Blog de Cheikh Yerim Seck

Cette promesse d’Abdoulaye Wade à Hadjibou Soumaré va casser ce qui reste du Pds

YERIMPOST.COM A défaut de susciter la candidature de Cheikh Hadjibou Soumaré, Abdoulaye Wade l’a vivement encouragée. Ou même plus. Il a laissé entendre à celui qu’il nomma Premier ministre qu’il allait l’adouber comme candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds), sa formation politique.

Ce gentlemen agreement a été conclu avec la bénédiction d’un chef d’Etat ouest-africain en exercice. Depuis que le très politique Abdoulaye Wade a compris, après moult menaces et tentatives de négociation restées vaines, que la candidature de Karim Wade à la présidentielle allait être déclarée irrecevable, il ne cesse de chercher une alternative. Mais partout, sauf parmi les responsables restés fidèles à son parti.

De la même façon qu’il avait surplombé ces derniers pour adouber son propre fils comme candidat, « la seule constante » du Pds s’est tournée vers un ancien collaborateur resté longtemps, à la tête de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), à l’écart de la vie politique du pays. Ce choix, qui a toutes les allures d’une option du désespoir, traduit le vide sidéral que ressent Wade dans les rangs de ce qui reste de son parti.

A ses yeux, Oumar Sarr, le coordonnateur du Pds, Madické Niang, le président du groupe parlementaire du parti à l’Assemblée nationale, et tutti quanti sont du menu fretin et ne peuvent être élevés à la dignité de candidat à la présidentielle.

Abdoulaye Wade ne s’est pas arrêté là dans l’outrance. Sûrement saisi d’un doute à propos des chances de victoire du très peu populaire Cheikh Hadjibou Soumaré, il a continué à chercher… Et pensé à… Boubacar Camara, un novice en politique quasi-inconnu en dehors du très fermé microcosme dakarois.

Tel un enfant à une distribution de cadeaux dans la fratrie, Abdoulaye Wade veut tout, sauf ce qu’il a. Il peut adouber tous les candidats, sauf ceux qui sont devenus banals à ses yeux à force de rester dans son champ de vision. « La seule constante » tarde à se rendre compte qu’elle l’est moins depuis qu’elle ne peut plus distribuer de privilèges liés à la position de pouvoir. S’il persiste dans cette lubie Cheikh Hadjibou Soumaré, il va casser ce qui reste du Pds.




Cheikh Yérim Seck

10 Comments

  1. C’est de la prostitution intellectuelle. CYS serait-il otage du Macky ? Préposé aux basses besognes? Par quoi le Macky le tient au point de se renier.

  2. Les gens au Sénégal, ils parlent en démocrates mais agissent en autocrates pour parler comme ONG qui parlait de Wade lorsqu’il soutenait Diouf en 2000. Ceux qui se réclament de l’opposition n’acceptent pas et pas du tout les critiques. Il suffit de dire quelque chose de bien sur MS et son gouvernement, ils te taxent d’apéristes (en fait ils s’appellent républicains) ou répondeurs automatiques, ou de collabos. C’est la même réaction qu’ils ont quand ils sont critiqués ou bien comme avec cet article de CYS qu’ils accusent d’otage de MS ou de prostitution intellectuelle. Pourquoi diantre, on ne peut être un sénégalais lambda qui analyse froidement la situation du pays et dit ce qu’on pense? Ils insultent MS et son gouvernement à longueur de journée et veulent que les militants du PR restent muets et les laissent faire? Que les sénégalais sans coloration politique ne disent pas ce qu’ils pensent de bien dans ce pays? Pourquoi ils doivent critiquer, insulter et les autres doivent se taire? C’est du terrorisme politique!

  3. Cet article n’est que du verbiage, aucune logique, sans fondement et votre analyse de la situation politique au Senegal est d’une pauvreté hors normes.

  4. de grâce yerim ne retournes jamais ta veste n’enlèves jamais l’estime que les gens te porte tu sais k ton analyse ne repose sur rien de sérieux prochains analyses de ce genre je quitte YERIMPOST tu commences à être vraiment incohérent ni le pouvoir ni l’opposition ne valent ces incohérences. Un ami un grand administrateur!

  5. Wade, Karim, le PDS et consorts…c’est presque du passé maintenant. Ceux qui l’ont compris se sont rendus chez Macky Sall soit au grand jour soit de manière discrète. Seuls les naïfs et les demeurés continuent de clamer leur fidélité indéfectible à un parti qui n’est plus que l’ombre de son fantôme. Réveillez vous, pauvres amateurs !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR