Blog de Cheikh Yerim Seck

Avec Gakou, Khalifa, Hadjibou, Pape Diop et d’autres, Idy est devenu un candidat XXL

YERIMPOST.COM Dans la soirée d’hier, 30 janvier 2019, Malick Gakou, candidat recalé de la Grande coalition de l’espoir/Suxxali Senegaal, a rendu publique une déclaration dans laquelle il indique avoir reçu mandat de ladite coalition pour soutenir Idrissa Seck à l’occasion de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Homme de réseaux, trait d’union de l’opposition, maître d’oeuvre de la coalition Mankoo Taxawou Senegaal en 2017, Gakou travaillait tous ces derniers jours, depuis le rejet définitif de sa candidature par le Conseil constitutionnel, à construire un large rassemblement autour du champion de la coalition Idy 2019. En un temps record, il a réussi à convaincre y compris les plus sceptiques.

Au moment où ces lignes sont écrites, l’ex-président de l’Assemblée nationale puis du Sénat, Pape Diop, l’ancien Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré, et lui-même, Malick Gakou, forment l’ossature d’Idy 2019. Ils vont être rejoints dans les jours à venir par Khalifa Ababacar Sall, détenu à la prison de Rebeuss, recalé par le Conseil constitutionnel, qui a confié à ses proches son intention de soutenir celui qui lui laissa la tête de liste de la coalition Mankoo Taxawou Senegaal qu’ils partagèrent lors des élections législatives du 30 juillet 2017.

En dehors de ce noyau dur, presque tous les autres candidats éconduits par le juge des élections (à l’exception de quelques-uns comme Aïssata Tall Sall et Aïda Mbodj qui ont ou vont rejoindre Macky Sall) ont déjà ou sont en cours de donner leur accord pour soutenir Idrissa Seck.

Vieux crocodile du marigot politique sénégalais, directeur du cabinet du président de la République puis Premier ministre sous Abdoulaye Wade, « Idy », comme le surnomment les Sénégalais, se retrouve donc, à la faveur d’un parfait alignement des planètes, dans la position de challenger du président en exercice, candidat à sa propre succession. Ce n’est que logique politique ! De tous les quatre candidats de l’opposition à cette échéance cruciale de février prochain, Idrissa Seck est en effet celui qui est revêtu de la plus forte légitimité historique.

Patron politique de Macky Sall au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds, la formation de Wade dont ils sont tous deux issus), et son supérieur hiérarchique jusqu’en avril 2004, Idy a subi une longue traversée du désert depuis sa défenestration de la primature. Soutien de Macky lors du 2e tour de la présidentielle de 2012 remporté par celui-ci, il a pris ses distances, un an plus tard, avec le nouveau président élu pour basculer dans une opposition radicale. Idrissa Seck est, au regard de leur histoire commune, l’adversaire légitime de Macky Sall à l’occasion de cette présidentielle.

D’autant qu’Abdoulaye Wade, leader d’un Pds sans candidat, dont l’électorat est donc à prendre, va sinon se résoudre à l’adouber, du moins observer une neutralité bienveillante à son égard. Aucune autre posture de Wade ne se comprendrait, lui qui est en conflit ouvert avec Madické Niang (lequel a osé une candidature dissidente au sein du Pds, défiant le mot d’ordre « Karim Wade candidat ou rien ») et qui a des liens forts avec Pape Diop et Cheikh Hadjibou Soumaré, deux soutiens engagés d’Idy.

S’il tire les leçons de ses erreurs passées de communication, mène une campagne électorale humble et audible par les électeurs, Idrissa Seck va être un sérieux prétendant au trône de Macky Sall. A 60 ans, cet homme robuste à la tête de félin est une bête politique arrivée à pleine maturité. Un candidat XXL…





Cheikh Yérim Seck

18 Comments

  1. mor yène réglélène, le plus grand combattant du systéme dont vous parlez est idrissa SECK, donc basta avec ce refrain que vous utilisez mal, d’ailleurs je doute que tu sois de partèf, parce que les vrais patriotes savent que nous n’avons qu’un seul adversaire et que nous ensemble tirer sur lui

  2. Ouiiibilscessai d court circuiter Sonko parcekil rs anti system et Idy est dan l system.. ils peuve manigancer avec Idy meis ont peur dun Sonko president

  3. Oui c’est une technique électorale connue que de propulser un candidat afin d’éviter de se retrouver avec un Sonko au 2ème tour. Mais cette entreprise risquée est à double tranchant car ça augmente aussi les risques d’aller au second tour.
    Je suis pour Sonko mais je souhaite bcp de chance et de succès à Idy! Tous ensemble pour dégager Macky

  4. Mor tu es vraiment idiot!
    Sonko n’est pas un adversaire de IDY. L’adversaire c’est macky.
    IDY sera élu In Sha Allah et Sonko deviendra un grand ministre des comptes publiques. Il est un fin technicien des finances publiques.
    Voilà ce qui est mieux pour le Sénégal.
    Wa salam

  5. Cheikh Yérim est le seul observateur qui avait clair dit qu’il n’enterrait pas idy. La politique ce n’est pas seulement de parler et d’accuser gratuitement les candidats sortants. Les partisans de sonko, vous n’avez pas besoin de de taper sur Idy. Ne vous trompez d’aversaire. Celui à abatte ici, c’est macky et personne d’autre.

  6. AUJOURD’HUI REGARDONS UN PEU LE PROFIL DES LEADERS QUI REJOIGNENT TANTÔT IDRISSA SECK TANTÔT MACKY SALL QUE JE TROUVE TRÈS NORMAL.
    LES MASQUES TOMBENT À QUELQUES ENCABLURES DE LA PRÉSIDENTIELLE POUR CEUX PRENNENT LE CHEMIN MACKYSTE, CEUX QUI S’ALLIENT AVEC IDRISSA SECK AUSSI LES GARS NE PEUVENT JAMAIS AVEC SONKO CAR TOUS FONT PARTIS DU SYSTÈME QUE COMBATTENT PASTEF, ET POUR RIEN AU MONDE UN CHEIKH TIDIANE DIÈYE DE SÉNÉGAL BI ŇU BEUG, UN DIALLO DIOP DU RND MÊME UN CHEIKH BAMBA DIEYE DEVAIT RALLIER SONKO NE PEUVENT EN AUCUN CAS PRENDRE UNE PHOTO AVEC LE CANDIDAT SORTANT.
    JE NE SOUHAITE PAS QUE L’OPPOSITION ATTAQUE L’OPPOSITION L’ENNEMI EST UN ET UNIQUE C’EST MACKY SALL,
    EPARGNONS LES SOUTENEURS DE MACKY QUI N’ONT PAS PU RÉSISTER AUX ESPÈCES SONNANTES ET TRÉBUCHANTES DE NOS PAUVRES SOUS.

  7. Il suffit que Wade soutienne Idy, toutes choses étant égales par ailleurs, et là tout est possible…

    Abdoulaye Wade tient peut-être le destin du Sénégal entre ses mains et d’autres à sa place en profiteraient pour obtenir tout ce qu’ils veulent de Macky. En tout cas, Ndiombor a toujours été imprévisible…

  8. Très bons conseils de Cheikh Yérim Seck à Idrissa Seck. Soyez humble, éludez les questions sensibles, continuez à utiliser le joker Abdourahmane Diouf au besoin.

  9. Je soutiens sonko pour mille raisons mais je suis très heureux du renforcement politique de Idy qui ne me surprend guère. Les observateurs avertis savaient que l’alliance autour de Idy se ferait avec les politiciens classiques (Gakou, Bamba Dièye, Khalifa, Pape Diop etc..) celle de Sonko se fera avec les jeunes, étudiants, élèves, la diaspora, une partie des instruits (pour ne pas dire intellectuels) non partisans et avec des figures qui n’ont certes pas une grande base électorale mais qui bénéficient d’une bonne réputation et sont essentiellement jeunes. Il s’agit du juge I. Dème, du capitaine Dièye, de Thierno A. Sall, de Avenir Sénégal binu begg, et peut être Bougane. Abdoul Mbaye et Atépa constitueront un appui considérables pour cette coalition par leurs expériences, leurs réseaux et leurs appuis logistiques et financiers.
    Pendant ce temps Madické enragera une bonne partie de l’électorat du PDS et le PUR qui sera probablement allié à S.M.Djamil sera plus fort. Dans ces conditions le candidat de BBY ne verra que du feu au 1er tour.

  10. Je commence à comprendre Cys.
    L’analyse que vous venez de faire vous n’y croyez pas une seule seconde.

    Vous dites sur tous les plateaux que vous assumez vos choix, alors dites haut et fort que vous êtes pour Macky et personne ne vous embêtera plus.

    Quand on voit quelqu’un réussir là où on a échoué ça entraine quand meme une certaine jalousie. En tout cas sur le plan politique Sonko a réussi à faire mieux que toi avec ton mouvement mort né.

  11. Quand on est analyste, on ne doit pas ne pas tenir compte des faits surtout chiffrés C’est une recomposition de Taxawu des dernières législatives Pape Diop excepté Même avec le soutien de Wade il y a dans ces différentes entités des gens qui ne voteront jamais pour Idy Restons un peu plus calmes

  12. Vu la configuration actuelle ci-après mes hypotheses:
    – Madicke Niang roule pour Macky par subterfuge de Wade car ce dernier ,pour la survie de son parti ne peut se permettre d’accepter de ne pas se présenter même si cela se fera sous autre nom que le PDS car le PDS reste une chasse gardée à Karim et le Pape du Sopi n’a confiance à personne d’autre que son fils Karim pour diriger le parti.
    – Un fois au 2ém tour Madické déclarera ouvertement son soutien à Macky pour permettre à Karim de pouvoir représenter le PDS lors des prochaines élections (2024)auxquelles Macky aurait épuisé son mandat et après avoir blanchi Karim de toutes les accusations.
    -Wade ne portera pas son choix sur Sonko ou Idy car ces deux voudront assurer 02 mandats qui risquerait d’allonger l’attente de Karim et l’avenir du PDS se trouvera compromis.

  13. Qu’on l’aime ou pas Yérim est très objectif dans ses analyses. Il faut que les sénégalais sachent faire la part des choses. Des vieux comme Momar seyni ndiaye et Momar Diongue doivent s’inspirer de Yérim pour rendre moins subjectif leur commentaires. Oui, ceux ne sont pas des analystes.
    La preuve est que l’analyse est un travail scientifique qui nécessite une distance que ses deux comploteurs de la République n’ont pas. Vive Yérim

  14. Et l’avis des millions de sénégalais anonymes et politiques ? Pensez-vous qu’une addition de leaders politiques suffisent pour effacer de la mémoire des sénégalais tout le mal qu’il pense d’Idrissa Seck et lui faire gagner les élections ? Qu’en est-il du profil sociologique du gros de l’électorat et leurs sensibilités par rapport aux différents candidats ? Beaucoup d’analystes politiques ne cesseront jamais de se tromper car, ils calquent toujours leurs analyses sur les données circonstancielles et superficielles du moment. D’ailleurs ce schéma était prévisible : ceux qui ressemblent s’assemblent. Les sénégalais eux n’hésiteront pas à vous démontrer le 24 février 2019 s’ils préféreront rester dans le statu quo politico-policien ou s’ouvrir vers des ruptures transformationnelles.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

Elégie à Johnny Clegg

YERIMPOST.COM L’odieuse et inhumaine Apartheid avait tracé son sinistre sillon de sang,
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR