Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

à Idrissa Seck

Vidéo- Ce que Serigne Mountakha Mbacke a dit à Idrissa Seck et à Madické Niang

Soutien de Khalifa Sall à Idrissa Seck: Bamba Fall tient une position équidistante

YERIMPOST.COM La présidentielle de dimanche 24 février ne verra pas la participation active de Bamba Fall. Pas de consigne de vote du maire de la Médina en faveur d’un des cinq (5) candidats. Cette décision rendue publique par Bamba Fall himself va assurément créer un malaise entre Khalifa Sall et lui. Le prisonnier le plus célèbre de la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss avait donné une consigne de vote en faveur d’Idrissa Seck. Ses lieutenants, excepté Bamba Fall, sont sur le terrain depuis le début de la campagne présidentielle pour défendre le programme du leader de Rewmi. Bamba Fall avait clairement fait savoir que le choix de l’ancien maire de Dakar n’était pas forcément celui de tout le monde. Il vient le confirmer…

Soutien à Idrissa Seck: Bamba Fall aphone

YERIMPOST.COM Il fallait le prendre très au sérieux lorsqu’il disait que le choix de Khalifa Sall n’était pas forcément le sien. Bamba Fall, le maire de la Médina, n’a jusque-là pas affiché son soutien à Idrissa Seck, contrairement à la volonté de son mentor, Khalifa Sall. Si tous les khalifistes manifestent leur accord à cette décision, Bamba Fall lui, tarde à s’exprimer sur la question et intrigue.

Révélations: Comment Macky Sall a pris Aliou Sow à Idrissa Seck

YERIMPOST.COM Ce texte que Yerimpost a commandé à un responsable de premier plan du parti d’Aliou Sow décrit étape par étape le processus qui a conduit son leader au choix de Macky Sall au détriment d’Idrissa Seck…

 

Depuis quelques jours des politiciens qui cherchent le pouvoir aussi reprochent à notre parti et à son Président d’avoir parrainé le candidat Macky SALL et d’autres invoquent notre supposée alliance avec REWMI.

Sur le choix du candidat du parti à l’élection présidentielle du 24 février 2019, la résolution adoptée librement et à l’unanimité par le Conseil national patriotique tenu le samedi 22 septembre 2018 est claire comme l’eau de roche et nous n’avons aucune leçon à recevoir de nos concurrents ou adversaires encore moins de nos ennemis affichés.

Au sujet de l’imaginaire alliance politique entre le MPD Liggeey et REWMI, le parti tient à rappeler la vérité des faits que voici :





LES FAITS:

Les relations exécrables entre le leader de REWMI et le Président de notre parti étaient connues de tous avant de prendre une tournure positive quand M. SECK s’est rendu avec une forte délégation au domicile de notre Président pour lui présenter ses condoléances suite au décès de sa mère. En reconnaissance de ce comportement fraternel hautement appréciable, le Président SOW décida de le traiter désormais en grand frère avec la courtoisie requise et même dans le domaine politique et lui fit la promesse de lui rendre une visite de remerciements après son deuil devant témoins.

À la veille des élections législatives passées, le Premier Ministre Idrissa Seck le contacta pour envoyer à son domicile une délégation composée de Déthié FALL, son vice-président, et de Thierno BOCOUM, son responsable des jeunes et chargé de la communication. Ils étaient porteurs d’un message d’offre d’alliance aux élections législatives. La rencontre fut cordiale et empreinte de fraternité et leur leader ne manqua pas de lui confirmer au téléphone tout le bien qu’il pense de lui. Il avait pris acte sans jamais prendre un engagement.

Le lendemain, le quotidien L’Observateur le contacta au sujet d’un communiqué de REWMI rapportant cette rencontre pour une confirmation. Les preuves sont encore disponibles. Sa réponse dans le journal était la confirmation de la rencontre avant d’ajouter qu’il n’existait plus de problème personnel avec le Premier Ministre Idrissa SECK à son niveau et que pour leur l’alliance politique, RIEN N’EST DÉCIDÉ, RIEN N’EST EXCLU. Les archives de L’Observateur peuvent l’attester.

Ensuite, comme promis, il lui rendit visite par le canal d’un responsable de REWMI, Dr MAR en lui offrant ses trois premiers livres, y compris celui politique dans lequel il avait écrit sur leurs relations politiques antérieures et l’opinion qui en découle et qui avait déchaîné la polémique. Ses propos élogieux et fraternels sur notre Président ont été prononcés devant témoin avant leur entretien à deux.

Auparavant, le Président SOW avait parlé de lui fraternellement lors d’une émission et il l’en remercia vivement. À la proposition d’une visite nocturne, le Président SOW décida d’une visite assumée, car étant un homme libre qui ne saurait laisser personne lui choisir ses fréquentations encore moins ses amis. En plus, il nous attesta à l’époque que le coeur y était et son sentiment fraternel pour Idy allait grandissant pour plusieurs raisons qui restent intactes encore.





Suite à cette rencontre, plusieurs appels téléphoniques d’Idy s’en suivirent. Le Mouvement des jeunes de REWMI dirigé par le très courtois et respectueux Calixthe SAGNA vis à vis de notre Président avec qui je me suis entretenu part la suite, car partageant avec lui la même région, Kaffrine, lui rendit une visite de courtoisie et de travail en présence d’une dizaine de responsables des jeunes du MPD LIGGEEY.

D’autres responsables de REWMI furent reçus par le Président SOW après en avoir formulé la demande en présence toujours d’un membre du parti au moins.

Quelques jours après, Dr Babacar DIOP, un respecté jeune frère et collègue de notre Président,  nous invita au Congres de son parti, les FDS,  dans un contexte marqué par le débat sur le système de parrainage. Au présidium étaient installés Dr DIOP, Dr SOW et Idy. Le discours d’Idy ouvrit la porte à diverses interprétations en sa défaveur et son témoignage sur Dr DIOP fut manipulé dans la presse comme une apologie qu’il aurait faite sur Idy. À quelle fin? Il fut obligé de recadrer le débat. Ce jour, à la fin du congrès, Idy fit la proposition de rendre visite au Président SOW ou de le recevoir pour une discussion sur les perspectives politiques possibles en présence du porte parole de notre parti, Me Abdy Nar NDIAYE, Dr DIOP, entre autres. Par courtoisie, la proposition du Dr SOW fut de faire le déplacement lui-même en jeune frère au nom du droit d’ainesse. Il promit de l’appeler le lendemain pour une rencontre dans sa ferme et n’est réapparu pour donner de ses nouvelles qu’un mois et demi après.

Lors de ce congrès, la position de notre parti et de son Président sur le parrainage comme une bonne partie de la classe politique a été défendue vigoureusement. Le MPD Liggeey est contre toute forme de réforme des règles du jeu électoral sans de larges concertations avec comme objectif un consensus et des éclairages sur tous les points pouvant paraître comme des pièges. Des pièges, nous en  avions notés et en ma qualité de chargé des affaires électorales du parti que j’ai représenté à diverses rencontres organisées par le Ministère de l’Intérieur, j’ai toujours produit des fiches à l’attention du Président du parti pour l’aider à préparer les positions du parti. Puisque la dénonciation n’a pas empêché la loi d’être adoptée, notre leader et les militants comme tous les candidats à la candidature et leurs partisans qui rivalisent d’ardeur dans la collecte de signatures de parrains, décidèrent de s’y conformer en citoyens respectueux des lois et règlements du Sénégal.

L’initiateur du système de parrainage, le Président de la République le reçut au Palais en plein jour avec la présence de son nom sur la fiche d’audience. Ce fut l’occasion pour lui d’aborder avec lui ses préoccupations et ceux du parti sur le parrainage et de partager ses propositions sur la question entre autres sujets abordés. L’ouverture d’esprit et le sens de l’écoute du Président de la République ont été vivement salués par les responsables du parti.

 

Et le fameux feuilleton BAKKA -MAKKA éclata dans ce contexte et fit sa longue marche. L’écrasante majorité du parti en fut choqué, mais par courtoisie et refus de prendre part au lynchage médiatique, le Président s’est abstenu d’en dire un seul mot et nous invita d’agir de la même manière : la neutralité du dégoût qui ne signifie pas approbation.

 

Une grande Assemblée générale d’information et de concertations fut organisée dans sa circonscription électorale sur les questions d’alliance électorale pour consulter sa base puis le parti. Les positions des uns et des autres au sujet de ce qui ressemblait à une alliance en chantier avec REWMI furent dans leur écrasante majorité défavorables pour des raisons que nous tairons pour le moment.

Un mois et demi après l’engagement pris pour une séance de travail qui n’a jamais eu lieu, après BAKKA-MAKKA, le Président SOW reçut un appel de l’étranger qui dura presque une demie heure: une séance d’explications fraternelles relative à la démarcation progressive du Président à cause des impairs notés plus haut. Cependant, la décision de se rencontrer une fois au Sénégal fut prise et tout au long du processus, chacun des deux parla à de précieuses personnes qu’ils ont  en partage en termes d’affection et de respect.

Pendant ce temps, certains Rewmistes qui ignorent tout de tout et non des moindres, attaquaient de mille et une manières notre Président dans les réseaux sociaux, ce qu’il ne manqua pas de condamner auprès de Idy qui s’en est démarqué et a promis d’y mettre un terme après l’avoir vivement condamné. Se croyant déjà au pouvoir, ils accusaient le Président SOW de positionnement opportuniste s’ils ne lui reprochaient  pas carrément de se servir d’eux pour se rapprocher du Président Macky SALL, ce même Macky SALL qui l’avait déjà nommé par décret et reçu à plusieurs reprises.

En effet, qui a véritablement proposé le premier une alliance politique à l’autre? Thierno Bocoum et Déthié Fall sont encore en vie, eux les porteurs du message de leur leader confirmé par l’appel téléphonique de ce dernier dès leur arrivée au domicile du Président SOW.

Une série d’appels et de messages de la part du Président et de ses envoyés, alors qu’il était dans ses activités politiques en région, suivirent. Il est resté courtois en dépit de son dégoût.

La vérité des faits démontre clairement qu’il n’y a jamais eu d’accord politique entre REWMI et le MPD LIGGEEY. Cependant, des démarches ont été entamées dans ce sens.

Pour avoir reçu les orientations du Président SOW de pas avoir une nouvelle part de responsabilité dans une nouvelle inimitié débordante avec son grand frère Idrissa SECK, nous nous en limitons là pour le moment. Mais, si on y contraint le parti par des accusations fallacieuses, des méthodes politiques inacceptables et des propos mensongers et calomniateurs, le parti prendra toute ses responsabilités et son Président en tête.




IL N’Y A JAMAIS EU D’ALLIANCE POLITIQUE ENTRE LE MPD/Liggeey et le REWMI.

Nous avons porté notre choix sur la candidature du Président Macky SALL, nous l’assumons et travaillons pour sa réélection au premier tour au soir du 24 février 2019 avec UNE VICTOIRE SANS APPEL.

 

 

 

  1. Ahmadou NDIAYE, dit Ameth NDIAYE

Co-coordonnateur du Comité national de Pilotage et d’Animation des Enseignants Patriotes, CNP-Enseignants Patriotes.

Secrétaire national aux Affaires intérieures et électorales du MPD Liggeey.

Est-ce Jacques Attali, fréquent à sa villa du Cap Skirring, qui a inspiré à Idrissa Seck ses idées controversées ?

YERIMPOST.COM Tous ceux qui connaissent Idrissa Seck savent l’influence intellectuelle qu’exerce sur lui l’écrivain, penseur et intellectuel français, Jacques Attali. Il n’est pas rare que, dans ses causeries, le leader de Rewmi convoque des idées et ouvrages de ce Juif pur jus pour tenter de convaincre.




Connu pour les dizaines d’ouvrages à son actif, et par son influence sur les locataires successifs de l’Elysée, de François Mitterrand à Emmanuel Macron, en passant par Nicolas Sarkozy et François Hollande, Attali a tout le profil pour intéresser des aspirants au pouvoir comme Idrissa Seck soucieux de cultiver des réseaux pour y arriver. A la tête, sous Sarkozy, de la commission Attali pour la libération de la croissance en France, il y a recruté le banquier Macron qu’il présentera à Hollande, candidat à la primaire socialiste de 2011. On connaît la suite…

Jacques Attali, peu de gens le savent, passe depuis des décennies une bonne partie de l’année dans une villa cossue qu’il possède au Cap Skirring, au sud du Sénégal, sur la façade atlantique de la Casamance. Juif par toutes ses fibres, défenseur d’Israël et des idées promotrices du « peuple élu », partisan du dialogue entre juifs et arabes, il a, sur le conflit israélo-palestinien et sur les trois religions révélées, des idées qui ressemblent fort à celles développées par Idrissa Seck par lesquelles le scandale est arrivé.




D’ailleurs, dès les premières heures de la controverse soulevée par la sortie d’Idy, comme le surnomment les Sénégalais, un responsable politique de premier plan, chef de parti, a confié à Yerimpost: « A force de fréquenter les juifs, Idrissa Seck est arrivé à épouser leurs idées. En l’écoutant, j’ai cru entendre Jacques Attali. »

En tout état de cause, la position d’Idy, qui doit beaucoup plaire au lobby juif qui domine le monde, n’a rien de fortuit. Difficile de ne pas y voir la marque de l’influence d’un de ses plus notoires maîtres à penser. Agitateur d’idées, influenceur et homme de réseaux, Jacques Attali prévient d’ores et déjà que le successeur de Macron à l’Elysée sera une femme jeune, neuve et très populaire.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR