Blog de Cheikh Yerim Seck

Quelques conseils aux parents d’élèves

Chers parents d’élèves,

Je vous salue et porte à votre attention quelques conseils (je ne prétends pas être la machine à solutions mais je me permets,avec la « toute petite expérience »,de vous en livrer quelques uns)

Votre enfant, notre élève, est un « bien commun ».

Votre enfant, notre élève, est le lien qui nous unit.

Votre enfant, notre élève est la crème qui produit fraîcheur et satisfaction dans cette vie.

Votre enfant, notre élève, est  source de questionnements sur le monde qui nous entoure.

Qu’en serait-il si vous n’arrachez pas la part qui vous revient ?

Pourquoi, en  confiant votre enfant à un système, n’embrassez-vous pas ce système ?

Pourquoi devez-vous vous débarrasser de votre enfant en matière d’éducation ?

Pourquoi pensez-vous que  l’enseignant arborre la tunique du « tout parfait » ?

Êtes-vous conscients qu’une partie du « projet pédagogique » vous incombe ?

Êtes-vous conscients que « suivi » et « collaboration » sont des termes qui nous sont communs ?

Êtes-vous conscients que vous devez encadrer votre enfant, notre élève, tout le long de son cursus scolaire ?

Êtes-vous conscients que nous (vous et nous) devons conduire l’enfant vers la « sainteté intellectulle » ?

Êtes-vous conscients  que votre mission, celle d’éduquer, doit se refléter sur leur visage ?

Êtes-vous conscients que notre mission n’est que le supplément d’un état préalablement réceptif ?

Quand vous évitez toute collaboration, le lien s’abîme,se lâche, se désolidarise et se moisit dans les lointaines racines de l’indifférence ?

Si vous diluez ce moment qu’à votre enfant avec les éléments « négligence » et « indifférence »,vous enlisez et coupez la chaine qui nous relie.

Gardez à l’esprit que votre enfant, notre élève, sera de toute façon cette pépite qui a besoin de suivi et de considération de notre part.

Sachez que vous devez prendre la ferme résolution de lui transmettre les rudiments d’une éducation qui se veut sincère.

Sachez que vous avez le devoir de lui consacrer une infime partie de votre temps « si précieux ».

Sachez que les projets et résolutions scolaires sont des « biens communs » qui doivent être sauvegardés en tout temps et lieux.

Assurez-vous de son caractère réceptif et consciencieux.

Assurez-vous qu’il respecte les règles établies à la maison :

Ne lui facilitez pas la recherche permanente d’une voie libératrice.

Trouvez avec lui un créneau alternatif :vérification continuelle des devoirs et accessoires scolaires.

Pensez à lui inculquer les valeurs familiales : civisme, respect mutuel,rigeur dans le travail,honnêteté,amour-propre…

Prenez,s’il vous plaît,le temps de l’aimer afin qu’il se sente « libéré ».

Prenez le temps de l’écouter aux fins d’éliminer les « barrières juvéniles » : ce dont vous êtes capables.

Soyez prompts et fermes dans vos « expéditions punitives ».Mais réfléchissez et collaborez avec le « maître ».

Soyez sceptiques, doutez et dissipez les lueurs incertaines de chaque jour : quand la « chose » se répéte,allez vers la « deuxième » famille (l’école),exposez la situation.

La réussite,dit l’adage,est bout de l’effort.Mais,au bout de l’effort de toutes les parties.

J’invite les parents qui liront ce texte à participer à l’effort d’éducation.

Blaise Guignane SENE

Keur Massar

seneblaise@yahoo.fr

Institution Saint François d’Assise

Tivaouane Peulh

 

4 Comments

  1. Bien dit.

    Sachez que vous avez le DEVOIR de lui consacrer une infime partie de votre temps « si précieux ».

    Je vais choquer les libertaires, mais hier encore alors que je passais par le lycée Kennedy, je fus outrée par l’habillement des adolescentes dont certaines étaient physiquement très précoces. Automatiquement, mon regard s’est reporté sur les hommes alentour et j’ai vu qu’ils avaient les yeux braqués sur ces jeunes filles. Un enfant doit ressembler à un enfant, pas à une vamp. L’école doit sévir contre les prédateurs, mais en amont, les parents doivent aussi donner le bon exemple. Tout le monde est fautif.

    • Merci Myna.
      Un laxisme est à noter du côté des parents qui,disons-le,ne sont plus disposés à éduquer leurs enfants.Ces derniers se frottent donc au monde des « vampires » et bonjour les conséquences.
      Une revalorisation de l’éducation morale s’impose.

  2. Les Parents ont aussi des questions à poser aux enseignants… Non je me trompe aux éducateurs.

    En résumé chers enseignants savez vous que vous devez être des éducateurs et non seulement des enseignants.

  3. Très belle et pertinente analyse soutendue par de profondes vérités mon grand Blaise.

    La mission de l’enseignant est d’instruire et d’éduquer certes; mais cela ne peut se faire correctement que lorsque tous les acteurs de l’éducation s’y mettent.
    Mais qu’est ce qui se passent de nos jours: au moment où toi, éducateur tu te tues nuit et jour à faire intégrer certaines valeurs pour une bonne éducation, à leur tour, la majorité joue à te contrecarrer sans même le savoir où même par simple ignorance en essayant d’inculquer à leurs enfants des valeurs qui pourraient dans une certaine manière être contraire à celles dont se reconnaît notre cher pays.

    Pour excuse, certains parents te parlent du manque de temps. Quelque chose que moi je ne peux pas comprendre.
    Pourtant l’enseignant à qui le parent dit qu’il n’a pas le temps de s’occuper du suivi de son propre enfant, a l’emploi de temps le plus chargé parmi tant d’autres et pourtant fait tout pour s’occuper de près d’une quatre vingtaine d’élèves qui lui est confiée.
    Toi tu as 2 à 3 anges et tu parles de manque de temps.

    Les enfants sont tous malades aujourd’hui psychologiquement pourquoi?
    Parce qu’ils manquent d’affection, d’amour parental. Une chose qui est essentiel.
    Les enfants sont aujourd’hui faibles à l’école pourquoi ?
    Parce que les personnes les plus placées pour leur faire comprendre ce qu’ilsoir doivent, manquent à leurs devoirs.

    Personnellement, 2 élèves issus de milieux différents m’appellent Papa à l’école et pourtant ils ne sont même pas dans ma classe.
    Mais avec le petit temps que tu passes avec eux tu sens que ceux-là manquent vraiment de quelque chose(pas d’argent ou de matériel mais d’affection et d’amour).
    Il y a beaucoup de délinquants aujourd’hui, nous les condamnons alors que les fautifs se reconnaissent.

    Quelque soit le niveau intellectuel ou la fonction que je peux occuper, mon seul épanouissement se trouve dans ma famille.
    Alors tâchons de prendre le temps d’aimer affectueusement nos enfants.
    L’école est une seconde famille oui!
    Mais un immeuble ne peut tenir debout sans fondement.
    Éduquons nos enfants dans les valeurs qui nous rendent notre dignité et non dans le mensonge et les illusions.
    Quelqu’un disait:《Le rattrapage n’est jamais salutaire pour un sujet qui a perdu son éducation de base.》

    Je lève l’encre.
    Merci Grand Blaise de m’avoir permis aussi de donner mon humble avis par rapport à ton riche texte qui devait passer sous les yeux de tout acteur de l’éducation.
    Xaw ta xiss.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR