Blog de Cheikh Yerim Seck

M. Ousmane Sonko, président de Pastef, vous devez lever l’équivoque 

Monsieur l’honorable député et non moins Président du Pasteef, eu égard à l’ambition que vous dites nourrir pour le Sénégal, la récente tribune de Monsieur Ahmed Khalifa Niasse, vous qualifiant de salafiste est trop grave pour etre passée sous silence.

 

Notre pays, terre reconnue de dialogue islamo-chrétien, pays aux multiples confréries cohabitant dans une paix et une cohésion jamais prises à défaut, n’a pas besoin d’un leader intolérant. Pour être issu de cette région et de cette ville que vous avez dépeint dans votre récent livre en des termes si élogieux, pour ne pas nommer Ziguinchor, je me fais le devoir de vous tendre la perche pour que nos concitoyens soient éclairés à jamais sur votre appartenance au salafisme ou non.

 

De Zig, comme vous l’avez appelée si affectueusement, vous dites qu’il s’agit d’un haut lieu de syncrétisme religieux. Je puis témoigner de la véracité de votre propos étant moi-même natif de cette ville cosmopolite, d’une mère catholique, d’un père musulman (Mouride) et de grands parents maternels qui revendiquent une certaine forme d’animisme. Au cas ou vous l’ignoriez, je dois vous apprendre que votre vénéré grand père, mon homonyme, Arfang Bassir Sonko. Qui, faut-il le rappeler, dirigeait le canton des Djougoutes-Nord qui s’étendaient de Diégoune à Djimande, jusqu’à Ediamath (ou Djigothe).

 

Respecté par toute la Casamance naturelle pour sa science islamique mais pour les valeurs de pardon et de coexistance pacifique qu’il prône, Arfang Bassir Sonko a incité mon propre grand père à se convertir à l’islam. D’ailleurs, je saisis l’opportunité pour rendre un vibrant hommage au regretté marabout Kaoussou Diaïté, lequel, paix à son âme, est, pourrais-je dire sans risque de me tromper, le personnage historique auquel aussi bien votre grand père que le mien entre autres originaires de la région méridionale peuvent s’identifier. Ce, pour avoir motivé nombre d’entre nos aïeuls, particulièrement le vôtre, à se convertir à la religion musulmane. Mieux, beaucoup de mes proches, ayant rejoint l’au-delà, sont enterrés dans le célèbre cimetière de Santhiaba où cohabitent différentes confessions de la Casamance.

 

Je suis donc, comme des millions de Sénégalais, le condensé de ce Sénégal, nourri à la sève de cette tolérance, qui regarde d’un œil intéressé cette « guerre des civilisations » venue d’ailleurs avec son lot de violence et de discours devenus de plus en plus tendus et clivés, jurant avec les principes qui ont guidé toute ma vie.

 

Monsieur l’honorable député, étant de la même génération que vous et pensant que nous partageons au moins ces idéaux d’un monde de paix et de justice, je n’arrive toujours pas à croire M. Ahmed Khalifa Niasse, vous accusant d’une posture religieuse qui participe à l’exacerbation des relations entre les hommes.

 

Comme vous le savez, le salafisme, dans la géopolitique mondiale actuelle est reconnu comme un des facteurs d’installation durable de la violence dans les rapports de force à l’échelle internationale. Doctrine absolutiste par excellence, il prône l’effacement de toutes les nuances et l’instauration d’un radicalisme politique, économique et social.

 

Dans notre pays, son triomphe se traduirait par, non seulement une forme de rupture de ce dialogue islamo chrétien qui nous est cher, mais également par une forme de chasse aux équilibres confrériques.

De ce fait, voir un jeune leader politique de 43 ans, accusé d’appartenir au salafisme ou même d’avoir des accointances avec ce courant radical m’interpelle et m’interroge.

 

Étant dans un monde marqué par une ouverture et une transparence dans la circulation de l’information, je me plais à dire que de telles accusations ne peuvent laisser indifférent leur cible. Il y a comme un besoin urgent de lever les équivoques sur certaines insinuations car l’esquive ne saurait être la bonne attitude parce qu’elle ne fait que jeter le trouble dans l’esprit des citoyens et brouiller leur lecture de la posture du leader politique que vous êtes.

 

À travers cette lettre, M. Sonko, le citoyen que je suis, devant faire un choix parmi ceux qui voudront diriger ce pays demain, vous interpelle et vous prie de bien vouloir comprendre qu’il ne peut se satisfaire d’aucune réponse teintée de langue de bois.

 

Notre mémoire est encore habitée par l’histoire du FIS en Algérie qui a pris le pouvoir selon des principes de démocratie et à vite voulu instaurer un régime totalitaire.

 

Honorable Ousmane Sonko, le Sénégal vous regarde et vous écoute et vous devez lever toute équivoque concernant cette question.

 

Arfang Lamine Bodian

Consultant International Business Development

 

Modifier

badianearfanglamine@gmail.com

 

 

13 Comments

  1. Vous avez produit un brillant article monsieur Bodian. Je me pose la même question et je ne comprends pas la difficulté qu’à Sonko à éclairer les sénégalais sur ce point. L’esquive ne fera qu’accentuer les doutes. La tunisie, avec enahda, l’egypte avec Mohamed Morsi, l’Algérie, avec le FIS, ont frôlé le pire pour avoir démocratiquement élu des islamistes qui, leur avaient promis monts et merveilles, mais ont failli faire sombrer ces pays dans un obscurantisme total, une fois arrivés au pouvoir.
    Malheureusement, certains partisans de Sonko insultent et taxent de pro-Macky tous ceux qui s’interrogent même légitimement sur les vraies convictions religieuses de Sonko.
    Moi, j’apprécie beaucoup le discours de Sonko et si je suis rassuré sur ces intentions, je voterai sans hésitation pour lui.
    Mais Sonko ne rassure pas.

  2. Qu’est ce que vous voulez qu’il vous dise après avoir bien élucidé ses convictions et perspectives dans son livre.
    tout ce que vous insinuez sur le salafisme, que je n’ai pas la mission de défendre, n’est que le tableau peint par ses pourfendeurs. Par ailleurs, rien dans la conception du salafisme ne rime avec le totalitarisme religieux, l’extrémisme ou le radicalisme, celui ci exprimant seulement un retour à l’islam des pieux prédécesseurs, avec leurs consensus et divergences.
    Malheureusement, nos intellectuels étant trop limité sur les questions religieuses, et issus d’une école laïque qui donne la chance d’une maîtrise du fait religieux, se suffisent des caricatures que font des centres de recherches plus avertis, pour s’attaquer à des musulmans et chercher à ternir leur image. Il faut le dire parce que le reconnaissant, la doctrine wahhabite, mise en pratique en Arabie saoudite jusqu’à un passé récent, s’inspire plus des us et coutumes de la péninsule arabique, que de l’islam en tant que religion. Et d’ailleurs, son implantation par le régime de Roosevelt était destinée à affaiblir le monde musulman et disloqué l’empire Ottoman, une fois la mission accomplie, ceux la qui l’avait inventé cherchent à le détruire et à détruire en même temps tous son impact dans le monde musulman qui pourtant, n’en a retenu que ce qui est utile.
    Si le salafisme défini un islam sans référence maraboutique au Sénégal, il n’en demeure pas moins qu’il s’agisse d’un islam ouvert et tolérant. les quelques débordements et excès de zèle qu’il affiche, le sont de la même sorte pour toutes les confréries, si elles n’en font pas plus.
    Mais, ceux qui veulent réduire l’islam à sa plus simple expression sont contre le salafisme qu’ils jugent être trop ostentatoire, et refusent de reconnaître son caractère authentique et quiétiste..

  3. Qu’est ce que vous voulez qu’il vous dise après avoir bien élucidé ses convictions et perspectives dans son livre.
    tout ce que vous insinuez sur le salafisme, que je n’ai pas la mission de défendre, n’est que le tableau peint par ses pourfendeurs. Par ailleurs, rien dans la conception du salafisme ne rime avec le totalitarisme religieux, l’extrémisme ou le radicalisme, celui ci exprimant seulement un retour à l’islam des pieux prédécesseurs, avec leurs consensus et divergences.
    Malheureusement, nos intellectuels étant trop limité sur les questions religieuses, et issus d’une école laïque qui ne donne pas la chance d’une maîtrise du fait religieux, se suffisent des caricatures que font des centres de recherches plus avertis, pour s’attaquer à des musulmans et chercher à ternir leur image. Il faut le dire parce que le reconnaissant, la doctrine wahhabite, mise en pratique en Arabie saoudite jusqu’à un passé récent, s’inspire plus des us et coutumes de la péninsule arabique, que de l’islam en tant que religion. Et d’ailleurs, son implantation par le régime de Roosevelt était destinée à affaiblir le monde musulman et disloqué l’empire Ottoman, une fois la mission accomplie, ceux la qui l’avait inventé cherchent à le détruire et à détruire en même temps tous son impact dans le monde musulman qui pourtant, n’en a retenu que ce qui est utile.
    Si le salafisme défini un islam sans référence maraboutique au Sénégal, il n’en demeure pas moins qu’il s’agisse d’un islam ouvert et tolérant. les quelques débordements et excès de zèle qu’il affiche, le sont de la même sorte pour toutes les confréries, si elles n’en font pas plus.
    Mais, ceux qui veulent réduire l’islam à sa plus simple expression sont contre le salafisme qu’ils jugent être trop ostentatoire, et refusent de reconnaître son caractère authentique et quiétiste..

  4. vrement je n’ai rien contre sonko mais je prefere mille fois voter un franç mançon ke de soutenir l’ideologie salafiste . MONSIEUR BODIAN a raison et il a fait une belle analyse ki resume l’inquietude de tous les senegalais .par contre toi  » pose n° reflexion tu dit rien n’est male sur l’ideologie salafiste ça montre k vous ignorez donc leur pensées et leur combat.se sont les pires especes k l’humanite n’a jamais produites ; demander les au suijet des confreries , de ceux ki ne sont pas musulmans, sur notre maniere de prier , sur le dji had, sur la laisite, sur les regimes islamistes et j’en passe
    une fois de plus je ne dis pas k sonko est salafiste , mais on lui reproche de ne pas presenter ses condoleances à la famille de feu bruno pars k les salafistes ne rendent pas condoleances aux non musulmans .Avoir de bonnes perspectives pour le pays est tres bonne chose mais jouir de la quietude , de la paix et de la liberté des valeurs dans le respect mutuel demeure et restera un combat sans merçi

  5. vrement je n’ai rien contre sonko mais je prefere mille fois voter un franç mançon ke de soutenir l’ideologie salafiste . MONSIEUR BODIAN a raison et il a fait une belle analyse ki resume l’inquietude de tous les senegalais .par contre toi  » pose n° reflexion tu dit rien n’est male sur l’ideologie salafiste ça montre k vous ignorez donc leur pensées et leur combat.se sont les pires especes k l’humanite n’a jamais produites ; demander les au suijet des confreries , de ceux ki ne sont pas musulmans, sur notre maniere de prier , sur le dji had, sur la laisite, sur les regimes islamistes et j’en passe
    une fois de plus je ne dis pas k sonko est salafiste , mais on lui reproche de ne pas presenter ses condoleances à la famille de feu bruno pars k les salafistes ne rendent pas condoleances aux non musulmans .Avoir de bonnes perspectives pour le pays est tres bonne chose mais jouir de la quietude , de la paix et de la liberté des valeurs dans le respect mutuel demeure et restera un combat sans merçi

  6. vrement je n’ai rien contre sonko mais je prefere mille fois voter un franç mançon ke de soutenir l’ideologie salafiste . MONSIEUR BODIAN a raison et il a fait une belle analyse ki resume l’inquietude de tous les senegalais .par contre toi  » pose n° reflexion tu dit rien n’est male sur l’ideologie salafiste ça montre k vous ignorez donc leur pensées et leur combat.se sont les pires especes k l’humanite n’a jamais produites ; demander les au suijet des confreries , de ceux ki ne sont pas musulmans, sur notre maniere de prier , sur le dji had, sur la laisite, sur les regimes islamistes et j’en passe
    une fois de plus je ne dis pas k sonko est salafiste , mais on lui reproche de ne pas presenter ses condoleances à la famille de feu bruno pars k les salafistes ne rendent pas condoleances aux non musulmans .Avoir de bonnes perspectives pour le pays est tres bonne chose mais jouir de la quietude , de la paix et de la liberté des valeurs dans le respect mutuel demeure et restera un combat sans merçi

  7. Peut-être qu’il a plus à gagner qu’à perdre en se taisant. Peut-être que sa nature rebelle refuse de plier devant cette sommation qui lui est faite et qui ne respecte ni sa dignité ni son intimité (même si je fais partie des curieux). Peut-être a-t-il peur de s’aliéner une partie de son électorat le plus fidèle, celui-ci étant hétéroclite (religieux et sudiste à ce qu’on dit). A lui de faire les bons choix, car c’est le candidat des jeunes. Il aurait pu réussir, car il donne de l’espoir à tous ceux qui en ont marre du système actuel et qui ne croient plus au miroir aux alouettes que nous tendent les politiciens. Peut-être aussi est-il réellement salafi et l’admettre équivaut à un suicide politique après tout ce jeu de cache cache… Il fallait le dire dès le départ et ensuite rassurer les gens sur le syncrétisme dont il parle dans son livre (que je n’ai pas lu). Nous ne sommes pas si intolérants. Comme disent les Americains, Sonko come clean !

  8. M Bodian,
    Je ne puis moi vous comprendre. Vous êtes jeune, plein de ressources et de jus. Encore que vous êtes consultant en business développement. Alors quand j’ai vu votre poste je m’en suis empressé de le lire puisque j’attendais au moins un débat de fond sur la vision économique ou même social de Sonko. Mais hélas, qu’est ce que je découvre un questionnement puéril. Monsieur, ne devons-nous pas essayer de relever le débat sur des questions plus impérieuses fondées sur la recherche de solutions pour notre cher pays.
    Autrefois, le blanc nous a eu parce que nous vieux pour la plupart se battaient pour un oui ou un non. Aujourd’hui, un jeune décomplexé de surcroît, pose des questions d’enjeu national et vous répondez par la subjectivité.
    Vous avez pris la peine de jeter dans la mer votre hameçon pour quelle fin? Combien de minutes vous ont pris ce poste ? Quel grand intérêt pour le sénégalais de Ndoufack ou de Thionk Essyl….
    Monsieur, nous avons besoin de solutions. Un méprisable blanc ne disait-il pas que le problème de l’Afrique est civilisationnel. Et bien à travers vous et tous ceux qui soulèvent ce débat subjectif et puéril, je comprends mieux sa position.
    M Bodian, si vous n’avez pas de propositions pour ce cher Sénégal alors de grâce taisez-vous.

  9. On peut accepter d’avoir un chrétien à la tête du pays, puis un musulman non-pratiquant qui compte des juifs et des chrétiens parmi ses belles familles, ensuite un homme qui affiche e façon ostentatoire sa mouridité et qui reconnaît avoir été franc-maçon , ensuite un président dont presque toutes les amitiés et relations sont des adeptes de la loge équatoriale des Bongo. À la fois Sonko qui comme moi est né dans des milieux où l’islam confrérique est inconnu, on demande son obédience. Je rappelle que les mandingue diakhanké sont islamisés depuis le 13 ème siècle et ils ignorent les confréries.
    À t-on besoin d’un patriote fut-il athée qui règle les problèmes des sénégalais ou d’un larbin soi disant républicain laïc qui appelle les occidentaux à venir piller son pays ?
    Lisez le livre de Sonko d’abord et posez les vraies questions sur l’avenir du pays, PASTEF n’appartient pas à Sonko comme l’AFP ou l’APR à niass ou macky. Respectez les éminents membres de ce parti qui ne sont pas quand même des moutons de Sonko.

  10. IL FAUT RESPECTER LES GENS DE BAYI KHELOU NITT YI NGENE DI BEUGUA FOWE. SONKO NA NEKK ATHE MO KHAM. CE QUI NOUS INTERESSE MOYE SON PROGRAMME. ETRE SALAFISTE CEST QUOI? SONKO FAIT PARTI D’UNE FORMATION POLITIQUE QUI COMPTE MEME DES CHRETIENS. MAYE LENE NIOU NAKK NIAGUE NGEUE FAYDA LOLE…

  11. TOUT CE QUI NOUS INTERESSE C EST QU’IL RENEGOCIE LES CONTRAT DE NOTRE PETROLE. RETABLIR LA PEINE DE MORT POUR LES CRIMES ECONOMIQUE. CREER DES COMMISSIONS D’ENQUETE SUR LE PETROLE ET LE GAZ ET LA DILAPIDATION DES RESOURCES DU SENEGAL. SORTIR DU FARNC CFA ET ETABLIR UNE POLITIQUE ECONOMIQUE QUI SE BASERA SUR L’INTERET DE SENEGAL ET DES SENEGALAIS. ON SEN FICHE QUIL SOIT ATHE, MOURIDE, TIDIANE, BOUDHISTE, SALAFISTE, OU FETICHEUR.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR