Blog de Cheikh Yerim Seck

Crise scolaire: le gouvernement lâche du lest

Monsieur le Président de la République a reçu, le vendredi 27 avril 2018, une délégation des syndicats d’enseignants membres du G6, faisant suite à son appel pour une reprise immédiate des enseignements sur l’ensemble du territoire national.

Les syndicats d’enseignants ont exprimé au Chef de l’Etat, après l’avoir remercié pour les mesures qu’il a déjà prises en faveur du secteur de l’éducation, leur disponibilité à répondre favorablement à son appel.

Monsieur le Président de la République a pris acte de cette décision et a indiqué qu’il appartient désormais au Gouvernement et aux partenaires sociaux du secteur de l’Education et de la Formation de travailler au retour effectif d’un climat social apaisé, condition sine qua none d’une école de l’équité et de la réussite, une école viable, stable et pacifiée.




Le Chef de l’Etat s’est aussi félicité que le dialogue n’ait jamais été rompu entre le Gouvernement et les syndicats membres du G6 et il a par ailleurs félicité tous les acteurs de l’école, les syndicats d’enseignants, les organisations de promotion du dialogue social, les associations de parents d’élèves et les différents facilitateurs. Il a également exprimé ses remerciements aux Autorités religieuses qui n’ont ménagé aucun effort pour un dénouement heureux de la crise scolaire.

Monsieur le Président de la République, au regard de l’aspiration profonde des élèves à une éducation de qualité et de leur implication dans la crise qui s’est soldée malheureusement par des blessés, a réitéré son engagement pour une école réconciliée avec tous ses acteurs.

Le Chef de l’Etat a rappelé ses instructions au Gouvernement pour la mise en place diligente d’un guichet unique dédié aux procédures administratives de gestion de la carrière des enseignants, ainsi que d’un groupe de travail et de partage autour des conclusions de l’étude réalisée par le Gouvernement sur l’harmonisation du régime indemnitaire en vigueur au sein de la fonction publique.

Parce qu’il considère l’enseignant comme l’élément clé de la qualité de l’éducation, le Chef de l’Etat a instruit le Gouvernement de procéder à l’inscription progressive des ressources budgétaires nécessaires à la résorption des sommes dues aux enseignants depuis plus d’une décennie et qui sont relatives aux évolutions de leur carrière. Il a aussi décidé d’une revalorisation significative de l’indemnité de logement allouée aux enseignants, soit 15.000 FCFA à compter d’octobre 2018, 10.000 FCFA à compter de janvier 2019, et 15.000 FCFA à compter de janvier 2020. Ces mesures exceptionnelles en faveur des enseignants, portent l’indemnité de logement de 60.000 FCFA actuellement, à 100.000 FCFA par mois et par enseignant.

Enfin, le Chef de l’Etat a instruit le Premier Ministre de convoquer dans les meilleurs délais, une réunion entre le Gouvernement et les partenaires sociaux en vue de procéder à la signature d’un protocole dont le suivi de l’exécution, à bonne date, sera assuré par le Premier Ministre. Celui-ci lui en rendra compte périodiquement.

Le Chef de l’Etat a salué l’esprit d’ouverture et de dépassement dont ont fait montre les différents acteurs pour aboutir à la pacification de l’espace scolaire et à la reprise immédiate des enseignements sur l’étendue du territoire national.

Pour sa part, le Gouvernement assure qu’il sera aux côtés des acteurs de l’école, des parents d’élèves et des élèves, des organisations de promotion du dialogue social et des différents facilitateurs pour soutenir leurs efforts et mettre en œuvre avec diligence les mesures arrêtées par Monsieur le Président de la République.

Fait à Dakar, le 29 avril 2018
Le Secrétaire général du Gouvernement, 
Porte-parole,
Seydou GUEYE

3 Comments

  1. Je suis tres déçu et désespéré de ce pays.
    Oui je suis déçu car on continue pour des raisons de confort et de calcul politicien de saboter l’école sénégalaise. Comme du temps de WADE, on dira que l’on a « SAUVE » l’année scolaire. C’est archi faux! On a sauvé l’année politique.
    Depuis bientôt 20 ans l’école sénégalaise se dégrade de jour en jour et d’années en années.
    Cette décision de l’Etat de ne pas prendre le taureau par les cornes m’écœure au point que j’ai du mal à articuler ma pensée.
    Le Sénégal est et restera un pays où le désordre s’est installé à jamais. Un pays où l’Etat est terre. Un Etat qui ne prends pas des décision pour l’avenir de toute une nation, mais juste pour un confort politique du moment est un Etat faible.
    En France les syndicats se sont levés contre les réformes de la société des chemins fer, mais l’Etat français à clairement dit que pour les intérêts de la France toute entiére, il menera ses réformes jusqu’au bout. Çà c’est un Etat!
    Tout le monde sait que cette année scolaire est comprise, mais on fait semblant de ne pas le savoir.
    Pour connaître l’impact négative de toutes ces années scolaires « SAUVEES » depuis bientôt 20 ans il faut assister à des entretiens d’embauches. Les candidats vous presentent une pléthore de diplômes « SAUVES » et à la premiére question vous vous demandez d’où a été formé ce candidat à l’emploi.
    L’Etat du Sénégal compromet la capacité d’investissement des entreprises du secteur privé et même la possibilité pour celle-ci d’augmenter les salaires de leurs agents par différents impôts et taxes, il se permet de prendre cet argent pour non pas l’investir dans des secteurs productifs, mais pour augmenter des indemnités.
    Je demande au secteur de la santé aussi de dérouler son plan d’action et laisser quelques patients mourir et cet faible Etat va accéder à leur demande.
    Au Zimbabwe avant que les gens y fassent la gréve maintenant ils vont y réfléchir deux fois.
    Que le Président Mackhy SALL fasse exactement ce qu’avait Abdoulaye WADE pour mettre à jamais l’autorité de l’Etat à genoux en licenciant son ministre de l’education Mr Serigne Mbaye THIAM, comme WADE l’avait fait avec le Pr Madior DIOUF.

  2. Celui qui n’a pas respecté des engagements jusqu’ici, pourra t-il respecter encore ses promesses alors qu’il n’est pas sur qu’il sera encore Président. Cette promesse a le mérite de permettre aux enseignants de retourner dans les salles de classe et sauver l’année scolaire. Mais c’est certain, les élèves du public seront lésés. Les examens nous édifieront.

  3. Un conseil aux enseignants;
    Le Macky veut négocier le virage de la fête du travail. Demandez un report jusqu’après le 1er Mai où vous faites une véritable démonstration de force pour montrer votre détermination
    Une marée rouge doit déferler sur le palais du Pharaon comme au temps de Moussa, SA

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR