Blog de Cheikh Yerim Seck

Macky et les 22 mille milliards

Si nous faisons la moyenne du budget du Sénégal depuis 2012, c’est- à dire depuis l’accession au pouvoir du président Macky Sall, nous aurons, tenez-vous bien, quelques 22mille milliards de FCFA.

Oui, 22 mille milliards ! De ce fait, la question que nous devons maintenant nous poser est la suivante : qu’est-ce que l’État a fait de cette somme aussi faramineuse et qui sonnerocambolesque à l’oreille.

Certes, la masse salariale et les budgets de fonctionnement (présidence, ministères, institutions, etc.) constitue une priorité pour l’Etat. Il s’y ajoute le paiement des dettes extérieures et intérieures mais également les investissements. Tout de même, arrêtons-nous un peu sur ce dernier point durant les 7 dernières années sous le magistère du président Sall.

Parler d’investissements revient à parler de programmes structurés qui doit en être le socle. Il n’en manque pas, il est vrai. En guise d’exemples, nous pouvons citer le PUDC(programme d’urgence pour le développement communautaire) qui, nous le reconnaissons, est un très bon programme, la CMU (couverture maladie universelle) avec ces problèmes, le PUMA (programme d’urgence pour la modernisation des axes frontaliers), BSF (bourse de Sécurité familiale), entre autres. Au chapitre des infrastructures, onpeut mentionner le TER, les autoroutes, les universités, les hôpitaux, les écoles, les aménagements hydro-agricoles etc.Tout cela nous paraît être une bonne chose.
Et ce qui précède est la conséquence logique de ma secondequestion :qu’est-ce qu’il y a d’extraordinaire et quelle touche de génie y a-t-il dans tout cela ? Car on entend souvent dire duprésident qu’il a travaillé, qu’ il doit continuer à travailler.Rappelons-nous les 22 mille milliards, fruit de nos impôts, des dettes et des aides octroyées au nom du peuple sénégalais, qu’on lui avait octroyé. Quoi de plus normal ? C’est comme si tu donnes 5000 frcs à ta femme de ménage lui demandant à 13 heures de te présenter de quoi manger. Celle-te présente un bol de riz assez bien fourni. Et que tout le monde dira que c’est normal. Mais nous devons dire la vérité que ce geste estvraiment banal. Il s’inscrit dans l’ordre normal des choses.

Par conséquent, il nous faut dépasser ce niveau d’analyse qui est assez bas quand même et refusons la distraction consistantà rester pendant des heures à disserter oiseusement sur le fait que le président ait travaillé ou non. Soyons plus exigent envers nos dirigeants, élevons le niveau. Laissons les politiciens discuter du fichier électoral. Ce qui me paraît bizarre d’ailleurs c’est qu’à chaque veille d’élection, le même problème se pose. La situation ne semble pas évoluer. Cela veut dire que notre absence de maturité est manifeste sur ce point.

En effet, les vrais défis aujourd’hui et demain pour nos gouvernants devraient être la BONNE GOUVERNANCE, LETAT DE DROIT, la guerre contre la CORRUPTION, la SECURITE et la lutte contre leNEPOTISME. Peut- être il yen a d’autres mais reconnaissons tout de même qu’une VRAIE REPUBLIQUE ne peut se construire sans ces 5 paramètres qui nous paraissent trèsimportants. Le reste peut venir en second lieu car quelque soit celui qui sera élu en 2019 pour conduire la destinée des sénégalais, le budget continuera d’augmenter sil suit la logique depuis 1960 et ce qui est normal en temps de paix.Donc Celui-ci fera plus d’autoroutes, plus d’écoles, plus de ponts, plus de politiques sociales que son prédécesseur. Ne nous voilons pas la face, c’est cela la réalité. Les recettes de l’État se verrons augmenter chaque année. Quoi de plus normal !

En conclusion, si nous devrions juger nos gouvernants, il serait pertinent de le faire sur ces 5 critères cités plus haut qui résument une démarche novatrice et porteuse de progrès.

Car sans la bonne gouvernance, tous ces investissements vont être détournés à d’autres fins. Et c’est ce qui fait que là où nous devrions avoir 10 écoles, on aura que 5, à la place de 10 hôpitaux on, on se contente de 6. Et au finish, on nous tympanisera à propos dinaugurations qui mobiliseront toute la République, et qui nous prendront toute une journée sans que personne ne travaille. Quel manque à gagner !

Sans la sécurité pas d’investissements, et la corruption plombe le développement. Sans une justice indépendante, gage d’un État de droit, les théories sur le développement resterons à l’état utopique. Enfin travaillons ensemble à éradiquer le népotisme car il gangrène une société et repend la frustrationcomme une traînée de foudre. Il faut mettre l’homme qu’ilfaut à la place qui faut.

 

Lamine Sène

Laminesene2000@gmail.com

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR