Blog de Cheikh Yerim Seck

Mensonges de Sonko, complicité d’une certaine presse, le peuple piégé !

Lorsque qu’un industriel du tabac a voulu augmenter ses parts de marché, il avait exploité les désirs de l’époque. Il avait lié la cigarette à la supériorité masculine. C’était une période où les femmes voulaient la liberté, l’égalité avec les hommes. La cigarette était une mode réservée aux hommes. Ainsi, lors d’un événement, devant les caméras, ayant pris le soin de prévenir les journalistes que quelque chose inédite allait se passer, cet industriel paya des jeunes femmes qui, à chacun de son signale, allumaient une cigarette. Interrogées plus tard sur ce fait, elles répondirent « qu’elles allumaient les flambeaux de la liberté ». Dès lors, beaucoup de femmes commencèrent à fumer. Les ventes de Tabac explosent. L’industriel avait atteint son objectif en utilisant une masse qui aspirait à quelque chose de plus noble.
Il faut se méfier des intentions masquées.
En liaison avec le scandale SONKO et ce fameux article publié au Ghana, repris sans réserve par certains journalistes, la question qu’il faut se poser est à qui profite le crime ? La masse peut croire que l’article vient du pouvoir. D’autres peuvent penser que c’est l’œuvre même des propagandistes de SONKO.








Je pense que c’est ce dernier qui est l’auteur de ce qu’ils considèrent comme fake news. Ce ne serait pas inintelligent de leur part de publier cela, puis l’attribuer au pouvoir et enfin crier partout qu’il s’agit d’un complot. En procédant ainsi, il essaierait de noyer le vrai débat des 94 milliards. S’il arrive à faire croire à l’opinion que cet article est faux et vient du pouvoir, ils arriveront, par ricochet, à démontrer que le scandale aux milliards est aussi une pure invention. Pourtant les deux affaires n’ont rien de commun. Et il faut souligner que si les écrits venaient du pouvoir, ce serait un amateurisme extraordinaire.
Il y a des candidats qui exploitent la naïveté de la jeunesse sénégalaise, de certains pseudo intellectuels qui n’excellent ni dans les lettres, ni dans les chiffres. Ce sont les premières victimes de l’opposition.
J’ai été surpris de voir que SENEWEB, malgré que le site d’information ghanéen ait dépublié l’article en attendant la vérification, l’a maintenu. Pire, il a ajouté à la confusion un cocktail manipulateur, en publier les écrits du journaliste Pape Ismala DIENG, explicitement contre le pouvoir et qui utilise le pire moyen de manipulation, pour perpétrer la forfaiture. Depuis quand faut-il démentir un article, en interrogeant un journaliste qui n’a rien à voir avec l’auteur et ainsi conclure à du faux ?







Il y a deux jours, je suis tombé sur deux notes élaborées par PASTEF et destinées à ses militants. L’un traite des arguments contre MACKY SALL, l’autre de ceux qu’il faut utiliser pour défendre leur candidat.
Leur subjectivité est flagrante. Il traite les sujets de manière excessivement partielle. Pour eux, il n’y a pas de bilan. Pourtant le Sénégal peut se vanter d’être parmi les 10 économies les plus dynamiques du continent africain. C’est la banque mondiale qui le dit. Cela devrait être un motif pour ne jamais leur faire confiance.
De la même manière, je n’apprécie pas que l’utilisation de l’islamisme comme argument de décrédibilisation de candidats. La politique n’est pas une affaire de vie privée mais bien un combat des idées.
Que dire des sorties de Madiambal DIAGNE et de Cheikh Yerim SECK ? Voilà deux journalistes qui ont des parcours éminents. Mais ils ne sont pas des messies. Ils ont des intérêts personnels. Par conséquent, leur avis en faveur d’un tel ou tel candidat ne peut constituer de vérité absolue.
Notre pays glisse dangereusement vers ce qui est entrain de nuire les démocraties occidentales. Il érige en règle le mensonge et la manipulation des masses en lieu et place de la vérité pour convaincre.
Dans une société où l’on fait facilement confiance à l’élite, il urge de redresser la pente pour la ramener à ce qui est notre tradition : la sincérité et l’objectivité.

Liko FAYE, Responsable de la communication de BBY France et membre du PS.

8 Comments

  1. Monsieur Faye ce que vous dites est malheureusement illogique. Les patriotes n’ont pas interet à salir leur candidat pour le propulser alors qu’il est de plus en plus populaire et aimé par les senegalais qui se retrouvent dans son discours.

    Cela n’a pas de sens d’autant plus que l’affaire Tullow oil est survenu un jour aprés qu’une autre accusation est portée contre lui. Par consent ce serait risqué de tenter une telle operation.

    Les patriotes à l’instar de leur leader se sont fixés comme principe la politique autrement, c’est à dire, la verité documentée, rien que la verité et strictement la verité.

    La plupart des senegalais aiment Sonko pour cette raison, car ils en ont marre des politiciens comme Macky Sall et ses amis:
    – promettre et refuser de remplir sa promesse,
    – exiger des droits en tant opposant et refuser ces memes droits en tant President,
    – critiquer une gestion familliale du pouvoir en tant que opposant et faire l’éloge de
    cette meme pratique en tant que président,
    – critiquer la transhumance en tant que opposant encourager cette pratique indigne en
    tant que président,
    – etc…

    Monsieur Faye, les hommes de Sonko sont pour la plupart des gens qui avaient espoir que certaines pratiques allaient disparaitre et avait ainsi porté Macky Sall au palais.

    Aujourdhui, decus par Macky Sall, ils portent leur confiance en ce jeune Homme d’Etat qui est Ousmane Sonko. Ceci en se basant sur son discours clair et son parcours enviable dans l’administration.

    Le seul homme politique qui brandit ne s’etre jamais laissé corrompre.

  2. LE RESPONSABLE DE COMMUNICATION A MAL COMMUNIQUE AU VRAI JUSTE.SONKO C EST LUI QUI NOUS INSPIRE CONFIANCE HONNETETE COMPETENCE ET PATRIOTISME.C EST VOUS MEME QUI VEUT NOUS PIEGER. C EST LUI QUI EST NOTRE CANDIDAT PAR EXELLENCE POINT BARRE

  3. J’ai l’impression que dans ce pays les gens marchent avec la tête. Comment peut on qualifier un Sonko d’homme d’État, voilà un jeune fonctionnaire licencié pour avoir dérogé à l’obligation de réserve en tant que commis de l’administration et qui n’a jamais rien géré même pas une commune. On se réveil un beau jour pour le projeter au devant de la scène et le dépeindre comme l’homme vertueux, l’homme de la situation sans aucune référence. Je crois dans ce pays il faut que les gens soient plus sérieux, l’élection présidentielle n’est pas un jeu.

  4. Qui a piégé le peuple?
    Celui qui nous avez promis une gestion sobre et vertueuse.
    Celui qui nous avez de ne jamais mêler sa famille dans les affaires de l’Etat.
    Etc………………………..
    Un peu de décence Monsieur.

  5. La première GRANDE TURPIDITE DE PASTEEF EST DE DÉNOMMER SES MILITANTS « PATRIOTES » !!!!!!! C’est comme Idrissa Seck qui dénomme son parti « REWMI » !!! SOUS CES VOCABLES ILS S IDENTIENT AU PEUPLE ET AU PAYS ALORS QUE CE SONT SEULEMENT DES MOUVEMENTS POLITIQUES D UNE FRANGE DE LA POPULATION SENEGALAISE ET QUI N EST ABSOLUMENT PAS MAJORITAIRE.

    Moi je ne suis pas de pasteef, et je ne suis pas de rewmi, pourtant je suis citoyen de ce pays, et je suis patriote, car je travaille pour mon pays avec beaucoup d’engagement et d’abnégations.
    LEURS DENOMMINATIONS SONT TRES TROMPEUSES ET TRES MANIPULATRICES. OUSMANE SONKO ET IDRISSA SECK ONT UN MEME DENOMINATEUR COMMUN ! ILS SONT MANIPULATEURS, MENTEURS, ET TRES VERSATILES ! L’un est libéral, l’autre salafiste, et LA CARACTERISTIQUE MAJEURE DES SALAFISTES ET DES LIBERAUX C EST LE MENSONGE.

  6. Je suis véritablement choqué du jeu auquel joue Yerim Post, pourquoi s’entêter à publier des articles contre Ousmane Sonko.
    Même si certains militant ont pu durant cette affaire déborder. On attend de Yerim Post de la hauteur et non des articles essayant de prouver une quelconque théorie du complot.
    Avec tout le respect que j’ai pour Cheikh Yerim, je trouve qu’il est en train de jouer sa crédibilité en jouant sur ce terrain là.
    Yerim Post à fait une erreur en ne vérifiant pas ses sources, ce qui est de mon point de vue le minimum syndical pour un site portant un nom de cette envergure.
    Cheikh Yerim seck est aujourd’hui, au-delà du journaliste, une marque et un gage de qualité et de neutralité journalistique.
    Je pense que cette affaire devient personnelle car les insultes de la part des militants de Pastef ne l’ont pas fait plaisir, mais à mon sens un personnage tel que lui devrait avoir de la hauteur.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR