Blog de Cheikh Yerim Seck

Brouille avec Abdoulaye Wade: Pourquoi Madické Niang n’a pas tort…

YERIMPOST.COM Tout est déjà dans la forme de l’échange épistolaire entre les deux hommes. Le ton d’Abdoulaye Wade est dur, accusatoire, à la limite extrémiste. Celui de Madické Niang est calme, modéré, à la limite excessivement conciliant.




Abdoulaye Wade reproche en somme à Madické Niang d’être l’instigateur de cette lettre signée de plusieurs cadres libéraux qui réclame pour le Parti démocratique sénégalais (Pds) une candidature alternative à celle de Karim Wade aujourd’hui juridiquement compromise.

Madické Niang lui rétorque qu’il n’a besoin de se cacher derrière personne pour lui tenir pareil langage. Pour preuve, il lui a adressé, le 3 septembre 2018, une « lettre confidentielle » dans laquelle il lui indique cette autre voie à suivre pour que la grande famille politique du Pds ne soit pas exclue du rendez-vous majeur de février 2019.

Qui, d’ailleurs, a plus de légitimité que lui pour soumettre pareille proposition à Abdoulaye Wade ? Avocat, avocat de Karim Wade dans l’affaire qui lui a valu sa condamnation, Madické Niang connaît les obstacles juridiques qui s’opposent à la candidature de son client. Interlocuteur du pouvoir au cours des pourparlers qui ont précédé la grâce accordée à Wade-fils, il maîtrise mieux que quiconque les engagements pris par ce dernier auprès de Macky Sall, sous le parrainage du Qatar, pour pouvoir humer l’air de la liberté…

Et puis, au nom de quel principe, au Pds, une organisation constituée d’adultes, ne peut-on pas poser le débat d’un plan B vu que le plan A, censé porter les couleurs du parti, n’est même pas inscrit sur les listes électorales ? Lorsque Abdoulaye Wade, dans le confort de son palace de Dubaï, proclame dans son courrier que le Pds va imposer à Macky Sall la candidature de Karim Wade, peut-il être crédible ? Depuis 2012, quel rapport de force victorieux a pu imposer l’ex-parti au pouvoir au régime actuel ?

Madické Niang n’est ni fourbe ni lâche. Sa démarche, couchée sur une lettre confidentielle adressée à Wade, procède d’un principe de réalité. Le président du groupe parlementaire du Pds à l’Assemblée nationale est dans son rôle. Son geste traduit du courage et non de la trahison. C’est un fidèle absolu. Au cours de la dernière fête de Tabaski, nombre de chefs religieux et de responsables du parti ayant reçu des béliers ne savent pas que c’est Madické qui les a achetés de sa poche pour les donner au nom d’Abdoulaye Wade. Ce geste est une pure preuve de fidélité.




Dans une organisation d’adultes doués de bon sens, on ne file pas droit dans le mur motus et bouche cousue. Le débat sur un plan B du Pds ne peut être empêché. Madické Niang l’a posé dans une forme respectueuse de la qualité de ses rapports avec Wade. Il n’a pas tort, même si ce dernier monte sur ces grands chevaux jusqu’à atteindre le sommet de la terre…

Cheikh Yérim Seck

18 Comments

    • La horde des mange mil est lâchée, ce matraquage médiatique n’a comme objectif que de chercher à semer la zizanie dans les rangs du PDS. Le moment est bien choisi car le PDS lance aujourd’hui sa campagne de parrainage au grand dam du régime qui a tout fait pour que le PDS ait un plan B. Échec et mat. Les aboiement des chiens ne peuvent pas dissiper les nuages .

  1. Me Madické Niang ne sera pas le dernier sur la longue liste de responsables libéraux sacrifiés par Me Wade pour les intérés de karim.
    Comme l’a si bien titré un journal  » mon fils ou le chaos »

  2. Mais aussi Pds, parti constitué de larbins, il y’a que Karim et son père qui comptent. Tout le reste, c’est du bétail, du guerthé thiaf comme disait l’autre.
    Nul n’est digne de mener les troupes ,s’il.n’est Wade ou son fils..Les dépités de la cette situation, n’ont qu’a s’en prendre à eux-mêmes qui ont cultivé et entrenu bêtement ce centralisme des Wade…
    Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude.La.grande faute politique de ces gens du Pds,qui n’ont aucune goutte de Sang d’honneur et de dignité,est d’accepter dès le début cette fantaisiste candidature de cet incapable Karim Wade…

  3. Le problème de la démocratie au Sénégal procède de la question du fonctionnement des partis politiques, des rapports entre le chef du parti et des militants du parti! Leur nombre sur lequel se focalise le débat est une question secondaire justement liée à celle là, en somme, l’arbre qui cache la forêt !!
    Le parti politique est par essence un instrument de de prédation des ressources publiques ; la signification véritable de la conquête et de l’exercice du pouvoir dans nos pays!!
    Le chef du parti est le chef au sens barbare du terme et les militants des simples vassaux. Il est le propriétaire des moyens du parti; désigne les chefs de fiefs qui doivent le représenter, lui, à l’Assemblee nationale , pense et décide tout seul des questions ayant trait au fonctionnement du parti et fait l’objet d’un culte comme dans les cours de nos anciens rois. Décidément, le mort saisit le vif!
    Ablaye Wade et le PDS ont illustré ce mode de fonctionnement jusqu’a La caricature avec son projet jusqu’au boutiste de dévolution monarchique du pouvoir!!
    Ce mode de fonctionnement pervertit carrément l’etat Et les institutions républicaines: la primauté du parti sur l’etat; la vassalisation des institutions, la patrimonialisation des biens publics, le népotisme écrasant la meritocratie republicaine, bref la majorité des dérives constatés dans l’exerc Du pouvoir proviennent de cette question!
    Donner le pouvoir à la société civile? Ce serait le serpent qui se mord la queue: la société civile au pouvoir devient « société politique » !!
    Revoir le mode d organisation et de fonctionnement des partis, telle apparaît la question de l’heure!

  4. Ceux sont les manœuvres qui commencent Madické veut faire balancer Touba auprès de Macky
    Wade a donné son accord mais ne veut pas se mouiller
    Comment Madické peut être candidat sans être parrainé ?
    Wade veut jouer sur les deux tableaux :opposition/pouvoir
    Mais la vérité c’est que le PDS doit soutenir IDY ,il a eu raison sur eux depuis des années

    • Le probleme c’est que wade n’a pas confiance en idy . D’ailleur persone n’a confiance en monsieur baaka. Wade ne soutiendra que celui qui va offrir l’amnistie à karim en cas de victoire. Et la parole d’un homme qui enregistre le president a son insus ne vaut rien.

  5. Madické n’a pas commencé avec ladite lettre du 03 septembre. En plein combat pour la libération de Karim, il « travaillait », déjà, l’oreille de Papa Samba Mboup pour que ce dernier intercède pour lui auprès du Vieux pour qu’il soit le candidat du plan B.
    Dernièrement, les tenants du pouvoir, pour ne pas nommer MACKY et ses acolytes, avaient commencer à brandir des dossiers immobiliers illicites accablant Madické. Sans oublier que ce même Madické est bien sur la liste des 25 dignitaires de l’ancien régime que la C.R.E.I. devait entendre. Et cette amitié soudaine avec Aly Ngouille Ndiaye?
    Au lieu de s’empresser de prendre la défense de Mr Niang en essayant de démontrer le « pourquoi il n’a pas tort », dites nous plutôt si ces faits cités plus haut sont vraiment dignes de confiance. Surtout que Me Wade n’a jamais varié dans ces déclarations. Il a toujours dit qu’il n’existe aucun autre plan que celui de Karim candidat du P.D.S. choisi au vote dans les instances régulières du Parti. Ou bien on est d’accord avec le Frère Secrétaire Général du Parti et on s’engage corps et avec âme avec lui dans le combat, ou bien on est pas d’accord et on fait autre chose. Wa salam

  6. Le 30 Aout 2018, après le verdict de la Cour Suprême, tout le monde a entendu Madické dire que Karim est le Candidat du PDS et que des recours existent par rapport à cette décision. Si CYS reste juriste, il connait le Rabat d’Arrêt dont parlait Madické. Curieusement 4 jours après, il envoie une lettre à Wade ( alors que d’habitude, il se déplaçait à la rencontre de celui ci ) pour lui parler d’un éventuel Plan B. Bizarrement, une semaine après, ses proches formulent la même requête. Wade est fondé à se sentir trahi car Madické en tant juriste connait les Statuts du PDS et le mode de désignation du candidat. Nous rappelons à CYS ses échanges avec Madické en Octobre 2017 lorsqu’il a rapporté sur TFM de soi disant propos d’un Avocat sur la non présence de Karim au Sénégal pour l’élection présidentielle.

  7. A mon avis, au regard de la situation actuelle mieux vaut pour boycotter la présidentielle que d’y aller et d’être battu à plate couture, et bien ridiculement.
    Cette posture de boycott devrait être celle de toute l’opposition significative, pour l’Histoire.
    Laisser à Macky Sall la responsabilité rempiler sans élection, plutôt que de lui servir de faire valoir.
    De toutes les façons, je ne crois pas que cette élection sera sincère et crédible. Epargnons l’argent du trésor.

  8. Assurément, le père (Wade) et le fils (Madické) vont se retrouver. Qui a tort ou qui a raison le problème n’est pas à ce niveau. Le fils va voir le père et demander pardon (ça se passe de cette manière chez nous dans une bonne société sénégalaise). Ils vont se voir, ils vont se parler et tout rentrera dans l’ordre. Ce n’est vraiment pas le moment.
    Notre père Wade « s’enflamme » et le fils se calme, réagit sans aucun mot déplacé (il ne peut pas en être autrement.

    Il est maintenant temps de remettre réellement au travail, n’est-ce pas !

  9. Assurément, le père (Wade) et le fils (Madické) vont se retrouver. Qui a tort ou qui a raison le problème n’est pas à ce niveau. Le fils va voir le père et demander pardon (ça se passe de cette manière chez nous dans une bonne société sénégalaise). Ils vont se voir, ils vont se parler et tout rentrera dans l’ordre. Ce n’est vraiment pas le moment.
    Notre père Wade « s’enflamme » et le fils se calme, réagit sans aucun mot déplacé (il ne peut pas en être autrement.

    Il est maintenant temps de remettre réellement au travail, n’est-ce pas !

  10. mane titna si sama reew.Lii khewoon na 2011 si niattel mandat.gni si gnac sen bacane ak gnissi loorou nieup ak gnissamone sen kaddou ni dougnou campagne niossi perte.karim dougnou deglou dougnou ko attet dougnou tedj combat yeup niaknaco.ben bissi dess mouy candidature bi bou nieuwoul djitet khekhbi day forfait.ballene ma akh sama khalatt rek la wakh.

  11. C’est très simple: la servilité des seconds couteaux fait qu’au Sénégal, comme partout ailleurs en Afrique, les « chefs » ne changeront jamais. Hier, mardi 11/8, en passant devant le siège du PDS sur la VDN, j’ai entendu des tam tam et des hauts parleurs faire du boucan.
    Ce qui m’a frappé surtout, c’est l’immense pancarte apposée sur la façade de l’immeuble et qui portait le slogan « Je parraine la candidature de Karim WADE ». La pancarte portait les photos de deux personnes: Abdoulaye et Karim WADE. Voilà qui est éloquent.

  12. Nafekh, c’est pas a toi de dire au pds comment gérer leur dossier, Madicke fait partie de ceux qui ont désigné Karim comme candidat. Et sachez que si Wade avec le parti désignent Madicke comme candidat nous battrons campagne pour lui.

  13. Combien on t’a payé pour pondre cette merde. Le PDS n’est pas là pour quotionner la fraude planifiée par macky et sa presse de corrompus. Sans Karim pas d’élection. un trait, un point.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

Elégie à Johnny Clegg

YERIMPOST.COM L’odieuse et inhumaine Apartheid avait tracé son sinistre sillon de sang,
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR