Désir d’Universel (Par Elhadji Hamidou Kassé)

L’apôtre Saint Paul, Muhammad Iqbal le Pakistanais, Cheikh H. Kane le Sénégalais ! Le premier visité grâce à ses Epîtres, exhortations très militantes. Le second rencontré grâce au philosophe sénégalais Souleymane B. Diagne dans un magnifique petit livre « Islam et société ouverte : la fidélité et le mouvement dans la pensée de Muhammad Iqbal ». Le troisième, lu dans le texte précieux qu’est « L’Aventure ambiguë ». Pourquoi ces trois noms? Pourquoi ces trois textes-là ? Pourquoi ce croisement-là ? Mais surtout, pourquoi entendre ou réentendre leur Dire ?
Dans un monde traversé par des convulsions, le repli sur soi, des irrédentismes désastreux, des conflits meurtriers, où l’exaltation des différences sert souvent de paravent pour mieux réprimer les dissonances, ces trois voix indiquent la voie d’un universalisme possible.
On relève chez Saint Paul, dans l’Epître aux Galates, il y a des siècles, ce propos si insolite à l’époque : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ». Et dans l’Epître aux Romains, il déclare : « Gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, pour le Juif premièrement, pour le Grec ! Car devant Dieu il n’y a point d’acception de personne en Dieu».
Considéré comme l’inspirateur du Pakistan indépendant sans pour autant aucun haine pour l’Inde, Iqbal renonce aux identités fermées pour dire ceci :
 « Il n’y a ni Afghans, ni Turcs, ni fils de Tartarie
Nous sommes tous les fruits d’un même jardin
D’un même tronc
Nous sommes la floraison d’un même printemps ».
Cheikh H. Kane tient, quant à lui, cet énoncé inouï : « Chaque heure qui passe apporte un supplément d’ignition au creuset où fusionne le monde. Nous n’avons pas eu le même passé (…), mais nous aurons le même avenir, rigoureusement. L’ère des destinées singulières est révolue. Dans ce sens, la fin du monde est bien arrivée pour chacun de nous, car nul ne peut plus vivre de la seule préservation de soi. Mais, de nos longs mûrissements multiples, il va naître un fils du monde. Le premier fils de la terre. L’unique aussi ». Et dans une interview accordée à la revue Esprit, Kane exhorte : « Pourvu que nous gardions nos armes en lieu sûr ». Autrement dit, sachons orienter notre pensée et parions sur une action qui ne compromette pas notre désir et notre volonté de « vivre-ensemble ».
Paul, Iqbal et Kane nous mettent ainsi en demeure de conjuguer la montagne et la vallée : il faut absolument traverser les différences sans les nier pour être à même de mettre fin aux différends, du moins pour les tempérer. Ils nous exhortent à semer les nuages d’une pluie apaisante qui détend le monde et le rend un peu moins crispé.
Disons donc, en toute confiance comme en vérité que le monde, notre monde, doit et peut être un espace où chacun se sent plus heureux et joyeux. Enfin… !

3 Comments

  1. Hamidou ton texte respire la paix et appelle a l’union des coeurs, au dela des differences partisanes et des differends politiques.Il est irrigue par un elan irrepressible de communion et de fraternisation porte par les trois personnages en epingle des ton exorde.Sans en faire une lecture symptomale,nous osons speculer sur quelques uns des impenses qui le peuplent.Le premier est un questionnement:pourquoi precisement penser en ce moment a l’ouverture des frontieres mentales,qui comme nous le sentons, sont fortement grippees des tribulations politiciennes et politiques,des souffrances,des injustices ,des actes democraticides et liberticides,du nepotisme,de la desinstitutionnalisation, de la fratrie avant le parti et la patrie,de la banqueroute financiere….?Ce texte n’est il pas une justification intellectuelle,philosophique ou ideologique du dialogue qui peine a s’en aller?
    Le style volontairement ethere et aseptise n’est il pas un brouillage de pistes?De ce fait votre posture de sage,votre nouvel habit de Conficius n’est il pas problematique pour un Hugo comme vous,qui a trempe la main dans la merde politique mackysardienne jusqu’aux coudes?De surcroit fallait-il pas que vous nommiez les choses,aulieu de passer pour un disciple de Mallarme,nous voulons dire un symboliste?

  2. Cheikh Hamidou Kane, est-ce l’homme qu’on avait octroyé gratuitement un millier d’hectares de terres arables il y a une quarantaine d’années. Il n’en a rien fait et aujourd’hui, lui et sa famille veulent les vendre ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*