Puma paie des miettes à la FSF par rapport à la Fédération ivoirienne

YERIMPOST.COM La Fédération sénégalaise de football (FSF) pensait réaliser l’affaire du siècle en renouvelant son contrat avec Puma. La firme allemande va verser 492 millions de FCFA chaque année au football sénégalais jusqu’en 2022. A titre de comparaison, la Fédération ivoirienne de football (Fif) a renouvelé avec le même équipementier pour 1 milliard l’année !

Après avoir lâché les lions en 2014, Puma est de nouveau choisi par les fédéraux pour habiller nos équipes nationales. Un retour aux affaires pour la marque au félin bondissant. La firme allemande, qui n’était forcément pas en position de force au cours de la négociation, n’a pas vraiment cassé sa tirelire pour s’offrir à nouveau le maillot national, contrairement à ce beaucoup pensent. 200 000 euros, soit 131 millions de FCFA, comme ticket d’entrée ont suffi pour faire craquer la fédération. Pourtant, avoir à nouveau le Sénégal dans son giron pour la Coupe du monde était presque vital pour Puma qui se définit comme l’équipementier de l’Afrique. En effet, ses deux principaux ambassadeurs, la Côte d’Ivoire et le Cameroun, sont out pour le Mondial. Une situation qui obligeait la marque allemande à mettre la main à la poche pour éviter une rouste en Afrique. En 2014, Puma avait habillé quatre des cinq sélections africaines au Mondial brésilien. 4 ans plus tard, elle a bien failli connaître la bérézina coté sélection africaine, n’eut été cette union à nouveau scellée avec le Sénégal.

Force est de reconnaître que ce nouveau bail de 5 ans est loin d’être une excellente affaire économique pour notre football. Première nation africaine au classement Fifa, qualifié pour le Mondial 2018, le Sénégal signe un contrat deux fois moins important que celui de la Côte d’Ivoire absent pourtant du Mondial, et classé au 10ème rang des nations africaines par la Fifa. Une arnaque, diraient encore certains.

Selon des indiscrétions recueillies par Yérimpost, la marque allemande a accepté de payer plus de 4 milliards sur 4 ans à la Côte d’ivoire pour un contrat récemment renouvelé. Le tout, avec des avantages en nature importants négociés par la Fédération ivoirienne.

En négociant directement avec l’équipementier sans s’entourer de spécialistes, la FSF s’est fait rouler dans la farine par Puma dans ce mariage d’intérêt. L’équipementier ne versera des primes et gratifications aux Lions que s’ils accèdent au second tour du Mondial 2018 et de la CAN 2019, au Cameroun. Mais ce qui interpelle le plus, c’est la faiblesse des montants. Pour la prochaine CAN, Puma versera aux Lions la somme de 310 millions FCFA en cas de victoire finale. Et pour une victoire hypothétique en Coupe du monde 2018, la marque allemande propose la somme de 1 milliard 500 millions. Des miettes, quand on sait que, pour s’être qualifié au Mondial, le Sénégal s’est déjà assuré 7 milliards FCFA de la FIFA.

Preuve finale de cette escroquerie grotesque, le Sénégal ne percevra que 10% sur chaque article vendu par l’équipementier. Les produits seront commercialisés dans des boutiques ouvertes à travers le monde.

Me Augustin Senghor avait rassuré qu’il ne braderait pas le maillot national. Au vu des chiffres, on peut penser le contraire. Les grands équipementiers n’ont pas la considération requise pour les sélections africaines. Pape Diouf, ancien président de Marseille, a bien raison.

 




Pape Gora Diop, pgdiop@yerimpost.com

1 Comment

  1. La prime c’en en fonction de critère économique (36,1 milliard dollar de PIB pour la CI contre 14,7 pour le Senegal ) démographique du fait de la publicité (23,6 millions habitant pour la CI contre 15,4 pour Senegal ) et sportive la Côte d’Ivoire a fait 2 coupes du monde (2006 2010) et gagné 2 CAN alors que le Senegal a 2 participations à la coupe du monde et n’a gagné aucune CAN.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*