Blog de Cheikh Yerim Seck

Fort de sa large coalition, Idrissa Seck vous livre son programme étoffé

5 Comments

  1. Idy est entouré de boys town qui nont aucune base politique vaut mieux avoir des braya diop sy balde moussa sy bandia diop … alors que dire de cette coalition monsieurs les journalistes nous vous aimons aimons parfois les infos ne sont pas sur le même traitement .Abdoul mbaye Mamadou lamine Diallo . . tonneaux vides .

  2. Ndeysane sourboti ton nom sonne bien avec ta réflexion. Voilà ce qui dévoile le retard de notre pays on parle de programme clair, limpide et faisable et voilà quelqu’un qui ne sort de nul part avec des idées de mayonnaise bou dock pour nous parler de personnes qui ne représentent que leur « épitoumiay » comme le disait Platon. Idrissa seck qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas, qu’on le soutienne ou qu’on le soutienne pas est « le seul homme politique qui une fois au pouvoir sait exactement là où il veut amener le Sénégal » disait la sociologue Fatou Sow Sarr. Le programme qu’il vient de dévoiler montre clairement son ambition pour le Sénégal. Quelque soit l’issu de ce scrutin son programme peut être une véritable source d’inspiration pour le prochain Président du Sénégal.

  3. Ouf, il était temps! Il faut féliciter l’équipe de Idy2019 pour nous avoir fourni un programme économique qui a le mérite de montrer que cette coalition a travaillé sérieusement sur leur projet de redressement national. Après avoir dit cela, il faut aussi affirmer qu’il pose certaines questions.

    Premier commentaire :
    Qui sera compétent pour saisir la VGE (Vérification générale d’Etat)? Il faut que cela soit uniquement l’Assemblée Nationale par sa commission des finances ou un procureur de la République ou une auto-saisie. Pour éviter que soit politisées les enquêtes, il faut sortir entièrement cet organe de contrôle ainsi que tous les autres du giron du Président.

    Deuxième commentaire :
    Concerne l’organisation et la gestion de la diaspora. Il faut savoir que la diaspora est une chance pour le Sénégal. Une chance économique, une chance intellectuelle et un régulateur social.
    Grâce à sa contribution financière et intellectuelle, la diaspora constitue une ressource naturelle pour notre pays. Créer une banque pour elle prendra du temps et nécessitera des ressources importantes et il n’existe aucun pays où nous avons une expérience de ce type. Il faut faire plus simple en utilisant l’ADPME. Telle qu’elle existe actuellement, elle n’est pas performante, il faut la réformer. Il faut créer un fonds économique en charge du financement des projets de la diaspora. L’Etat pourra y jouer un grand rôle en l’alimentation avec la participation des Sénégalais de l’extérieur et des pays où résident nos concitoyens. Ce fonds servira à financer l’investissement de nos compatriotes ainsi que les candidats au retour.
    Ce fonds devra être géré par l’ADMPE et garantir les emprunts bancaires de nos concitoyens qui investissent dans le développement de notre pays.

    L’Etat doit chercher à garder le monopole sur les montants transférés par nos compatriotes et qui passent par les banques à travers Western Union. La gestion et la redistribution de cette manne financière doit être confiée au fonds qui sera créé par l’ADPME. Il faut inventer des solutions pour rendre cette ressource plus utile au développement du pays.
    La diaspora doit être mieux représentée au sein du gouvernement, de l’assemblée nationale et des autres institutions.

    Commentaire 3:
    Dans les ressources pour financer le programme Idy2019, jusqu’à 2021, il va manquer 1000 mdrs pour financer les engagements. Ce sera au détriment de quel engagement? Il est prévu l’augmentation des recettes fiscales: par optimisation? par augmentation des impôts? alors qu’il faut les réduire pour relancer l’investissement et les emplois.

    Quid de la sécurité qui est au cœur de tout état stable? Elle ne figure pas dans les engagements de Idy2019. Il est important que les moyens de la Police et de la Gendarmerie soient renforcés. Pour cela, il n’est pas forcément nécessaire d’augmenter leur nombre mais de renforcer les instruments qui leur permettent de mener à bien leur mission. Parmi ces instruments, il y a la construction d’un laboratoire national ADN qui est une nécessité pour une Police et une Gendarmerie efficaces. Il y a aussi la constitution d’un fichier national d’empreintes génétiques. Ces deux éléments permettront de mener les enquêtes avec plus de professionnalisme et de célérité.
    Au-delà de la mission de sécurité, la Police et la Gendarmerie doivent développer des activités citoyennes en se rapprochant plus des quartiers et tisser des liens avec elles par des campagnes de proximité. Elles peuvent organiser périodiquement des séances d’informations sur leurs missions et donner l’opportunité à nos concitoyens de les interpeller sur questions relatives à leur situation sécuritaire.
    Ces contacts auront l’avantage de faciliter l’obtention d’informations par la Police quand elle mènera des enquêtes et de gommer le sentiment de défiance que les gens nourrissent à l’égard des forces de sécurité.

    En conclusion :
    Après plus de cinquante ans d’indépendance et plusieurs régimes qui se sont succédés, notre pays se cherche encore. Nos concitoyens sont toujours dans l’attente d’un vrai changement capable de redresser le pays et de tracer un avenir prometteur. Les problèmes sont nombreux, chômage, crise de confiance à l’égard nos leaders politiques, désespoir de voir nos conditions de vie changer, pervertissement et perte de valeurs, orientation vers le matérialisme et le règne de l’argent facile. Le Sénégal est à la croisée des chemins et nous avons l’impérieux besoin d’une figure emblématique avec une vision cohérente à long terme, qui sache rassembler toutes les composantes de notre société en vue du redressement national et d’une promesse d’avenir à la hauteur de notre histoire. Le leader politique qui y arrivera entrera forcément dans l’histoire. l’image des valeureux pionniers et bâtisseurs que sont les pères fondateurs de nos confréries dont l’esprit continue de nous accompagner à chaque pas.

  4. Ouf, il était temps! Il faut féliciter l’équipe de Idy2019 pour nous avoir fourni un programme économique qui a le mérite de montrer que cette coalition a travaillé sérieusement sur leur projet de redressement national. Après avoir dit cela, il faut aussi affirmer qu’il pose certaines questions.

    Premier commentaire :
    Qui sera compétent pour saisir la VGE (Vérification générale d’Etat)? Il faut que cela soit uniquement l’Assemblée Nationale par sa commission des finances ou un procureur de la République ou une auto-saisie. Pour éviter que soit politisées les enquêtes, il faut sortir entièrement cet organe de contrôle ainsi que tous les autres du giron du Président.

    Deuxième commentaire :
    Concerne l’organisation et la gestion de la diaspora. Il faut savoir que la diaspora est une chance pour le Sénégal. Une chance économique, une chance intellectuelle et un régulateur social.
    Grâce à sa contribution financière et intellectuelle, la diaspora constitue une ressource naturelle pour notre pays. Créer une banque pour elle prendra du temps et nécessitera des ressources importantes et il n’existe aucun pays où nous avons une expérience de ce type. Il faut faire plus simple en utilisant l’ADPME. Telle qu’elle existe actuellement, elle n’est pas performante, il faut la réformer. Il faut créer un fonds économique en charge du financement des projets de la diaspora. L’Etat pourra y jouer un grand rôle en l’alimentation avec la participation des Sénégalais de l’extérieur et des pays où résident nos concitoyens. Ce fonds servira à financer l’investissement de nos compatriotes ainsi que les candidats au retour.
    Ce fonds devra être géré par l’ADMPE et garantir les emprunts bancaires de nos concitoyens qui investissent dans le développement de notre pays.

    L’Etat doit chercher à garder le monopole sur les montants transférés par nos compatriotes et qui passent par les banques à travers Western Union. La gestion et la redistribution de cette manne financière doit être confiée au fonds qui sera créé par l’ADPME. Il faut inventer des solutions pour rendre cette ressource plus utile au développement du pays.
    La diaspora doit être mieux représentée au sein du gouvernement, de l’assemblée nationale et des autres institutions.

    Commentaire 3:
    Dans les ressources pour financer le programme Idy2019, jusqu’à 2021, il va manquer 1000 mdrs pour financer les engagements. Ce sera au détriment de quel engagement? Il est prévu l’augmentation des recettes fiscales: par optimisation? par augmentation des impôts? alors qu’il faut les réduire pour relancer l’investissement et les emplois.

    Quid de la sécurité qui est au cœur de tout état stable? Elle ne figure pas dans les engagements de Idy2019. Il est important que les moyens de la Police et de la Gendarmerie soient renforcés. Pour cela, il n’est pas forcément nécessaire d’augmenter leur nombre mais de renforcer les instruments qui leur permettent de mener à bien leur mission. Parmi ces instruments, il y a la construction d’un laboratoire national ADN qui est une nécessité pour une Police et une Gendarmerie efficaces. Il y a aussi la constitution d’un fichier national d’empreintes génétiques. Ces deux éléments permettront de mener les enquêtes avec plus de professionnalisme et de célérité.
    Au-delà de la mission de sécurité, la Police et la Gendarmerie doivent développer des activités citoyennes en se rapprochant plus des quartiers et tisser des liens avec elles par des campagnes de proximité. Elles peuvent organiser périodiquement des séances d’informations sur leurs missions et donner l’opportunité à nos concitoyens de les interpeller sur questions relatives à leur situation sécuritaire.
    Ces contacts auront l’avantage de faciliter l’obtention d’informations par la Police quand elle mènera des enquêtes et de gommer le sentiment de défiance que les gens nourrissent à l’égard des forces de sécurité.

    En conclusion :
    Après plus de cinquante ans d’indépendance et plusieurs régimes qui se sont succédés, notre pays se cherche encore. Nos concitoyens sont toujours dans l’attente d’un vrai changement capable de redresser le pays et de tracer un avenir prometteur. Les problèmes sont nombreux, chômage, crise de confiance à l’égard nos leaders politiques, désespoir de voir nos conditions de vie changer, pervertissement et perte de valeurs, orientation vers le matérialisme et le règne de l’argent facile. Le Sénégal est à la croisée des chemins et nous avons l’impérieux besoin d’une figure emblématique avec une vision cohérente à long terme, qui sache rassembler toutes les composantes de notre société en vue du redressement national et d’une promesse d’avenir à la hauteur de notre histoire. Le leader politique qui y arrivera entrera forcément dans l’histoire. l’image des valeureux pionniers et bâtisseurs que sont les pères fondateurs de nos confréries dont l’esprit continue de nous accompagner à chaque pas.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR