Blog de Cheikh Yerim Seck

Me Mame Adama Guèye, porte-étendard de l’opposition: la cruauté du symbole, la faiblesse du combat…

YERIMPOST.COM Me Mame Adama Guèye est devenu, par la force des choses, le porte-étendard d’une opposition plongée dans une profonde torpeur. Le leader de Sénégal Bou Bess, poids plume électoral, vissé autour de la barre des 1% à toutes les élections auxquelles il a pris part, est celui qui, aujourd’hui, parle et fait au nom de tous ceux qui sont censés offrir une alternative crédible au régime du président Macky Sall. Le symbole est cruel.

Le symbole est d’autant plus cruel que Me Mame  Adama Guèye lui-même n’a pas commencé par un volontariat au service de la cause de tous. Il a voulu et a déclaré son intention d’être candidat à la présidentielle de février 2019. S’étant sans nul doute heurté au filtre épais du parrainage, il a changé de fusil d’épaule et s’est proposé de « sacrifier sa candidature », consacrer son énergie à combattre pour « la sécurisation du processus électoral ».

La légitimité populaire étant le seul baromètre dans une démocratie, comment une personnalité qui n’a pu collecter 55 000 signatures pour valider sa propre candidature peut-elle s’arroger le rôle de faire et dire au nom d’une force censée réunir la majorité d’un fichier électoral riche de plus de 6 millions d’inscrits ?

L’image récurrente de cet avocat de métier, se photographiant un à un avec les candidats en lice, pour leur porter la bonne parole, est plus dévastatrice que la dévastation. Elle est le reflet de la faiblesse d’une opposition inerte à quelques mois d’une échéance cruciale. Et d’une atonie de ses leaders qui, au lieu de se faire filmer avec Me Guèye à Dakar, devaient aujourd’hui se trouver dans les profondeurs du pays pour convaincre les Sénégalais de voter pour eux.

Pire, le combat proclamé par Me Mame Adama Guèye est d’une faiblesse caricaturale. Le Sénégal n’est pas le Congo pour qu’on y porte une « sécurisation du processus électoral » qui ne parle qu’à une nomenklatura perdue dans ses calculs. Ce qui, par contre, parle aux Sénégalais, et qui devait être au coeur du débat aujourd’hui, c’est le coût de la vie, l’état de l’éducation, la situation de la santé, le chômage des jeunes, la condition féminine, la gouvernance économique et tutti quanti.

Au lieu de se laisser divertir par des gesticulations stériles, l’opposition doit se rendre compte qu’il est plus que temps pour elle de s’attaquer aux failles de la gestion de Macky Sall pour espérer l’emporter.








Me Mame Adama Guèye est fort sympathique et certainement sincère dans ses combats, en tant que membre de la société civile, pour une meilleure gouvernance du pays. Sa personne et son slogan de l’heure sont, toutefois, trop en-deça de l’ambition et du combat que doit porter l’opposition à quatre mois de l’échéance cruciale de février 2019.

Cheikh Yérim Seck

17 Comments

  1. Le Sénégal n’est pas le congo.. c’est exactement ce que je pensais avant les élections législatives où l’on m’a refusé le droit de vote.

    Comment peut-on assurer le processus électoral alors que les jeunes dont je fais n’ont toujours pas reçu de carte ?

    Je salue la pertinence et l’urgence du combat de Mame Adama Gueye.

  2. « Mame Adama Gueye est celui qui, aujourd’hui, parle et fait au nom de tous ceux qui sont censés offrir une alternative crédible au régime du président Macky Sall. Le symbole est cruel »
    Il parle et fait quoi au non de l’opposition ?
    Il a tout juste invité l’opposition à s’unir pour surveiller les élections, ou est le probléme ?
    Le Senegal n’est pas le Congo mais il n’est pas non plus la France ou les Etats Unies.

  3. M. Seck, je suis avec intérêt vos brillants éditos. Pour celui j’aimerais faire quelques observations:
    – Vous affirmez que Me Gueye n’a su réunir les 55 000 parrains sans preuve. Je pense qu’il faut nuancer si les preuves ne sont pas palpables.
    – Vous doutez également de sa sincérité quand il dit renoncer à sa candidature pour l’intérêt général. Vous en avez le droit. Toutefois ceux le rencontrent le croient sur parole car ils ne l’ont jamais vu mentir ou se dédire depuis qu’il est dans les champs citoyen et politique ou se mêler à ses actions ou positions compromettantes. Donc sa parole mérite encore confiance.
    – Concernant la pertinence de la cause: Vous sembler minimiser le problème c’est votre propre lecture. D’autres y voient des risques à gérer. Et je suis de leur avis. Car des questions sont encore sans réponses à savoir:
    – Le distribution des cartes d’électeurs
    – Le mandat expiré de certains membres du CENA et du Conseil Constitutionnel
    – Le refus du Président de nommer une personnaliser neutre pour gérer les élection alors que lui même en faisait une exigence en 2012.
    – Le comment de la vérification des parrains au niveau du Conseil Constitutionnel
    – La question de la communication (CNRA, internet, réseaux sociaux)
    – L’importance mutualiser les forces de l’opposition pour la supervision des élection et des résultats.
    – Sur sa légitimité pour porter ce combat, vous brandissez la faiblesse de son poids électorale. Sur ce point, permettez moi de ne pas partager votre avis. Tous ce qui ont reçu Me Gueye lui ont donné carte blanche et adhérent à la cause. Et cette cause est d’abord citoyenne avant d’être politique. Ce qui prime ici c’est la personnalité et la posture citoyenne de Me Gueye et non son poids électoral. Aussi les autres candidats en liste auraient du mal à coordonner la plateforme et gérer en même temps leurs campagnes de collecte de parrains et électorale ainsi que la conception de leur programme.

  4. La légitimité populaire étant le seul baromètre dans une démocratie, comment une personnalité qui n’a pu collecter 55 000 signatures pour valider sa propre candidature peut-elle s’arroger le rôle de faire et dire au nom d’une force censée réunir la majorité d’un fichier électoral riche de plus de 6 millions d’inscrits ? Cette affirmation gratuite sans fondement me surprend encore de la part d’un chroniqueur et analyste politique. Pour une médiation du genre on a plus besoin d’un homme expérimenté, averti et crédible que d’un homme qui mobilise. Amadou Makhtar Mbow a été choisi pour diriger les assises nationales pour les raisons que nous savons et non pas parce qu’il avait 1 million de militants derrière lui. A mon humble avis Mame Adama Guéye rend plus service au Sénégal dans ce rôle de fédérateur que lorsqu’il était candidat. Qu’il sacrifie sa candidature ou qu’il soit contraint de se retirer nous importe peu. L’essentiel est d’être utile et je pense qu’il a du mérite à œuvrer pour que les élections traduisent réellement la volonté du peuple et non celui d’un groupe.

  5. Excellente analyse CYS.

    « Sécurisation du processus électoral » – slogan creux à défaut d’être totalement vide, et comme on le sait: seuls les tonneaux vides font du bruit.

    Le filtre du parrainage l’a éliminé, MAG tente d’exister médiatiquement en essayer de porter un combat inopportun dans un Sénégal qui vote depuis des siècles et qui a un processus électoral vérrouillé.

  6. CYS vous devenez de plus en plus ridicule avec vos analyses a la commande.Votre blog est devenu une caisse de resonnance du pouvoir,en effet depuis quelque temps vos editos sont destines exclusivement a porter au piloris tout ce qui touche a l’opposition et a sublimer tous les actes du pouvoir.Vos editos manquent de rigueur et de profondeur parceque orientes et telecommandes.Nous attendons mieux de vous;soyez equidistant et honnete.Amicalement.

  7. Le Senegal n’ est pas le Congo pour qu’ on y porte une sécurisation du processus électoral….Cette idée résume à elle seule la déchéance d’ un homme qui fut jadis le porte standard d ‘ un journalisme de qualité et de style aussi bien dans la profondeur des idées que sur la beauté du texte. Je me suis dit en fin de compte que Yerim suscite expres ce genre de débat très controversé pour s’ attirer l’ ire de certains commentateurs dans le but augmenter son audimat , augmenter la freqentation du post en animant un débat controversé .Trois exemples battent en brèche ce qu’ il a dit: le sabotage des élections à Touba. La fameuse machine à fabriquer les cni qui était tombée en panne à la veille des législatives et le million et quelques d’ électeurs qui flottent sans attache dans le fichier corroboré par l’insistence de ne publier le fichier que 15 jours avant les échéances. Et enfin qui savait que les cni produites en dehors des périodes d’ ouverture de listes électorales ne permettent pas de voter.

  8. Je salue le courage de tes idées, je partage parfaitement ton analyse: si Mame Adama avait le nombre de signature requis, il n’aurait pas renoncé à sa candidature. Personne ne peut plus truquer des élections au Sénégal.

  9. Bien dit CYS.
    Le seul baromètre valable en démocratie est la légitimité populaire…
    Voilà un Monsieur qui a pour code « ou je suis devant ou je n’en fais pas partie … ». Revoyez partout où il est passé en politique.
    De toutes façons, après ces moments de parrainage tout politique ou pseudo-politique qui n’aura pas réussi à obtenir le minimum requis de parrains devra se taire une fois pour toute.
    Si on pouvait se nourrir de la bonne phraséologie politicienne ou de beaux discours, le SÉNÉGAL s’en serait remis depuis des lustres.
    FI DARAY LEUK LA, GOUDE NOPPE DIAROU FÉ DIAAY.

  10. CYS n’est pas à une contradiction prés! si la démarche de MAG est si dénudée de hauteur pourquoi donc se fendre d’une telle décharge de kalashnikov? MAG aurait-il soulevé un lièvre que personne n’avait vu venir? Par ailleurs il est étonnant que CYS se laisse aller à des comparaisons de démocraties exemplaires en indexant le CONGO comme pire modéle. C’est une vue de l’esprit de penser que nous aurions un processus électoral vertueux au dessus de la moyenne; tout processus électoral peut etre trafiqué; tout; y a qu’à se rappeler du cinéma servi par les américains pour faire élire BUSH fils dans l’état de floride gouverné à l’époque par son frére. Certes nous avons fait beaucoup de progrés en matiére de transparence électorale ;mais il n’est pas interdit de rester vigilant. QUANT à MAG il aurait gagné en crédibilité s’il n’avait pas été candidat à la candidature.Sa soudaine inspiration post-renonciation à la candidature fragile son propos au demeurant fort pertinent.

  11. macky a beau etre un mauvais prèsident , c est mon avis , on doit lui reconnaitre un mérite ,

    celui d avoir résisté aux maitres chanteurs , mame adama guèye , diop decroix , sidy lamine niass ,mody niang , mandiaye gaye , wone , mamadou ndoye et autres opportunistesqui tournent autour de tous les pouvoir

  12. mais ou est le mal de vouloir securiser le processus electoral? on a tous vu les problemes pendant les elections legislatives.
    MAG merite des encouragements aulieu de dire du n importe quoi sur son dos.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR