Blog de Cheikh Yerim Seck

Militant APR tué à Tamba: le PUR accuse Aly Ngouille Ndiaye et suspend sa campagne

YERIMPOST.COM La sécurité des candidats de l’opposition doit être prise très au sérieux dans cette campagne électorale. Et tel n’est pas le cas, si l’on se fie aux déclarations du professeur Issa Sall après les incidents tragiques survenus à Tamba ce lundi 11 février. Le candidat du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) est très remonté contre les autorités, notamment Aly Ngouille Ndiaye, le premier flic du Sénégal. Les heurts qui ont éclaté à Tambacounda, causant la mort d’un jeune militant de l’Alliance pour la République, sont, selon le communiqué transmis à la presse, le résultat d’une absence totale des forces de l’ordre. Tout a commencé, selon le communiqué, à Kolda où les candidats Macky Sall et Issa Sall se sont croisés. Au passage du cortège du président sortant, le convoi du PUR a été stoppé pour céder la place. Une disparité dans le traitement qui fausse toute la campagne.

Ce drame de Tamba qui pouvait être évité a poussé le candidat du PUR à suspendre sa campagne électorale jusqu’à nouvel ordre.

3 Comments

  1. Macky Sall ne peut pas être traité comme un candidat ordinaire dès lors qu’il continue d’être le président de la république du Sénégal. C’est partout ailleurs la même chose. Par conséquent les forces de sécurité officielles (police, gendarmerie…) seront renforcées de son côté en tant que première institution du pays. Cependant les autres candidats ont le droit d’être sécurisés malgré leurs forces privées dans la mesure du possible chaque fois que ce sera nécessaire.
    Le vrai problème est que le candidat Issa Sall a galvanisé ses forces de sécurité appelant indirectement à la violence en déclarant publiquement de manière irresponsable à Vélingara « personne n’ose nous attaquer… » les poussant ainsi au zèle et à des actes de violence gratuits qui se sont soldés par des morts; le jeune tailleur Ibou Diop poignardé à mort, trois autres percutés par les voitures de son convoi avec plusieurs blessés graves. La suite est connue.

  2. Il faut de la rigueur pour barrer la route a cette barbarie sans nom.
    Le syndrome de 1988 avec Abdoulaye Wade et les mourtachidines est entrain de se répéter.
    Jeunesse du Sénégal, en 1988 les mourtachidines (même militants que ceux du pur ou presque) avec la complicité du PDS sous l’impulsion de Wade avaient tués dans les mêmes conditions, des policiers et d’honnêtes citoyens.
    Le retour de Me Wade, qui n’est d’ailleurs pas candidat et qui déclame des messages de violence aveugle et l’irresponsabilité des mastodontes du pur, ont créé les mêmes crimes à Tambacounda.

    Il faut que force reste à la loi.

  3. Certains candidats font preuve d immaturité et d irresponsabilité en faisant des discours de va t en guerre devant leurs militants et ce sont ceux la même qui reviennent montrer une solidarité masquée face aux victimes qui sont les perdants
    Rien qu à voir leur garde rapprochée vous vous croirez dans un contexte de guerre; sinon pourquoi faire porter des cagoules a ses hommes et surtout des tenues militaires qui ne reviennent de droit qu aux forces de sécurité;je pense qu il est temps pour ces hommes politiques de se comporter en responsables et éviter leur comportement malsain

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR