La note de la rédaction de L’As sur Serigne Mboup est-elle du journalisme ?

YERIMPOST.COM Aux professionnels imbus des règles déontologiques du journalisme d’apprécier ladite note que nous publions ci-dessous…

« Serigne tes menaces nous laissent de marbre.

Nous n’avons pas parlé de ses problèmes de mœurs qui ont expliqués la fugue de sa dernière épouse ni de ses frasques tant à l’étranger qu’au Sénégal mais plutôt une plainte, une énième d’ailleurs par escroquerie…

Dès lors que nous disposons de la plainte avons recoupé et eu la confirmation que la plaignante a été entendu, nous n’avons nullement besoin de recueillir une quelconque version

Et ce n’est pas un écervelé et affabulateur à l’imagination féconde qui nous dictera la conduite à tenir…

Et puis ce n’est pas de notre faute si la famille Mboup aime se déchirer devant les prétoires. Nous ne sommes pas responsables non plus si le gu est souvent poursuivi devant la justice par ses frères et sœurs. Tristounet

Le directeur de publication de L’AS n’a jamais évoqué cette question avec lui puisqu’ils ne se connaissent même pas et ne se sont jamais rencontrés en publique ni en privé. Mais quoi de plus surprenant pour un mégalomane dont l’ignorance et la mauvaise foi sont connu de tous….

Nous n’avions voulu nous élever pour ne pas barboter avec un porc qui nourrit la prétention d’être maire de Kaolack .

Nous en savons trop sur ce lugubre individu. »

 

9 Comments

  1. Cet article montre le degré de méchanceté du nègre face à son prochain. En analysant le sous développement de nos pays on se rendra compte la méchanceté entre nous occupe une place considérable. Je me rappelle de cette phrase de Katoucha Niane « En Afrique si tu te bats jusqu’à arriver au sommet il y’a des gens qui feront tout pour que tu redescends ». Serigne Mboup est une fierté nationale qu’on doit préserver. Lui il a montré ses preuves dans le domaine économique et social. Il n’a plus rien à prouver. C’est une fierté pour le Sénégal comme d’autres personnes : Yerim sow, Babacar ngom, Seye touba oil, Dame diop, Cheikh yerim seck, Youssou ndour etc.

  2. c’est ordurier, c’est indigne du journalisme, rien que des insinuations, de la médisance, de la délation, des insultes…, c’est des malfrats qui n’ont pas leur place dans le noble métier de journalisme.

  3. La presse senegalaise c est Les 7 P :
    Presse Pourrie de Polémiques et de Petits Potins Politiques et People

    Nuls à l écrit , 10 fautes dans Les 5 premiéres phrases ,
    et insupportables à l oral avec des
    ….heuuu…véréma…céadi que…je veudire que…je pense que…inefo que…

    Des Petits merdeux formés dans ces petits « instituts » de bas niveaux des quartiers populeux ,
    c est ce qu on appelle « journalistes attestation »
    Ou des animateurs , charrétiers , bouchers , batteurs de tam tam , chanteurs , danseurs , putes , maitres -chanteurs , soulards , drogués , et ces femmes xéssalisées, nulles, sâles, vulgaires et obscénes,
    qui disent « nioune sournalizes yi  »

    Et toute cette racaille là va avoir sa carte de presse
    Pauvre presse de merde

  4. Inimaginable de voir un tel texte produit ou écrit par un journaliste.
    La décence commande de ne pas écrire de telles hérésies sur un être humain.
    Journalistes du Senegal, rassaissez-vous!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*