Blog de Cheikh Yerim Seck

Proclamé réélu, Macky Sall a prononcé un discours de très haute facture

YERIMPOST.COM Ce discours de haute facture, que nous publions ci-dessous, est celui d’un homme d’Etat. Il correspond à ce qu’on pouvait attendre du « père de la nation ». Et se passe de commentaires…
Message de Son Excellence Monsieur le Président Macky Sall à l’issue de la publication par le Conseil constitutionnel des résultats définitifs du scrutin présidentiel du 24 février 2019
Mes chers compatriotes,
Le Conseil constitutionnel vient de publier les résultats définitifs de l’élection présidentielle du 24 février 2019.
Avec une mobilisation exceptionnelle, marquée par un taux de participation de 66,23%, nous avons encore honoré de belle manière notre héritage démocratique, en nous rendant massivement aux urnes, dans le calme et la sérénité.
Ainsi, les observateurs nationaux et internationaux ont été unanimes à saluer la bonne organisation des opérations électorales et à attester que le scrutin a été libre et transparent. C’est là une identité remarquable des démocraties majeures et apaisées comme la nôtre. Le mérite vous revient, mes chers compatriotes.
Je remercie tous les services du Ministère de l’Intérieur, la CENA et l’ensemble des acteurs du processus électoral qui ont permis le bon déroulement des opérations électorales.
Je salue et félicite tous les citoyens d’ici et de la diaspora qui ont participé au scrutin, contribuant ainsi à la consolidation de notre expérience démocratique.
L’issue du vote montre que vous m’avez renouvelé votre confiance, en m’accordant une forte majorité de 58,26%, des voix qui se sont exprimées. Vous avez ainsi fait le choix  de la continuité pour la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, dans la paix et la stabilité.
Je m’en réjouis et rends grâce à Dieu.
Je suis reconnaissant aux leaders de la coalition Benno Bokk Yaakaar, à ceux de la grande coalition de la majorité présidentielle, au Directoire et à mon Cabinet de campagne, ainsi qu’à toutes les équipes qui ont soutenu et accompagné ma candidature.
Je remercie chaleureusement les électeurs qui m’ont renouvelé leur confiance.
Ce nouveau contrat de confiance, dont j’apprécie le sens et la portée, me motive à redoubler d’efforts, à faire encore plus et mieux.
Au demeurant, chaque voix qui s’est exprimée le 24 février, qu’elle soit de la majorité présidentielle ou de l’opposition, mérite d’être entendue et respectée, parce qu’elle porte le souffle de la liberté qui fait vivre la démocratie.
Je salue tous les autres candidats à l’élection présidentielle.
Mes chers compatriotes,
Le scrutin du 24 février a consacré le triomphe du peuple sénégalais.
A mes yeux, il n’y a eu ni vainqueur ni vaincu. Et à présent que la campagne électorale est définitivement terminée, je considère qu’il n’y a plus d’électeurs ou de camps marqués par des couleurs et démarquées par des lignes partisanes.
Je vois un seul camp : celui du Sénégal. Je vois des sénégalaises et des sénégalais qui, ayant librement exercé leur devoir citoyen, nourrissent le désir ardent de rester unis par un destin commun, au sein d’une seule nation.
Je vois un seul peuple, animé par un seul but et une seule foi.
Je serai, par conséquent, le Président de toutes les sénégalaises et de tous les sénégalais ; parce que c’est la charge qui m’incombe en vertu de la Constitution.
Je sais que la flamme patriotique brûle en chacun de nous. Et je sais que ce qui nous rassemble, notre commun vouloir de vie commune, est assurément plus fort que ce qui nous sépare. La nation sénégalaise est forte parce que des liens indéfectibles, de parenté, d’amitié et de bon voisinage nous unissent les uns aux autres pour former une Nation indivisible.
Nous avons, tous et toutes, le même amour, la même fierté et le même engagement patriotique pour notre pays.
Voilà l’esprit dans lequel je continuerai d’être à votre écoute et à votre service, afin de poursuivre et de renforcer l’œuvre entamée.
Comme toujours, je resterai donc dans le temps de l’action, car comme toujours, je demeure convaincu que seul le travail produit des résultats. Seul le travail nous fera avancer ; surtout que la tâche est grandiose, passionnante et ardue. Elle nous engage toutes et tous. Nul ne peut y arriver tout seul. C’est ensemble que nous réussirons. C’est ensemble que nous pourrons labourer le champ de tous les possibles, conquérir de nouveaux horizons, consolider nos acquis et relever les défis devant nous.
A cette fin, mon rôle, c’est de nous rassembler autour des idéaux que nous partageons.
C’est pourquoi je tends la main à toutes et à tous, pour engager un dialogue ouvert et constructif, dans l’intérêt supérieur de la Nation. Je ferai des propositions dans ce sens, après ma prestation de serment le 2 avril 2019.
Je convie à ce dialogue républicain toutes les forces vives de la Nation, sans exclusive ; dialogue auquel mes prédécesseurs, les Présidents Abdou Diouf et Abdoulaye Wade pourraient apporter leur contribution.
Ainsi, mes chers compatriotes, nous continuerons à bâtir ensemble le Sénégal de nos rêves : un pays paisible et stable ; un pays uni et convivial pour tous ses enfants ; un pays prospère et solidaire : le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous !
Je vous remercie.

6 Comments

  1. Très grand discours d’un très grand homme combattant politique et homme d’États.Félicitation pour cette brillante réélection !
    Comme vous l’avez jusque -là fait:travaillez et laisser parler les oisifs de l’opposition. Le peuple ne se trompe jamais quand sonnera l’heure de sanctionner. La défaite cuisante des tocards de l’opposition est la résultante det votre grandiose bilan.

    Vive l’émergence,
    Vive la République.

  2. le soulard haineux pape alé niang , tout le groupe walf , ndiaye doss ,momar seyni ndiaye , momar diongue , amet aïdara , seydi gassama , birane seck , ….
    vont dire à l opposition de refuser

    la haine tue , la haine tue à petit feu

  3. POUR LE DISCOURS J’ADHÈRE, MAIS J’ATTENDS LES ACTES. SOUVENEZ VOUS DE CE QUI S’EST PASSE ETRE 2011 ET 2019!!: JE NE PRÉSAGE DE RIEN, MAIS JE SUIS PRUDENT

  4. Un grand discours pour ses affidés…
    un tout petit coup pour d’autres, dont moi. Je pense plutôt que Macky , à travers cet appel, cherche une porte de sortie pour libérer ses otages politiques détenu ou exilé.
    Ils les avait emprisonné pour empêcher leurs candidatures. Ayant triomphé sans gloire de ces élections, la détention de Khalifa et l’exil de Karim deviennent sans objet. Il est temps pour lui d’enfin céder à la demande de toutes ces autorités qui le lui demande depuis plus de deux ans. Et ainsi capitaliser sur d’éventuelles grâce et/ou amnistie.
    Cet appel au dialogue n’est qu’une mi temps supplémentaire d’un jeu qu’il a institué pour ses petits coups de politique politicienne.
    Cette opposition qui lui répondra ne pourra à l’avenir ne s’en prendre qu’à elle…pour cet énième malice de Mackyavel Sall.
    Rappelons lui toutefois, que meurt toujours par l’épée celui qui s’en sert surtout à de mauvaises fins.

  5. HALTE A L’INTOX
    Depuis un certains temps des gens soit disant bien intentionnés parlent d’amnistie pour Karim,, Mais leur objectif inavoué est de chercher une porte de sortie au Macky qui est confronté à un problème de temps car le délai de 180 jours accordé pour la révision du cas de Karim arrive bientôt à expiration ( avril ou mai) . Dans un communiqué l’Etat du Sénégal s’était engagé à respecter ses obligatoires internationales et dans les délai malgré les fanfaronnades de ses ouilles.
    Ca va être une répétition de l’histoire ,car face à la 1ère injonction du CDH de l’ONU , le Macky avait trouvé un contournement avec la fameuse « grâce /exil » (jamais vu dans l’arsenal juridique du Sénégal) avec le prétexte du dialogue nationale.
    On prend les mêmes et on recommence

    Devant la 2e injonction:
    le 1er acte vient d’être posé ; appel au dialogue
    le prochain acte reviendra au couturier constitutionnel Ismaela Madior ‘(actuellement en halwa) qui va inventer un nouveau concept juridique et le tour sera joué, pensent -ils .

    Mamadou Lamine Diallo ne disait -il pas, » le Macky dispose d’une forte 5e colonne dans l’opposition  » . Il convient d’ajouter dans une partie de la société dite civile

  6. L’appel au dialogue n’est qu’une manière de légitimer un hold up électoral. Attendons 2024 pour élir un Président. Le poste est vacant celui qui l’occupe est un usurpateur, un fraudeur. Laissons le avec sa conscience, conscience d’un tricheur pas trop fier de son mandat indu!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR