Blog de Cheikh Yerim Seck

Ecole: La bataille de Touba aura-t-elle lieu ?

Chaque année, après des mois de gréve, de pugilat verbal, de surenchère, de menaces et de radicalisation plus ou moins feinte, pouvoir et enseignants se réunissent  toujours autour d’une table, tel un rituel immuable .Le Rubicon de la rupture définitive n ‘est jamais franchi, car ils savent jusqu’où ne pas aller pour ne pas aller trop loin. En effet, au delà des tumultes et des antagonismes qui tendent à se structurer, les belligérants se retrouvent autour d’un no man’s land : l ‘école est une nécessité, elle est vitale.
Les pays se distinguent du point de vue développement moins  par l’ étendue de leurs ressources naturelles que celles humaines. Le japon et  la suisse qui font partie des pays les plus développés du monde sont pourtant très pauvres en ressources naturelles, alors que d’ autres, tels la République Démocratique du Congo, le Congo Brazzaville ou le Soudan du sud connus pour la richesse de leurs sous sols, font partie des pauvres parmi les pauvres, et si la chine est parvenue en moins d’ une génération à passer de pays en voie de développement à celui de deuxième puissance mondiale, elle le doit avant tout à son savoir faire et son expertise dans les secteurs de pointe .
C ‘est le savoir qui fait la différence.
L ‘école est le moyen le plus sûr pour vaincre la pauvreté et  rendre à l’ homme sa dignité. En ce sens, elle est un droit pour le citoyen et son accessibilité un devoir pour l ‘état, consacré d ‘ ailleurs par la loi.
 L ‘ exposé  de motifs de la loi 91-22 du 16 février 1991 stipule que les objectifs assignés à l ‘éducation sont  de former des hommes et des femmes libres , capables de créer les conditions de leur épanouissement à tous les niveaux, de contribuer au développement des sciences. Elle donne a tous des chances égales de réussite. L ‘ éducation nationale  vise l’ éradication complète et définitive de l’ analphabétisme ainsi que le perfectionnement  professionnel et la promotion sociale de tous les citoyens pour l ‘ amélioration des conditions d’ existence et d’ emploi. Ladite loi stipulera dans son article 3 bis: la scolarité est obligatoire pour tous les enfants des deux sexes âgés de 6 ans à 16 ans  L’ état a l’ obligation  de les  maintenir au sein du système scolaire.
Celui qui incarne le mieux ce miracle de l ‘école est incontestablement Macky Sall . La lecture de sa biographie nous apprend que son père Amadou Abdou Sall était gardien et sa mère Coumba Thimbo, vendeuse d’ arachides grillées .
Loin de nous l ‘idée de nous  en  gausser ou de susciter quelques réflexions irrévérencieuses. Nous voulons juste souligner qu’ avec des conditions sociales aussi modestes, l ‘avenir du jeune Macky n’ était pas des plus enviables. Heureusement qu’ il y eut l’ école. Grace à elle, il est devenu ingénieur, directeur de société, ministre, premier ministre, président de l ‘ assemblée nationale et enfin président de la république. Non seulement il a sorti sa famille  de la pauvreté mais grâce à elle,  il a gagné la notoriété et la reconnaissance. Qui  donc ,mieux que Macky Sall peut chanter les louanges de l ‘ école ? Qui plus que lui doit porter le combat  pour une école universelle ? Une école enfin à l ‘abri des turpitudes,  des vicissitudes, et des impondérables ? Une école pour tous ?
Au début du mois de févier 2018, s’ est tenue à Dakar et sous la  coprésidence d’ Emmanuel Macron, le président Français et Macky Sall, la conférence de financement  du partenariat pour l’ éducation qui a été créée  en 2002 et dont Rihanna est ambassadrice de bonne volonté. Son but, réunir 3 milliards de dollars afin de permettre à 260 millions d’ enfants d’ accéder au savoir d’ici 2020. Nous avions alors écouté avec beaucoup d ‘ attention le discours du président Sénégalais Macky Sall. Nous vous en livrons la quintessence :
–Financer l ‘éducation, c ‘est semer les germes de la dignité, c’ est allumer la lumière du savoir et repousser les ténèbres de l’ignorance et ériger la raison comme rempart contre l ‘ obscurantisme.
Prima faciès, il n ‘ y a rien à ajouter d ‘ autant qu’ il s’ était engagé  pour une contribution de 2 millions de dollars. Nous aurions  applaudi des deux mains si les enfants de Touba n’ étaient pas aussi des Sénégalais, et s ‘ ils n ‘avaient pas aussi le droit d ‘ aller à l ‘école pour avoir  une chance de sortir de la pauvreté comme le jeune Macky en a eu quand il avait  leur age. 98 ans , c ‘ est à  dire prés d ‘un siècle que Touba refuse que l’ école ne s’ implante dans la cité religieuse et ce sont des millions de Sénégalais qui ont ainsi vu leur avenir Hypothéqué, voire détruit avec pour seule possibilité le travail ingrat de la terre, le commerce ambulant ou l’ exode vers  d’ autres cieux et souvent dans des conditions inhumaines. Aujourd’hui, le sujet le plus débattu au Sénégal  est l’ école et comment la sauver. Tout le monde, ( intellectuels, journalistes , politiciens ,enseignants, ministres, président ) y va de sa contribution et de sa petite idée de génie. Mais tous, avec une unanimité qui n ‘ a d’ égale que la lâcheté qui en est la sève nourricière, préfèrent plonger la  tête dans le sable pour ne pas  voir les milliers d ‘ enfants de Touba et ses environs  qui ont l ‘age et le droit d’ aller à l ‘ école comme ceux de Pikine, Kaolack ou Thiés et qui sont pourtant condamnés à un avenir incertain.
Le président Macky Sall , de conclure son discours lors de la conférence sur le financement de l’ éducation, par ces mots :
–La bataille pour l’ éducation est la mère de toutes les batailles, la perdre, c’ est perdre d ‘ avance toutes les autres.
Juste une question monsieur le président :
La bataille de Touba, aura t-elle lieu ?
Serigne Mbacké Ndiaye
Ecrivain

serignembackendiaye897@gmail.com

7 Comments

    • Raison de plus pour que l’ opinion publique et à commencer par le président se mobilise afin que les enfants de Touba puissent avoir accès au savoir et espérer un avenir meilleur que celui de leurs parents. Touba fait partie des villes les plus pauvres du Sénégal malgré ce qu’on veut nous faire croire et cela s’explique par ce refus anachronique de l ‘ école.

    • Vous avez tout faux , Touba a compris le piège du système laïc incarné par l’école laïc, ce que bon nombres d’INTELLECTRAITRES’ c-à-dire les ‘Alphabétisés en français’.
      Rappel:
      «  »

      Naufrage de la foi
      Pour découvrir la vérité, il faut aller plus loin que ces rodomontades de tribune, bien sûr.
      Pénétrons plus en avant dans la pensée profonde et secrète de certains hommes politiques de ce temps.
      C’est l’inspecteur Dequaire Grobel qui déclare en 1896 : « le but de l’école laïque n’est pas d’apprendre à lire, à écrire et à compter, c’est de faire des libres-penseurs .
      L’école laïque n’aura porté ses fruits que si l’enfant est détaché du dogme, s’il a renié la foi de ses pères.
      L’école laïque est un moule où l’on jette un fils chrétien et d’où s’échappe un renégat. »
      C’est Jules Ferry écrivant ! « Nous voulons organiser l’humanité sans Dieu. »
      A L’ATTENTION DES INTELLECTRAITRES (ALPHABETISES EN FRANÇAIS ) QUI VOULAIENT NOUS CONVAINCRE DU CONTRAIRE ; l’AVEU EST LA MERE DES PREUVES ;
      Voici la preuve claire que la rencontre de dakar pour l’éducatuio n’est rien d’autre que combattre l’islam

      Macron et l’Éducation au Sénégal : Le commentaire d’un chroniqueur franco-américain sur CNEWS irrite les salafistes sénégalais

      L’une des étapes les plus importantes de la visite d’Emmanuel Macron au Sénégal, c’est le sommet dédié au partenariat mondial pour l’Education accueilli par le centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD). Rencontre qui a suscité beaucoup de commentaires eu égard à la participation de la star américaine d’origine barbadienne, nommons Rihanna.
      Pour le Collectif non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité, la chanteuse est porteuse d’un projet aux fins de dévier la jeunesse sénégalaise, à travers l’éducation.
      Si la chanteuse et le président français ne sont pas passés aux aveux, ça semble être le cas avec un chroniqueur franco-américain qui travaille à la chaine française CNEWS (ex I-TÉLÉ) dont une équipe a accompagné Emmanuel Macron.
      Harold Hyman puisqu’il s’agit de lui, croit savoir qu’il y a un « calcul » derrière cette mobilisation mondiale en faveur de l’éducation dans les pays en voie de développement. « Si la jeunesse africaine et surtout en zone musulmane est laissée à elle même – le Sénégal un pays de 9/10 musulman -, ça va être des madrasas (écoles coraniques) financées par des fonds saoudiens qui vont éduquer les jeunes. Et il ne faut pas que ça arrive. Si ça arrivait, on aurait une espèce d’Afghanistan ou quelque chose du genre et on ne veut pas ça », a expliqué le chroniqueur américain. Ce qui a eu le don d’irriter les salafistes sénégalais sur le web. La vidéo est largement partagée par ces sunnites pour qui, l’objectif du président français est de combattre l’enseignement coranique au Sénégal.
      Rappelons que la contribution de la France au Partenariat mondial pour l’éducation est passé de 17 à 200 millions d’euros. « Si cet investissement n’est pas fait, cette jeunesse deviendra le problème de demain (…) avec des risques de bascule vers l’obscurantisme ou la violence », s’est justifié le président français à Dakar.

  1. Wakhofi touss dara naada. Trop d’amalgame. Ton masque tombera un jour arrête ton jeu caché.
    C’est facile d’être à Dakar et de vouloir juger Touba sans s’y rendre sans connaître ce qu’est Touba.
    Sénégal lifi geuna bonn moy ignane ak reir maanam ignorance c’est pire que la guerre.
    Touba sera toujours l’élu de Dieu au Senegal n’en déplaise aux vaniteux et aux negros de service

    • Monsieur Defen, détrompez vous, d’ abord je suis né à M’backe et j’habite à Touba, donc je sais de quoi je parle. Ensuite je n’ avance pas masqué. Je suis écrivain et l’ auteur de « l’odyssée des migrants » où je démontre que la majorité des migrants Sénégalais actuellement en déshérence en Afrique sont originaires de Touba et du Fouta deux foyers religieux qui ont plus ou moins banni l’ école. J’ ai été en Cote d ‘Ivoire où j’ ai vécu avec eux et pas mal ont pris le chemin de la libye. Ne faisons pas la confusion entre école et français et c’ est malheureusement cette confusion qui est à l’origine du rejet de l’ école par les autorités de Touba. Il faut donner à tous des chances de réussir dans la vie. Et l’ école est le moyen le plus sûr de combattre la migration clandestine.

  2. Excusez Monsieur Ndiaye Vous faites parfois des affirmations non fondées Il y a beaucoup de petits Touba au Sénégal avec absences d’écoles ou refus d’y envoyer des enfants
    Touba une des zones les plus pauvres?
    Vos affirmations gagneraient à être fondées sur des faits précis ou des statistiques

  3. Comment une personne censée peut defendre le fait que touba refuse l’ecole. Comment touba veut avoir des hopitaux sans que ses enfants soit formés à la medecine. Comment touba va avoir des infrastructure sans que ses enfants puissent devenir des ingenieures. Comment la deuxieme ville du pauy veux participer a la marche du pays sans avoir des enfant pres a etre ministres, deputes, administrateurs civile ou haut fonctionnaires. Qu’on se disent la verite le systeme educatif mouride n’existe pas. Si non dites moi combien de medecins, de scientifiques ou d’ingenieures on ete forme par ce systeme. Ce qui se passe a touba est un crime. Les mbacke mbacke mientiennent la population de touba dans l’obscurantisme pour mieu les utiliser. C’est tout. Il n’y a rien à defenfre sur ce sujet. Les politiciens et les intellectuels senegalais sont des laches.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR