Blog de Cheikh Yerim Seck

Le Fouta Fou-Tas 

Au lendemain des élections, bien avant les résultats provisoires, le tas de fous que recouvre notre nation se sont défoulés sur le Fouta. Jugeant son vote ethnique, beaucoup sont ceux qui se sont permis de bafouer cette belle terre sainte qui autrefois était mère de la démocratie. Lors des moments comme celui-ci, il est important de revisiter l’histoire et de répandre une vérité qui semble être perdu chez beaucoup de nos compatriotes.
1_ Nous devons d’abords comprendre que le Fouta a expérimenté ses premières élections au 18e siècle dans l’actuelle ville de Thilogne( Commune de Thilogne, Département de Matam, Région de Matam). C’est ce scrutin qui porta Thierno Souleymane Baal comme l’Imam du Fouta Toro. Donc en matière d’élection et de démocratie le Fouta, n’a aucune leçon à recevoir.
2_ Il faut également signaler qu’il relève de la plus grande malhonnêteté intellectuelle de parler du Fouta quand il s’agit d’élection au Sénégal. Le Fouta n’est pas une région; en réalité le Fouta c’est de la région de Saint louis à la région de Kédougou en passant par Podor, Thilogne, Matam, Bakel, Dagana, Toubéré Bafal, Goudouri et j’en passe. ( à noter qu’autrefois le Fouta allait jusque dans la guinée en n’emportant une partie de la Mauritanie et une autre du Mali).Donc il est impossible de qualifier tous ces votes ethniques, ou régionalistes.
3_ A ce mensonge vient s’ajouter la création d’un monde fictionnel qui présente cette diverse région du Sénégal [le Fouta] comme une région homogène. Le Fouta ne regorge pas que de Haal Pulaar comme veulent le faire croire ces fous éthnicistes qui installent le désordre chez nous! Dans le Fouta vous trouverez des villages entièrement Wolof a l’image de Séddo Sébé, de Liiw et j’en passe. Des villages comme Bokidiawé, Mboloyel et Goumal présentent la vraie image du fouta, un lieu où la cohésion sociale est réelle, dans ces villages comme parmi tant d’autres; Haal Pulaar, Soninké et Sarakolé vivent en parfaite harmonie.

4_ Et enfin il faut dénoncer “le Jeux de Mots” auquel s’adonne certains politiques… le NEDDO KO BANDOUM a toujours été attribué aux Haal Pulaar mais pas pour les mêmes raisons que certains évoquent depuis un moment. Le NEDDO KO BANDOUM n’a rien d’éthnique, sinon comment expliquer que la majorité des boutiquiers dans les plus grandes villes du Fouta viennent des autres régions du pays et parle rarement le pulaar. Allez dans les loumas de Diaobé, Orefonde, Galoya et autres, allez dans les boulangeries vous y verrez rarement des Halpoulars. Si le NEDDO KO BANDOUM était ethnique pourquoi ne se reflète-t-il pas dans le milieu commerce du Fouta, dans secteur du transport?
Personnellement, moi étant panafricain, je n’ai pas voté Macky, donc je ne saurai apporter une justification du “vote Foutanké”; mais au lieu de le qualifier ethnique, il serait préférable de procéder à une analyse politique.
Pendant que nous activistes et politiques critiquons les prix de plusieurs projets du gouvernement, il y-a une partie du peuple qui pour la première fois a eu accès à l’électricité, une autre qui pour la première fois à goutter à l’eau potable. Nous autres “intellectuelles” analysons les contrats, les prix, pourquoi les marchés sont accordés à telle ou telle entreprise mais pour plusieurs de nos concitoyens (dont la majorité analphabéte), ce qui compte c’est la survie et l’accès aux outils ordinaires. Alors avant de stigmatiser une partie de la population, nous devons peut-être revoir notre manière de communiquer avec les populations!

Amadou Dieng
Chroniqueur Politique
#lettrecitoyen

 

12 Comments

  1. Salam mes chers Compatriotes !!!!!

    J’ai lu attentivement le post de Monsieur Amadou Dieng expliquant sans me convaincre le vote massif,systématique et aveugle des hallpular de matam.
    Je pense que Monsieur Dieng oublie sciemment que si nous parlons de la région de matam c’est du coté administratif et non du coté historique.

    Il sera difficile de convaincre la majorité des Sénégalais 66% des wolofs, le comportement aveugle des hall paular vis-a-vis de Mr Macky Sall lors des élections.

    Cette attitude des hall pular nous l’avons constaté avec Djibo Ka lors de sa première candidature législative avec son score de 11% et onze députés.

    C’est grave de penser voire de dire que tous les autres candidats sont mauvais pour mon ethnie, voire ma région, seule mon fils est le meilleur.

    L’Être Humain tout court ne peut pas accepter cette façon de voire les choses.

    Le cas de Monsieur Abdoulaye Wade sur son fils Karim est là.Lorsqu’il a déclaré que son fils, sur le ciel et sur la terre il est le meilleur. Nous étions choqués, humiliés, nous de la génération 1988 avec l’année blanche, au moment où nous nous battions pour notre idole, notre MESSIE National Maître Abdoulaye Wade, pour plus de démocratie, plus de liberté, plus de transparence, plus de l’équité, plus d’accès à une bonne éducation pour tous, la santé pour tous, le travail pour tous, son fils se trouvait dans l’Hexagone entrain de suivre convenable ses études loin des lacrymogènes, des années scolaires perturbées.

    Je suis d’accord sur cette partie de l’histoire sur Thierno Souleymane Baal, même cette histoire j’en ai convaincu qu’il y avait beaucoup de wolofs qui ont joué de très grands rôles pour cette démocratie que l’on se vante partout.

    Le Sénégal a la chance d’avoir une ethnie wolof majoritaire qui est une ethnie démocratique, ouverte, compréhensive, tolérante,aimable. L’une des qualités des Wolofs est face à un étranger de son ethnie que se soit le halpular, le sérère ou le diola, le wolof préfère donner à l’étranger au détriment de son ethnie.

    C’est ce qui explique le score électoral de Mr Macky Sall dans le Saloum, dans la Cayor, dans le Ndoucoumane et le Djolof.

    Seul les Baol Baol ont compris très tôt l’attitudes des hal pular pour bannir totalement leur fils, Mr Macky Sall dans leur choix électoral. C’est une question de dignité et d’orgueil.

    Fort de tout cela , il sera difficile pour vous, Mr Dieng de défendre la cause injuste des hal pular, d’ailleurs à ce titre, d’après votre nom vous êtes pas un hal pular, mais un wolof.

    C’est un constat, les semis, voire demis halpular sont les plus royaliste que le roi et dans tous les domaines de la vie.

    Je ne sais pas si c’est dû à un sentiment de complexe bien nourri ou quoi.

    • ce que vous dites des wolofs est la pure vérité. Le mythe du « lakk kate » honnête, sincère etc. (« lakk kate amoul thiakhaane » dit-on..) a été créé par le wolof, à son propre détriment pourtant! Car, beaucoup, pour démontrer leur intégrité, clament tout haut: »mane lakk kate laa, dou ma thiakhaane », comme si pour faire du thiakhaane, il faut être wolof! Or, c’est bien le wolof, toujours dans cette propension à valoriser autrui à son propre détriment, qui a créé ce mythe que les « laake kate » utilisent pour dénigrer le wolof.
      La culture wolof a toujours été la tolérance, la courtoisie, la générosité, l’ouverture d’esprit. Même Cada mosto, le premier européen fouler le sol sénégalais en 1447 a décrit ainsi les wolofs qu’il a rencontrés aux abords du fleuve Sénégal.

    • Yow vas te faire mettre gros con de wolof, tu n’as aucun argument à faire valoir sinon à discréditer. Les hal pular sont une ethnie transfrontaliere, ils sont présents jusqu’aux abords de l’Adamaoua , et contrairement à votre ethnie confinée dans ce petit Senegal, ils ont produits des hommes de valeur comme Ahmadou Ahidjo, Sehu Saghari, Mohamed Buhari dans le monde politique, dans les affaires, Baba Dan Pullo, l’homme le plus riche de l’Afrique francophone, dans l’Islam, Cheikhou Oumar Tall dont le rayonnement a traversé les frontières de son Halwar. Lors de ces élections, il n’y a eu aucun vote ethnique, ce sont des balivernes et si pensez apeurer les gens en brandissant le spectre d’un ethnicisme Peul , ne vous arrêtez surtout pas en si bon chemin, faites en sorte de créer des tensions de cette nature dans ce pays, on verra si vous êtes majoritaires et si les autres doivent se soumettre à votre loi, à votre culture et à votre vision du monde.

      • @con comme rubicon
        Ne souhaites pas de tensions ethniques dans ce pays. Cultivons la paix. Car si ce que tu souhaites arrivait, c’est le fouta qui s’embraserait en premier, vu le nombre de wolofs authentiques qui y habitent depuis des siècles, et vu le nombre de toucouleurs d’origine wolof.
        Ensuite, je ne vois aucun mérite particulier à être disséminé un peu partout en Afrique et aucun démérite à être « confiné » dans un pays!Car si les peuls sont un peu partout, c’est juste parce qu’ils sont transhumants et vont où l’herbe est plus verte. Quel est le mérite à cela? Les mandingues aussi existent un peu partout en Afrique et ne s’en vantent pourtant pas…
        Quant aux wolofs, ils ne sont pas les seuls à être « confinés » au Sénégal. Les sérères (vos cousins) et les diolas aussi n’existent qu’au Sénégal, les baoulés n’existent qu’en côte d’ivoire, les zoulous qu’en Afrique du sud etc.
        Les wolofs n’ont JAMAIS imposé quoi que ce soit à quiconque. Si ,leur belle culture est adoptée par presque tous,ce n’est pas de leur faute. Lou bakh nieupa ko beug, non?
        Par le passé, jamais les wolofs n’ont mené de guerres de conquêtes pour soumettre les autres. Ceux qui ont mené des guerres de conquête, sous prétexte religieux, dans le but d’annexer tous les royaumes (et qui ont échoué) ont les connaît. Attention, l’histoire est là. Bou ma takha wakh nak.

  2. Merci Mr Dieng pour cet avis que je partage entièrement. Le monde rural a, pour la première fois, bénéficié prioritairement des politiques de l’Etat. Il a exprimer sa satisfaction en plébiscitant Macky ( 70 % en moyenne). Rien d’étonnant donc à ce que le Fouta (sa base politique ) soit à ces scores ne choquant que ceux connaissent le Sénégal à l’écran de leurs PC.

  3. Beaucoup de contrevérités dans cette contribution.
    1/D’abord, le fouta n’a pas été le premier royaume à expérimenter des élections.
    Dans le cayor, le baol, le sine, les damels, les teignes et les bours sine étaient élus, bien avant la révolution du Fouta qui est relativement récente.
    2/Ensuite dire que le fouta part de la région de St louis à kédougou est la plus grosse contrevérités. Le fouta s’arrête à Podor. Saint-louis est partagée entre le cayor et le waalo. Depuis toujours. Le périmètre du fouta n’a JAMAIS depassé podor. Si le contributeur prétend au contraire, qu’il le démontre.
    3/La révolution du Fouta n’a pas duré 50 ans, avant que le féodalisme ne reprenne le dessus.
    Enfin, monsieur Dieng, un commentateur vous l’a fait remarquer ci-dessus, le wolof est effectivement omniprésent au fouta.
    Je ne parle même pas des villages de seddo sebbé, nianga niandane, lougué, tiarène, seddo seddo, etc. habités par des wolofs authentiques depuis qu’une partie du tekrour avait été annexée par l’empire du Diolof.
    Je parle aussi de ces nombreux hal pulars d’origine wolof comme vous avec votre nom dieng , les diop, les fall, les ndiaye, les niang, les diagne etc.

  4. Monsieur Dieng, chroniqueur politique. Est-ce un métier, une fonction?
    Contrairement à ce qu’a dit Monsieur Thiam qui certainement ne veut pas te vexer, votre contribution est nulle. Impertinence, incohérence. Il ne convainc personne, me pas vous qui l’avez produit.

    1. Vous croyez une leçon d’histoire et de géographie en rappelant l’étendue du royaume du Fouta? Vous parlez du royaume du Fouta, mais à propos des élections, les gens font référence aux régions actuelles administratives de Matam et de 3 départements de la région de Sant Louis. Vous le savez très bien et n’essayer pas de noyer le poisson dans le Fleuve.

    3. Il existe, il faut oser le dire de l’ethnicise au Sénégal, mais pas au point de créer des guerres comme c’est le cas dans d’autres pays. Nous avons su gérer cette diversité ethnique avec intelligence, dépassement passionnel…

    4. Je n’ai jamais herché à savoir la signification de NEDDO KO BANDOUM (je le jure), mais à en entendre parler, cela faisait référence à l’ethnicisme. Je viens de taper le mot dans google et je vois; nit mbokam ». Si c’est cela, je ne vois pas à priori de connotation ethniciste. Mais connaissant certains subterfuges linguistiques qui ne sont pas spécifiques au hal poular, mais qui sont aussi partagés par les autres ethnies (diolas, wolofs, serers, etc.), ce terme a une signification lus profonde que sa traduction littérale.

    5. Vous essayer de démontrer le métissage ou la diversité éthique qui existe ans les régions de Matam et 3 départements de la région de de Saint Louis n signalant l’exercice de certains métiers par des non Hal Poular. Sur ce point, vous vous noyer. C’est exactement l’exemple qu’il ne fallait as donner. Des métiers comme la boulangerie, transport, commerce (certaines ethnies sont très spécialisées dans ces domaines et pour gagner des vies, s’implantent dans des localités où ls savent que les populations locales n’exercent que rarement ces emplois).

    • « nitt mbokkam », signifie littéralement : »l’individu n’a que son parent ». Donc cela a bien un sens ethnique! ça signifie: « les parents d’abord! »

  5. Monsieur dieng, avant la révolution du fouta, on élisait les damels, les bourba djoloff, les bour sine, les djaraff et serigne ndakarou..N’idéalisez pas trop cette fameuse révolution du fouta.

  6. Il y a eu un vote affectif qui s est exprimé . Au delà de la personne de Maky , certains électeurs , notamment du Futa , ont voté pour le Responsable politique local qui est à leurs côtés et qu’ils voient à chaque fois que de besoin. Les autres candidats ont ils des responsables locaux entreprenants ? Ils n ont daigné se rendre au Futa que lors de la campagne électorale. Quel est le programme alléchant et sérieux ils ont proposé aux Futankés? Il est vrai que la zone du Futa est celle qui a été le moins servi,par Maky au cours de ces 7 années . Mais il y a une feuille de route qui autorisé à espérer que les projets annoncés , notamment le désenclavement total du Dandé Mayo , la modernisation de l élevage (créer les conditions de rupture avec l élevage de transhumance) la modernisation de l agriculture et l extension des aménagements agricoles , l implantation de petites unités i-industrielles autour de nos produits locaux, des écoles de métiers , des routes goudronnées et non des pistes pour relier la RN avec la route LInguére/ Ourossogui , densifiant ainsi notre réseau terrestre , et la création de structures de santé fonctionnelles dans toutes les grandes communes …. etc C est cet Espoir , ou cette attente qui explique le vote massif au Futa . Mais savez vous dans quel sens les Halpular de Dakar de Casamance ont voté ? Alors soyons prudents dans nis commentaires Le Sénégal est un pays merveilleux où le cousinage a un ciment de notre commune volonté de vivre ensemble . Le Ouoloff n est pire ou meilleur que le Halpular ou le Diola . On trouve des bons et des moins bons dans chaque ethnie . Faisions en sorte qu il n y ait que des bons dans toutes nos ethnie , que la complétion soit “ qui fera le plus de biens à la communauté toute entiére ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

Madické… toi aussi !

Sorti 1er des joutes électorales en écrasant jusqu’aux éclats et tessons (Toj
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR