Blog de Cheikh Yerim Seck

Peuple sénégalais: De l’ingratitude à l’hypocrisie ????

Le peuple sénégalais est souverain. Il a ainsi la grande chance de pouvoir s’exprimer librement par les urnes. Le Sénégal, par cette magie, est parmi les rares pays africains à ignorer le cycle vicieux et meurtrier des coups d’état militaire. Pendant qu’ailleurs on tuait pour arriver au pouvoir, au Sénégal, c’est toujours dans la lucidité des urnes que les dirigeants sont choisis. Ainsi le citoyen sénégalais a eu plusieurs fois l’occasion de sanctionner positivement ou négativement des candidats.

Voilà un peuple qui, entre l’hypocrisie, l’ingratitude et l’ignorance se veut exigeant sur la trajectoire des hommes politiques. Les choix de ces derniers doivent impérativementêtre calquées sur les « prétendues demandes populaires » En d’autres termes, le peuple s‘arroge le droit inaliénable de tracer la trajectoire de tout homme politique. Celui qui agitautrement se voit insulté et déclaré traitre par ce grand peuple.

Le grand peuple qui lui agit toujours dans l’ingratitude la plus déconcertante soit par ignorance, soit par hypocrisie.

L’histoire politique du Sénégal a mis les citoyens au contact d’hommes que beaucoup de Sénégalais ont apprécié. Théoriquement tout au moins. Voilà l’homo-senegalensis ! Celui-là qui insulte le politicien tout l’été et vote pour lui à l’automne ; celui-là qui loue les valeurs cardinales d’une personnalité politique et lui refuse sa voix dans les urnes.

Pour illustration nous nous limiterons  à M Iba Der Thiam , à Cheikh Abdoullahi Dièye, à Momar Samb, à Ibrahima Fall, à Me El hadji Diouf et à Mme Aissata Tall Sall et au magistrat I Hamidou Deme.

Plusieurs de ces hommes politiques ont porté le sublime qualificatif de grand patriote, de député du peuple, d’homme de valeur et de je ne sais quoi de vertueux. Et pourtant, à chaque élection, le peuple leur a systématiquement déboutécomme s’ils étaient l’incarnation du mal. Ce peuple souverain a estimé que la valeur de leur valeur ne vaut pas plus que 1% de l’électorat !

Me El Hadji Diouf, député adulé de la législature passée est renvoyé de l’hémicycle par les citoyens. Aissata Tall Sall, la dame admirée et respectée par ses positions et aussi recalée au parrainage parce que le peuple qui la trouve extraordinaire n’a pas jugé opportun de lui accorder ces parrains.

Avant eux, Ibrahima FALL a incarné la droiture et la compétence et on connaît la suite de son « bakk présidentiel ».Ce sera le même scenario du magistrat dont tout le monde chante à tort ou à raison le patriotisme. Le peuple n’a pas jugé opportun de leur offrir le minimum requis pour passer le parrainage.

Le peuple rendrait il mal les services ou serait-il tout simplement ingrat ? Ces personnalités n’ont-elles pas le droit de se demander à un moment ou à un autre si ce peuple mérite leur sacrifice ? Gageons que le problème du Sénégal, ce n’est pas le politicien mais le sénégalais !

Et après avoir recalé un candidat, le peuple, dans une perfide mauvaise foi, a le toupet de vouloir décider de l’avenir de ce dernier. Quand un peuple vomit un homme qu’il arrête de se soucier de sa destination. Mais non ce peuple se présente blessé, meurtri, trahi par un fils qu’il n’a jamais porté si ce dernier décide de rejoindre ceux que le peuple a plébiscité. Moi peuple sénégalais je plébiscite toujours le politicien, il est à mon image, nous avons le même sang : honni soit qui mal y pense !








Ousmane Si, lycée de Mboumba

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR