Blog de Cheikh Yerim Seck

Lettre à trois ministres: Nouvelles mesures pour une sécurité routière

-A Mr le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement
-À Mr le ministre de l’intérieur
-A Mr le ministre des forces armées

Objet : nouvelles mesures pour une sécurité routière

Messieurs les ministres , au moment où des changements et innovations vont voir le jour pour l’amélioration de la sécurité routière avec l’érection de la nouvelle Direction des transports terrestres , quelques interrogations en esprit libre et objectif suscitent des craintes quand à l’applications des nouvelles mesures et méritent d’être soulevées .



Le nouveau permis numérisé à points va inéluctablement se heurter aux difficultés d’application au vu d’une quasi absence de panneaux de signalisation sur le territoire sénégalais et je ne vois pas dans ces conditions une mise en œuvre objective même si tout le monde reconnaît son éventuelle efficacité dans un contexte de quasi absence de respect du code de la route au Sénégal. Un exemple banal c’est l’excès de vitesse qui est verbalisée à tout bout de champs en l’absence de radars dans tout le territoire sénégalais : un abus qui pourrait être contesté tous les jours mais tant qu’il s’agissait de verbalisation c’était moins compliqué.
Une application de permis à points nécessite dans son application des citoyens modèles d’une probité morale irréprochable, d’une honnêteté sans faille , d’une éthique et morale à la hauteur et d’une maîtrise parfaite du code de la route et messieurs les ministres aujourd’hui la seule attestation d’une telle maîtrise est sanctionnée par un permis de conduire qui n’est pas obligatoire pour les agents de la circulation routière et de surcroît les neo asp s’aventurent même à ce jeux très sensible.
La conséquence logique revient toujours à ce traditionnel conflit entre conducteurs et fonctionnaires de la police ou de la gendarmerie nationale.
Le retrait de points étant impossible sur les permis étrangers valables au Sénégal , ne serait ce pas une porte ouverte à la prolifération de permis des pays limitrophes qui causent déjà assez de problèmes ??? Ne vous étonnez pas de voir beaucoup de conducteurs se faire octroyer ces permis étrangers qui leur permettront de passer entre les mailles du filet vu qu’avec les accords Cedeao les permis des pays membres sont valables dans toute la communauté.
Le changement des cartes grises et des plaques d’immatriculation devrait théoriquement être une très bonne solution aux fraudes massives sur les véhicules mais en six mois à mon avis ce serait une prouesse de re-immatriculer tous les véhicules roulants au Sénégal au vu du parcours du combattant que le circuit administratif nécessiterait et messieurs les ministres profitez en pour exiger un certificat de résidence et un numéro de téléphone à tous les propriétaires pour l’identification et repérage en cas de nécessité.
Messieurs les ministres il est grand temps de faire un grand nettoyage après la prolifération d’auto écoles gérés par des non professionnels depuis quelques années au Sénégal.
Aussi profitez en pour organiser le fameux secteur des taxi « clando »qui , malgré tout sont un appoint quant aux difficultés de mobilité d’une frange de la population sénégalaise.
De tels changements nécessitent une communication de grande envergure et à l’heure actuelle beaucoup ignorent les modalités de tous ces changements et dans ce cas précis et au vu du taux élevé d’analphabétisme routier  » le bouche à oreille » ne devrait pas être le vecteur de communication privilégié.
Des mesures ont elles été prises dans les tribunaux sénégalais pour les contentieux quant aux retraits de points vu les droits de contestations des citoyens ??? Les tribunaux sénégalais sont bondés et à mon avis ces contentieux ne seront pas une priorité pour nos valeureux juges déjà débordés par des dossiers plus urgents.
Messieurs les ministres à l’heure actuelle la sécurité routière nécessite une symbiose de pratiques combinées et complémentaires de vos trois ministères appuyée par la justice qui devront travailler avec une volonté comune de changement radical dans une solidarité organique sans failles.
A vos marques messieurs les ministres , les vacances gouvernementales portent conseils.




Esprit libre.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

Ousmane Sonko: La meute

« Il faut tirer les leçons du mensonge d’ETAT, dans l’affaire Imam N’DAO
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR