Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

à; macky sall

Décès d’Ousmane Tanor Dieng: La proposition de Moustapha Cissé Lo à Macky Sall

YERIMPOST.COM Moustapha Cissé Lo est très touché par la disparition, ce lundi en France, du secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng. Mis au parfum de la triste nouvelle, même hors du pays, il a tenu à saluer la mémoire d’un infatigable serviteur de notre République: « Le décès du Président Ousmane Tanor Dieng, qui vient d’être annoncé, nous attriste profondément. Il était un homme intègre, loyal, juste et compétent qui a tout donné pour le Sénégal. Tanor était aussi un homme fidèle en amitié, un serviteur infatigable de notre chère République. En cette douloureuse circonstance, nous voudrions présenter nos très sincères condoléances au président de la République, Macky Sall, au gouvernement, au Parti socialiste, à sa famille biologique et aux membres du
Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) et à toute la Nation sénégalaise ».
Affecté, le premier vice–président de l’Assemblée nationale sénégalaise, qui avait déjà fait sa réservation pour aller assister personnellement à la finale de la CAN 2019 au Caire (Egypte) entre les Lions de la Téranga et le onze (11) algérien, s’est finalement désisté. Moustapha Cissé Lo invite le président Macky Sall à faire de même pour rendre un hommage appuyé au défunt président du HCCT.

Coulisses de la formation du nouveau gouvernement: Amadou Bâ tient tête à Macky Sall

YERIMPOST.COM  48 heures durant lesquelles tout le pays avait les yeux rivés sur le palais de la République attendant la publication des membres du gouvernement… Les consultations avaient pourtant démarré juste après l’annonce de la nomination de Mahammad Boun Abdallah Dionne comme Premier ministre. Le retard dans la publication de la liste du gouvernement est imputable à Amadou Bâ. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le désormais ex-argentier de l’Etat a chamboulé tous les plans du président Macky Sall qui, depuis sa retraite au Maroc, avait déjà tout calé. A en croire l’Observateur qui en fait la révélation, c’est le ministère du Pétrole et des Energies qui avait été proposé à Amadou Bâ en consultation. Proposition qu’il a refusée avec beaucoup de courtoisie, nous dit le journal. Face à cette situation qu’il n’avait nullement prévue, le chef de l’Etat était obligé de satisfaire son « brillantissime » ministre des Finances et le seul poste qui sied à son rang était le département des Affaires étrangères qu’il accepte finalement. Sauf que le président de la République avait déjà choisi un homme qui avait déjà été consulté pour gérer la diplomatie sénégalaise. Mais, face à l’entêtement d’Amadou Bâ, le président Macky Sall a été obligé de demander à son premier choix de renoncer au poste. L’homme, dont l’identité n’est pas révélée par l’Observateur, a mis à l’aise le chef de l’Etat et s’est effacé. Le journal révèle que c’est la décision du président de la République de faire partir Amadou Bâ du ministère de l’Economie et des Finances qui est à l’origine de l’éclatement de ce département.

Vidéo- Pape Oumar Sakho à Macky Sall: « Les Sénégalais vous ont confié leur espoir… »

A Macky Sall: Ndam li ak Ndap li !

Pensez-vous qu’il peut donner un poste à tout ce beau monde qui s’agite ? Je vous dis tout de suite non ! « Fokk am ñu waara » !
Vous criez partout ! Vous sautillez « Mane la ! Mane la ! Mane keessé la ! »
Vous le faites en oubliant tous ses militants et sympathisants qui ont voté pour Macky Sall. Vous recommencez, n’est-ce pas ?
Vous allez même jusqu’à dire que sans vous le candidat Macky Sall serait au second tour alors que vous savez bien que c’est faux. « Bayi leen seen xel yi ngen di foowe ! » Ton vote n’a compté qu’une voix au finish.
Tu bouffes seul l’appui donné pour la campagne électorale et aujourd’hui tu veux nous faire croire que tu es l’artisan de la victoire. Arrêtes waay ! Un peu rek nak ! Trop c’est trop !
Durant les présidentielles, tu as fait du « ngaralé » et c’est connu de tous. Dans ton for intérieur, tu ne croyais pas à la victoire au 1er tour. Tu n’as pas voulu mettre tous tes œufs dans un seul panier. Tu te croyais bien malin hein ! Tu pensais qu’en investissant sur deux candidats tu avais plus de chance. « Bou doul kii di keulé » en vrai adepte de PMU !
Aujourd’hui vous faites des sorties dans la presse pour mettre la pression sur celui qui a la lourde tâche de choisir alors que réellement tu n’as jamais cru que sa réélection au 1er tour était possible. Certains même fuyaient les plateaux télé pensant qu’il était devenu dangereux de défendre le bilan du Président sortant. On a tous compris !
Monsieur le Président nouvellement réélu votre victoire vous ne la devez qu’à Allah et tout le mérite vous revient. Au moment du choix de votre nouvelle équipe, rappelez-vous que durant 7 ans certains ont délaissé la base et n’ont jamais dialogué avec les militants. Aujourd’hui, ils sont redevenus tous polis et c’est juste pour « jotaate ». « Dagnouy yeerou » et dès que ce sera fait ils redeviendront pires durant les 5 ans à venir. Ils ouvriront la rude bataille de votre succession avant l’heure. Ils se crêperont le chignon même en votre présence et finiront par provoquer le courroux des sénégalais.
Cependant, je reconnais bien qu’ils ne sont pas tous ainsi. S’il faut reprendre, reprenez les meilleurs d’entre eux.
Ce qui ne sera pas certes facile car votre nom est inscrit partout ces temps-ci. On le prononce dans des incantations et les charlatans se remplissent les poches. Que d’œufs cassés au niveau des ronds-points ! Que de litres d’eau bénite versés sur les corps !
Qu’Allah vous protège Monsieur le Président contre toutes ces flêches lancées la nuit, contre toutes ces incantations, ces « fass » …Qu’Allah mobilise pour votre protection les secrets contenus dans « Al falaq » et « A’Nass ».
Dans vos choix, n’oubliez surtout pas tous ceux qui ne prenaient plus les appels des militants sept ans durant. N’oubliez pas aussi tous ces responsables écartés de vous par les lobbyistes, à coup de mensonges et de « «ndeug seureukh » !
Monsieur le Président réélu « ndam li yaay borom », qu’Allah vous éclaire pour le reste.
Amine ci barkep Serigne Saliou !

Souleymane Ly
Spécialiste en communication
julesly10@yahoo.fr
776516505

Twitter: Macron retire son tweet de félicitation à Macky Sall

YERIMPOST.COM  Après les médias français, c’était au tour du président de la République de la France de s’y mettre. Emmanuel Macron sur son compte Twitter, félicite le président sortant Macky Sall de sa victoire. Débute alors une salve de commentaires sur le réseau social. Les internautes se sont acharnés sur le président français qui a été obligé de désactiver son message de félicitation.

Soutien à Macky Sall: le PDS perd un gros bonnet

YERIMPOST.COM Cheikh Sadibou Fall, un cacique du Parti démocratique sénégalais (PDS), vient de déposer ses baluchons dans la coalition Benno Bokk Yaakaar en cette veille de présidentielle. L’ancien ministre et ambassadeur du Sénégal en Italie sous Abdoulaye Wade se justifie par le fait de vouloir provoquer les retrouvailles de la grande famille libérale. Profitant de ce vent de liberté qui le propulse loin des tracas du Parti démocratique sénégalais, Cheikh Sadibou Fall brocarde la gestion actuelle du parti par le Pape du Sopi qui est en train de sombrer.

Clôture de campagne: Cette dernière adresse de Idrissa Seck à Macky Sall

YERIMPOST.COM Ce vendredi 22 février, dernier jour de la campagne électorale, Idrissa Seck a sillonné nombre de quartiers de Dakar dans le cadre d’une caravane partout accueillie par une foule nombreuse. A l’étape de Guédiawaye, le candidat de la coalition idy 2019 a tenu à lancer une dernière adresse à Macky Sall, candidat à sa propre succession: « Le 24 février, les Sénégalais vont se lever tôt pour voter. Après leur devoir civique, ils vont rester au niveau des centres de vote pour sécuriser leurs suffrages. A 19h, vous serez réveillé de la sieste que vous avez dit vouloir faire après avoir voté. Les Sénégalais vont alors vous faire vos bagages pour partir. Ne tentez rien contre les résultats qui s’imposent d’ores et déjà. Vous serez le premier président du Sénégal à quitter le pouvoir après un mandat. Et ce dès le premier tour… »

Dès sa descente d’avion, Me Abdoulaye Wade promet à Macky Sall la chute et la prison

YERIMPOST.COM Avec la verve qu’on lui connait, Abdoulaye Wade a foulé le tarmac de l’Aéroport international Blaise Diagne. Dès son arrivée, l’ancien chef de l’Etat a fait dans la menace. « Ce sera mon ultime combat si nécessaire ! », avait-il déclaré récemment. On y est. Voici ses premiers propos confiés aux journalistes juste après sa sortie de l’aéroport: « Dama nieuw pour que Macky Sall dém ! Nagnou nayi niou liguéy rewmi ! »
Arrivé au siège de son parti, Wade a réitéré son appel à Macky, lui demandant de reporter la présidentielle pour convoquer un dialogue avec l’opposition. A défaut, le leader du Pds lui promet l’affrontement. Si l’actuel chef de l’Etat en sort vaincu, Wade lui promet qu’il sera jugé. « S’il rend l’argent qu’il a volé, ajoute-t-il, il sera jugé. Mais je demanderai qu’il ne soit pas incarcéré. Car cela ne sert à rien. »

Vidéo- Aissata Tall Sall à Macky Sall: « Le seul défi que nous avons, c’est le défi du score. »

La déclaration de Samuel Sarr pour expliquer son soutien à Macky Sall

Mes chers (es) compatriotes !
Mes chers (es) militantes et militants ! Chers (es) amis (es) !

Au moment où le Sénégal s’apprête à élire son prochain Président de la République, notre noble ambition était de faire partie des Hommes qui œuvrent pour réveiller et entretenir la flamme de l’espoir qui était en veilleuse en chacun d’entre nous.

Cette volonté de participer à la compétition électorale de Février 2019, matérialisée par le dépôt de notre candidature a été différée par le Conseil constitutionnel. Alors, conscients de notre rôle dans la préservation de la stabilité de notre Nation, nous nous sommes pliés à cette décision prise par les Sages du Conseil, bien que surprenante et difficilement acceptable.

C’est donc le lieu pour nous, de remercier du fond du cœur, l’ensemble des militants et sympathisants du Mouvement 2019 et du Parti Libéralisme Social Sénégalais (L.S.S) qui nous ont, dans un élan empreint de ferveur citoyenne, accordé leur confiance en parrainant notre candidature, avec l’intention ferme et engagée de nous accompagner dans la mise en œuvre de notre projet de société qui se traduit par l’édification d’un Sénégal Nouveau.

Certes, la tâche n’a pas été facile, et elle a exigé de chacun de nous, des efforts individuels permanents, des concessions conscientes dans le but de dégager des perspectives optimistes futuristes. Car, nous partageons les mêmes ambitions pour notre pays qui se traduisent par une passion commune de consolidation des acquis depuis une décennie.

Par ailleurs, se considérant comme des citoyens modèles et avertis des enjeux politiques et socioéconomiques du moment, et après avoir servi la République du Sénégal pendant 12 ans, nous avons décidé de nous engager résolument à nouveau en répondant, sans conditions à l’appel de la République.

Notre profonde introspection, nous a amenés à reconnaitre et accepter que les citoyens ne peuvent s’épanouir si nous ne nous investissons pas ensemble pour sauvegarder la stabilité, la solidarité et la paix sans les quelles, aucune Nation ne pourra se développer. Ne perdons jamais de vue, la situation géopolitique dans laquelle évolue notre pays dans l’espace du Sahel marquée par une ceinture d’insécurité dynamique et en perpétuel mouvement souvent mal gérée.

Aujourd’hui, le Sénégal est à la croisée des chemins. Et chaque sénégalaise, chaque sénégalais est comptable du destin de notre pays de par ses choix. Alors, ne devons-nous pas noyer nos ambitions individuelles dans l’océan de l’intérêt général ? Seulement, cela nécessite une énorme capacité de dépassement, du courage assumé et de la générosité dans l’action politique.

Ensuite, le Sénégal dispose de potentialités et d’opportunités économiques ainsi qu’un environnement des affaires attractif qui favorisent la viabilité du cadre macroéconomique. Et, nous estimons que les réalisations faites depuis 2012 dans plusieurs domaines, laissent croire qu’un renouvellement du contrat de confiance lui permettrait de consolider les acquis sur le plan économique et surtout avec la confiance affichée des partenaires techniques au développement qui se sont engagés pour accompagner notre pays.

Nous assumons notre choix d’accompagner cette dynamique de changement sans complexe et en toute lucidité, sans craindre de créer des frustrations chez ceux qui veulent imposer leur volonté strictement personnelle à la majorité.

Nous avons décidé d’accompagner une Politique, une Vision. Les hommes importent peu pour nous. C’est le devenir du Sénégal qui prime sur tout. Alors, il s’agira pour nous, de nous mettre au service de notre pays dans une dynamique participative qui se traduira par le partage avec l’équipe sortante, des grands axes du Programme que nous avions l’ambition de soumettre à nos compatriotes.

En effet, notre conviction c’est que l’émergence de notre pays passera forcément par le renforcement des politiques publiques dans les domaines de l’Education, la Santé, l’Energie, l’Optimisation des finances publiques, la Réforme de l’Administration et la lutte contre la corruption. Des efforts ont été faits, il faut le reconnaitre.

Seulement, aucune œuvre humaine n’est parfaite et prétendre bâtir un pays en 07 n’est qu’illusion et chimère. Disons-nous la vérité en face et ne soyons pas l’esclave de nos ambitions personnelles ni le prisonnier de notre esprit de vengeance. Il n’y pas de place à la haine ni à la méchanceté dans ce jeu politique sénégalais.

Apres une large concertation avec nos 14 délégués régionaux, nos mouvements de soutien et partis alliés, nous invitons les Sénégalaises et les Sénégalais ; nos militants et sympathisants ; nos amis et parents à renouveler le pacte de confiance avec le Président MACKY SALL pour les 05 prochaines années, afin de lui permettre d’achever les chantiers structurels qu’il a engagé partout à travers le pays.

Cependant, nous exhortons le Président MACKY SALL à poser des actes forts pour renforcer l’indépendance de la Justice, promouvoir l’Etat de droit, défendre les libertés, veiller strictement sur l’équilibre budgétaire.

N’est-il pas important de préciser que nous ne renonçons point à notre volonté de solliciter un jour à nouveau le suffrage de nos compatriotes.

Nous avons alors décidé de différer nos ambitions politiques au profit de l’intérêt général comme nous l’a demandé la majorité des Sénégalais.

Pour un Nouveau Départ, accompagnons le président Macky SALL.

Merci
Vive l’Afrique Vive le Sénégal

Samuel Amete SARR
Président du Libéralisme Social Sénégalais
Dakar, le 02 Février 2019

Patte d’Oie: Banda Diop officialise son soutien à Macky Sall

YERIMPOST.COM Banda Diop a été officiellement installé président du Comité électoral du candidat de Benno Bokk Yaakaar. En termes plus précis, le maire de la Patte d’Oie vient d’officialiser sa transhumance. Une décision qui ne surprend pas grand monde. Il a longtemps cherché à camoufler son penchant pour Macky Sall, sans jamais vraiment réussir à convaincre de sa loyauté à Khalifa Sall. Son installation a été effective ce jeudi 31 janvier, en présence de Ndéye Saly Diop Dieng.







Ralliement à Macky Sall: Aïssata Tall Sall esquive les insultes

YERIMPOST.COM C’est à croire que c’est avec un mental d’acier qu’Aïssata Tall Sall a fait le choix de s’allier à Macky Sall. Prête donc à essuyer les invectives. Elle le fait savoir d’ailleurs, disant qu’elle n’a jamais répondu aux insultes. Par contre, si elle est invitée à argumenter dans un débat politique, la présidente de « Osez l’avenir » se dit prête à relever le défi. Les insultes de ses détracteurs, c’est peine perdue…





Saint-Louis: Braya affiche enfin son soutien à Macky Sall

YERIMPOST.COM Ahmet Fall Braya s’est finalement décidé à assumer son soutien à Macky Sall. Après un « oui mais non » qui a duré presque tout le magistère du président sortant, le responsable politique du Parti démocratique sénégalais (Pds) à Saint-Louis a annoncé officiellement son ralliement qu’il assume totalement.

Lettre ouverte à Macky Sall: La jeunesse au cœur?

LETTRE OUVERTE

​​​​ A//

Son ExcellenceMacky SALL

Président de la République du Sénégal

Réf. :​V/L du 13 juillet 2016

​N/L du 31 mai 2016

Objet: dialogue national : « la jeunesse au cœur ? »

Son Excellence,

Au nom de la jeunesse sénégalaise, je loue vos efforts consentis pour l’autonomisation de la jeunesse via la Délégation à l’Entreprenariat Rapide (DER), la Mission Locale pour l’Emploi et l’Entreprenariat (MILLE) et votre initiative de regrouper toutes les forces vives de la nation autour du dialogue national qui s’était tenu le 28 mai 2016.

Cependant, nous, la Mouvance des Jeunesses Sénégalaises -MJS, déplorons, à nouveau, le fait qu’aucun mouvement de jeunes ne soit au fait des discussions qui concernent intégralement la génération future que nous sommes.

Monsieur le Président, permettez-moi de vous emprunter une expression de votre discours: »… Transmettre aux générations futures dans de meilleures conditions. ». Nous avions demandé respectueusement de revoir lesdites conditions, Son Excellence.

Monsieur le Président, vous conviendrez avec moi qu’à la veille de l’élection présidentielle du 24 février 2019 qu’un dialogue bien articulé, un dialogue sincère, patriote et républicain avec la jeunesse de votre pays participerait à la stabilité de notre cher Sénégal. Jusqu’à la proclamation officielle des résultats, vous avez la lourde charge d’assurer la sécurité et la cohésion sociale de la nation. Sur ce, nous vous invitons à un dialogue avec la présence des regroupements de jeunes très engagés qui ont le moyen ou non de médiatiser leur combat de tous les jours : le Conseil National de la Jeunesse Sénégalaise (CNJS), la Commission Jeunesse de Amnesty International, Synergie chrétienne et Citoyenne, les associations à foulards, Y’en-à-marre, les organes de presse dirigés par des jeunes, les commissions jeunesse des partis politiques, l’association Vision et Développement /MEDINA, Initiatives Malika, Collectif des Jeunes de Diamnadio, Cercle des Jeunes Entrepreneurs duSénégal, association des Amicales des Elèves et Etudiants de Cabrousse (AMEEC), Jeunesse Avenir du Sénégal (JAS), Niuni Neen Sénégal, Chance for All, la Génération Engagée pour l’Emergence (G2E), l’association Thiabakhla deuk, Association pour le Changement et le Développement du Sénégal ACDS/THIES, Association des Jeunes pour le Développement de Grand Mpal / Saint-Louis, pour ne citer que cela. Nonobstant nos différences et divergences, MJS est conscient que toutes ces associations ont en commun la jeunesse et le Sénégal

Son Excellence, nous vous invitons aussi à mobiliser tous les partenaires financiers et techniques pour une meilleure prise en compte des questions qui seront éventuellement soulevées par les jeunes le jour-j. Nous sommes convaincus que vous saisirez cette opportunité historique offerte aux forces politiques et sociales de la jeunesse sénégalaise. Il serait aussi question de discuter :
– d’une meilleure prise en charge de la jeunesse dans le PSE
– de comprendre comment les dettes engagées par votre gouvernement seront payées par notre génération
– du rôle de la jeunesse dans la gestion du pétrole et du gaz récemment découverts
– le rôle de la jeunesse lors de la campagne présidentielle du 24 février 2019
– entre autres questions.

En démocratie, les compétitions politiques sont des moments importants dans la grande marche vers les hautes cimes de la performance démocratique, comme vous nous l’avez une fois dit. Ainsi, nous soutenons, à ce sujet, que l’entente au sein de la jeunesse est, sans doute, le moteur de ladite performance, Son Excellence. Surtout à la veille de l’élection présidentielle la plus décisive de l’histoire politique sénégalaise.

Dans la même veine, permettez-moi aussi, de vous rappeler que la jeunesse a toujours été incontournable dans les grands moments:

*les tirailleurs sénégalais étaient jeunes lorsqu’ils soutenaient la France;

*les porteurs de pancartes étaient jeunes lorsqu’ils réclamaient l’indépendance de notre chère nation;

*votre accession au pouvoir, mon Président, a été majoritairement soutenue par des jeunes;

*les grèves et la paix dans les universités ont toujours été sous la responsabilité des jeunes.

Monsieur le Président, vous l’aviez dit à la fin de votre discours « … L’impératif de laisser aux générations futures le Sénégal de notre rêve « . Nous vous croyons et nous faisons entièrement confiance.

Dans l’espoir d’une audience favorable avec toutes les composantes de la jeunesse sénégalaise, selon votre disponibilité et compte tenu des contraintes pré-électorales, veuillez croire, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes respectueuses salutations.

​Fait à Dakar, le 23 janvier 2019.

​​​

​​​​​​Le Président

C25: coordination restreinte pour mieux faire face à Macky Sall

YERIMPOST.COM Le Collectif des 25 (C25) veut se structurer. Ces candidats à la présidentielle ont désigné une coordination restreinte. Malick Gackou a été nommé coordonnateur, son premier adjoint est Boubacar Camara et le second, Makhtar Sourang qui, jusque là, était seul aux commandes.







Vidéo- Samuel Eto’o souhaite à Macky Sall un 2e mandat









Voeux rudes de nouvel an d’Abdoulaye Wade à Macky Sall

YERIMPOST.COM « Le 24ème jour du mois de février, quel qu’en soit le coût qui eût pu être minimisé, si nous n’avions un dirigeant obstiné, qui veut, contre vents et marées, ramer, à contre-sens, de la volonté populaire, tourner le dos aux principes ancestraux de liberté, d’honneur et de dignité… Que donc, ce mois de février 2019 soit un pont radieux, ouvert sur un avenir de prospérité et de fraternité d’un peuple combattant, qui ignore la misère et la famine. » Ce message a été adressé aux Sénégalais par l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, à l’occasion du nouvel an. Un message qui, de bout en bout, a bombardé le président Macky Sall qui, selon son prédécesseur, « enrage d’exercer une vengeance contre tout le monde et personne à la fois. »







Me Robert Bourgi: « Mon rôle dans le ralliement de Baldé à Macky Sall! »

YERIMPOST.COM Me Robert Bourgi ne s’en cache point. Il a joué un rôle prépondérant dans le ralliement d’Abdoulaye Baldé à Macky Sall. C’est lui-même qui en fait la primeur au quotidien l’Observateur dans cette interview qu’il lui a accordée. « Quelques semaines avant son ralliement, j’ai parlé à un proche d’Abdoulaye Baldé, lui disant que je verrais d’un bon oeil un rapprochement entre le président Sall et Baldé. Le message a été entendu par Abdoulaye Baldé avec qui j’ai conversé plusieurs fois. Par loyauté, j’en ai parlé au président Macky Sall en lui disant qu’il serait opportun que Baldé rejoigne la grande coalition Benno Bokk Yakaar… J’ai promis à Abdoulaye Baldé de lui rendre prochainement visite dans sa belle ville de Ziguinchor… C’est un homme courtois, intelligent, loyal et authentiquement sénégalais. Alors, effectivement, je ne suis pas totalement étranger au ralliement de Baldé à Macky Sall! »







Lettre ouverte à Macky Sall sur la mort de l’étudiant Fallou Sène

A

Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal,

A

Monsieur Seydi Gassama, représentant d’Amnesty International.

 

J’aurais aimé adresser cette lettre au Ministre des Forces armées, responsable des équipages de la gendarmerie, et au Ministre de la Justice, «responsable hiérarchique » des Magistrats du parquet ; mais la teneur républicaine de mes propos et le caractère transgénérationnel de ma sollicitation font de vous, clé de voute des institutions sénégalaises, la personne la plus habilitée à recevoir cette lettre ouverte.

Contexte. Le 15 Mai 2017, un étudiant sénégalais, Fallou SENE, a trouvé la mort à l’Université Gaston Berger. Les parties présentes, la gendarmerie et les représentants d’étudiants, ont fait chacune des déclarations ; le représentant de la société, le procureur de Saint-Louis, a aussi fait une déclaration devant les journalistes. Sept mois sont passés sans que toutes les conséquences de cette mort ne soit tirée.

Une mort ayant choqué tout un peuple. Pour avoir été un interlocuteur de la Coordination des Etudiants du Sénégal, vous n’êtes pas sans savoir le choc que cette mort a causé aux étudiants sénégalais et à tout le peuple. D’ailleurs, une marche de dénonciation s’est tenue sur l’étendue du territoire sénégalais. Celle-ci n’était pas seulement l’initiative d’étudiants, d’autres couches sociales étaient aussi représentées à côté des étudiants sénégalais. Après cette marche, une grève « continue » a abouti à la perturbation de l’année universitaire à l’Université Gaston Berger.

La justice pour Fallou SENE est une demande sociale, une nécessité. Depuis sept mois, un citoyen sénégalais est mort à la suite de troubles dans une université sénégalaise mais il n’y a toujours pas de conséquences tirées de ce tragique événement. Excellence, il est usuel pour notre génération de jeunes sénégalais de dire « kou déé ya gnakk ». Pourtant de cette génération dépendra l’émergence, ou non, du Sénégal. Dans le Plan Sénégal Emergent, l’an 2035 est le cap que vous avez fixé pour atteindre l’émergence du pays. Hors en 2035, les étudiants qui sont en train de dire « kou déé ya gnakk » seront surement les décideurs de la nation sénégalaise. Hors, un décideur qui croit qu’il est vain de mourir pour des principes ne pourrait en aucune manière développer un pays.

La justice pour Fallou SENE, un signal qui redonnera espoir à des futurs décideurs qui doutent de nos institutions(?) Excellence, à notre pire ennemi nous ne souhaiterions la privation de la liberté. Excellence, nous sommes convaincus que le Judiciaire est un pouvoir, mais le corporatisme, quel que soit son origine et sa forme, n’en est théroriquement pas et ne doit véritablement pas en être. Donc dans une optique républicaine, laïque, quand un citoyen est tué, on ne lui souhaite pas le paradis : le repos de son âme ne peut se faire qu’avec le jugement du coupable, s’il en est un, le droit doit être dit, rien ne doit l’en empêcher, pour que le défunt puisse reposer en paix. Cela est aussi la condition pour inculquer à nos jeunes frères et sœurs, qui pensent que « kou déé ya gnakk », des principes de désintéressement et de sujétion de sa vie à des causes. L’un des dignes corps de notre cher Sénégal ne se targue-t-il pas de cette belle formule : « on nous tue mais on ne nous déshonore point » ?

Cheikh Tourad TRAORE,

Militant de la Société Civile Sénégalaise

 

 

Audience au palais: Abdoulaye Baldé fait allégeance à Macky Sall et rejoint la conférence des leaders

L’union sacrée a été célébrée ce lundi 10 décembre au palais de la République où le patron de l’Alliance pour la République a reçu en audience son « poisson » fraîchement pêché. Nous parlons évidement d’Abdoulaye Baldé, président de l’Ucs, qui était flanqué de quelques 400 de ses militants. « Je suis venu apporter mon expérience, ma contribution au service de la Nation… Je suis là pour une nouvelle forme de collaboration pour l’intérêt exclusif des populations du Sénégal », s’est expliqué le maire de Ziguinchor sur son choix de se ranger derrière Macky Sall. Un geste hautement apprécié par le candidat à sa propre succession qui répondra en ces termes: « Je mesure le sens de ce sacrifice et soyez rassuré que ce ne sera pas vain. Nous allons gagner ensemble et nous allons gouverner ensemble. » Et c’est dans la foulée que le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar a tenu à matérialiser son engagement vis-à-vis de Baldé. La conférence des présidents de BBY devant se tenir aussitôt après la rencontre avec les Centristes, Abdoulaye Baldé a été invité par Macky Sall à y prendre part. Voilà, la messe était dite…







Les responsables apéristes de la commune de Fann-Point E-Amitié expriment leurs frustrations à Macky Sall

Les Responsables de la Commune de Fann-Point E-amitié lancent un appel pressant au Président de la République, Monsieur Macky SALL ,afin qu’il revoie son approche politique dans la commune. Les frustrations grandissantes des militants et responsables de la première heure de l’APR sont manifestes.
Notre propre camarade de parti ,un responsable nommé, venu après nos victoires à la présidentielle et législative de 2012 qui a un seul slogan « la défaite est mon bien et mon principal adversaire est l’APR ».
Face à cette situation, qui ne fait qu’affaiblir le parti dans la commune, nous demandons à ce que le Président Monsieur ,Macky Sall, rencontre les responsables de bases et les sages de la commune afin de dégager des solutions acceptables et de préserver toutes nos chances aux prochaines joutes électorales.
A cet effet, plus d’argumentaires vous seront donnés lors du point de presse du jeudi 13 décembre 2018.
Les Responsables
Mme Aissatou LO ; Mme Aida SY ; Mme Aisseytou NGUEBANE DIALLO
M Mamadou SARR LO ; M. Iba NDIAYE ;







Seydi Gassama réplique à Macky Sall…

YERIMPOST.COM Les propos de Macky Sall Sall le taxant d’être de connivence avec ses opposants n’ont pas laissé Seydi Gassama indifférent. Le représentant de la Section sénégalaise d’Amnesty International a répliqué au chef de l’Etat. Selon lui, Macky Sall est en train de le «diaboliser». «C’est une déclaration qui n’est pas nouvelle. Le président de la République dispose de tous les moyens pour apporter les preuves que nous marchons avec l’opposition», indique Seydi Gassama qui reste droit dans ses bottes. «Ces déclarations ne nous perturbent pas. L’essentiel est que les droits humains soient respectés au Sénégal», ajoute-t-il sur les ondes de la Rfm.








La réplique de Moussa Taye à Macky Sall: «On ne veut pas de grâce ni d’amnistie»

YERIMPOST.COM «Nous n’accordons aucun crédit aux propos de Macky Sall. Cette déclaration est la preuve que c’est lui-même qui est au début et à la fin de ce procès politique. Pour notre part, nous considérons que Khalifa Sall est toujours innocent, et qu’il n’a besoin ni de grâce ni d’amnistie», a répondu Moussa Taye, joint par nos confrères de Seneweb.

Conseiller politique de l’ex maire de Dakar, M. Taye estime que cette volonté du chef de l’Etat prouve que c’est lui-même qui est l’instigateur de ce ‘‘procès politique’’. Mais, ajoute-t-il, «nous ne souhaitons pas qu’il soit réélu et nous travaillons fermement à son départ du pouvoir. On ne veut pas de grâce ni d’amnistie.»







Sur sa page Facebook, Idrissa Seck lance une pique subtile à Macky Sall

YERIMPOST.COM « Les rapports entre l’Occident et l’Afrique sont des rapports de domination et de pillage. Il incombe à notre génération de mettre un terme à cette tendance et d’inaugurer une ère de coopération gagnant-gagnant, respectueuse de la dignité et de la souveraineté africaine. » Ces mots ont été tirés de la page Facebook officielle d’Idrissa Seck. Une sortie que nous pouvons interpréter comme une réponse à la récente sortie du président de la République qui saluait le courage de ceux qui viennent dans nos pays pour y investir.

La vérité est sans doute entre les deux positions: préférence nationale certes, mais également ouverture au capital étranger…







Seydou Guèye répond aux onze candidats qui ont écrit à Macky Sall

YERIMPOST.COM «Nous avons un régime présidentiel qui donne au président de la République la responsabilité de définir la politique de la nation». C’est par ces mots que le porte-parole du Gouvernement a répondu aux onze candidats à la candidature à la présidentielle de février, qui avaient écrit au chef de l’Etat pour lui demander de surseoir à la signature du contrat d’exploitation du fer de la Falémé, estimant que quatre mois nous séparent de ce scrutin. Dans un entretien accordé à Seneweb, Seydou Gueye a tenté de remettre ces candidats à leur place. Selon lui, l’argument brandi par les opposants de Macky Sall est trop léger. «Le gouvernement du Sénégal, depuis 2012, a renforcé son dispositif de transparence conformément aux textes», a-t-il estimé.








Vidéo- Ousmane Sonko s’adresse à la gendarmerie, à Aly Ngouille Ndiaye, à Macky Sall…









Le PDS au bord de l’implosion: L’histoire a donné raison à Macky Sall

L’histoire a donné encore raison au Président Macky Sall,le PDS est au bord de l’implosion. La dévolution monarchique du pouvoir est toujours en marche. Beaucoup de sénégalais ont donné leurs forces,leur vie pour porter Maître Wade au pouvoir,en Mars 2000.Pour bien gouverner,nous lui avons donné également une majorité confortable à l’assemblée nationale. Les sénégalais,la jeunesse particulièrement a rêvé d’un avenir meilleur avec le vieux ,allant jusqu’à se sacrifier pour le Sénégal,à travers des actions volontaristes comme la reconstruction de la verte Casamance .Il a fait des réalisations pour cette nation.



Mais hélas « kalam demon na bay nekh boum ba dagana ». Ce fils que le vieillard considère comme le meilleur des sénégalais a tout gâché. Voulant remplacer le père vaille que vaille,il le poussa à se séparer de son meilleur premier ministre et directeur de campagne. Ainsi le Président Macky Sall préféra se tourner vers les sénégalais en leur proposant le « yonu yokute »,un programme ambitieux auquel ,nous avons adhéré depuis Mars 2012.
Le Président Macky Sall a vu plus grand à travers,le PUDC,le PRACAS,le PROMOVILLE en gros à travers le PUDC. Les réalisations sont visibles et l’enthousiasme est toujours plus grande après 6 ans au service exclusif du peuple sénégalais.
Mais plus de 10 ans que le vieux tient toujours à son rêve utopique de faire de son fils le locataire du palais de la république. Aujourd’hui des visionnaires comme Souleymane N’déné,Pape Samba Mboup,Farba Senghor,Abdou Fall et autres N’diaye ont eu raison .Malgré toutes les critiques dont ils ont fait l’objet.
Par conséquent,aux frères et soeurs du parti démocratique sénégalais,l’APR est et restera toujours leur famille naturelle. Et il n’est jamais trop pour faire le choix de la raison et du coeur ;le Président SALL et tous les républicains les accueilleront à bras ouverts .
Vive le Président Macky Sall.
Vive l’APR .




Vive la nouvelle dynamique .
En avant vers l’émergence.
Bocar Coulibaly enseignant à N’dioum

Doit-on chercher à nuire à Macky Sall par tous les moyens ?

YERIMPOST.COM Au cours de la journée d’hier, 2 septembre 2018, j’ai vécu dans ma chair des méthodes d’une rare brutalité. Alors que je me trouve à l’étranger, nombre de mes connaissances au Sénégal et dans le monde m’ont appelé au sujet d’un audio partagé à travers Whatsapp et les réseaux sociaux. Sans doute pour le colorer et en augmenter le buzz, cet élément sonore a été présenté comme étant mon oeuvre.




Son contenu est aussi grotesque que dangereux. Celui qui y parle, et qui imite ostensiblement ma voix, « révèle » que toute l’eau utilisée par les Sénégalais, y compris pour boire, se laver et faire leurs ablutions rituelles, est le fruit du recyclage des liquides et solides des fosses sceptiques.

Sabotage ne peut être plus pernicieux dans un pays si massivement musulman ! L’audio, au vu des réactions que j’ai reçues, en a traumatisé plus d’un. Les auteurs de la machination en ont profité pour invectiver le président de la République, orchestrateur de ce « crime » écologique, en des termes discourtois et brutaux.

Je comprends bien que nous sommes dans un contexte pré-électoral propice à toutes les intrigues. Je conçois même qu’on puisse orchestrer des manoeuvres peu orthodoxes pour brouiller l’image d’un adversaire politique.

Nul ne saurait toutefois accepter que l’on use de méthodes si pernicieuses quelle que soit la volonté d’éjecter Macky Sall du fauteuil présidentiel. La manoeuvre d’hier autour de l’eau, une ressource stratégique source de guerres dans de nombreuses parties du monde, est tout simplement une atteinte à la sûreté de l’Etat. Heureusement que la prompte réaction du ministre concerné a calmé les esprits.

Pour autant, doit-on chercher par tous les moyens à nuire à Macky Sall ? La réponse est évidemment non. Les adversaires du président de la République gagneraient à cesser les campagnes de mensonge et de dénigrement. Tout ce qui est faux est grossier et inefficace. « Tout ce qui est excessif est insignifiant », dixit Charles-Maurice de Talleyrand.




Cheikh Yérim Seck

BBY donne raison après coup à Macky Sall

COALITION BENNOO BOKK YAAKAAR

SECRÉTARIAT EXÉCUTIF PERMANENT

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

La rencontre appelée hier par le Ministère de l’intérieur pour la remise  des instruments de collecte pour le parrainage aux coordinateurs nationaux des candidats à la Présidentielle de 2019 a révélé un nombre de plus de 80 postulants. Et aujourd’hui, ce nombre est porté à plus de 100 prétendants.




Voilà qui justifie amplement le filtre démocratique du « parrainage citoyen », et clôt le débat sur la nécessité de l’instauration du système de parrainage, décision lucide du Président Macky Sall dont nous saluons la clairvoyance et le sens aigu des responsabilités de chef d’État.

De même, le SEP de BBY relève pour la magnifier la décision arrêtée par le gouvernement de diminuer la caution de plus de la moitié de la somme imposée sous l’ancien régime. En la faisant passer de 65 Millions à 30 Millions, le Président Macky Sall rompt avec la dynamique de « démocratie censitaire » dans laquelle on avait entraîné le pays.




Malgré tout, une partie de l’opposition, le PDS notamment, encore enfermée dans un autisme politique innommable de fuite en avant devant l’évidence, continue de prôner un sabotage des élections à venir, en appelant à des manifestations de rue et en déclarant ouvertement qu’il n’y aura pas d’élections sans leur candidat, comme si l’ambition de celui-ci était au dessus du destin du Sénégal.

Le SEP de BBY dénonce encore, avec la dernière énergie, cette attitude puérile et irresponsable de l’opposition radicale et appelle ses militants ainsi que les populations à la condamner, à préserver la paix durant tout le processus et à se mobiliser massivement pour porter le parrainage du candidat Macky Sall, afin de préparer les conditions de sa victoire dès le premier tour à la Présidentielle de février 2019.

 

Dakar, le 28 août 2018                                                Le SEP de BBY

 

Ousmane Sonko s’attaque violemment à Macky Sall

YERIMPOST.COM L’interview d’Elhadj Hamidou Kassé dans l’Observateur en début de semaine indiquant que l’opposition préparait l’opinion à sa propre défaite a trouvé réponse. C’est Ousmane Sonko qui, dans les mêmes colonnes, porte la réplique au Monsieur com’ de la présidence. « Au contraire, c’est eux qui sont en train de préparer le vol des élections… Ce que Macky Sall est en train de faire est inédit. Avoir peur d’aller en compétition avec des adversaires de sorte à emprisonner certains, à exiler d’autres et à introduire une loi pour écarter le reste, c’est du jamais vu… Au Fouta, on trouve des villages où le nombre d’inscrits sur les listes électorales est supérieur au nombre d’habitants. Cela veut dire qu’ils vont transporter des gens de partout pour les faire voter… Mais le plus dangereux, c’est cette tendance ethniciste qu’on observe avec le gouvernement de Macky Sall… Ce groupuscule de politiciens autour de Macky Sall, Amadou Bâ, Abdoulaye Daouda Diallo, Farba Ngom etc… qui essayent de manipuler toute une ethnie pour la mettre contre le reste du Sénégal. Nous ne devons pas l’accepter parce que ça a brisé des pays… Macky Sall sait qu’il ne peut pas gagner des élections libres, transparentes et démocratiques. Il n’a pas de bilan qui lui permet d’avoir un second mandat… Personne n’a peur de lui et il sait qu’il ne peut pas gagner… », a indiqué le député Ousmane Sonko qui réitérera pour finir que si Macky Sall pense avoir le meilleur profil, il n’a qu’à organiser des élections libres. « C’est une affaire de Boukatt (poltron) ! Il n’a qu’à organiser et on saura ce que vaut Macky Sall. Les Sénégalais l’ont vomi ! »



Soutien du PS à Macky Sall, une erreur (Par Malick Faye Liko)

Oui, le PS a son candidat en 2019. C’est une erreur de vouloir cloner une histoire révolue pour réussir un présent aux enjeux différents. 15 726 037 consanguins qui s’en glorifient et on veut perpétrer un modèle politique, d’opposition venu de France. SENGHOR orthographiait l’ancienne capitale du sine de cette manière : DYAKHÂW. Nous l’écrivons de cette façon : DIAKHAO. Notre évolution politique est donc logique.




Notre pays a avancé, sa population s’est agrandie et sa mentalité a évolué. Son modèle économique a changé. Et nous avons trouvé du pétrole au bon moment. Nous devons apprendre du passé. De l’histoire de tous ces pays qui dès qu’ils ont découvert des ressources naturelles, ont été plongés dans une guerre civile. Cette guerre a souvent été  fille d’une incapacité d’entente au tour de l’essentiel. Elle était le fruit d’une brèche ouverte aux exploitants étrangers dont l’instabilité du pays concerné arrange et qu’ils n’hésitent pas à favoriser, en armant de diverses manières, des pions politiciens nationaux.

Le Parti Socialiste, avec SG Ousmane Tanor DIENG a opté depuis 2012 pour la stabilité du Sénégal, au détriment de nos intérêts personnels. Nous n’avons pas renoncé à conquérir le pouvoir, nous l’avons décalé pour nous assurer de l’essentiel : la paix. C’est le principal enjeu du moment et de 2019. Ainsi, nous ne sommes  pas obligés d’investir exclusivement un candidat encarté socialiste. Nous pouvions faire un autre choix, nous l’avons fait. A ceux qui nous critiquent pour notre récente orientation, je réponds que c’est une erreur de vouloir cloner une histoire révolue pour réussir un présent aux enjeux différents.

Le Sénégal de SENGHOR, de DIOUF et de WADE, ne sont pas les même que celui de Macky SALL et d’Ousmane Tanor DIENG. Nous ne sommes pas obligés de rester dans un cloisonnement gauche-droite, qui, est réalité n’est que théorique.

Ceux qui veulent maintenir la bipolarisation de notre scène politique ignorent son origine. En effet,  pour exister et se faire un réseau à l’international, le fondateur du PDS avait besoin de se trouver un groupe d’appartenance, une idéologie qui se démarquait du poète président. C’est ainsi qu’il a opté pour le libéralisme qui, quoiqu’il arrive, ne pourra jamais être appliqué au Sénégal. Quand le président Abdoulaye WADE importait ce courant au Sénégal, il n’y croyait pas. Il était profondément socialiste.

Le socialisme, si on se fie à son contenu, on constate que c’est notre héritage d’avant colonisation, une pure tradition africaine. Nous ne l’avons pas pris ailleurs, il est ancré en nous. Il a toujours caractérisé la majorité des sociétés africaines. Macky SALL est socialiste et sa politique sociale le démontre. L’histoire d’une gauche-droite immanente n’est pas sénégalaise. Nous ne devons pas continuer à s’opposer comme elle se fait en France. Nous sommes 15 726 037 consanguins et très fiers de l’être. Nous ne pouvons donc pas continuer avec un modèle politique qui incompatibles avec nos coutumes. S’opposer de manière systématique et inutile n’est pas notre devoir.

Nous ne devons pas faire comme Wade qui, bien qu’étant comptable, quittait à chaque fois le gouvernement pour être candidat et fustiger le bilan. Ce qui était une tromperie, une ingratitude. Nous ne devons pas répéter l’histoire, nous avons l’obligation de la réécrire. La réinventer, c’est commencer par améliorer ce que notre père fondateur faisait. C’est aussi, se débarrasser de ce qu’il y avait de moins bon dans sa politique. C’est évoluer dans nos comportements, nos positions. C’est commencer par dépasser les clivages inutiles qui ne sont que des couches de divisions supplémentaires venues d’ailleurs.

Dans ses livres, SENGHOR orthographiait l’ancienne capitale du SINE de cette manière : DYAKHÂW. Nous l’écrivons de cette façon : DIAKHAO. Par conséquent ceux qui nous demandent d’agir politiquement de la même manière que lui sont des réactionnaires absolus qui souffrent d’une faiblesse d’esprit lamentable.




Aller avec BBY aux présidentiels est la meilleure option. Nous ne sommes pas avec Macky SALL par intérêt personnel. Nous sommes avec lui pour changer le pays. Nous cheminons ensemble pour léguer à nos enfants un Sénégal émergent.

Malheureusement, aucun changement n’est facile et les meilleurs sont toujours parsemés d’embuches. A l’image des grandes révolutions, notre soutien aux président Macky SALL en 2019 continuera de nous créer des adversaires parmi ceux qui ignorent sa portée légendaire, son bon sens et son utilité historique. Ainsi en appliquant la décision de la base qui est de rester avec BBY, le président Ousmane Tanor DIENG entamé les premières pages du livre que le Sénégal attendait. A nous d’écrire les chapitres.

Malick FAYE (Liko)

Membre de la direction collégiale Parti Socialiste France

Responsable communication Benno Book Yaakaar France

Non-participation à la présidentielle et soutien à Macky Sall: le PS s’explique

YERIMPOST.COM Ci-dessous son communiqué…

Le Bureau politique du Parti socialiste, élargi aux secrétaires généraux de coordinations, aux élus nationaux et aux maires, en sa séance du samedi 28 juillet 2018, a validé, à l’unanimité, la position du Secrétariat exécutif national de porter la candidature du président Macky Sall à la prochaine élection présidentielle du 24 février 2019.




Cette décision, à la fois historique et symbolique, reste logique et démocratique parce que tirée d’abord de la légitimité conférée au Secrétaire général du Parti, le camarade Ousmane Tanor DIENG, élu directement par les instances de base et adossée ensuite au mandat donné à la direction du Parti de poursuivre le partenariat avec la coalition Bennoo Bokk Yakaar, à l’issue des larges consultations des coordinations organisées en direction des élections législatives de juillet 2017.

Fidèle à sa posture jamais mise en défaut d’attachement à la stabilité et aux intérêts majeurs de notre pays et de loyauté sans faille à ses partenaires, le Parti socialiste, membre fondateur de la coalition Bennoo Bokk Yakaar, après avoir appelé à voter et fait campagne pour le candidat Macky SALL au deuxième tour de l’élection présidentielle de mars 2012, a, depuis cette date et sans discontinuité, pris part à la gestion du pays au sein des institutions nationales comme dans les conseils territoriaux et a participé à tous les combats politiques et électoraux de cette coalition.

Ces six ans de partenariat au service des Sénégalaises et des Sénégalais, sous la conduite du Président Macky SALL, ont produit des résultats positifs tangibles dans tous les secteurs de la vie nationale et sur l’image internationale de notre pays. Aussi, le Président Macky SALL, contre vents et marées, a-t-il préservé la coalition, démontrant ainsi qu’il est un homme de parole et d’ouverture.
Le Parti socialiste, fidèle à son sens des responsabilités, à la cohérence et à la constance de ses positions, sera au premier plan pour défendre ce bilan, dont il est fier et comptable, et porter un programme d’émergence pour notre pays.
Notre ambition pour un Sénégal sûr, stable et émergent transcende les postures et intérêts électoralistes de circonstance ; cette ambition est exclusivement au service du Sénégal et du Parti socialiste.

C’est pourquoi, le Parti socialiste engage tous ses militants, sympathisants et électeurs à se mettre d’ores et déjà en ordre de bataille électorale pour assurer une victoire éclatante du Président Macky SALL au premier tour de l’élection présidentielle de février 2019 ; cela passe, dans l’immédiat, par une animation des structures de base du Parti et une mobilisation à l’occasion de la collecte des parrainages.

Le Parti socialiste appelle tous nos compatriotes à se mobiliser pour soutenir la candidature du Président Macky SALL, candidat unique et commun de Bennoo Bokk Yakaar, afin de garantir la poursuite de la marche résolue de notre pays vers l’émergence.




Fait à Dakar, le 28 juillet 2018

Le Bureau politique

Audio- Serigne Modou Kara menace de retirer son soutien à Macky Sall





La Présidence dément un tweet attribué à Macky Sall indiquant que les chansons des artistes aux Lions leur portent la poisse

Une publication diffusée dans certains réseaux et imitant l’identité visuelle du compte Twitter de S.E.M. Macky Sall lui prête les propos suivants : « Il est temps de mettre des sanctions aux artistes qui ont composé des sons à nos lions. Vous portez trop la poisse comme @lafouine78… En tout cas qu’aucun d’entre vous ne fassent une chanson pour moi pendant les élections. Vous êtes avertis ».
Le Pôle Communication tient à préciser à l’attention de l’opinion qu’il s’agit d’une fake news et qu’un tel contenu n’a jamais été publié dans aucun des comptes de la Présidence.
Nous profitons de l’occasion pour inviter les citoyens à suivre massivement les comptes officiels de la Présidence pour s’assurer de disposer, à tout moment, de la bonne information relative aux activités présidentielles.

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : www.presidence.sn Facebook , Twitter : @PR_ senegal

PRESIDENT MACKY SALL https://www.facebook.com/prmackysall/ Twitter : macky_sall

Le Chef de l’Etat, S.E.M. Macky Sall, félicite les Sénégalais pour leur détermination et leur enthousiasme à accompagner leur équipe nationale.



Amadou Bâ offre la synthèse de philo à la jeunesse parcelloise et un coup politique à Macky Sall

YERIMPOST.COM Ce matin du 17 juin, le Monument de la Renaissance africaine a refusé du monde. Tous les élèves des lycées des Parcelles assainies en particulier, et de Dakar en général, ont pris part à la Synthèse de philosophie du Pr Songué Diouf qui leur a été, cette année, gracieusement offerte par Amadou Bâ, responsable de l’APR et ministre des Finances. Contrairement aux autres années, où il fallait payer pour y assister à Sorano, le cours du Pr Diouf a cette fois-ci bénéficié au plus grand nombre.

Amadou Bâ a fait un gros cadeau à la jeunesse de son fief politique, les Parcelles Assainies, mais aussi réalisé un gros politique au profit de Macky Sall, son candidat à la présidentielle de février 2019. Furtivement de passage à la cérémonie, le responsable apériste n’a pas manqué de mettre en exergue l’action du président de la République en faveur de l’éducation…

Lettre ouverte des étudiants de Saint-Louis à Macky Sall: les préalables à une reprise des cours

YERIMPOST.COM Les étudiants de Saint-Louis ont choisi le genre épistolaire pour s’adresser au président de la République. La Coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL) a adressé une lettre ouverte au président Macky Sall.

Comme préalable à une reprise des cours, les étudiants exigent l’ouverture d’une information judiciaire sur le meurtre de leur camarade Fallou Sène.

Dans cette perspective, ils demandent au ministre des Forces armées de remettre au procureur de la République l’ordre de poursuite requis contre le gendarme auteur présumé du meurtre de l’étudiant, pour le déclenchement de la procédure judiciaire en question.




A Macky Sall, qui veut saisir sa maison du Point E, Abdoulaye Wade répond par une plainte

Abdoulaye Wade Ancien Président de la République du Sénégal Rue A x 7 Point E Dakar Sénégal
13 Avenue de La Maye 78000 Versailles

COMMUNIQUE

Depuis l’étranger j’ai été informé de ce que dans la matinée du vendredi 25 mai 2018 aux environs de 07 heures 45 une personne se présentant au nom de Me Kamaté, huissier de justice, a réclamé les clefs de ma maison du « Point E », puis est parti dans un taxi sans laisser aucun document.




Macky Sall a donc ordonné la saisie de ma maison ainsi que le modeste immeuble que j’ai construit pour des personnes qui ont été à mon service pendant plus de 40 ans et ont élevé mes enfants. Sans cet immeuble et les appartements que je leur ai offerts, si un jour je pars répondre à Allah Le Tout Puissant, ils seront certainement sans abri et dans la misère.

Il veut aussi priver Karim d’un lieu où se loger et l’empêcher ainsi de mener à bien ses activités politiques.

Au lendemain de sa victoire, tentant de s’expliquer sur sa déclaration d’un patrimoine de 7 milliards, il avait répondu : « c’est le président Wade qui me les a donnés ». J’ai déjà répondu que c’était faux et qu’il lui fallait trouver ailleurs une autre justification plausible.

Au demeurant, il est étonnant que celui qui déclare que j’ai été son bienfaiteur en lui offrant sept (07) milliards de francs CFA ordonne la saisie de ma maison pour 550 millions, alors qu’un homme doué de raison et assis sur le socle de nos valeurs se serait empressé de payer les dettes de son bienfaiteur, qui ne représentent après tout que 7% de la supposée libéralité.​
​​​​
Avocat ayant l’un des plus grands cabinets de Dakar, c’est par de dures et longues journées de travail à travers tout le Sénégal, que j’ai acquis un respectable patrimoine dont la maison du Point E que Macky Sall veut m’enlever, m’obligeant à me faire héberger par des amis depuis que qu’il a lancé l’affaire de Karim. Je ne dis pas qu’il ne réussira pas mais il faudra qu’auparavant il marche sur mon cadavre.




Lorsque cependant Macky Sall, qui n’avait aucun patrimoine immobilier connu en 2000, fait de moi un complice et un co-auteur de son surprenant et injustifiable enrichissement, je suis en droit de considérer que ses propos sont pour le moins injurieux, voire diffamatoires.

C’est pourquoi j’ai commis des avocats pour lui faire un procès pour injures et diffamation à Dakar et aux États-Unis à Houston où il possède au moins une maison.

Aux avocats sénégalais, français et américains que j’ai commis j’ai demandé de réclamer le franc symbolique à titre de dommages et intérêts et, afin que nul n’en ignore, la publication de la décision à intervenir en première page de certains organes de presse au Sénégal et à l’étranger.

Paris le 26 Mai 2018

Abdoulaye Wade
Ancien Président de la République

Causes du retard des bourses des étudiants: Birima donne des pistes à Macky Sall

YERIMPOST.COM Si Macky Sall écoute Birima Ndiaye, il n’ira pas loin pour situer les responsabilités concernant le retard des bourses des étudiants. Selon le chroniqueur de Jakaarlo, un gros «deal» alourdit le processus de paiement des bourses des étudiants. À en croire Birima, ce «deal» se situe entre le ministère des Finances et la Direction des bourses. Ente ces deux entités, il existe de grandes magouilles qui retardent le versement de l’argent des étudiants, a-t-il révélé. « J’appelle le président Macky Sall à mener son enquête entre la direction des bourses et le ministère des Finances. Une fois qu’il aura trouvé les coupables, qu’il les licencie tous », conseille-t-il au chef de l’Etat.
Birima intervenait dans l’émission Jakaarlo sur la mort de l’étudiant Mouhamed Fallou Sène.



Idrissa Seck impute la responsabilité du décès de Fallou Sène à Macky Sall

YERIMPOST.COM Le président Macky Sall a atteint sa dernière limite avec le décès de Mouhamadou Fallou Sène. C’est l’avis d’Idrissa Seck qui, au cours de sa conférence de presse, n’a pas manqué de taxer le chef de l’Etat « d’assassin de nos enfants ». Mais, pour le patron de Rewmi, c’est la dernière fois que pareille situation sera tolérée.



Contribution: Réponse à Monsieur l’ancien Premier ministre

Monsieur l’ancien Premier Ministre,

Nous avons lu, avec un intérêt particulier, la Lettre que vous avez adressée à Son Excellence Monsieur le Président de la République. Certes, dans notre pays, toutes les citoyennes et tous les citoyens ont le loisir et le droit d’interpeller le Chef de l’Etat, conformément aux exigences et Principes de l’Etat de Droit et de la République. Mais, quand il s’agit de vous, en plus des vérités énoncées en supra et au regard de votre statut politique de Chef de Parti, ces vérités ne vont plus de soi. Elles deviennent problématiques.

D’abord, Monsieur l’ancien Premier Ministre,  et les premiers mots de votre Lettre sont suffisamment expressifs pour en témoigner, quelle est la logique posturale qui vous guide ou, en termes plus simples, de quelle légitimité vous prévalez – vous pour écrire cette Lettre ? En écrivant que « JE vous invite, respectueusement, à publier sans DELAI l’accord… », vous n’êtes plus dans l’invite, mais bien dans l’injonction, l’ordre impératif et  l’exigence absolue ! Vous n’êtes pas le Citoyen qui réclame, ni même le Chef de Parti qui souhaite. Vous ne parlez point au nom de l’Opposition, encore moins des populations. Vous parlez en votre nom propre, dans une prétention indue que rien ne fonde sinon un égocentrisme empierré dans une idéalité politique qui vous noie dans l’illusion d’être un Archange éloigné et supérieur aux pauvres humains que nous sommes.

Toutefois, c’est dans votre approche qui empeste la jactance triviale, des questions posées, que vous révélez les limites de votre démarche. Vous dites que « Une fois l’accord publié, les SPECIALISTES en la matière pourront DIRE EN CONNAISSANCE DE CAUSE, SI VOUS TRAVAILLEZ DANS L’INTERET DES SENEGALAIS ». Extraordinaire !! Vous reconnaissez que vous n’êtes pas « Spécialiste en la matière », et que de facto, vous ne devriez pas en parler.

Dans le même temps, vous continuez à en parler, avec des propos surprenants sur le contexte et la valeur de l’Accord dont les circonstances et le contenu vous échappent totalement. L’usage du « souvent » (qui signifie « pas toujours »), enlève toute crédibilité au commentaire emprunté, aérien et s’engouffrant dans des pistes sinueuses. Et puis, Monsieur l’ancien Premier Ministre, depuis quand les « Spécialistes » doivent – ils « dire »,  juger ou évaluer un Président de la République, démocratiquement élu par un peuple souverain ? Ne transférez – vous pas, votre posture censoriale sur des «Spécialistes » qui sont, par ailleurs, tout, saufs unis dans la perception et les conclusions ? Ou parce que le peuple vous a désavoué durant les Elections tenues au Sénégal depuis 2012 (dont la dernière vous expulse du Département de Thiès) que vous comptez le « contourner » par une stratégie d’évitement?

Poursuivant vos philippiques, vous agitez la rengaine, l’alpha et l’oméga de toute l’Opposition unie autour d’un seul « élément de langage » que constitue la « Pétropolitique», c’est – à – dire les arguties et autres affabulations concoctées autour du Pétrole et du Gaz à produire ! Dans vos propos, tout y est . Vous dites que le Président a « refusé d’annuler le Permis octroyé à PETROTIM » sans pour autant  préciser que ce permis avait été octroyé par Wade et en ignorant, royalement, les explications nettes et sans équivoques fournies par le Premier Ministre lors de sa Conférence de Presse portant sur la position de l’Etat du Sénégal sur cette question !! Vous soutenez, sans sourciller que le contrat est « entaché d’irrégularités ETABLIES ».  Par qui et en quoi, y – a t – il eu « irrégularités établies » ?

Subitement, vous versez dans le discours divinatoire en posant la problématique du « Risque International » qu’absolument rien, dans l’origine et la gestion du dossier ne devrait convoquer. Miroir de vos illusions perdues, l’usage de l’anaphore, rappelle votre personnalité intrinsèque : « JE vous renouvelle mon invitation à vous pencher sur les intérêts supérieurs de notre peuple » !!! Ah bon ? Vous, le pensionnaire de St James vous autorisez pareille attaque? Comment vous,  l’un des grands artisans du tristement célèbre « Protocole de REBEUSS » signé sur le dos du peuple sénégalais, sur le mode mafieux de partage de butin, de rapine et de vol des deniers publics, pouvez – vous  vous  fendre d’une telle Déclaration ?   

Pourtant, dans vos délires hallucinés, vous ne vous êtes pas aperçu de la confusion qui suinte de vos propos. Vous parlez du « peuple » dont le Président de la République « ne semble PLUS percevoir la détresse… ». Vous n’avez pas dit « PAS » mais « PLUS » .Devrions – nous comprendre par là que selon vous, le Président « Percevait » tout ce qui touche au peuple ? Empruntant les sables mouvants de la « politique politicienne », vous exhumez le vieux discours portant sur les « Proches » du Président ! Il nous est facile de comprendre cette attaque tant il est vrai que de « Proches », vous n’en avez plus !

Abandonné par tous vos compagnons historiques, vous êtes devenu un Gourou d’un Groupe Sectaire qui, pour suivre, actionne deux leviers : la « stratégie du charognard » par l’utilisation de la force électorale d’un vieil adversaire en grand danger politique (M. Khalifa SALL) et une présence médiatique permanente en Tout et sur Tout !!

Monsieur l’ancien Premier Ministre, Vous informez d’une réflexion qu’aurait faite un Compatriote sur le « PEU » que ferait le Président de la République, non sans préciser que cela serait lié au fait « qu’il a fermé son accès à la vérité». Autrement dit, le Président « FAIT », mais « PEU ». Mais, si ce point de vue crypto – personnel était avéré, comment expliquer alors, que le Peuple Sénégalais a accordé et accorde toujours sa confiance au Président de la République et à son Camp ?

Mais, Monsieur l’ancien Premier Ministre, ce qui est outrageant, outrancier et immoral, demeure votre référence à la « VERITE » ! Ne savez – vous pas que, pour l’écrasante majorité du peuple sénégalais, à chaque fois que vous ouvrez la bouche, la Vérité déserte les lieux ? Toute votre trajectoire politique n’est – elle pas suffisamment éloquente pour valider cette affirmation ? Nul besoin alors, de « Verbatim » pour illustrer le chapelet de faits et de déclarations par lesquels vous témoignez de votre statut d’ennemi de la vérité !!!

Enfin, Monsieur l’ancien Premier Ministre, Vous dites avoir effectué une randonnée pédestre dans le Vélingara, un grand fief du Président de la République, pour y dénicher des propos populaires configurant le « bon Chef ». Mais, dans le KAJOOR des profondeurs, la pensée populaire, souligne une très grande vérité : « Kou teulé  day yaakaar né kenn manoul » Notre expérience avec vous nous renseigne que vous avez dépassé le stade du « Tchouné ». Vous êtes simplement « IDY TEULE » !!! «

 Juvénilement » Vôtre, Monsieur l’ancien Premier Ministre !!!!!

Pour le COMITE DE RIPOSTE DES JEUNESSES REPUBLICAINES UNIES

MEISSA MAHECOR DIOUF          

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR