Blog de Cheikh Yerim Seck

Author

Mame Khary Ndaw

Mame Khary Ndaw has 102 articles published.

Recrudescence des incendies: le PM convoque un conseil interministériel

YERIMPOST.COM Le président de la République étant absent du territoire, le travail continue pour le gouvernement. Mahammed Boun Abdallah Dionne a ainsi convoqué un conseil interministériel pour cet après-midi. La réunion sera principalement axée sur la recrudescence des incendies dans la capitale, mais aussi en milieu rural. Le dernier incendie noté la semaine dernière avait décimé le marché Petersen.

Rebeuss: Avis aux visiteurs de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM  Il porte la signature du juge des peines, cet avis aux usagers du service public de la Justice, notamment ceux qui veulent rendre visite au détenu Khalifa Ababacar Sall. On peut y lire: « Certains changements ont été apportés dans la procédure de délivrance desdits permis. Ainsi, tout demandeur devra satisfaire aux obligations suivantes :

1 Faire une demande adressée au Coordonnateur des juges de l’Application des peines

2 Préciser l’objet de la visite

3 Se présenter physiquement

Les dépôts ont lieu le lundi et le mardi. Les retraits des permis de visite se font le jeudi et le vendredi. Aucune dérogation n’est admise. »

 

A quand le démarrage de l’université Amadou Makhtar Mbow à Diamniadio ? (MLD, Tekki)

Perdus dans des offres spontanées ridicules dans lesquelles on peut croiser Bictogo et autres prédateurs, les travaux peinent  à progresser. Quand on sait que la société Ecotra, créée en novembre 2016, toute puissante depuis l’ère Macky Sall, doit s’occuper des VRD à Diamnadio, on ne voit pas le bout du tunnel. Qui se cache derrière Ecotra bien présente dans le TER ?

  1. En tout cas,  le peuple des Assises Nationales ne devrait pas accepter une telle humiliation. Notre projet de gouvernance démocratique du Sénégal est à l’ordre du jour face à la dictature FayeSall. Je vous demande de resserrer les rangs. Il fera bientôt jour car BBY partira en vrille bientôt.

Mamadou Lamine Diallo, TEKKI

Après le gaz, l’accaparement du foncier, nouvel agenda de Macky Sall

J’avais interrogé le ministre Seck de l’agriculture sur les 10 000 ha de terres octroyées à une société marocaine dans des communes du Fouta,  Il m’avait répondu qu’il n’y pouvait rien, car c’était la décision du Maire et du Conseil Municipal. Le lamtoro Macky Sall serait intervenu dans ce dossier pour tempérer le conseil municipal. A suivre.

En vérité, on le sait,  les grandes firmes des pays industrialisés et émergents  s’intéressent aux terres sénégalaises et, sous prétexte de faire de la place à l’agrobusiness, BBY est prêt à donner nos terres à ces entreprises étrangères.

La réponse du ministre Seck indique la stratégie adoptée. Grâce à l’acte III de la décentralisation, les communautés rurales sont devenues des communes de plein exercice. Sans doute,  les maires pourront bientôt délivrer des titres, sans doute des baux de 99 ans ou autres titres acceptés par la finance à ces firmes étrangères et le tour est joué ; les grands responsables de BBY n’y seront pour rien. Ce qui constitue l’enjeu des élections locales.

Pour Macky Sall, il faudra s’assurer dans les communes à fort potentiel foncier, la désignation de maires totalement affiliés à la dynastie FayeSall qui pourront exécuter sans hésitation ni murmure les ordres du Lamtoro.

Mamadou Lamine Diallo, TEKKI

Retrouvailles avec le PS: Khalifa Sall se braque

YERIMPOST.COM La task force politique de Khalifa Sall s’est retrouvé ce lundi à la Mac de Rebeuss. Après avoir reçu Idrissa Seck, le patron de Taxawu Senegaal était à l’écoute de ses proches collaborateurs qui étaient venus lui faire un compte-rendu. Le weeend dernier, l’appel lancé par le bureau politique du Parti socialiste aux dissidents a été abordé, mais, selon Les Echos, c’est une fin de non-recevoir que Khalifa Sall a opposée à ses ex-camarades. Des sources confient au journal que l’ancien maire de Dakar a, à la limite, ignoré le sujet et s’est plus focalisé sur l’évaluation du dernier scrutin. La réaction de Barthélémy Dias sur ces retrouvailles voulues par Ousmane Tanor Dieng et cie, prouvait à suffisance le sort que Khalifa Sall allait faire à cette main tendue.

En effet, sur sa page Facebook, le maire de Mermoz/Sacré-Coeur postait en milieu de journée de ce lundi 18 mars un message on ne peut plus clair qui rejetait toute idée d’une réunification du PS.  « NOUS DÉNONÇONS CE SOCIALISME DE CASERNE ET COMBATTONS CE SOCIALISME D’OCCASION dans lequel les chanteurs de louange, les souteneurs, les candidats métamorphosés en collecteurs, les comploteurs pensent pouvoir l’emporter sur les militants; où l’amoralisme prime sur l’éthique; où l’engagement s’efface devant l’arrangement; où on préfère s’accommoder plutôt que de rompre. Dans lequel on préfère se servir au lieu de servir par le compromis et le renoncement, en tentant de gâcher l’avenir au lieu de construire le présent pour se projeter dans le futur. NOUS OPTONS ET LUTTONS DIGNEMENT POUR UN SOCIALISME DE CONVICTIONS ET D’AMBITIONS, POUR UN SOCIALISME DE PRINCIPES ET DE VALEURS. VIVE KHALIFA PRÉSIDENT. A BON ENTENDEUR… », écrivait Barthélémy Dias.

PDS: Me Madické Niang extermine le parti de Me Wade

YERIMPOST.COM  Le départ de Me Madické Niang du Parti démocratique sénégalais (Pds) ne sera pas sans conséquence. Après qu’il a annoncé sa démission du Pds, ce sont 26 responsables dudit parti qui ont claqué la porte. Parmi eux, des membres éminents du Comité directeur. Le parti d’Abdoulaye Wade se décime et, à ce rythme, il ne restera plus rien de cette formation politique. La réaction de Me Wade, dont le silence depuis la présidentielle du 24 février devient inquiétant, est plus qu’un impératif.

Drame à Diourbel: la famille du professeur Henry Ndiaye, tué par son élève, parle

YERIMPOST.COM Le drame qui s’est joué dimanche dernier à Diourbel, plus précisément dans la commune de Ngohé, entre un professeur et une élève, continue avec son lot de réactions. La famille de la victime a tenu à laver l’honneur d’Henry Ndiaye après l’information selon laquelle il est mort en tentant de faire des attouchements à son élève.

La famille a été doublement peinée d’entendre qu’Henry Ndiaye voulait abuser d’Henriette Diatta. C’est le grand-frère du défunt, David Ndiaye, qui s’ouvre à L’Observateur. « Certaines personnes disent qu’il tentait de violer Henriette, ce n’est pas vrai ! Les deux familles sont voisines et aucune d’elles n’a souhaité que les choses se déroulent ainsi. Henry avait l’habitude de fréquenter la maison des Diatta… Il avait de bons rapports avec Henriette. Ils avaient tous deux l’habitude de plaisanter à chaque fois que l’occasion se présentait et il arrivait qu’Henry soutienne financièrement cette famille… Je ne suis pas témoin des faits, mais ceux qui étaient présents m’ont dit qu’ils jouaient ensemble comme d’habitude », a confié David Ndiaye au journal.

Malgré son chagrin, le frère de la victime convoque le destin car, selon lui, au vu du récit des témoins, rien ne présageait  une telle fin. Convaincu que l’élève Henriette Diatta n’avait pas l’intention de donner la mort, David Ndiaye confie au journal sa thèse:  » Quand on poignarde quelqu’un à la cuisse, c’est qu’on n’a pas l’intention de le tuer. Henry a reçu le couteau à la cuisse gauche, certainement que l’arme lui a coupé une veine… »

Huis-clos à Rebeuss entre Khalifa Sall et Idrissa Seck

YERIMPOST.COM  Embastillé à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Rebeuss, l’ancien maire de Dakar est toujours sollicité. Ce lundi 18 mars, Khalifa Sall a reçu plusieurs visiteurs? notamment le leader de Rewmi, Idrissa Seck. Alliés lors de la présidentielle dernière, les deux hommes se sont entretenus longuement. Même si rien n’a suinté des discussions, il est fort à parier que Khalifa Sall et Idrissa Seck chemineront encore ensemble pour d’autres combats.

En attendant cela, l’ex-édile de la capitale purge sa peine à Rebeuss…

Erratum: le sorcier de Fass est bien vivant

YERIMPOST.COM  Moussa Gningue n’est pas mort comme nous l’écrivions dans nos colonnes un peu plus tôt, le chargé du mystique de l’écurie de Fass est vivant et en bonne santé. La rédaction de Yerimpost présente ses sincères excuses à l’intéressé ainsi qu’à ses lecteurs.

Abdoul Mbaye invoque Dieu, Moïse, Pharaon… pour répondre à BBY

Vingt mandats ne procurent guère que cent ans de pouvoir au Sénégal. Celui de Pharaon dura des milliers d’années. Il a suffi d’un ordre de Dieu (SWT) aux eaux ; Pharaon périt et Moussa fut sauvé, avec lui ceux qui croyaient.
« Koun fa yakoun ». Tout ce qui est, est œuvre du Tout Puissant (SWT), en satisfactions comme en douleurs pour l’humanité. Lui seul sait pourquoi, quand et comment.
Gardons-nous donc de prendre à notre compte les futurs qui se réalisent lorsque leurs issues pourraient nous surprendre. Car Dieu (SWT) est incertitude.
Par contre soignons nos relations avec nos contemporains. Laissons au moins leur honneur à ceux qui perdent, en particulier lorsque le combat a été inégal par l’usage de la force, par le non respect des règles, l’absence d’éthique et la corruption massive.
La paix n’est pas à mettre au crédit de ceux qui ont créé les conditions d’une explosion qu’ils auraient préférée à une non réélection. Elle est largement due à ceux qui ont préféré subir une « violence électorale » dans la durée plutôt que la remettre en cause. Fort heureusement de nombreux Sénégalais le reconnaissent ; certaines grandes figures ont magnifié cette attitude comme la plus illustre des victoires.
Évitons aussi de chanter trop tôt victoire, surtout lorsque sans gloire. Souvenons nous également que celle politique ne vient pas avec l’élection. Elle s’apprécie à la fin de mandat par son exécution conforme et l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.
Prions plutôt pour le mieux être des Sénégalais à bâtir sur les cinq prochaines années.
Amen.

Abdoul Mbaye
Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
Dakar le 18 mars 2019

Diourbel: une élève de terminale plante un couteau à la jambe de son professeur qui décède

YERIMPOST.COM  Henry Ndiaye et Henriette Diatta, un professeur et son élève dont les vies ont basculé à tout jamais ce dimanche 17 mars à Diourbel. Henry Ndiaye, le professeur, est décédé après avoir reçu des coups de couteau de son élève. Un témoin explique que le drame est survenu au domicile d’Henriette Diatta, aux environs de 13 heures. Le professeur tentait de « caresser » la jambe de son élève. Cette dernière, après plusieurs sommations, a saisi le couteau qui se trouvait à proximité, l’a planté à plusieurs reprises à la jambe de la victime. C’est lors de son transfert à l’hôpital qu’Henry Ndiaye a succombé. Aussitôt, la jeune fille en classe de terminale a été interpellée et placée en garde-à-vue.

Ziguinchor: Disparition d’un témoin de l’affaire de la descente de la gendarmerie chez la mère de Sonko

YERIMPOST.COM Il s’appelle Ibrahima Sonko, « Vieux » pour les proches. Cet homme a disparu depuis jeudi dernier, laissant sa famille dans une grande inquiétude. Il avait quitté son domicile pour se rendre au travail et, depuis, plus aucun signe de vie.

Constatant son absence, la famille décide de se rendre à la pharmacie où Vieux Sonko officie et, sur place, le patron des lieux leur notifie que leur parent n’est jamais arrivé au travail le jeudi. De plus, l’employeur de Vieux fait savoir que le jeune homme devait aller à la banque pour effectuer un versement de plus d’un million. A la banque, aucune trace de son passage. Ses proches ont signalé à la Police la disparition de Vieux et, selon Les Echos, une enquête est ouverte. Le journal souligne par ailleurs que l’homme en question est un des témoins qui avaient été entendus dans l’affaire du gendarme « envoyé » chez la mère d’Ousmane Sonko.

Voici en intégralité le communiqué du BP du Parti socialiste

Le Bureau politique, élargi aux secrétaires généraux de coordination, aux élus nationaux et locaux, s’est réuni le samedi 16 mars 2019, à la Maison du Parti Léopold Sédar SENGHOR, sous la présidence du Secrétaire général, le Président Ousmane Tanor DIENG.
Les travaux de cette 12ème session ont porté sur la situation nationale et la vie du parti, notamment sur l’évaluation préliminaire du scrutin présidentiel du 24 février 2019 et les perspectives politiques, ainsi que sur la vente des cartes et les renouvellements des instances ;
Considérant l’importance que revêt ce rendez-vous électoral historique qui a mobilisé l’ensemble des acteurs politiques et des forces vives du pays ;
Considérant l’engagement sans faille de notre parti, au sein de la coalition BBY et la mobilisation générale des militants et sympathisants, à tous les échelons, autour de l’objectif majeur de réélection de notre candidat, le Président Macky SALL, dès le premier tour ;

LE BUREAU POLITIQUE
APPROUVE, sans réserve, les termes de la déclaration du Parti, publiée au lendemain de la proclamation, par la Commission Nationale de Recensement des Votes, des résultats provisoires du scrutin ;
SE REJOUIT de la victoire éclatante du Président Macky SALL, pour laquelle notre Secrétaire général, le Président Ousmane Tanor DIENG s’est pleinement investi, avec loyauté ;
FELICITE très chaleureusement le Président Macky SALL, pour sa brillante réélection, dès le premier tour, qui traduit l’adhésion majoritaire des populations à la poursuite du Plan Sénégal Emergent ;

LE BUREAU POLITIQUE
MARQUE, par ailleurs, son adhésion à l’appel au dialogue national ouvert et inclusif lancé par le Président Macky SALL, à la suite de la proclamation des résultats définitifs, par le Conseil constitutionnel.
APPELLE tous les acteurs de la vie politique, économique et sociale à y répondre favorablement, sans préalables ou conditions ;
CONDAMNE l’attitude irresponsable d’une partie de l’opposition et des candidats défaits qui s’obstinent à nier l’évidence de la victoire incontestable du Président Macky SALL ;
RENOUVELLE sa confiance au Secrétaire général, le Président Ousmane Tanor DIENG et l’ENCOURAGE à contribuer à la consolidation de la coalition Benno Bokk Yakaar et à poursuivre résolument son engagement, au service des intérêts supérieurs de notre pays et de notre Parti ;
RECOMMANDE vivement à tous les militants et responsables du Parti, de maintenir partout, autant que faire se peut, la dynamique de mobilisation et de partenariat gagnant-gagnant, en perspective des prochaines échéances électorales locales ;
ENGAGE, en conséquence, l’ensemble des militants et responsables à procéder à l’évaluation du scrutin du 24 février, de notre participation au processus, d’analyser les résultats, au niveau de chaque commune et département et d’en faire rapport à la commission électorale nationale, au plus tard, en fin mars 2019 ;
DEMANDE, sur un autre plan, aux militants et responsables de poursuivre instamment les opérations de vente des cartes, de démarrer le renouvellement des instances de base, dans toutes les coordinations remplissant les critères définis par la circulaire et d’en faire de grands moments d’animation et de mobilisation ;
ENGAGE, à cet effet, la Commission nationale de Contrôle et de Suivi de la Vente des cartes et l’ensemble des responsables du Parti, à inscrire ces actions prioritaires, dans un délai de quatre mois, à compter du mois d’avril, jusqu’au mois de juillet 2019 inclus et de tout mettre en œuvre, pour la tenue du prochain congrès ordinaire.

Fait à Dakar le samedi 16 mars 2019
Le Bureau politique

Retrouvailles des socialistes: les pro-Khalifa rejettent la main tendue

YERIMPOST.COM  Lors de son BP de ce samedi 16 mars, le porte-parole du Parti socialiste a lancé un appel à ses ex-camarades pour revenir dans les rangs du parti. Vous l’aurez compris, une invitation qui vise Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Bamba Fall et consorts.

Chez les proches de l’ex-édile de Dakar, cet appel laisse un goût très amer au vu de tout ce que leur leader a enduré. Bassirou Samb des Jeunesses khalifistes s’interroge: « De quels socialistes parlent-ils pour appeler à des retrouvailles ? » Avant de poursuivre: « Personne n’a jamais entendu Khalifa Sall ou un autre annoncer leur démission du PS. Nous avons toujours réaffirmé notre appartenance à ce parti. La question à poser à Tanor et Cie, c’est de savoir pourquoi inviter à des retrouvailles des gens qui n’ont jamais quitté. A mon avis, ils ont un problème de conscience. »

Babacar Aba Mbaye, un autre lieutenant de Khalifa Sall, a un avis bien tranché:  » Aujourd’hui, il y a crise ! Nous de Taxaawu Senegaal, nous incarnons le PS des valeurs, le vrai PS qui ose assumer son passé… Bien sûr que nous reviendrons au PS mais ce sera pour phagocyter ce qu’il en reste, recréer un nouveau PS avec un leadership réinventé et une organisation repensée. L’histoire du PS, ce n’est pas une histoire de ‘je sors je reviens ou vous étiez sortis, vous pouvez revenir’. Non, les choses sont beaucoup plus sérieuses que cela, bien plus importantes et l’histoire nous jugera. »

Mairie de Mbacké: Dénoncé, Abdou Mbacké Ndao « fouillé » par l’Ofnac

YERIMPOST.COM Cela sent le roussi pour Abdou Mbacké Ndao, maire de Mbacké. Suite à une dénonciation, trois enquêteurs de l’Office national de lutte contre la corruption et la fraude (OFNAC) fouillent dans les tiroirs de la mairie. Depuis lundi dernier, ces agents de Seynabou Ndiaye Diakhaté passent au peigne fin les dossiers du patrimoine roulant, de la réserve foncière, des finances, bref de la gestion du maire. L’Ofnac s’active à Mbacké suite à une plainte déposée par le sieur Babou, 3e adjoint de la mairie dans la précédente équipe municipale. Les enquêteurs ont de la matière puisque, dans sa plainte, Youssoupha Babou a listé de nombreuses irrégularités constatées.

A Macky Sall: Ndam li ak Ndap li !

Pensez-vous qu’il peut donner un poste à tout ce beau monde qui s’agite ? Je vous dis tout de suite non ! « Fokk am ñu waara » !
Vous criez partout ! Vous sautillez « Mane la ! Mane la ! Mane keessé la ! »
Vous le faites en oubliant tous ses militants et sympathisants qui ont voté pour Macky Sall. Vous recommencez, n’est-ce pas ?
Vous allez même jusqu’à dire que sans vous le candidat Macky Sall serait au second tour alors que vous savez bien que c’est faux. « Bayi leen seen xel yi ngen di foowe ! » Ton vote n’a compté qu’une voix au finish.
Tu bouffes seul l’appui donné pour la campagne électorale et aujourd’hui tu veux nous faire croire que tu es l’artisan de la victoire. Arrêtes waay ! Un peu rek nak ! Trop c’est trop !
Durant les présidentielles, tu as fait du « ngaralé » et c’est connu de tous. Dans ton for intérieur, tu ne croyais pas à la victoire au 1er tour. Tu n’as pas voulu mettre tous tes œufs dans un seul panier. Tu te croyais bien malin hein ! Tu pensais qu’en investissant sur deux candidats tu avais plus de chance. « Bou doul kii di keulé » en vrai adepte de PMU !
Aujourd’hui vous faites des sorties dans la presse pour mettre la pression sur celui qui a la lourde tâche de choisir alors que réellement tu n’as jamais cru que sa réélection au 1er tour était possible. Certains même fuyaient les plateaux télé pensant qu’il était devenu dangereux de défendre le bilan du Président sortant. On a tous compris !
Monsieur le Président nouvellement réélu votre victoire vous ne la devez qu’à Allah et tout le mérite vous revient. Au moment du choix de votre nouvelle équipe, rappelez-vous que durant 7 ans certains ont délaissé la base et n’ont jamais dialogué avec les militants. Aujourd’hui, ils sont redevenus tous polis et c’est juste pour « jotaate ». « Dagnouy yeerou » et dès que ce sera fait ils redeviendront pires durant les 5 ans à venir. Ils ouvriront la rude bataille de votre succession avant l’heure. Ils se crêperont le chignon même en votre présence et finiront par provoquer le courroux des sénégalais.
Cependant, je reconnais bien qu’ils ne sont pas tous ainsi. S’il faut reprendre, reprenez les meilleurs d’entre eux.
Ce qui ne sera pas certes facile car votre nom est inscrit partout ces temps-ci. On le prononce dans des incantations et les charlatans se remplissent les poches. Que d’œufs cassés au niveau des ronds-points ! Que de litres d’eau bénite versés sur les corps !
Qu’Allah vous protège Monsieur le Président contre toutes ces flêches lancées la nuit, contre toutes ces incantations, ces « fass » …Qu’Allah mobilise pour votre protection les secrets contenus dans « Al falaq » et « A’Nass ».
Dans vos choix, n’oubliez surtout pas tous ceux qui ne prenaient plus les appels des militants sept ans durant. N’oubliez pas aussi tous ces responsables écartés de vous par les lobbyistes, à coup de mensonges et de « «ndeug seureukh » !
Monsieur le Président réélu « ndam li yaay borom », qu’Allah vous éclaire pour le reste.
Amine ci barkep Serigne Saliou !

Souleymane Ly
Spécialiste en communication
julesly10@yahoo.fr
776516505

Le maire de Sokone, pur opportuniste politique!

Il ne peut pas y avoir plus opportuniste, en matière politique, que le Maire de Sokone, Mamadou Moustapha Guèye. Ses manœuvres et son éventuel soutien au chef de l’Etat qu’il n’écarte pas de rejoindre dans le cadre d’une alliance rappelle le règne animal où certaines espèces trouvent toujours la remarquable faculté d’adaptation aux modifications affectant leur écosystème. Aujourd’hui, Petit Guèye, sentant son fauteuil vaciller, engage une opération de charme en direction du Président de la République et son parti. Dommage pour lui. Il a raté depuis très longtemps le train du Président Macky Sall. Ses hésitations, tergiversations et ruses, ont fini de dévoiler au grand jour, sa véritable nature. Il est à l’opposé du militant sincère qui a des convictions chevillées au corps. Mamadou M. Guèye est un carriériste, doué pour la conservation de la parcelle de pouvoir que Sokone est ses citoyens lui avaient confiée en 2014.

Au bout de cinq années et après avoir perdu deux compétitions électorales, il devient manifeste que la population sokonoise a perdu toute confiance en son Maire. Il a dû faire la même lecture que nous. Mais en fin opportuniste politique, sa stratégie est de s’allier avec le pouvoir qu’il a toujours combattu. Excepté le référendum, Petit Guèye a jusqu’ici pris part à des alliances ayant fait face à Benno Bokk Yakaar et son chef. D’abord, il s’est allié avec Cheikh Tidiane Gadio pour être battu à plate couture durant les dernières législatives. Il sera ensuite, écrasé par la coalition au pouvoir, à l’occasion de la récente présidentielle où M. Guèye a soutenu le candidat Idrissa Seck. Des déculottés qui l’ont ramené sur terre pour se rendre compte de son impopularité et sa perte de terrain politique.

Le téléthon, le foncier…

Quelque part, on se demande si le Maire est mentalement stable. Un questionnement qui se fonde sur la nature des promesses qu’il est capable de faire mais surtout sur les histoires à dormir debout qu’il ne cesse de raconter à ses interlocuteurs. Cela est d’ailleurs renforcé par sa faculté à sortir des propositions farfelues dans le genre «Une commune un milliard» et sa capacité à noué de nouvelles alliances, sans tête ni queue, à chaque veille d’élection.
Petit Guèye, avant de déclarer son intention de briguer un second mandat à la tête de la mairie de Sokone, aurait dû prendre le soin d’éclairer la lanterne des populations sur les fonds récoltés à l’issue du téléthon qu’il avait organisé au début de son magistère. Les vingt millions FCfa collectés à l’époque, restent introuvables jusqu’à ce jour. A quoi ont-ils servi ? Ont-ils été détournés par l’édile ? Les Sokonois aimeraient quand même être édifiés. La gestion du foncier, les litiges qu’elle provoque, l’accaparement de terre appartenant à des privés et la distribution de parcelles suivant la tête du demandeur sont d’autres difficultés qui rythment le quotidien des Sokonois.

Petit, les vraies questions sont là
A exactement neuf mois de la fin de son mandant, il ne serait pas inutile que Petit Guèye revienne sur son bilan en mettant en évidence ses résultats positifs et ses échecs. Une telle position éclairerait davantage les votants de décembre 2019. Mais cela pourrait s’avérer gênant pour M. Maire. Lui qui avait soutenu et convaincu en 2014 les habitants de Mbouldiamé qu’une fois élu, il construirait à neuf le pont qui enjambe le bolong et les sépare du reste de Sokone. Il avait d’ailleurs poussé la promesse jusqu’à dire qu’il y mettrait le bitume. Dans une verve démagogique sans nom, il avait promis de draguer le principal canal qui conduit Sokone vers les îles du Saloum. Il avait en outre promis de mettre de l’électricité dans les quartiers qui n’en avaient pas en plus d’étendre le réseau d’adduction d’eau et bâtir une promenade autour de laquelle seraient agglutinées des infrastructures sportives. Il avait promis de l’emploi aux jeunes et des activités génératrices de revenus aux femmes. Les plus lucides dans son entourage lui ont souvent demandé avec quels moyens. Il répondait qu’avec son expérience de fonctionnaire international, il avait tissé des relations avec des partenaires financiers qui étaient juste en attente de son élection pour injecter les fonds nécessaires au développement de Sokone.
Alioune Badara COULIBALY
Citoyen Sokonois

Cyberattaque: la BDK victime d’une bande, plusieurs millions « pompés »

YERIMPOST.COM La Banque de Dakar (BDK) a été victime d’un piratage de son réseau informatique. Ce qui a permis aux hackers de pomper de très fortes sommes d’argent de différents comptes. Les suspects ont été interpellés par la Division spéciale de la cybersécurité de la Police. Il s’agit de six Nigérians et d’un Sénégalais qui avaient un modus operandi bien rodé. Aucune information n’a filtré sur le montant exact des sommes « pompées » mais les policiers mènent l’enquête.

Rebeuss: L’avis de Khalifa Sall sur une grâce du président Macky Sall

YERIMPOST.COM  La grâce présidentielle est supputée depuis le lendemain du scrutin. De l’avis de certains observateurs, maintenant que la présidentielle est terminée, Khalifa Ababacar Sall ne doit plus continuer à rester en prison. Barthélémy Dias, qui est allé lundi dernier à Rebeuss, confie avoir discuté de la question avec Khalifa Sall. « Maintenant que Macky Sall est élu, je pense qu’il va te libérer puisqu’il t’a emprisonné juste pour t’écarter de la présidentielle », a dit le maire de Mermoz/Sacré-Coeur à Khalifa Sall. Barthélémy Dias révèle avoir été surpris par la réponse de Khalifa Sall qui lui a réaffirmé qu’il n’était demandeur de rien. La seule chose que Khalifa Sall demande, c’est la force de tenir encore ces trois prochaines années afin de purger sa peine. Et ça, il le convoite de Dieu.

Thiaroye Azur: une trisomique violée par un charbonnier

YERIMPOST.COM  S. Badji,  jeune fille de 22 ans, atteinte de trisomie 21 (appelée également mongolisme), a été violée dans un parc à charbon à Thiaroye Azur. La victime, qui avait été envoyée pour acheter du charbon, s’est retrouvée seule, face à son bourreau qui a abusé d’elle. Revenue chez elle en sang, la jeune fille a été aussitôt conduite à l’hôpital où les médecins ont immédiatement constaté le viol. La gendarmerie de la localité a été informée et une enquête est ouverte. Le charbonnier, qui a été désigné par S. Badji, avait pris la fuite avant l’arrivée des gendarmes. Il est activement recherché. A noter que c’est le quatrième cas de viol dans la banlieue dakaroise en l’espace de 10 jours.

Vacances: le président Macky Sall « retranché » à Marrakech

YERIMPOST.COM  Enfin, il peut souffler quelques jours, loin de Dakar et de ses tracas. Le chef de l’Etat a quitté ce vendredi 15 mars Abu Dhabi pour le Maroc. Un séjour au royaume chérifien durant lequel le président tient à être seul. Résidence privée, sécurité réduite au stricte minimum, le président Macky Sall s’encombre finalement de peu. D’ailleurs, renseigne le quotidien l’Observateur, les membres de son cabinet qui l’ont accompagné dans son bref séjour dans la capitale des Emirats sont rentrés à Dakar avec l’avion présidentiel. Désormais « retranché » à Marrakech avec son épouse, le président de la République a la latitude de mieux réfléchir sur ces hommes et femmes qui vont l’accompagner durant son quinquennat.

15 mars 2017-15 mars 2019: 2 ans déjà que « Cheikh » est parti

YERIMPOST.COM Deux ans qu’il est parti, laissant derrière lui un peuple orphelin. Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum, le cinquième khalife des tidianes, a rejoint son Seigneur le 15 mars 2017. Religieux, intellectuel, homme politique, spirituel, orateur… Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum était un personnage multi-dimensionnel. 15 mars 2017-15 mars 2019, le Sénégal se souvient encore…

Maguette Ndiaye sélectionné parmi les officiels de la Coupe du monde U20

L’arbitre sénégalais Maguette Ndiaye a été sélectionné parmi les officiels devant officier lors de l’édition 2019 de la Coupe du monde des moins de 20 ans, prévue du 23 mai au 15 juin, annonce la FIFA.

L’arbitre central sénégalais sera assisté d’Elvis Noupue (Cameroun) et du Burkinabè Seydou Tiama.
Ndiaye avait l’habitude de siffler aux côtés de ses compatriotes Djibril Camara et Malick Samba, qui avaient accompagné Malang Diédhiou à la phase finale de la Coupe du monde 2018 en Russie.
Le trio avait officié lors du Mondial U20 de 2017 en Corée du Sud.
En plus du trio conduit par le Sénégalais Maguette Ndiaye, deux autres trios sont attendus au Mondial U20 prévu en Pologne.
L’arbitrage africain sera présent au niveau de l’assistance vidéo (VAR) avec trois officiels : le Gambien Papa Bakary Gassama, l’Egyptien Ghead Grisha et l’Ethiopien Bamlak Tessema.
Quatre équipes représenteront le continent à cette phase finale de Coupe du monde, à savoir le Mali, le Sénégal, l’Afrique du Sud et le Nigeria.
Le Sénégal évoluera dans le groupe A avec le pays organisateur, Tahiti et la Colombie.
Les protégés de Youssouph Dabo, finalistes de la CAN 2019 de la catégorie, débuteront contre Tahiti le 23 mai, ensuite joueront contre la Colombie (26 mai) puis la Pologne (29 mai).
Source: APS

Direction de l’Artisanat: Qu’attend le directeur pour partir ?

YERIMPOST.COM Climat délétère au département dirigé par Mamadou Talla ! Des agents du ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, plus précisément à la Direction de l’Artisanat, sont courroucés par le directeur. Mactar Diakhaté, selon le quotidien Les Echos, en poste depuis l’ère Diouf, rechigne à partir à la retraite. A la direction, la présence du DG n’est presque plus tolérée.

Assemblée nationale: Aboul Aziz Diop fait son entrée

YERIMPOST.COM  Madické Niang n’est plus député. C’est acté mais il lui faut bien un remplaçant. Suite à la lettre de démission qui a été réceptionnée par la secrétaire de Moustapha Niasse, le départ de Me Niang va être constaté par la conférence des présidents avant d’être rendu officiel. Abdoul Aziz Diop, secrétaire général de la Fédération nationale des cadres libéraux, sera, dans la foulée, désigné comme le successeur.

Assemblée nationale: Me Madické Niang se « débarrasse » du PDS

YERIMPOST.COM Me Madické Niang coupe le dernier fil qui le reliait au Parti démocratique sénégalais (Pds). Le poste de député qu’il avait obtenu par la grâce du parti, il le lui rend. Même si certains de son entourage soutiennent que cet acte était programmé depuis longtemps par l’intéressé, la lettre de Serigne Cheikh Bara Dolly est venue donner un coup d’accélérateur à la démission. Une question d’heure pour que Me Madické Niang soit désormais « ancien député ». En fervent disciple, il semblerait qu’il a d’abord recueilli l’accord du khalife général des mourides avant de déposer la lettre au secrétariat du président de l’Assemblée nationale. Serigne Mountakha Bassirou, qui est actuellement en retraite spirituelle, n’a pas encore reçu l’émissaire de l’ex-candidat à la présidentielle qui tient à ce que son guide soit le premier informé. Ensuite, Me Madické Niang s’en ouvrira à qui voudra l’entendre.

« Cambriolage » raté au domicile d’Abdoulaye Baldé et de son épouse

YERIMPOST.COM  C’est vers les coups de 4 heures du matin, dans la nuit du mardi à mercredi, qu’un individu s’est introduit au domicile d’Abdoulaye Baldé et de son épouse. Selon Les Echos, l’homme encagoulé n’était pas venu que pour commettre un larcin. Il n’a rien emporté avec lui, alors qu’au rez-de-chaussée se trouvaient des  objets de valeur. Sa « mission » était apparemment d’atteindre le couple. Il a réussi à démonter la fenêtre de la salle de bain du maire de Ziguinchor avant que ce dernier, réveillé par un bruit sourd, sorte de son lit pour voir ce qui se passait. « Dérangé » dans son maraudage, l’individu quitte précipitamment les lieux, laissant derrière lui une lampe torche qu’il tenait par devers lui. Le sang du couple Baldé n’a fait qu’un tour.

Idrissa Seck sert un discours concis mais ferme

YERIMPOST.COM Aphone depuis le lendemain du scrutin du 24 février dernier, Idrissa Seck s’est enfin adressé aux Sénégalais. L’occasion ? Un point de presse tenu ce mercredi au siège de Bokk Guis Guis où le leader de Rewmi était entouré des membres de la coalition qui l’a porté lors de la présidentielle. Arrivé 2ème avec un score de 20,51%, Idrissa Seck n’en démord pas de l’idée qu’un hold up électoral a été orchestré depuis le départ par le pouvoir pour se maintenir en place. Le candidat malheureux à la présidentielle rappelle qu’en constatant le déroulement des choses, eux, leaders de l’opposition, pouvaient inciter les populations à descendre dans les rues. Une situation qui pouvait se solder par un bain de sang dont ils ont refusé d’être les responsables.

Cependant, la mobilisation reste intacte pour consolider et défendre les acquis démocratiques. Dans la même lancée, Idrissa Seck, que l’on n’avait pas entendu depuis l’arrestation des jeunes de sa formation politique, s’est indigné que le droit de manifester qui leur est conféré par la Constitution leur a été interdit au point de procéder à leur interpellation alors qu’ils ne faisaient qu’exprimer leur désaccord face à une volonté affichée de confiscation du pouvoir. Pour ceux qui sont encore dans les liens de la détention, le leader de la coalition Idy 2019 a exigé leur libération. De même que pour Khalifa Ababacar Sall qui, selon  Idrissa Seck, n’a plus rien à faire en prison. Il réclame sa libération immédiate.

Présidentielle 2019: Macky Sall, seul artisan de sa propre victoire

Depuis la proclamation définitive des résultats de l’élection présidentielle du 24 février dernier, des responsables politiques de la mouvance se relaie dans la presse chacun pour tirer la couverture de son côté et ainsi réclamer la paternité de la victoire de Macky SALL au premier tour. Certains poussent le bouchon plus loin en déclarant que si ce n’était eux le candidat de Benno serait au second tour.
Que nenni !
Le candidat marron beige a réussi à se faire réélire à travers une stratégie qu’il a lui-même tracé et mis en œuvre tout seul. C’est au sortir du référendum de 2016 qu’il a compris que la tâche risque d’être ardue en 2019 si lui-même ne prend pas les choses en main. Il a fait une analyse froide de la situation et une lecture fine de la cartographie de toute sa force politique à travers le pays. Lors de la révision portant sur les listes électorales qui ont suivi le référendum il a
enjoint à travers un communiqué ses partisans à inscrire le maximum de militants au moment où l’opposition était occupée ailleurs. A la fin de cette étape il a lui-même fait l’évaluation avant de convoquer les responsables par département pour faire lecture des conclusions de l’analyse par lui faite. Cap sur les législatives ! Deuxième coup d’essai afin de savoir où en était sa force politique. Rebelote ! Il refait les mêmes analyses avant de se rendre compte que le saut est presque réussi mais dépasse pas les 50%. Les responsables sont convoqués à nouveau au palais. Cette fois le candidat à sa propre succession hausse le ton et donne ses dernières directives en direction de la révision qui suit. Les responsables s’y mettent et le fichier enregistre cette fois une hausse assez remarquable avec l’inscription de militants marron beiges. Le candidat ne lâche rien sur ce que la loi lui offre. Il maintient le Ministre de l’intérieur comme responsable et organisateur des élections : ce n’est pas un crime et c’est légal ! L’opposition vocifère et perd des forces dans sa lutte pour le départ de Aly Ngouye Ndiaye.  Arrive le moment du parrainage qui est devenu légal, la loi étant votée à l’Assemblée. Le candidat affine sa stratégie et va au-delà des 1,8% requis. Sur le terrain l’opposition n’arrive plus à trouver de parrains. Benno Bokk Yakaar a fini de rafler la mise. A part quelques candidats bien organisés, 4 au total, tout le reste se casse les dents avant de retourner se ranger derrière un de ces quatre. Le jeu est devenu clair. Les candidats en face sont bien identifiés et il est dès lors plus facile de les contrôler et au demeurant étouffer leur envol. Le candidat Macky Sall sait maintenant que Thiès est perdu d’avance surtout avec le vote des 18-24 ans et des 30-40 ans. Dans cette ville il sait bien que parmi ses responsables personne n’a l’étoffe pour concurrencer Idrissa Seck. Le seul qui pouvait le faire, en l’occurrence Augustin Tine, n’est pas très politique, est trop
correct pour un politicien et est constamment dans son village à Fandène laissant la ville aux jeunes loups aux dents longues. Pour réduire les écarts Monsieur SALL sort une note à l’endroit de ses responsables pour leur intimer l’ordre de privilégier le porte à porte. Il coupe ainsi l’herbe sous les pieds à tous ceux qui sont adeptes du saupoudrage en période de campagne: la clef de la victoire est ainsi trouvée. A Dakar, il confie la mise en œuvre de sa stratégie à sa dame Madame Marieme Faye SALL dont il est sûr de la loyauté et de l’engagement. Il est aussi sûr qu’avec elle il peut à tout moment apporter les correctifs nécessaires. Madame la Première Dame avait aussi l’atout de pouvoir fédérer toutes les forces sans qu’une seule tête ne déborde.  Plus de querelle de « borom Dakar ». Tout ceci réglé comme sur un papier de musique, le candidat Macky est allé à la rencontre du peuple dans un marathon digne d’un lutteur soif de victoire. Là où certains candidats ont peiné à respecter leur calendrier, lui l’a maîtrisé avec
des meetings qui se sont succédés dans des endroits des fois éloignés de plus de 100 kilomètres. A Fatick où à mon sens il a fait sa meilleure sortie il a très tôt compris que les populations en veulent aux responsables mais pas à lui. Il a eu l’information que sa base naturelle s’est fissurée derrière lui. Certains jeunes mêmes refaisaient l’accès de leur quartier à des responsables politiques. Le candidat Macky descend à Fatick en fils du terroir. Il descend de sa voiture pour se fondre dans la foule avant d’entamer une course qui a séduit plus d’un en direction du stade. Arrivé sur place, son discours a touché le cœur des populations du Sine qui ont voté en masse pour lui. Autre coup de maître qui mérite attention s’est passé lors de son meeting à Koumpentoum dans le département de Tamba. Le candidat arrive dans une localité où les querelles entre le Maire et le Président du conseil départemental ont fini d’exacerber plus d’un. Au moment de son discours Macky se rend compte que l’imam ratib de la ville est retenu à l’entrée par les préposés à la sécurité. Il suspend son speech pour lancer à leur endroit :  « laissez le passer ! Comment pouvez vous
retenir un Imam qui me fait l’honneur d’être là ! » Cette interpellation est restée dans la mémoire des Koumpentoumois qui sont allés aux urnes pour rendre hommage à son auteur. Le candidat Macky SALL a réussi à maintenir le redoutable Abdoulaye Wade loin de ces joutes de 2019 et c’est là où l’élève a fini de dépasser le maître.
Il a aussi réussi à maintenir à ses côtés sans rien faire transparaître tous ces responsables qui ont joué sur deux tableaux. Je parle de ceux-là qui battaient campagne pour lui et qui en même temps soutenaient un candidat de l’opposition.

Macky SALL a su seul réussir sa propre réélection et aujourd’hui ne doit rien à
personne !
S’il y’a des remerciements à faire, le Président les doit à Allah !

Souleymane Ly
Spécialiste en communication

Etats-Unis: le basketteur Issa Thiam dans de beaux draps

YERIMPOST.COM  Issa Thiam, ce basketteur sénégalais qui évolue aux Etats-Unis, est dans de beaux draps. A en croire Libération, le jeune homme est en procédure d’expulsion du pays de l’Oncle Sam. Arrêté pour violence sur une femme, le sociétaire de l’équipe de basketball des Rutgers a été libéré sous caution, en attendant sa comparution le 5 avril prochain. La victime est, selon le journal, dans un sale état. Son passeport a été confisqué par les autorités judiciaires et son club l’a suspendu.

Khossanto: le corps sans vie de Wally Kanouté retrouvé en état de putréfaction

YERIMPOST.COM  Wally Kanouté, un orpailleur de 29 ans, a été tué à coups de gourdins dans la commune de Khossanto. Le corps sans vie du jeune homme, qui était également un politicien, a été découvert tôt le matin du mardi 12 mars. Wally Kanouté était visiblement mort depuis plusieurs heures du fait de l’état de son corps. A en croire l’Observateur, dans l’impossibilité de transporter la dépouille, le procureur de la République de Kolda a ordonné l’inhumation sur place. Ses proches signalent que le défunt avait quitté les siens le samedi précédent et, depuis, il était resté introuvable jusqu’à la découverte macabre. Une enquête a été ouverte par les hommes du Commandant Lô pour élucider cette affaire. A noter que les affaires de la victime (son téléphone portable, sa moto, sa pièce d’identité…) ont été retrouvées sur les lieux, ainsi que deux gourdins tachetés de sang. Le journal signale que Wally Kanouté avait quitté les rangs du PDS la veille de la présidentielle pour rallier l’APR.

Assemblée nationale: le cas Madické Niang posé par le PDS

YERIMPOST.COM  « Suite aux déclarations de ce samedi 9 mars de Me Madické Niang rendant publique sa démission du PDS, nous demandons conformément à l’article 60 de la Constitution et l’article 7 de la loi portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale, qu’il soit automatiquement déchu de son mandat et remplacé. Comptant sur votre diligence, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de ma parfaite considération. » Ces lignes signées par Serigne Cheikh Bara Doly Mbacké sont adressées à Moustapha Niasse. Le président du groupe parlementaire Liberté et démocratie a saisi l’Assemblée pour faire appliquer la loi sur son désormais ex-camarade de parti, Me Madické Niang. Ce dernier a, en effet, annoncé qu’il quitte définitivement le Parti démocratique sénégalais. Pour s’éviter une humiliation certaine après avoir bravé « l’interdit » du Pape du Sopi en se posant comme un candidat alternatif du PDS lors de la dernière présidentielle. Au nom de cette dignité qui l’a fait sortir du parti, Me Madické Niang ne devrait-il pas rendre ce mandat acquis sous la bannière du PDS ?

Kiné Lam en deuil: Dogo Thiam, son mari, n’est plus

YERIMPOST.COM  La grande faucheuse s’est invitée chez la chanteuse Kiné Lam. Son époux, Dogo est décédé ce mercredi 13 mars, annonce ZikFM. La diva de la musique traditionnelle avait mis en parenthèse sa carrière pour assister son mari qui était malade depuis plusieurs années. La rédaction de Yerimpost présente ses sincères condoléances à Kiné Lam et famille.

Retour de Karim Wade: à quitte ou double

YERIMPOST.COM Exit la présidentielle à laquelle il devait être le challenger de Macky Sall, mais toujours pas l’ombre de Karim Wade. L’espoir de ses partisans est ranimé par cette énième annonce de son retour au bercail. Après la prestation de serment du président réélu, le 2 avril prochain, l’ancien pensionnaire de Rebeuss, terré à Doha depuis son élargissement, fera son come back au risque de se voir interpellé à sa descente d’avion au nom d’une contrainte par corps s’il ne débourse pas l’amende de 138 milliards. A moins d’une loi d’amnistie votée par l’Assemblée nationale avant son retour et qui effacera totalement le délit pour lequel il est toujours poursuivi. L’espoir est d’autant plus permis que lors de son adresse à la Nation suite à sa réélection, le chef de l’Etat avait tendu la main à toutes les forces vives pour un dialogue avec l’implication de ses prédécesseurs dont Wade-père. Dans ce climat d’apaisement, Karim peut-il prendre le risque de fouler le sol sénégalais ? Time will tell…

3ème mandat: Seydou Guèye coupe court au débat

YERIMPOST.COM Au moment où le débat fait rage dans les coins et recoins de la capitale, le porte-parole du gouvernement et de l’Alliance pour la République vient siffler la fin de la récréation. Sur la question d’un troisième mandat pour le président Macky Sall, Seydou Guèye tranche que la Constitution est on ne peut plus précise. Seydou Guèye invite les pamphlétaires à se référer au texte de la Constitution qui, selon lui, ne laisse aucune marge à l’interprétation. « Le problème qu’on avait connu par le passé, le président Macky Sall y a apporté une réponse en limitant le nombre de mandats, en fixant la durée du mandat du président de la République et en verrouillant un peu la Constitution pour que ces dispositions relatives à l’élection du président de la République soient pratiquement intangibles », a-t-il soutenu. Avant de trancher: « Macky Sall entame son dernier mandat. »

Prochain gouvernement: le président Macky laisse ses hommes dans le doute

YERIMPOST.COM  Macky II acté, mais mystère et boule de gomme sur le premier gouvernement de ce second mandat. Son installation prévue le 2 avril prochain, le chef de l’Etat prend les airs ce mardi 12 mars pour des vacances bien méritées. La date de son retour n’a pas été communiqué, mais l’on peut déjà tabler sur une réapparition du président de la République au plus tard le 27 mars prochain, puisque ce sera la dernière réunion du Conseil des ministres avant la démission de tout le gouvernement de Mahammed Boun Abdallah Dionne. Le mystère est tout aussi entier sur les hommes et les femmes qui composeront la prochaine équipe gouvernementale. Le chef de l’Etat s’est envolé hier soir, laissant ses ministres dans le flou total. Qui partira, qui restera, qui fera son entrée ? Le président Macky Sall ne s’en est ouvert à personne.

3ème mandat: Jules Ndéné et Hélène Tine sur la même longueur d’onde

YERIMPOST.COM  Ismaïla Madior Fall a créé la polémique sur un possible 3ème mandat du président Macky Sall. Des acteurs politiques n’ont pas manqué de réagir. L’ancien Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, estime qu’il n’y a pas d’interprétation autre à faire sur un texte qui est déjà très clair. A l’en croire, le président de la République ne peut pas briguer un troisième mandat. De toute façon, Souleymane Ndéné Ndiaye trouve ce débat insensé et, pour lui, il est hors de question qu’il encourage son « frère » dans ce projet le cas échéant.

Pour Hélène Tine, depuis que Macky Sall a été proclamé vainqueur du scrutin du 24 février dernier, c’est la troisième fois, dans ses observations, qu’elle remarque le camp du pouvoir supputer sur un possible troisième mandat. Seule certitude pour Hélène Tine, le pouvoir est en train de jouer à un jeu dangereux aux conséquences néfastes. Elle demande au camp de la majorité de respecter les Sénégalais à qui il avait fait croire qu’avec le référendum, la Constitution était définitivement verrouillée.

3ème mandat de Macky Sall: le clair-obscur d’Ismaïla Madior Fall qui scandalise

YERIMPOST.COM  Est-ce que le président Macky Sall en est à son dernier mandat ? La question est on ne peut plus claire. Pourtant, le ministre de la Justice a servi une réponse qui a créé un tollé sur la toile. « Bon… Pour moi, la Constitution est claire. Mais j’ai entendu des professeurs de droit dire que, tel que les dispositions ont été rédigées, le président peut faire un autre mandat. Moi, je pense que la question la Constitution est claire. En principe, c’est le deuxième et dernier mandat du chef de l’Etat », a expliqué Ismaïla Madior Fall. Ce « oui mais » du ministre, gros comme le monde, a suscité une vague de réactions. Déjà qu’il est taxé de « tailleur de la Constitution », Ismaïla Madior Fall est sous les feux de la rampe avec cette réponse qui laisse penser que l’idée d’un troisième mandat est supputée au sommet. Le garde des sceaux, qui n’a pas voulu aller plus loin dans ses explications, a préféré renvoyer la balle au président de la République qui, selon lui, a la latitude d’apprécier.

Ordre national de la Légion d’honneur: Macron suspend Me Robert Bourgi pour 5 ans

YERIMPOST.COM Robert Bourgi suspendu pour cinq (5) ans de l’Ordre de la Légion d’honneur ! C’est le fruit d’un décret présidentiel signé de Macron et publié dans le journal officiel français. Si l’on s’intéresse à cette affaire, c’est parce que « l’ami-frère » du président Macky Sall, Monsieur Françafrique, en plus d’être français,  se revendique sénégalais. Me Robert Bourgi a même assisté à la campagne électorale du candidat Macky Sall et a joué un rôle dans les retrouvailles Macky-Baldé. Pour revernir à sa suspension, il est interdit à Me Bourgi d’exercer des droits et prérogatives attachés à ce titre et de porter les insignes de toute décoration française ou étrangère. A noter qu’en 2018, Me Robert Bourgi avait été interdit d’exercer son métier d’avocat après une condamnation à 1 an dont 6 mois avec sursis.

Couplage des élections, dissolution de l’Assemblée: Babacar Gaye intraitable

YERIMPOST.COM Un avis tout tranché sur le débat du couplage des élections locales et législatives. Babacar Gaye, le porte-parole du Parti démocratique sénégalais soutient mordicus qu’il s’agit d’une stratégie du camp présidentiel pour distraire l’opposition et tenter ainsi de faire oublier la présidentielle qu’il qualifie de frauduleuse, gagnée par le président Macky Sall. « Ces déclarations de Me Aïssata Tall Sall et Aymérou Gningue ne sont que des ballons de sonde envoyés par le camp présidentiel qui applique le théorème de Pasqua en ajoutant à l’affaire de la réélection frauduleuse de Macky Sall, une autre affaire pour distraire l’opposition. Ils tentent par ces incongruités de faire oublier le traumatisme post-électoral », souligne t-il. Avant d’ajouter: « Même si le président de la République a des pouvoirs constitutionnels de dissoudre l’Assemblée nationale après 2 ans de législature, ou lorsque celle-ci adopte un motion de censure contre le gouvernement, rien ne justifie une telle décision politique ». Et Babacar Gaye de s’expliquer davantage  dans Vox Populi: « D’abord, le président élu dispose d’une très confortable majorité qui n’est pas prête à se saborder. Ensuite, Macky Sall ne prendrait jamais de risque de cohabiter avec son opposition 1 an après sa réélection… Enfin, aucune élection ne devrait plus se tenir dans ce pays, sans une réforme en profondeur du système électoral. C’est d’ailleurs les raisons qui me font croire que même les locales ne pourraient se tenir en décembre 2019, si l’appel au dialogue du président de la République procède d’une réelle volonté de décrispation… Attendons l’offre de dialogue du président et la réaction de la classe politique significative au lieu de scruter le sexe des anges. »

Ministère de l’Economie solidaire: Licenciement d’un agent aux multiples arguments

YERIMPOST.COM Il était aux manettes d’un projet de près de 25 milliards de nos francs au ministère de l’Economie solidaire et de la Micro-finance. Si son nom se conjugue désormais au passé dans les locaux du ministère précité, c’est parce que Pape Alioune Dédhiou a été limogé de son poste de chargé de projet de la plateforme d’appui aux secteurs privés du Sénégal et de la valorisation de la Diaspora. Une décision d’Aminata Angélique Manga perçue comme un règlement de comptes dans les rangs de l’Alliance pour la République après la débâcle de la présidentielle à Ziguinchor. Cheikh Tidiane Faye, qui s’est confié à l’Observateur, croit savoir que c’est parce que Pape Alioune Diédhiou, militant de l’APR à Ziguinchor et président de l’Union des jeunes de la majorité présidentielle dans cette localité, n’a pas souhaité cheminer avec Aminata Angélique Manga lors de la campagne électorale qu’une telle mesure est aujourd’hui prise à son encontre. Du côté du ministère, l’on évoque un abandon de poste. Pendant 21 jours, le sieur Diédhiou a déserté le ministère sans autorisation. Ce que l’intéressé réfute, répliquant que c’est son directeur qui lui a notifié « verbalement » que le ministre était d’accord qu’il s’absente et qu’à son retour, il allait gérer la situation. Oumar Cissé, directeur du projet, s’est également confié au journal pour soutenir que Pape Alioune Diédhiou, qui a été recruté en juillet 2018, est coutumier des faits. « La première fois, c’était au mois de septembre 2018, lorsqu’il est parti au Togo pendant 2 semaines. A son retour, nous avons parlé et j’ai laissé passer. La faute la plus grave, c’est qu’il a quitté son poste depuis le 10 février dernier jusqu’à la fin de ce mois sans même demander une autorisation d’absence ou des congés anticipés. Le projet Plasepri (Plateforme d’appui au secteur privé du Sénégal pour la valorisation de la Diaspora en Italie) vient de démarrer et nous ne voulons pas d’abus de la part des agents. Nous avons une obligation de résultats et si, au plus haut niveau, on ne donne pas l’exemple, le laisser aller sera total. Le responsable administratif et financier m’a proposé un procès-verbal de licenciement appuyé par constatation d’huissier, j’ai signé et c’est tout ! »

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR