Blog de Cheikh Yerim Seck

Chef de l’opposition: Des jeunes de l’opposition contre le choix porté sur Idy

Idrissa Seck ne devrait pas accepter le choix porté sur lui au poste du chef de l’opposition. Tel est l’avis d’une dizaine de jeunes de l’opposition qui ont écrit une lettre ouverte au leader de Rewmi pour lui demander de ne pas l’accepter dans le souci de sauvegarder l’unité de l’opposition.

« M. Le Président ces temps-ci, l’actualité politique sénégalaise est marquée par la question du choix d’un chef de l’opposition.

Certains analystes, journalistes et politiciens de tous acabits estiment que ce poste de Chef de l’opposition vous revient de droit, car arrivé en seconde position lors de l’élection présidentielle de février 2019. Et pendant ce temps, par presse interposée, les jeunes des différents partis se livrent à une bataille sans merci sur l’opportunité, la légitimité et la légalité pour vous d’accéder à ce poste.

M. Le Président, vous conviendrez avec nous que ces temps-ci, la diversion est gravissime.
L’extrapolation qui sévit autour de cette question révèle de la mauvaise foi de certains politiciens dont le but ultime est d’enterrer le soldat Idrissa Seck vivant et d’anéantir cet engouement populaire qui a voulu faire l’homme qui doit présider aux destinées de ce peuple. Mais nous pensons, à raison, que l’homme politique que vous êtes, ayant marqué l’histoire politique de ce pays, ne va point se laisser enrôler par un plan habilement ourdi par Macky Sall.

M. le Président, l’homme politique brillant que vous êtes, connait certainement cette phrase de Nelson Mandela: « aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès ». Aujourd’hui notre pays est à la croisée des chemins, et la personne qui le dirige n’est pas à la hauteur des enjeux. Nul besoin de vous dire que vous avez su incarner le point focal de l’opposition politique lors de l’élection présidentielle de février 2019.

Entre les discours dits de continuité pour certains et de rupture pour d’autres, nous avons adhéré et fait adhérer à votre discours que nous jugeons modéré et fédérateur. Nous avons trouvé en vous un homme capable de rassembler les filles et les fils de ce pays et d’apaiser les esprits. Nous vous connaissons libéral, partisan de la culture de l’excellence,
patriote et rigoureux vous avez été le choix d’une jeunesse responsable et consciente.

Cette jeunesse n’a pas hésité à braver froid et chaleur, océans et fleuves, moqueries et insultes etc. Pour faire triompher votre projet et idéaux à l’égard du peuple sénégalais.

M. Le Président sous nos cieux, en toute solidarité, l’opposition doit relever le noble défi de la sauvegarde de nos ressources naturelles, se battre pour la liberté du prisonnier politique Khalifa Sall, du prisonnier Adama Gaye et de tous ceux qui sont emprisonnés par la volonté et désire de Macky Sall.

Depuis 2012, l’année d’accession de Macky Sall au pouvoir, l’opposition se bat bec et ongle pour restaurer les valeurs démocratiques que nous perdons progressivement.

Le leader que vous êtes, conscient de la situation actuelle du Sénégal, ne saura jamais accepter de légitimer un poste de chef de l’opposition constituant une entorse à notre démocratie.
On dit souvent que «ce n’est pas à vieux
singe qu’on apprend à faire des grimaces », mais il est de notre devoir et au nom de notre
engagement à vos côtés en faveur de votre programme politique de février 2019, de vous faire part de notre opinion.

M. Le Président, au nom de la démocratie et du multipartisme, nous refusons le statut de chef de l’opposition et vous demandons de récuser ce poste au cas où il vous sera proposé. En effet, l’heure n’est pas à spéculer sur le leader qui doit être le chef de l’opposition.
Ce débat, suscité pour étouffer les nombreux scandales qui secouent Macky Sall et son clan, a pour objectif de diviser l’opposition qui est dans une dynamique de lutte pour la protection de nos ressources naturelles.

M. Le Président nous vous demandons de récuser ce poste car la politique ne serait être réduite à un partage de rente entre Pouvoir et opposition.

M. Le Président, comme vous le savez, en cette période hivernale nos concitoyens sont confrontés à d’énormes difficultés et un bon nombre parmi eux adhèrent peu aux discours politiques. Il est de notre devoir de remobiliser pour faire face à ces brigands au pouvoir.

M. Le Président, il est impératif d’obliger le gouvernement de Macky Sall à faire face aux citoyens pour s’expliquer sur l’affaire Petrotim qui reste toujours une nébuleuse et le plus gros scandale que notre pays ait connu. Pire, le bradage du fer de la Falémé, qui secoue la toile actuellement, est un autre scandale qui démontre que nous avons affaire à un État délinquant.

M. Le Président, au nom de l’injustice que Khalifa Sall est en train de subir, au nom de cette alliance entre libéraux, socialistes, responsabilistes et travaillistes, au nom de la confiscation des suffrages du peuple par Macky Sall, au nom de la mascarade électorale, au nom de l’élimination volontaire des
candidats par un Conseil Constitutionnel illégitime, au nom des mensonges d’État sur la gestion de nos ressources humaines, au nom des principes de bonne gouvernance, nous vous redisons que le statut de chef de l’opposition est une disposition inacceptable et nous vous renouvelons notre appel
à le récuser.

Recevez, M. Le Président, l’expression de notre considération distinguée. »

Signataires  : Kemo Cisse Tekki – France
El hadji Omar Massaly – PDS
Moustapha Sadio – ACT Paris
Mamadou Lamine Biaye – GP Sédhiou
Fanta Diaby – SUD Lyon
Mouhamed Sagna – Eternel Wadiste de Malicka
Elhadji Kaoussou Cisse – Asskaw Mbour
Khady Cisse – Citoyenne sénégalaise de Paris
Samba Leye – Tekki France
Adia Tida Diakhité -Citoyenne sénégalaise de
Mulhouse

4 Comments

  1. Que lui reste t-il en politique ? promouvoir les gens de son parti , car il a son avenir derrière lui car le peuple ne lui fera plus confiance pour avoir violer le sacré; Macca /bacca ou alors faire comme l’ex patron du PS, à défaut d’être élu , sacrifier son parti pour un strapontin

  2. Je ne pas le lien entre votre titre et le texte. Même si vous êtes avec le pouvoir en place vous n’avez pas le droit de dénaturer la pensée d’un auteur. Ces jeunes déconseillent à Idy de rejeter le statut de l’opposition si toutefois il lui serait proposé. Qu’est ce que la photo de Sonko fait sur cet article?
    Seulement il faut rappeler que ce poste n’appartient pas Idy encore moins à un autre. Si la loi décide que c’est la personne qui est arrivée second lors de la présidentielle Idy n’y pourra rien. S’il rejette c’est le suivant qui le prendra jusqu’à la prochaine présidentielle et ainsi de suite.
    Quelque soit la position des uns et des autres sur ce sujet il faudra s’armer de patience et attendre la décision qui sera arrêtée par le chef de l’etat.
    Je conseille à Idy d’accepter ce rôle si la loi le lui permet. C’est le choix des sénégalais qui ont dit qu’apres MacKy c’est lui.

  3. (Ce débat, suscité pour étouffer les nombreux scandales qui secouent Macky Sall et son clan, a pour objectif de diviser l’opposition qui est dans une dynamique de lutte pour la protection de nos ressources naturelles) ce sont vos mots, et je vois parmi les signataires des gens de tekki,oublient ils que c’est leur leader qui le premier a soulever ce débat, ce n’est pas le pouvoir, je vois aussi des garçons du pds de askaw, primo, es ce que vous avez fait la même demande à wade? portant le pds a commencer par revendiquer becs et ongles le titre de chef de l’opposition, maintenant face à l’évidence que le chef de l’opposition ne peut être que le second de la dernière élection, vous nous sortez cette fumisterie
    pourtant le statu du chef de l’opposition est bien calé dans notre constitution depuis 2016, depuis il n’y a aucun nom la dessus, pourquoi vous n’aviez jamais demandé à l’opposition de ne pas accepter ce titre le moment venu? face à toutes ces évidences , il est facile de constater que votre combat premier est d’écarter le president idrissa SECK , d’autres que vous y sont cassé les dents, vous n’y réussirez pas²

  4. ENCORE UNE FOIS DE PLUS LE PRÉSIDENT A REUSSI SON COUP: DIVISER L’OPPOSITION. EN QUOI SONKO (QUE J’ADMISRE) DEVRAIT OCCUPER CETTE POSITION? ELECTIONS LOCALES, LÉGISLATIVES, PRÉSIDENTIELLE?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR