Blog de Cheikh Yerim Seck

Suppression du poste de Premier ministre: Macky Sall, un talent politique hors norme 

Le second mandat du Président Macky Sall commence par l’annonce de la suppression prochaine du poste de Premier Ministre. Mouhammad Boun Abdallah Dione occupera la station que pour conduire la procédure de suppression.
Ce ne sera pas la première fois que cela va arriver dans notre pays. Après Senghor en 1963, Abdou Diouf a eu à supprimer ce poste après les élections présidentielles et législatives du 27 Février 1983 sur proposition de Jean Collin et Moustapha Niass comme étant une volonté du peuple qui était de voir Diouf gouverner directement.
Moustapha Niass fut nommer Premier Ministre et Ministre d’Etat Ministre des Affaires Etrangères avec comme mission de faire voter à l’Assemblée nationale une loi constitutionnelle supprimant le poste de Premier Ministre. Ce qui fut fait et on sait la fronde douloureuse qui s’en est suivit avec l’éviction de Habib Thiam du perchoir de l’Assemblée Nationale.
Cependant force est de reconnaître que les contextes ne sont pas les mêmes et pas du tout alors. Le Président Macky Sall en supprimant le poste de Premier Ministre, au delà de chercher une efficacité et une célérité dans son action durant les cinq à venir, va détenir toutes les cartes politiques en main.
Il n’aura pas à s’encombrer d’un premier ministre qui risque d’être vu comme son successeur par ses partisans et souteneurs. Si tel était le cas le Monsieur serait au centre de toutes les attaques et risque de ne plus se concentrer sur sa mission. Ceci dit, en supprimant le poste, le Président fait disparaître une cible potentielle en direction des présidentielles de 2024.
Les ministres seront directement sous sa responsabilité et sauront que leur avenir dans l’attelage dépendra toujours de celui qui maintenant devient beaucoup plus proche des dossiers. On ne pourra plus rien lui cacher !
L’autre coup de génie c’est d’avoir fait sortir Maxime Ndiaye du palais pour le faire remplacer par Boun Abdallah qui est bien rompu à la tâche de Premier Ministre. Afin d’éviter que le Président ne soit submergé par les dossiers, il va gérer lui même la coordination comme un « Premier Ministre au Palais ». Etant Ministre d’Etat il pourra faire valoir une certaine autorité. Ce qui me fera même dire qu’il y’aura qu’un seul Ministre d’Etat dans ce gouvernement et ce sera Boun Abdallah. Ensuite, je ne serai pas trop surpris de voir un ou des anciens Premiers Ministres entrer dans l’équipe de Macky car ils n’auront pas à être gênés d’être sous l’autorité d’un Premier Ministre.
Maintenant ce qui pensait que le Président Macky Sall ferait fasse à une guerre de succession viennent d’avoir la réponse de ce dernier. Il mettra tout le monde à bonne distance et continuera d’être l’homme fort du régime durant 5 ans.
Le travail devra normalement être beaucoup plus sérieux si l’on sait que les rapports d’exécution iront directement dans sur la table du Président. On présage alors que les hommes et les femmes qu’il aura choisis le comprendront ainsi et se battront pour l’atteinte des objectifs à eux assignés
Le Sénégal le mérite !
Ps : Je ne serai pas surpris de voir Madiambal Diagne entrer dans l’équipe gouvernementale.
Souleymane Ly
Spécialiste en communication
776516505
julesly10@yahoo.fr

9 Comments

    • Et ce texte ne te commande que ce commentaire Mamadou Samba ? Le contenu est clair et seul un farfelue comme toi peut pondre ce genre de commentaire après lecture. Au moins ce Mr donne son avis et participe au débat. Ce qui n’est pas ton cas.
      Merci Monsieur Ly et Bravo pour la pertinence.

  1. Votre première idée est d épargner au president l’ idee d’ un successeur. Cela prouve qu’ on n’ est pas en démocratie. Si un potentiel PM peut prétendre à la succession du Président cela veut dire que le jeu démocratique sera fausse. Pour terminer je dirais ceux que beaucoup de gens ont dit. Si on remet les cartes en 2024 dans les conditions qu’ on les a mises en 2019 mieux vaut ne pas aller aux élections. Et ce Macky la ne changera d’ un iota les conditions dans lesquelles il a été élu.

  2. En réalité le seul « génie politique » qu’on pourrait reconnaître à M.S. c’est d’avoir ramené ce pays 20 ans en arrière. A le voir entouré par de vieux briscards comme Tanor et Niasse, on pouvait encore douter de sa gestion ringarde de ce pays, la suppression du poste de premier ministre vient définitivement nous ramener à la gouvernance d’un certain Abdou Diouf….
    cherchez l’erreur

  3. Votre analyse à été pertinente, concis et clair. Cela m’a permis d’y voir plus clair. Neamoins je ne vois pas de rapport avec une entrée dans le gouvernement de Madiambal Diagne? Seule fausse note!

  4. Très belle analyse et très instructive mais mon soucis c’est au niveau de ce projet de suppression du Pm. Pourquoi attendre 7ans pour remettre en cause l’efficacité de l’administration du pays. L’argument n’est pas à chercher au niveau de la célérité et la rapidité des procédures administratives mais une volonté purement politique. Le Président Salle désire être le seul maitre du terrain, dans ce cas la séparation des pouvoirs est loin d’être une réalité mais une illusion orchestrée par Sall. Un recul démocratique à mon avis. MERCI

  5. On attend les résultats pour juger de l’efficacité de cette mesure.

    PS: Le problème de la succession doit être dans l’APR et non transposé dans les institutions de notre République. Prendre cela comme argument pour la suppression du poste de PM est vraiment maladroit et une totale confusion entre les rôles de chef de parti et chef de l’état.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Depuis

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR