Blog de Cheikh Yerim Seck

Campagne de lynchage médiatique contre la désormais ex-patronne du Cese: De l’usage cynique des «fake news» comme arme de destruction massive

Coup de tonnerre dans un ciel serein, l’éviction de Madame Aminata TALL à la tête du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Alors que ses thuriféraires, foncièrement attachés à la personne de ‘’la lionne du Baol’’, y voient un séisme politico- institutionnel, Aminata TALL, fidele à son sens de la retenue et à son calme olympien, signes distinctifs des grands Hommes, y voit elle, une chose normale dans la marche d’un Etat. Aussi, s’est-elle empressée, par la voix de Saer Diop, Coordonnateur Général de ses activités politiques et actuel Directeur Général de l’AEME, à appeler au calme et au dépassement. ‘’Cette
situation est quelque chose de normal dans la marche d’un Etat. Les hommes bougent et les institutions demeurent. Le compagnonnage de la Présidente Aminata TALL et du Président Macky SALL date de longtemps’’, a déclaré Monsieur DIOP qui délivrait le message de l’ancienne Présidente du CESE. Cette attitude légaliste et républicaine ne surprend guère ceux qui connaissent, un tant peu soit peu, cette dame de fer qui a imbriqué ses marques dans les plus grands combats politiques de notre pays. Au même moment, une certaine presse à la solde de lobbys tapis dans l’ombre, a tiré à boulets rouges et chargé à bloc l’ex patronne du CESE. Griffonnant sur leurs papiers toutes sortes
d’incongruité qui font frissonner d’horreur, ces pseudo-journalistes, ont condamné sans appel, avec un réquisitoire abject, l’ex patronne du CESE. Gestion nébuleuse, népotisme, clientélisme politique, les accusations fallacieuses orchestrées contre cette brave dame qui a rendu des années de bons et loyaux services à sa nation, ne trouvent de limites que dans la fertilité de l’imagination de leurs auteurs. Du reste, on ne peut manquer d’être interpellé par certaines interrogations intrigantes qui éclairent d’une vive lumière le modus operandi malsain de ces manipulateurs sans foi, ni loi. Tout d’abord, n’est-ce pas curieux de prétendre faire le bilan de six années de gestion, en juste une journée après le limogeage de Madame Aminata TALL ? Ensuite, si ces informations existaient bien avant, pourquoi attendre maintenant pour en faire la divulgation ? Enfin, pourquoi tant de précipitation et de désinvolture dans la démarche, contrairement à la lourde responsabilité journalistique de rendre compte d’une information juste, fiable et complète? Ce triptyque de questions met à nu, cette supercherie cousue de fil blanc, savamment orchestrée par une meute de canidés à la bouche ensanglantée, chevauchant alternativement la perfidie et la fourberie à des fins politiques. Par ailleurs, dans un contexte où le débat public au Sénégal est de plus en plus pollué par l’épidémie des « infox ou fake news », se nourrissant de rumeurs et de mensonges, il importe de rétablir la vérité des faits afin de protéger la dignité d`une figure emblématique du leadership féminin qui a fini d’inscrire son nom en lettre d’or dans la postérité. D’ailleurs, le fléau des infox n’est pas l’apanage de notre pays. Yuval Noah Harari, dans son célèbre ouvrage intitulé ‘’21 Leçons pour le XXIème siècle’’, nous alertait, à juste titre, que ces derniers temps, que nous vivons dans l`ère nouvelle et effrayante de la « post-vérité » et que nous sommes cernés par les mensonges et les fictions. A preuve, en 2016, au pays de l’oncle Sam, des ‘’fake news’’ insinuaient que Hillary Clinton dirigeait un réseau de trafic d`enfants réduits à l`esclavage dans le sous-sol d`une pizzeria à la mode. Assez d`américains crurent à cette rumeur pour que cela portât préjudice à sa campagne électorale. Un quidam se présenta même à la pizzeria avec une arme, exigeant de voir le sous-sol : Résultat, la pizzeria n`avait même pas de sous-sol en réalité. Revenant sur le cas de l’ex patronne du CESE, force est de constater que ses détracteurs sont d`une malhonnêteté intellectuelle inquiétante, car la réalité des faits trahit leur funeste volonté de l`incriminer. En effet, Aminata TALL n’a jamais recruté sa nièce comme Directrice des Ressources Humaines du Conseil, pas plus qu’elle ne s’est pas doté de huit véhicules fonction. Celle qui occupe le poste de DRH du CESE n’a aucun lien de parenté avec l’égérie du Baol. Mieux encore, faisant fi des considérations intuitu personæ, et ne s’intéressant qu’à la compétence des profils, elle a recruté la sœur de l’actuelle Présidente du CESE, Aminata Touré, depuis 2013, malgré les velléités d’adversité
politique qui semblaient l’opposer avec cette dernière. Toutes ces informations relèvent du factuel et sont vérifiables par toute personne de bonne foi. Déjà, à ceux qui avaient voulu, depuis longtemps, entretenir ce faux débat, Madame Aminata TALL avait clairement laissé entendre, lors  de l’ouverture de la session de mise à niveau des conseillers
économiques, sociaux et environnementaux en 2013 ce qui suit : « Je vous inviterai au respect qu’on doit aux hommes et aux femmes qui travaillent au Conseil Economique, Social et Environnemental sans tenir compte de leurs sources ou de leurs origines. Je vous invite à vous renseigner sur les profils, adéquations, postes, emplois de tous ceux qui travaillent dans l’administration, dans l’institution. Allez recueillir les CV, vous verrez que chaque poste qui est occupé par quelqu’un, c’est une personne d’appoint qui l’occupe ». Enfin, pour conclure, le satisfecit décerné par le Président de la République Macky SALL à Madame Aminata TALL, pour l’énorme travail abattu au CESE constitue un démenti cinglant à tous ces comploteurs très enclins à jeter l`opprobre sur une grande dame qui doit sa percée politique à sa loyauté et son engagement constant pour son pays.

SALIOU DIOUF, Spécialiste en communication

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR