApp-Image-2019-02-15-at-16.37.01.jpeg

De Kaffrine, au cœur du Sénégal des profondeurs, le candidat de la Coalition Benno Bokk Yakaar, a parlé à la Jeunesse sénégalaise, dans un style qui rompt avec les meetings classiques.
A mi chemin de la campagne électorale, le chef de l’Etat s’est dit heureux de constater partout où il est passé, l’engouement, les chaleureux et enthousiastes accueils que les jeunes et les femmes, en centaine de milliers, lui ont réservé. Une communion qui traduit leur adhésion aux politiques mises en œuvre depuis sept ans. C’est pourquoi, le Président Sall a décidé de continuer avec vigueur son combat contre les inégalités. Et bâtir ainsi un Sénégal de tous, un Sénégal pour tous. Macky Sall invite la jeunesse à pointer le regard vers l’avenir pour construire un Sénégal qui favorise l’employabilité et l’emploi des jeunes.
Cette dynamique est d’ailleurs lancée avec  la construction de Centres de formations professionnels et techniques dans toutes les capitales départementales. A cet effet, l’enveloppe de 50 milliards FCfa nécessaire pour sa mise en œuvre est déjà dégagée. Un autre projet dénommé Formation-Ecole dont l’objectif est d’enrôler 25 000 jeunes sera lancée sur la période 2019-2024 pour un budget de 50 milliards FCfa.
Le Sénégal de demain, d’après le Président Sall, valorisera le potentiel inépuisable de l’économie numérique. Une bonne raison qui justifie le lancement de quatre nouvelles initiatives. Il s’agit de la création d’un corps dédié à 50 000 jeunes pour s’occuper de reboisement et de la protection des forets. Le programme zéro bidonville, actuellement en cours dans le cadre de la restructuration du quartier Liberté6 Baraka. Il vise l’édification de 100 000 logements sur les cinq prochaines années. Quant au programme zéro déchet, il cherche la création d’emplois à travers le système de collecte et de recyclage des ordures.

Les hauts faits de Macky à Kaffrine

Dans la région naturelle du Ndoucoumane, la Délégation à l’Entreprenariat Rapide (DER) à déjà financé 18300 jeunes porteurs de projets. La route Kaffrine-Nganda, longue de 37 kilomètres (18 milliards FCfa) est une veille doléance des populations usagers qui, actuellement, est en train d’être satisfaite par le gouvernement en place. Les travaux ont déjà été lancés. Dans le cadre des accès universels, 41 forages ont été réalisés dans la région alors que la CMU a fini d’enrôler 52120 personnes.
Si seulement 75 millions CFfa ont été injectés à Kaffrine par le régime de Wade en douze ans, son successeur a quant à lui mis 164 millions à la disposition des jeunes et des femmes en sept années. Sans parler de l’érection d’une caserne de sapeurs pompiers, d’un hôpital de 150 lits, de 08 daaras modernes, d’un bloc scientifique, d’une université à vocation agricole entre autres. La région a bénéficié de la vague de mécanisation de l’agriculture et la distribution de semences certifiées. Par ailleurs, pour rompre définitivement avec les inondations, le plan d’assainissement de la commune de Kaffrine est, actuellement, en cours d’exécution. Le Ndoucoumane, durant les prochaines années, étrennera un stade régional moderne, un nouveau lycée et un complexe frigorifique.
Au regard de toutes ces réalisations qui maillent l’étendue du territoire national, Macky Sall est présenté comme le mieux profilé, le mieux outillé, le plus engagé et le plus dévoué pour positionner le Sénégal sur la rampe de l’émergence

Journal de la campagne électorale du jeudi 14 février

Madiambal Diagne reçu par le Premier ministre du Cameroun en vue des 48èmes assises de l’UPF

YERIMPOST.COM Madiambal Diagne, président de l’Union de la presse francophone (UPF), a été reçu en audience, le 13 février, par le Premier ministre du Cameroun, Joseph dion Ngute, dans le cadre de la préparation des 48 èmes assises de l’UPF prévues dans ce pays du 18 au 22 novembre 2019.

M. Diagne était en compagnie de Mme Zara Nazarian, secrétaire générale internationale de l’UPF, et d’une délégation de la section UPF Cameroun, dont le président Aimé Robert Bihina. Le gouvernement camerounais s’est engagé à accompagner l’UPF pour l’organisation des Assises.

Vidéo- Ce que pense l’ouvrier lambda du travail accompli par Macky Sall

Vidéo- Idy très faiblement accueilli à Podor

Elhadji Moustapha Guéye appelle à voter pour Macky Sall

Le Grand Serigne de Thiés s’érige en bouclier de Macky Sall

Découverte de pétrole: état des lieux (Cos-Petrogaz)

Les recherches pétrolières ont débuté au Sénégal dans les années 1950. Après plusieurs campagnes d’exploration infructueuses, du pétrole lourd a été découvert au large de la Casamance, au niveau du Dôme Flore et du Dôme Gea, en 1967. Ce pétrole n’a cependant pas été exploité car pas assez rentable. De petits gisements de gaz ont été découverts à Diamniadio en 1987 et 1993 (DN14) puis à Gadiaga en 1997, leur production a surtout été utilisée à des fins de consommation industrielle et de production d’électricité locale. Le gisement gazier Tortue, situé sur la frontière maritime sénégalo-mauritanienne, débutera sa production en 2021-2022. Une décision finale d’investissement, confirmant la rentabilité du projet et proposée par les compagnies à l’Etat du Sénégal, devrait être prise en fin 2018. Le gisement pétrolier SNE connaitra le même processus de validation financière et pourrait débuter sa production en 2022. Ce gisement pourra produire, à son maximum, entre 75 000 et 125 000 barils par jour, faisant du Sénégal un producteur de pétrole de taille respectable en Afrique.

Tigo traverse une crise, les candidats à la présidentielle sont interpellés

L’histoire nous a donné raison. La boîte Tigo traverse des situations difficiles en attestent la démission du directeur général Masse Thiam et la grogne des travailleurs…

Aujourd’hui, le cahier des charges qui était à la base de la cession de la boîte à un étranger, français de surcroît, au détriment des nationaux n’est pas respecté, les emplois sont menacés et il se pose un problème de souveraineté réel dans un secteur aussi stratégique que les télécommunications. Toutes les décisions dans cette boîte sont prises à l’étranger même pour l’achat d’un stylo. Ce qui est quand même scandaleux.

 

C’est pourquoi, nous nous félicitions de la démission de monsieur Thiam et saluons son sens de l’honneur et de la dignité en tant que digne fils sénégalais. Nous demandons et exigeons par la même occasion la ré nationalisation de la structure à travers les nationaux et principalement en faveur de celui qui avait déjà bénéficié d’un décret présidentiel en l’occurrence monsieur Kabirou Mbodji et sa structure Wari.

Nous interpellons également tous les candidats et principalement le candidat sortant qui avait pris le décret au profit de Kabirou Mbodj. Une décision qui avait pourtant agréé la grande majorité des sénégalais au regard de la contribution de monsieur Mbodji au développement du pays à travers la création de dizaine de milliers d’emplois et à par la création de valeur ajoutée. La reprise de la boîte par les sénégalais est un impératif et les sénégalais sont à l’écoute des candidats.

Omar Faye Leral Askan Wi

Sonko fait campagne dans une voiture achetée par Atépa avec l’argent de… Franck Timis

YERIMPOST.COM A lire Ousmane Sonko lui-même, à la page 138 de son pamphlet Pétrole et gaz au Sénégal: Chronique d’une spoliation, « c’est donc le duo Samuel Sarr-Pierre Goudiaby Atépa qui a introduit Franck Timis au Sénégal et servi de ‘bélier’ pour enfoncer la porte du président Abdoulaye Wade et imposer la signature de Contrats de recherches et de partage de production, le 21 octobre 2010, des blocs de Sénégal Offshore Sud Profond et Rufisque Offshore Profond au profit de sa société African Petroleum. »

Cette transaction a été décrite par Sonko comme étant le coeur du scandale de « spoliation » du Sénégal. Pierre Goudiaby Atépa est donc l’un des hommes par lesquels le scandale est arrivé. Il se trouve que cet architecte de métier, qui fait dans l’intermédiation en toutes matières, n’est pas réputé philanthrope en business. Il a dû être payé par Timis pour défoncer la porte de Wade et suivre l’affaire jusqu’à sa conclusion.

C’est peut-être avec l’argent déboursé par Timis pour rétribuer les services rendus par Atépa que ce dernier a acheté le véhicule à bord duquel Sonko fait sa campagne et a équipé le bureau de campagne aujourd’hui occupé par le candidat de Pastef.

Le symbole est d’autant plus cruel que le pourfendeur du système a eu ici recours à l’aide de l’homme de tous les systèmes, de Léopold Sédar Senghor à Abdoulaye Wade, en passant par Abdou Diouf.

Plus le temps passe, plus Ousmane Sonko, qui passait pour un militant désintéressé de l’anti-système, apparaît comme un personnage froid, un politicien cynique trop peu regardant sur les moyens d’atteindre ses objectifs…

 

Macky Sall fait sa marche marron et surpasse ses adversaires

YERIMPOST.COM Il était le seul à faire des meetings dans des stades et des places publiques. Tous ses adversaires ont préféré, faute de moyens ou par manque de popularité, organiser des caravanes dans le modèle des « marches bleues » victorieuses de 2000 d’Abdoulaye Wade.

Comme pour les trouver sur leur propre terrain, Macky Sall a organisé une marche marron (voir vidéo ci-dessous) qui bat le record de popularité face à toutes les marches de ses opposants depuis le début de la campagne électorale…

 

Les raisons en 72 images de réélire Macky Sall au premier tour

  • BAT-72.jpg
  • BAT-71.jpg
  • BAT-70.jpg
  • BAT-69.jpg
  • BAT-68.jpg
  • BAT-67.jpg
  • BAT-66.jpg
  • BAT-65.jpg
  • BAT-64.jpg
  • BAT-63.jpg
  • BAT-62.jpg
  • BAT-61.jpg
  • BAT-60.jpg
  • BAT-59.jpg
  • BAT-58.jpg
  • BAT-57.jpg
  • BAT-56.jpg
  • BAT-55.jpg
  • BAT-54.jpg
  • BAT-53.jpg
  • BAT-52.jpg
  • BAT-51.jpg
  • BAT-50.jpg
  • BAT-49.jpg
  • BAT-48.jpg
  • BAT-47.jpg
  • BAT-46.jpg
  • BAT-45.jpg
  • BAT-44.jpg
  • BAT-43.jpg
  • BAT-42.jpg
  • BAT-41.jpg
  • BAT-40.jpg
  • BAT-39.jpg
  • BAT-38.jpg
  • BAT-37.jpg
  • BAT-36.jpg
  • BAT-35.jpg
  • BAT-34.jpg
  • BAT-33.jpg
  • BAT-32.jpg
  • BAT-31.jpg
  • BAT-30.jpg
  • BAT-29.jpg
  • BAT-28.jpg
  • BAT-27.jpg
  • BAT-26.jpg
  • BAT-25.jpg
  • BAT-24.jpg
  • BAT-23.jpg
  • BAT-22.jpg
  • BAT-21.jpg
  • BAT-20.jpg
  • BAT-19.jpg
  • BAT-18.jpg
  • BAT-17.jpg
  • BAT-16.jpg
  • BAT-15.jpg
  • BAT-14.jpg
  • BAT-13.jpg
  • BAT-12.jpg
  • BAT-11.jpg
  • BAT-10.jpg
  • BAT-09.jpg
  • BAT-08.jpg
  • BAT-07.jpg
  • BAT-06.jpg
  • BAT-05.jpg
  • BAT-04.jpg
  • BAT-03.jpg
  • BAT-02.jpg
  • BAT-01.jpg

Ce rapport d’International political poll magnifie le bilan de Macky Sall

Macky Sall on course to win the February 2019 elections in the first round.
The survey we conducted one month before the 2019 Senegalese presidential elections reveals that incumbent President Macky Sall has increased his advantage over rival contenders and is expected to win in the first round by a wide margin for a second term as president.

This survey was conducted following a ‘sponsorship’ (parrainage) procedure which saw the number of candidates reduced from 27 to a final list of 5. One of the clear outcomes of this process has been the strong drift of votes from eliminated candidates towards incumbent President Sall.

As the elections approach, voting patterns become clearer. Ousmane Sonko and Idrissa Seck are in a tight race for the second place, each with a little bit over 6% of the votes. The two last candidates, Issa Sall (of the PUR party) and Madické Niang, who started his own movement after the rupture with PDS, each get around 4% of the votes.

Support for President Macky Sall is strong along all demographics. Nonetheless, the results of the survey provide some interesting insights. The main trends are identified as follows: President Sall still has very strong support from rural and middle-aged people; Ousmane Sonko has a strong support base in urban populations and especially with youth and women; The relative popularity of Idrissa Seck is mostly among the older voters.

Newcomer Ousmane Sonko, has a close lead over the older and more experienced Idrissa Seck, who lost some votes over the last months.

This report presents the results of an opinion poll conducted 30 days before election day on a sample population of 2,900 adults of voting age from the 14 administrative regions of Senegal.

 

FIGURE 1 – NATIONAL RESULTS

FIGURE 2 – RESULTS BY REGION

FIGURE 3 – RESULTS BY GENDER

FIGURE 4 – RESULTS BY AGE

FIGURE 5 – RESULTS BY PROFESSION

International political poll

Déclaration de Ousmane Sonko après son entretien avec Abdoulaye Wade

Vidéo- Accueil grandiose de Wade à Touba

Déclaration forte de Chérif Seydina Ali Tidjani, porte-parole de Chérif Abdoul Moutalib, en faveur de Macky Sall

YERIMPOST.COM Déclaration forte de Chérif Seydina Ali Tidjani, porte-parole de Cherif Abdoul Moutalib, qui dirige la ziar de Kokoto sur 3 jours, devant des dizaines de milliers de fidèles venus de tous les coins du pays et des représentants de toutes les familles religieuses tidianes du Sénégal ! « Chacun a le droit de choisir qui il veut, mais le choix de Cheikh Ahmed Tidjani, c’est Macky Sall. Et il triomphera inchallah », a clamé le porte-parole.

Au Sénégal, un ralliement qui pourrait bouleverser la présidentielle du 24 février

Le soutien de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, à l’opposant Idrissa Seck pourrait rebattre les cartes de l’élection présidentielle du 24 février.

A deux semaines de l’élection présidentielle sénégalaise, Khalifa Sall, le principal opposant politique, vient de faire un choix qui pourrait bien bouleverser un scrutin que l’on annonce acquis à Macky Sall, président sortant et candidat à sa réélection. Incarcéré depuis mars 2017 et écarté de l’élection suite à une condamnation pour « escroquerie portant sur les deniers publics », Khalifa Sall a choisi de soutenir, vendredi 8 février, le candidat de l’opposition Idrissa Seck.

C’est par voie de communiqué que l’ancien maire de Dakar, la capitale, s’est prononcé en faveur du chef du parti Rewmi, dont la coalition Idy2019 a déjà engrangé le plus de soutiens dans l’opposition. « Ensemble, nous avons décidé de sceller un partenariat fondé sur un engagement commun de rupture et de refondation de la gouvernance institutionnelle, démocratique, économique et sociale (…) pour un Sénégal de paix, de progrès, de liberté, de justice sociale et de solidarité », a-t-il annoncé.

 

Perçu par de nombreux électeurs comme le challenger le plus à même de battre le président sortant, Khalifa Sall a vu ses espoirs déçus le 20 janvier, lorsque le Conseil constitutionnel a invalidé son dossier de candidature à cause de sa condamnation. Dans les rangs du leader de la coalition Taxawu Senegaal, on n’a cessé de dénoncer un procès politique téléguidé par le pouvoir afin d’éliminer un adversaire dangereux. Ce que la présidence a toujours nié, assurant de l’indépendance de la justice.

« Confusion des pouvoirs »

Ce qui a déclenché l’annonce du soutien de Khalifa Sall à Idrissa Seck ce vendredi est la décision rendue le matin même par la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Cette dernière a débouté les demandes des avocats de Khalifa Sall en faveur d’un report de la présidentielle du 24 février.

 

« Nous sommes arrivés à un stade qui exige que l’on mette fin à cette confusion des pouvoirs, cette perversion des lois et des valeurs républicaines, a confié au Monde Afrique, Babacar Thioye Ba, directeur de cabinet de Khalifa Sall. Les institutions sont détournées pour servir le projet politique d’un homme, Macky Sall, et les juges rivalisent en soumission, mettant en danger notre démocratie. »

 

Libéral convaincu, Idrissa Seck est pourtant bien éloigné du socialisme défendu par l’ancien maire de Dakar. « Nous l’avons choisi car c’est le candidat qui a le plus de chances. Les derniers sondages le portent à 15 % d’intentions de vote, explique un proche de Khalifa Sall. Ce n’est pas un choix idéologique mais programmatique et objectif. » Les deux figures de l’opposition devraient dévoiler prochainement un accord prévoyant des mesures sociales à même d’assurer ce rapprochement entre libéraux et socialistes.

« Tout sauf Macky »

Mais le but avoué est clair : faire front commun contre un président-candidat qui annonce régulièrement sa réélection dès le premier tour. « Notre finalité, c’est tout sauf Macky », poursuit notre interlocuteur. Les forces logistiques, financières et humaines de la campagne de Khalifa Sall seront donc mises à contribution pour soutenir M. Seck.

 

Depuis sa cellule, Khalifa Sall devrait recevoir, en début de semaine prochaine, Abdoulaye Wade, ancien président du Sénégal (2000-2012) et figure de la vie politique sénégalaise. Longtemps mentor de Macky Sall, Abdoulaye Wade est devenu son adversaire le plus féroce depuis que son fils, Karim Wade, lui aussi candidat à la présidentielle de 2019, s’est vu évincé des listes électorales à cause de son passé judiciaire. Rentré au pays le 7 février, Abdoulaye Wade a exhorté ses soutiens encore nombreux à boycotter l’élection. Une décision sur laquelle Khalifa Sall lui demandera sans doute de revenir en vue de soutenir M.Seck et ainsi faire échouer le plan de réélection de Macky Sall.

Matteo Maillard (Dakar, correspondance)

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR