Blog de Cheikh Yerim Seck

Pourquoi le Président a gracié le trafiquant ?

Le président a d’abord laissé la justice faire son boulot puis s’est rendu compte de plusieurs facteurs après analyse des rapports de ses différents services:
1. Les pharmaciens sont en partie dans la lutte contre la marché parallèle des faux médicaments et en partie acteurs du trafic pour une bonne partie. Ils refuseront obstinément de collaborer pour une politique d’emploi massif des médicaments génériques plus accessibles à la population pauvre et majoritaire du Sénégal, et n’accepteront que
difficilement de développer la pharmacopée traditionnelle qui est pourtant le futur de l’Afrique.
2. Les trafiquants ne sont que la partie visible d’une nébuleuse transnationale où se mêlent des acteurs politiques, de hauts gradés, des religieux pour ne citer que ceux là. Ce qui génèrent un marché où 80% des ménages disent avoir recours malgré les risques réels sur leur santé, c’est soit les plantes soit les faux médicaments ou leurs copies falsifiées !
3. L’état du Sénégal n’ayant pas opté pour une législation en faveur des génériques produits localement de façon industrielle, ni pour la commercialisation obligatoire dans les officines privées, encore moins opter pour développer et moderniser là pharmacopée traditionnelle. A cela s’ajoute l’absence de lois criminalisant le trafic de médicaments au même titre que les drogues car ce sont effectivement des drogues.
Conclusion: les trafiquants disposent de relais puissants, les pharmaciens ont plusieurs facettes dont aucune pour l’intérêt public, l’état n’a pas de politique pharmaceutique adéquate et face aux pressions du groupe le plus puissant, le Président a libéré le trafiquant pour ne pas avoir à soulever tout les lièvres derrière lui.

Medza, Artiste Activiste…

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR