Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Abdoul Mbaye

Affaire Petrotim: Abdoul Mbaye se glisse sur la liste des « témoins »

YERIMPOST.COM Ses déboires avec son ex-épouse ne le détournent pas de son combat. Serigne Bassirou Guèye lançait un « appel à témoins » à ceux qui détiennent des informations susceptibles de faire bouger les lignes de cette enquête sur le scandale à 10 milliards de dollars. Il faut dire que l’ancien Premier ministre de Macky Sall aime le formel. Abdoul Mbaye détient des preuves et ne demande qu’à être entendu par les limiers chargés d’enquêter. Il a de la matière pour éclairer la lanterne des Sénégalais. Dans cette correspondance ci-dessous à l’attention du directeur de la Division des investigation criminelles (DIC), il réitère sa disponibilité à se faire auditionner et attend qu’un rendez-vous lui soit fixé.

Saisine du procureur de la République: Abdoul Mbaye prêt a déférer à la convocation

YERIMPOST.COM Interpellé sur la saisine du procureur dans le dossier du pétrole et du gaz sénégalais, Abdoul Mbaye s’est dit prêt à déférer à la convocation du parquet. Il se déclare disposé à apporter toutes les réponses nécessaires aux questions du procureur de la République, pour édifier les Sénégalais sur la nébuleuse autour de la signature du contrat pétrolier entre l’Etat du Sénégal et Aliou Sall à travers Petro Tim. Abdoul Mbaye était en conférence de presse avec d’autres leaders pour apporter leur version des faits, suite à l’enquête réalisée par la BBC.

Enquête BBC contre Aliou Sall: Le réquisitoire de Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo, Thierno Alassane Sall…

YERIMPOST.COM Thierno Alassane Sall, Mamadou Lamine Diallo et Abdoul Mbaye ont fait face à la presse pour apporter plus d’éclairages sur le dossier Petro Tim. A travers une déclaration liminaire lue par Thierno Alsane Sall, les responsables du nouveau cadre dénommé Congrès pour la renaissance démocratique (CRD) ont fait un réquisitoire sévère contre le frère du président.

Dans son exposé, le CRD a démontré, depuis la signature des contrats pétroliers, comment la responsabilité de Aliou Sall est largement engagée dans ce dossier. Au-delà de Aliou Sall, le CRD engage la responsabilité de président Macky Sall et de Mahammed Boun Abdallah Dionne. Ainsi, Thierno Alsane Sall et compagnie demandent l’ouverture d’une enquête pour haute trahison.

 

 

 

Abdoul Mbaye alerte sur la suppression des décrets Petrotim sur le site du Journal officiel

YERIMPOST.COM Les décrets ayant trait à l’affaire Petro-Tim et Frank Timis qui suscite, depuis la diffusion d’un reportage de la BBC, une vive polémique, ont été subitement supprimés du Journal officiel en ligne. Abdoul Mbaye alerte.

Pour qui se prend Abdoul Mbaye? (Harouna Hanne) 

Oser poster que sa sécurité serait en danger et avec lui , d’autres qui semblent s’accorder  pour être aux ordres d’ intérêts ,  menacés par le cours nouveau qu’emprunte le pays , c’est vraiment se coller une importance démesurée, que rien ne justifie du reste.

Pense-t-il avoir secoué le pays avec les contre-vérités servies sur la gouvernance de nos ressources pétrolières et gazières. Réchauffées du reste car servies depuis déjà un moment.

Pense t’il avoir reconfigure le paysage politique national et les rapports de force internes.

Pense t’il à avoir inversé les tendances lourdes de la situation politique et change les priorités des populations.

QUE NENNI!

C’est vraiment manquer de grille de lecture et certainement de maturité que de penser que  la délation peut servir de moyens de construction d’un leadership politique.

L’impact de leurs initiatives se mesure à leur représentativité dans le pays.

NUL!

Sachons raison garder. Ne confondons pas rêves et réalités.

Ils peuvent se pavoinner, à leurs aises , ils risquent vraiment rien, vraiment rien.

Et qu’ils arrêtent de faire leur promotion par le « kazbou ».

Harouna  Hanne 

Abdou Mbaye, de banquier à spécialiste du pétrole (Birame Sow)

Notre illustre banquier est devenu un spécialiste des questions pétrolières depuis son limogeage au poste de Premier Ministre de la République du Sénégal, qu’il ne digère toujours pas. Monsieur Abdoul Mbaye ne passe pas une journée sans sortir un communiqué sur les activités pétrolières et gazières au Sénégal. Et encore mieux le contrat Petro Tim/Etat du Sénégal est son champ de prédilection alors que tout le monde sait que ce n’est pas le seul contrat signé par le gouvernement sur la recherche et l’exploration pétrolière et gazière. Le pourquoi d’un tel choix qui n’est pas fortuit est connu de tous. Pas besoin d’y revenir ! Le débat est ailleurs.

Je voudrais faire quelques remarques sur ces sorties médiatiques du sieur Abdoul MBAYE:

Monsieur Mbaye, à l’occasion de chacune de ses sorties, dénonce le décret portant approbation du contrat Pétro-Tim dont il est contresignataire. Il déclare partout urbi orbi, pour se laver à grande eau, qu’il a été trompé en indiquant que le rapport de présentation est « un faux ».

Permettez-moi, avant de poursuivre, de juste demander à Monsieur Mbaye, pourquoi, il fait fi du processus qui a abouti à la signature et l’approbation du contrat par l’ancien Président Abdoulaye WADE ? Pourquoi n’exige-t-il pas, du gouvernement d’alors du Président WADE, des éclairages sur la question ? Certainement, sans doute de me tromper comme il aime si bien le dire,  Monsieur Mbaye évite de vexer un nouveau partenaire de l’opposition. S’il arrivait au PDS de rejoindre la mouvance présidentielle, notre opposant va faire un angle de 180° dans son discours et il va commencer à les interroger sur la question. Quelle hypocrisie politique ? Où est l’éthique que nous a tant enseignée son défunt Papa ? Il devrait être le premier à s’enfermer dans une chambre et à réécouter religieusement cette leçon du Grand juge.

En poursuivant je en demanderai tout bonnement à l’ex Premier Monsieur Abdoul MBAYE, comment, il a pu être trompé alors que le décret avant sa signature par le Président, il est d’abord validé par les services techniques et juridiques de la Primature dont il était chef. Dans ce cas s’il n’avait pas donné un avis favorable, la procédure n’allait pas continuer.

Moralité, cher Premier Ministre : « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ».

Si chacun pouvait se permettre de dire avec la plus grande légèreté qu’on m’a trompé, le Ministre de l’Energie d’alors, peut se permettre de dire fièrement que le rapport de présentation a été validé par les services compétent du Ministère qui l’ont rédigé et validé également avec les services de la Primature. Il faut le rappeler parce que besoins il en est, avant la signature des rapports de présentation par le Ministre compétent, ils sont d’abord validés par le Comité technique de la Primature.

Voilà le pourquoi, Monsieur Abdoul MBAYE n’a pas le droit de dire qu’il a été trompé. Trompé qu’il soit, par qui ? Et pourquoi ? Si par extraordinaire c’était le cas, en voici quelqu’un qui n’a le droit de solliciter le suffrage des Sénégalais pour prétendre à diriger leur destinée encore moins prétendre à occuper un quelconque poste de responsabilité, de peur qu’il continue à se tromper et se faire toujours tromper.

Abdoul MBAYE a contresigné, en tant Premier Ministre, le décret qu’il attaque vigoureusement aujourd’hui, en toute connaissance de cause car étant le patron de l’Administration d’alors.

C’est lui-même qui dans un autre registre dégage en touche toute responsabilité.

Je suis sûr, sans doute de me tromper, qu’il maitrise bien la notion de contreseing et ses effets mais je voudrais gentiment lui faire un bref rappel. En effet, le contreseing est, selon Pape Assane TOURE dans son ouvrage « LA LEGISTIQUE » la signature apposée par une autorité habilitée sur un acte émanant du Président de la République, du Premier Ministre ou d’un Ministre ayant pour objet d’une part, d’attester l’authenticité de la signature portée en premier sur l’acte par le titulaire de la compétence et d’autre part, d’associer le contresignataire à son élaboration.

A la lecture de cette définition, il faut noter que le contreseing garanti que le contresignataire a été associé du début à la fin et devra en assumer la responsabilité dans la mesure où par l’apposition de sa signature sur l’acte contre signé, le contresignataire marque sa collaboration à l’acte.

C’est pourquoi, M. MBAYE devrait assumer sa responsabilité quel que soit sa position car il a été choisi parmi les 15 millions de Sénégalais pour diriger notre Administration. On peut en déduire, de la même qu’il affirme être trompé ou s’être trompé, le Président Macky SALL peut également dire qu’il s’est trompé ayant  porté son choix sur Abdoul MBAYE pour assumer la charge de Premier Ministre.

Notre profonde conviction est que Monsieur Abdoul MBAYE devrait prendre le temps qu’il faut pour aller apprendre la culture de l’Etat. Une fois cette leçon sue, qu’il apprenne dans un autre registre à assumer ses prises de décisions quels que soient le moment et la situation politique.

Birame SOW, Juriste

CCR/APR

Abdoul Mbaye somme le président Macky Sall: « Qu’attendez-vous donc pour gouverner ce pays? »

YERIMPOST.COM  C’est à travers sa page Facebook, que l’ancien Premier ministre a exprimé son amertume face aux multiples agressions notées ces derniers jours sur l’étendue du territoire. Dans cette missive que nous reproduisons in extenso,  Abdoul Mbaye interpelle directement le président de la République.

« A peine sorti d’une élection présidentielle préparée par le Président sortant pendant de nombreuses années, le débat politique a été relancé, éternellement remis à l’ordre du jour, par une révision de la Constitution, l’initiative d’un dialogue politique, un prochain calendrier électoral sans doute à modifier et d’éternelles discussions à entretenir. Mais qu’attendez- vous donc pour gouverner ce pays? Qu’attendez-vous pour protéger et sauver les vies de Sénégalaises et des Sénégalais. Prenez en charge notre sécurité sur les routes, mais aussi dans nos maisons et dans les rues. Celle de nos filles et de nos sœurs. Là se trouve la priorité des priorités, à savoir la vie de ceux qui vous auraient élu et dont vous devez vous préoccuper. Ne voyez donc vous pas qu’il vous faut changer votre gouvernance de la sécurité? Investissez moins dans le matériel anti émeute, dans l’écoute et la surveillance des opposants politiques. Traquez donc les criminels et montrez vos compétences en matière de maintien de l’ordre en commençant par celui qui protège les vies de nos concitoyens.
Le Ministre de l’intérieur nous avait promis que sa priorité serait la réélection de son chef de parti. Il a tenu promesse. Il est temps que le Président, maintenant responsable de tout, obtienne de lui qu’il se consacre désormais à notre sécurité. »

Cette fois ce n’est pas une fable, c’est une tragi-comédie titrée «fast track» (Par Abdoul Mbaye)

Dans le futur émirat de Ndoumbélane les éléments constitutifs d’une étude de cas à enseigner dans les écoles de commerce ou celles d’art dramatique (vous en jugerez) se mettent en place. Ils concernent une première mondiale en matière de management public.
Acte I : Après cinq années de non remise en cause, on y a découvert tout d’un coup une grosse inefficacité et une lourde incompétence du Premier ministre ou Premier vizir « Iznogood ».
Acte II : On décide de maintenir « Iznogood » dans ses fonctions et cumulativement avec celles déjà définies qui remplaceront celles de Premier vizir ( ???).
Acte III : On supprime le poste de Premier vizir avec l’objectif très sérieux de créer du « fast track », à comprendre comme un raccourcissement de circuits créant de l’efficacité managériale. Ainsi on n’entendra plus le Premier vizir répondre à l’Emir : « Altesse, tel dossier se trouve toujours entre les mains de tel Ministre ».
Cette pièce devra cependant être censurée par l’actuelle Assemblée nationale dont les « honorables » y siégeant ont cependant pris l’habitude de changer la Constitution de Ndoumbélane au rythme de une fois tous les 2 ans.
Comme vous l’aurez bien compris, après constat de l’incompétence du tenant d’un poste, le « fast track » est un principe qui en République de Ndoumbélane consiste à supprimer ledit poste plutôt que de remplacer le « low track specialist » par un meilleur choix.
Les « honorables » devront toutefois se montrer prudents au moment de voter. Le vote des lois ralentit aussi le « track » et l’ordonnance permet de créer du « fast track ».
Alors après le Premier ministre, le tour d’une Assemblée nationale à supprimer ?
Sacrée République de Ndoumbélane : après le système de parrainage citoyen unique au monde, voici le « management fast track » tout aussi seul sur notre chère planète.

Abdoul Mbaye invoque Dieu, Moïse, Pharaon… pour répondre à BBY

Vingt mandats ne procurent guère que cent ans de pouvoir au Sénégal. Celui de Pharaon dura des milliers d’années. Il a suffi d’un ordre de Dieu (SWT) aux eaux ; Pharaon périt et Moussa fut sauvé, avec lui ceux qui croyaient.
« Koun fa yakoun ». Tout ce qui est, est œuvre du Tout Puissant (SWT), en satisfactions comme en douleurs pour l’humanité. Lui seul sait pourquoi, quand et comment.
Gardons-nous donc de prendre à notre compte les futurs qui se réalisent lorsque leurs issues pourraient nous surprendre. Car Dieu (SWT) est incertitude.
Par contre soignons nos relations avec nos contemporains. Laissons au moins leur honneur à ceux qui perdent, en particulier lorsque le combat a été inégal par l’usage de la force, par le non respect des règles, l’absence d’éthique et la corruption massive.
La paix n’est pas à mettre au crédit de ceux qui ont créé les conditions d’une explosion qu’ils auraient préférée à une non réélection. Elle est largement due à ceux qui ont préféré subir une « violence électorale » dans la durée plutôt que la remettre en cause. Fort heureusement de nombreux Sénégalais le reconnaissent ; certaines grandes figures ont magnifié cette attitude comme la plus illustre des victoires.
Évitons aussi de chanter trop tôt victoire, surtout lorsque sans gloire. Souvenons nous également que celle politique ne vient pas avec l’élection. Elle s’apprécie à la fin de mandat par son exécution conforme et l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.
Prions plutôt pour le mieux être des Sénégalais à bâtir sur les cinq prochaines années.
Amen.

Abdoul Mbaye
Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
Dakar le 18 mars 2019

Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo votent Idrissa Seck

Comme l’a annoncé Yerimpost, Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo rejoignent Sidy 2019

Requête: Abdoul Mbaye interpelle le Conseil constitutionnel

YERIMPOST.COM Abdoul Mbaye n’est pas prêt d’abandonner le combat. Ce mardi 15 janvier, le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT) a déposé une requête au greffe du Conseil constitutionnel pour contestation. « Pour le triomphe du droit et de la vérité », le candidat recalé à la présidentielle du 24 février attaque la publication de la liste provisoire des candidats retenus pour l’élection. Abdoul Mbaye dit avoir posé cet acte afin que les écrits permettent à l’histoire d’apprécier et de juger les responsabilités de toute les parties concernées dans les développements futurs…







Abdoul Mbaye remporte la palme du meilleur danseur parmi les candidats

Investiture de Macky Sall: Abdoul Mbaye crie à l’ingérence

YERIMPOST.COM La présence de Georges Weah, d’Alassane Ouattara, d’Adama Barrow et de Mohamed Ould Abdelaziz au congrès d’investiture du candidat Macky Sall est perçue comme une ingérence de ces chefs d’Etat étrangers dans les affaires intérieures d’un pays souverain. C’est la lecture que fait l’ancien Premier ministre, également candidat à la candidature à la présidentielle, Abdoul Mbaye. Selon lui, le président Macky Sall n’a pas fini de nous surprendre sur la méconnaissance des responsabilités qui lui incombent.







Cheikh Traoré de Sénégal mooma moom reçu par Abdoul Mbaye

YERIMPOST.COM Présidentielle oblige. Le président du parti Alliance pour la citoyenneté et le travail, Abdoul MBAYE, a reçu, ce mardi 06 novembre, Cheikh Traoré, président du mouvement Sénégal mooma moom.

Cette visite de l’ex-responsable du parti LDR/Yessal entre dans le cadre d’une série de rencontres ordonnée par le comité d’orientation stratégique du mouvement politique Sénégal mooma moom en vue «d’analyser le candidat qui a le programme qui répond le plus à nos attentes».

Une réunion est prévue avec le comité d’orientation stratégique pour la suite à donner à cette rencontre.







Babacar Gaye, Abdoul Mbaye, Bamba Fall, Barthélémy Dias ou le ballet du désespoir à Paris

Quelques engagés néophytes, une poignée de jeunes déboussolés qui se cherchent et surtout quelques politiciens noyés par le bilan extraordinaire de Macky SALL dans la diaspora. Telle a été la composition de la manifestation organisée vendredi par ce qu’ils appellent la plateforme de Paris. Sous cet été indien du parvis des droits de l’homme, il y a tout au plus cinquante personnes qui ont répondu à l’appel. Avec elles, des ténors venus de Dakar : Babacar GAYE du PDS, Abdoul MBAYE, Barthélémy DIASS, Bamba FALL et l’activiste dont la popularité se mesure par sa virtualité éclatante. Je veux nommer notre sœur Françoise Helene GAYE qui, pour l’occasion serait venue des Etats Unis. Avec autant de personnalités et si peu de participants, l’échec est criard. Seulement dix manifestants par leader, c’est humiliant. La déception est immense. Le désamour des sénégalais de France en vers ceux qui se réclament de l’opposition est sans conteste. La diaspora leur a définitivement tourné le dos. Quel triste sort. Quel déboire pour ces personnes qui, chaque mois, créent une nouvelle coalition pour masquer leur incapacité à parler d’une seule voix. Quelle fin tragique pour ces responsables qui, en quittant le Sénégal pour la France, pensaient se retrouver au milieu d’une foule immense.








Devant les images, j’ai eu pitié. Pitié de mon grand frère BEN JELLOUL, l’homme de tous les combats. Ce respectable sénégalais de la société civile, comme 50% des présents,  combattait Babacar GAYE en 2012, sur le même lieu car conscient de sa participation à une dévolution monarchique du pouvoir. Pourquoi souhaite-il son retour aux affaires en 2019 ?

J’ai eu pitié de mes amis Meissa TOURÉ et d’Ibrahima DIOP, ces fidèles militants du PDS dont la sincérité dans leur lutte contrastent avec celle des opportunistes aux convictions douteuses qu’ils côtoient dans cette plateforme. Je me demande pourquoi cheminent-ils avec des politiciens déchus qui ont comme unique objectif, d’exister grâce au malheur d’un prisonnier.

Enfin j’ai eu pitié de ces quelques jeunes qui sont manipulés par des responsables qu’ils suivent sans discernement et qui les conduisent inéluctablement vers le cimetière de leur militantisme naissant.

J’ai essayé de trouver des visages inconnus dans ce petit groupe de manifestants. Malheureusement ils me sont tous familiers. Ils appartiennent chacun à un parti politique ou à un mouvement. Leurs arguments sont les mêmes. Les méthodes ne sont jamais inédites. Ils ne savent pas proposer des alternatives, ni des projets pour le Sénégal. Ils ont le même champ lexical : Tout sauf Macky, avec un fond de haine, d’insultes et de soif de vengeance. Tout ce que notre nation n’a pas besoin. Le cocktail qui est contraire à nos valeurs.

Je suis triste et nostalgique. Nostalgique des grands opposants comme Abdoulaye WADE face au pouvoir socialiste. Même dans l’adversité extrême, il excellait dans la décence et dans le respect des individus. Tout le contraire de certains opposants actuels qui versent dans la diffamation et la calomnie. Je suis triste parce qu’il nous faut un minimum d’opposition dans notre démocratie mais il y en a pas.








Evidemment, je suis rassuré. Rassuré parce que j’étais parmi les manifestants de 2012. J’ai fait la comparaison avec 2018. Jamais, un leader n’est venu de Dakar pour nous aider à mobiliser. Les sénégalais venaient de manière spontanée. Ils croyaient en nous, ils se battaient avec nous. Voilà ce que l’opposition actuelle a essayé de reproduire depuis l’arrivée de Macky SALL au pouvoir, en vain. Ainsi, cette manifestation est l’apogée d’une débandade manifeste, symbole d’une faillite des détracteurs de notre magnifique bilan. Cette énième participation de ces leaders à une manifestation en France n’est autre que le dernier d’un ballet de responsables désespérés qui, étant incapables de mobiliser à Dakar, tentent de se tailler une bonne image à Paris. Quel funeste destin politique !

Malick FAYE (Liko), responsable de la communication BBY France et membre de la direction du PS.

Abdoul Mbaye candidat contre Macky Sall: Quel gâchis !

YERIMPOST.COM Ce 30 septembre 2018, par un discours de 2 tours d’horloge, Abdoul Mbaye a décliné les lignes directrices de sa vision en soutien à sa volonté de briguer les suffrages des Sénégalais en février 2019. Contre Macky Sall dont il fut le Premier ministre du 3 avril 2012 au 1er septembre 2013.




Le scénario est invraisemblable. Abdoul Mbaye avait plus d’une fois martelé, la main sur le coeur, que, « Premier ministre ou pas », il n’allait pas s’opposer à celui qui l’a porté à la tête du gouvernement et qu’il allait, tout au contraire, « l’aider à obtenir un second mandat ».

Le scénario est dramatique. L’ex-banquier de génie nommé à la primature avait plus à construire à l’intérieur du pouvoir qu’à critiquer au sein de l’opposition. Car, selon les témoignages unanimes de moult cadres de l’administration, Abdoul Mbaye fut l’un des chefs du gouvernement les plus compétents de l’histoire du Sénégal. Son efficacité dans la gestion des dossiers a laissé des empreintes indélébiles, y compris au niveau des ministres qui composaient son équipe. Sa célérité, en application de la méthode « zéro papier en attente sur le bureau jusqu’au lendemain », a fait avancer nombre de dossiers qui dormaient dans les tiroirs d’une administration sclérosée.

Par un de ces complots dont ils ont le secret, les apparatchiks du palais ont réussi à faire exploser le couple exécutif. Le président de la République s’est débarrassée de son principal collaborateur pour nommer à sa place Aminata Touré, « un Premier ministre politique » dont la brièveté du séjour au poste rend compte des résultats !

La vision de Macky Sall et sa mise en oeuvre par Abdoul Mbaye ont redressé l’Etat laissé en banqueroute par le régime d’Abdoulaye Wade. La suite de l’idylle est une tragédie grecque faite de trahisons et de coups bas. Abdoul Mbaye a tenu des propos et publié des écrits regrettables sur la gestion du pays, notamment du pétrole, par le pouvoir auquel il a appartenu. Il a tiré à boulets rouges sur Macky Sall dont il a moult fois loué les qualités…

Le pouvoir a infligé à celui qui sortait de la primature un traitement intolérable allant du vol de ses affaires personnelles par les services secrets à une vendetta judiciaire par son ex-épouse interposée. La politique est violente. Les enjeux de pouvoir sont brutaux.




Au bout de tous ces règlements de comptes, Abdoul Mbaye, qui aurait pu et dû rester avec Macky Sall en dépit des aléas du pouvoir, est aujourd’hui candidat contre celui qui lui mit le pied à l’étrier. Quel gâchis !

Cheikh Yérim Seck

 

 

Abdoul Mbaye rend hommage à Bruno Diatta

Nos parents furent des voisins rue du 18 juin, celle du lycée Van Vollenhoven. Il était un aîné que nous côtoyions dans le quartier du plateau. Il devint un remarquable haut fonctionnaire, une grande figure de la République. Ses compétences, son grand professionnalisme ont été indispensables à tous les Chefs de notre État, y compris lorsque des alternances ont remis en cause bien des responsabilités attribuées au sein de l’administration sénégalaise. Il était devenu irremplaçable en raison aussi de sa grande discrétion, conséquence de sa belle éducation, de la qualité de sa formation, mais surtout de ce qui fut chez lui un sacerdoce : être au service de l’État du Sénégal et de ceux qui l’incarnaient.
A notre sœur Thérèse, à ses enfants, à tous les siens, nous présentons nos condoléances les plus attristées. Qu’ils soient assurés que leur deuil est porté par toute la République.
Nous prions pour que la terre lui soit légère et que Dieu lui ouvre bien grandes les portes du Paradis.




Abdoul Mbaye
Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail

Dakar le 21 septembre 2018

Der: Abdoul Mbaye émet des réserves sur la destination des financements

YERIMPOST.COM La Délégation à l’entrepreunariat rapide (Der) et les 1000 tracteurs distribués aux paysans suscitent des idées en l’ancien chef du gouvernement. Selon Abdoul Mbaye, tout ceci n’est que de la poudre aux yeux. Les financements de la Der ne profiteront qu’aux militants de l’Alliance pour la République (Apr) au grand dam des autres Sénégalais. Pareil pour les tracteurs qui, selon l’ancien Premier ministre, ont plus profité aux affairistes qu’aux paysans. A Pikine où il était ce mardi, le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a appelé les populations à une révolution politique qui commencera par la banlieue.



Présidentielle 2019: Abdoul Mbaye obtient un soutien de taille

YERIMPOST.COM L’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) d’Abdoul Mbaye ratisse large en perspective de la présidentielle de 2019. Elle vient d’enregistrer un soutien de taille en la personne d’Alpha Aw. Le coordonnateur des cadres de la Ligue démocratique (Ld) a décidé de rejoindre l’ancien Premier ministre. «Outre ses valeurs connues et reconnues d’homme intègre, l’importance qu’il accorde au respect de sa religion et de celle des autres, sa réussite professionnelle reconnue, plusieurs fois constatée au point d’avoir mérité le surnom  ‘redresseur de banques’, il a occupé les plus hautes fonctions au niveau de l’exécutif en qualité de Premier ministre. Il a, à cette station, laissé parmi les hauts fonctionnaires et les partenaires techniques du Sénégal un excellent souvenir et l’image d’un homme d’action», explique Alpha Ousmane Aw qui ajoute que ceux qui ont côtoyé Abdoul Mbaye à ce moment-là n’hésitent pas à dire qu’il fut le meilleur Premier ministre que le Sénégal ait jamais eu.

Démenti de l’ONG Brooke suite aux propos du Premier ministre Abdoul Mbaye





Vidéo- Abdoul Mbaye: «On s’acharne sur Khalifa Sall pour 1,8 milliard et on oublie…»





Vidéo- Exclusif! «Dessert aux tirailleurs»: Abdoul Mbaye renvoie Macky Sall à ses cours d’histoire. Regardez !

L’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, se dit « choqué » par les propos tenus par le président Macky Sall qui, lors du lancement du Tome 1 de son livre «Conviction républicaine», a déclaré que « les colons français ont toujours respecté les Sénégalais parce que le régiment des tirailleurs sénégalais, quand ils étaient dans les casernes, ils avaient droit à des desserts pendant que d’autres Africains n’en avaient pas». Dans une interview exclusive accordée à Dakar7, le leader de Alliance pour la citoyenneté et la travail (ACT) déclare que Macky Sall a « sali la mémoire des tirailleurs ». Par conséquent, il demande au président de la République de présenter ses excuses plates à la Nation sénégalaise. Voici un extrait de l’interview.




dakar7

Abdoul Mbaye dénonce un Conseil constitutionnel budgétivore et incompétent

YERIMPOST.COM La décision rendue par le Conseil constitutionnel suite au recours déposé par l’opposition pour faire annuler le parrainage continue d’alimenter les commentaires. Cette fois, c’est l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, qui s’y est mis, indexant le budget colossal de l’institution. « Pour une institution dotée d’un budget d’un milliard, j’estime que c’est cher payé pour l’Etat et le contribuable… Une institution compétente que lorsqu’elle est incompétente », raille le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act).



Pourquoi Abdoul Mbaye et Ousmane Sonko rejettent la concertation proposée par Macky Sall autour du pétrole et du gaz

YERIMPOST.COM Qui pour répondre à l’appel du chef de l’Etat pour une concertation nationale sur la gestion du pétrole et du gaz ? Cette question mérite d’être posée si l’on sait que la quasi-totalité des leaders de l’opposition ont déjà décliné l’invite de Macky Sall. C’est le cas pour le leader d’Act (Alliance pour la citoyenneté et le travail), Abdoul Mbaye et du Pastef, Ousmane Sonko. Ils refusent de prendre part à «un exercice de blanchiment d’actes graves de mal gouvernance commis». Pour eux, ces concertations de serviront à rien. D’autant que le mal est déjà fait et que de graves malversations ont vicié les contrats signés par le pouvoir de Macky Sall.



Contribution: Monsieur Abdoul Mbaye, arrête tes FAKE NEWS

Ces derniers temps Monsieur Abdou Mbaye, nain politique comme en atteste ses résultats aux dernières élections législatives de juillet 2017,  est devenu très prolifique à travers les médias en faisant des accusations plus farfelues les une que les autres sur d’honnêtes personnalités de ce pays en particulier le Président de la République Monsieur Macky SALL.

Il a également lors d’émissions radio et télé raconté des contrevérités sur les réalisations du secteur de l’agriculture plus particulièrement sur les statistiques agricoles qu’il s’est mis à falsifier et à travestir, comme à son habitude à souhait.

Sur ce point, nous lui demandons d’arrêter son cirque qui consiste à s’attaquer aux statistiques agricoles à des fins purement politiciennes et non sur des bases scientifiques. Cette attitude de Monsieur Mbaye prouve à suffisance sa  malhonnêteté intellectuellement et sa conception primitive de l’action politique.




Pour rappel, nous tenons à informer Monsieur Abdou Mbaye que les statistiques agricoles du sénégal sont le fruit d’une méthodologie commune à tous les pays de la CEDEAO plus la Mauritanie et le Tchad.

Elles sont également assujetties chaque année  à une série de validations.

Pour cette année, le processus de validation des statistiques agricole s’est ainsi effectué:

  1. Du 06 au 10 Novembre 2017 s’est déroulée à Dakar la validation des résultats prévisionnels  sous la supervision du CILSS, de la FAO, du PAM, de FEWSNET et du Gouvernement avec comme innovation majeure, la publication de ces résultats, par le chef de mission, devant la presse nationale et tous les acteurs ;
  2. Du 26 au 28 mars 2018 s’est tenue à Ouagadougou, la validation des résultats définitifs avec la réunion régionale de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest (PREGEC) qui regroupe tous les pays de la CEDEAO, la Mauritanie, le Tchad, le PAM, la FAO, FEWSNET et le CILSS ;
  3. Présentation des résultats définitifs à la réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires (RCPA), tenue du 17 au 18 avril au siège de l’OCDE à paris.

 

Au regard de tout ce processus, nous vous demandons, Monsieur Abdou Mbaye BOLT si vous êtes plus crédible que toutes ces sommités à la matière pour pouvoir critiquer les statistiques agricoles du Sénégal.

Vous concernant, nous vous interpolons pour vous demander de dire aux Sénégalais quand, avec qui, avec quelle méthodologie, selon quel modèle vous avez produit des statistiques que vous annoncez.

Vous ne serez le dire car les chiffres que vous avancez n’est que la manifestation d’une imagination stérile et d’une légèreté désolante.

Nous vous suggérons également de chercher une autre thématique de campagne électorale autre que celle qui consiste à s’adonner à la désinformation sur les résultats de l’agriculture.

Dans le secteur  agricole, le Président Macky Sall a réalisé des performances inédites, constatés et saluées par tous les fils de notre pays et que les affabulations et contrevérités d’un politicien néophyte ne pourront jamais occulter.




Je comprends que votre terrain politique favori soit constitué par les médias du fait que vous ne pouvez pas remplir votre salon de militants pour vous faire écouter.  De grâce arrête les fake news.

Les fake news sont devenus votre modèle politique et votre raison de vie.

Mais  sachez que vous êtes mal tombé car les Sénégalais savent faire la part des choses.

Désomais, Monsieur Mbaye vos fake news auront des réponses appropriées.

 Ibrahima MENDY

Docteur en statistique et probabilité.

 

 

 

 

Abdoul Mbaye prévient les Sénégalais à propos d’Aboubacar Sadikh Bèye

YERIMPOST.COM Alors que Aboubacar Sadikh Bèye dirigeait l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), « le Sénégal est devenu champion d’Afrique et mondial de la croissance économique avec des taux particulièrement étonnants et déroutants ». Cette confidence est d’Abdoul Mbaye. Mais ce qui inquiète l’ancien Premier ministre, c’est la nomination de l’actuel DG du Port comme adjoint d’Aminata Touré dans la cellule Mobilisation et parrainage de l’Alliance pour la République. Selon lui, Aboubacar Sadikh Bèye est le maître d’oeuvre des fichiers des bénéficiaires de la CMU et des bourses familiales. Son message vise à alerter le pouvoir en place d’une quelconque utilisation de ces données personnelles à des fins politiques. Dans son communiqué, Abdoul Mbaye menace l’Etat de saisir la procureur de la République si jamais ces fichiers sont détournés par les responsables de l’APR pour obtenir des signatures de parrainage à leur candidat.



Vidéo- Abdoul Mbaye confirme Idy: « Macky Sall amoul fit, ragal la… »





Abdoul Mbaye écrit sur les scandales de fin de règne du régime !

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte…

Dans un contexte ressemblant à une accélération de l’histoire, tout concourt à montrer que nous vivons au Sénégal une période de fin de règne. Ces scandales qui se succèdent en s’accélérant en sont la meilleure preuve :
• Deux (2) dignitaires d’un parti que l’on fait vivre au dessus de la patrie et de la loi se crêpent le chignon en présence d’un guide religieux. Ils montrent le manque de respect désormais accordé aux dignitaires religieux de notre pays qui devraient être des symboles de la foi.
• La sauvage répression d’une marche pacifique d’enseignants à Ziguinchor avec le recours à des milices (agents de l’ASP) équipées et demain armées.
• Nous savions notre justice transformée à 2 vitesses et donc devenue injustice.
• Nous apprenons maintenant qu’il en est de même pour la manière dont ils traitent les contrats pétroliers dont les clauses varient selon la partie avec laquelle ils signent.
• Le peuple sénégalais doit sanctionner en 2019 un chef (de notre peuple, de notre armée et de notre magistrature) dont le passe-temps favori consiste à se dédire et dont nous avons désormais honte. Il n’a alors aucune gêne à changer les règles du jeu qui lui ont permis de gagner les élections présidentielles en 2012. Pour ce faire il invente une exception constitutionnelle mondiale en réclamant les signatures de 1% du corps électoral par candidat souhaitant le devenir, et crée ainsi l’impossible à vérifier en même temps qu’il change la date du scrutin en l’avançant (vote avant la date officielle).




Mais le contexte scabreux qu’ils ont créé et continueront d’entretenir ne doit surtout pas nous empêcher de poursuivre la dénonciation du vol des ressources de notre pays qu’ils organisent de manière inlassable, en toute impunité et avec une violence inouïe alors que la pauvreté progresse au FC Sénégal.
Exigeons que l’un des chefs de ce qui ressemble maintenant à une organisation mafieuse, qu’il s’agisse de l’Exécutif ou du parti-état, daigne donner au peuple du Sénégal des éclaircissements sur ce qui pourrait être l’un des plus gros scandales de leur règne (après bien entendu celui de Timis Corp-Aliou Sall) et concernant un contrat de 400 milliards fcfa passé par la Société Africaine de Raffinage (SAR) en violation des règles de la société d’une part, des pertes masquées de 40 milliards d’autre part.
Sénégalaises et Sénégalais de tous bords, membres de l’APR, de l’AFP de M. Niasse, du PS de T. Dieng, ou recevant les ordres qui détruisent chaque jour un peu plus notre cher pays, jusqu’à quand allez-vous être acteurs, complices ou spectateurs de la chute du Sénégal?
Sénégalais debout pour sauver ce qui reste du Sénégal et son futur!

 

Abdoul Mbaye – Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
Dakar le 15 avril 2018

Ce que pense Abdoul Mbaye de la démission du juge Dème

YERIMPOST.COM Pour Abdoul Mbaye, la démission du juge Ibrahima Hamidou Dème montre qu’il y a encore dans ce pays des gens d’honneur. Seulement, se désole l’ancien Premier ministre, Dème est resté seul et courageux dans son combat, même si les nouveau responsables de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) s’engagent dans des directions qui fondent l’espoir. Le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) se dit heureux de constater qu’il existe au Sénégal une jeunesse du refus.




Abdoul Mbaye égratigne Massata Diack

YERIMPOST.COM L’ancien Premier ministre s’est prononcé sur l’affaire Lamine Diack. Abdoul Mbaye, qui était l’invité de RFI, ne partage pas la décision de Massata Diack de rester au Sénégal, laissant son père interdit de quitter le sol français. « J’éprouve beaucoup de douleur face au cas Lamine Diack… Je suis très proche de cette personne… Je pense que son fils cité dans cette affaire et dans d’autres aurait peut-être dû se joindre à la procédure en France et chercher à blanchir son père… Son choix, c’est de rester au Sénégal, le mien aurait été différent… J’aurais pas été impliqué dans des histoires de cette nature, mais j’aurais pas laissé mon père seul se débattre dans des difficultés. Et se terrer Sénégal n’est pas le meilleur moyen de produire la vérité », a asséné Abdoul Mbaye.



Versailles: Qu’est parti faire Abdoul Mbaye chez Wade ?

YERIMPOST.COM Hier, 20 mars, l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, a reçu l’ex-Premier ministre, Abdoul Mbaye. A entendre une source proche de ce dernier, « ce déplacement a un seul sens: une visite de courtoisie rendue par un « fils » à son « père ». Car, nul n’ignore les rapports anciens entre Wade et Kéba Mbaye, le défunt père d’Abdoul. » De quoi ont parlé les deux hommes ? Notre source poursuit: « Abdoul Mbaye a écouté attentivement l’analyse de la  situation politique du pays par Wade. Il a pris bonne note et a recueilli les conseils et prières de son hôte. »



M. le procureur, vous devez donner suite à la lettre d’Abdoul Mbaye sur Petro-Tim

YERIMPOST.COM Dans une correspondance qu’il vous a adressée au début de cette semaine, l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, aujourd’hui président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), vous invite, M. le procureur, à déclencher une enquête sur l’attribution de permis de recherches d’hydrocarbures à Petro-Tim Ltd.

A l’appui de sa suggestion, M. Mbaye vous a placé devant vos responsabilités: «Vous conviendrez que jamais l’État du Sénégal n’a subi des pertes d’une telle ampleur du fait d’un ou deux actes administratifs. Aucune autre affaire ne mérite donc des enquêtes et poursuites davantage que celle décrite ci-avant.» Après avoir signalé que «la filiale de Petrotim Ltd au Sénégal a été créée et dirigée par Aliou Sall», Abdoul Mbaye vous a pris au mot: «Le déroulement du procès dit ‘de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar’ rend la nation attentive à votre forte préoccupation d’assurer la défense du bien public et de poursuivre ceux qui seraient suspectés de le détourner à leur profit direct ou celui d’un tiers. C’est la raison pour laquelle j’ai retenu important d’attirer votre attention sur des faits d’une exceptionnelle gravité qui méritent que les intérêts de la République soient défendus par son procureur et que des enquêtes soient diligentées.»




M. le procureur, cette interpellation directe, fondée sur des faits tangibles, ne peut pas ne pas susciter de réaction de votre part. A l’occasion du procès de Khalifa Sall, vous n’avez laissé le siège du parquet à aucun de vos substituts. Vous êtes vous-même monté au créneau, avez proclamé, du haut de votre pupitre, votre détermination à rétablir dans leurs droits les dakarois spoliés de 1,8 milliard de francs cfa par leur maire et ses complices.

Cette posture de défenseur de la probité ne doit pas être seulement dirigée contre un opposant sans défense dans le viseur du Palais. Elle doit, pour être crédible, toucher les barons du pouvoir impliqués dans des faits  de corruption hautement plus graves et impliquant des montants qui centuplent ceux reprochés à Khalifa Sall.

M. le procureur, Joseph de Maistre a dit que « le glaive de la justice n’a pas de fourreau. » Anatole France a ajouté que « la justice est la sanction des injustices établies. » Votre glaive ne doit pas être une arme entre les mains du fort pour brimer le faible, mais plutôt un bouclier du faible pour se protéger contre le fort. D’où le mot de Joseph Joubert: « La justice est le droit du plus faible. »

Votre rôle de justicier contre Khalifa Sall ne peut être crédible que si vous vous donnez le courage d’ouvrir une enquête sur cette nébuleuse Petro-Tim qui constitue sans doute, au vu de la position des personnes impliquées et des sommes en cause, le plus gros scandale de corruption du Sénégal indépendant.

La justice à deux vitesses est lâche. La logique du deux poids deux mesures est écoeurante. Vous n’avez de légitimité, M. le procureur, que si vous appliquez la loi de manière égale à tous. C’est de cette manière seulement que vous pouvez être le rempart contre l’injustice. Vous le savez mieux que moi, l’injustice provoque la révolte, la guerre, la mort… Saint Thomas d’Aquin l’a fort bien rappelé: « On n’est tenu d’obéir aux princes séculiers que dans la mesure requise par un ordre fondé en justice. » M. le procureur, vous devez donner suite à la lettre d’Abdoul Mbaye sur Petro-Tim.

Cheikh Yérim Seck




« J’en veux à Macky Sall de m’avoir mêlé au scandale Petrotim » (Abdoul Mbaye)

YERIMPOST.COM Abdoul Mbaye est très remonté contre Macky Sall. L’ancien Premier ministre ne digère toujours pas le fait que son nom ait été mêlé au scandale Petrotim. Cette affaire avait soulevé de nombreuses controverses qu’Ousmane Sonko a largement détaillées dans son livre « Pétrole et Gaz au Sénégal : Chronique d’une Spoliation ».
Venu à la cérémonie de dédicace dudit livre, Abdoul Mbaye a dit sa colère devant les hôtes du président du Pastef.

S’adressant au président de la République, le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a déclaré: «Je lui en voudrai toute ma vie du fait que mon nom soit mêlé à cette affaire Petrotim. En connaissance de cause, il m’a fait contre-signer un document alors que j’ignorais que son frère était impliqué dans le dosser». À en croire l’ancien Pm, les décrets adoptés en Conseil des ministres concernant cette affaire l’ont été sur la base d’un faux rapport du ministre de l’Energie et des Mines de l’époque, Aly Ngouille Ndiaye. « Ce rapport viole le Code pétrolier en son article 8 », regrette amèrement Abdoul Mbaye.


Babacar FALL, bfall@yerimpost.com

Vidéo- « J’en veux terriblement à Macky Sall… » (Abdoul Mbaye)

YERIMPOST.COM A l’occasion de la cérémonie de dédicace du livre d’Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye a laissé libre cours à son ressentiment…

 

 

Mimi Touré descend en flammes Abdoul Mbaye

YERIMPOST.COM Dans un entretien daté du 23 janvier avec le quotidien l’AS, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, s’en est violemment pris au régime du président Macky Sall. Aminata Touré, telle une machine à broyer, a servi une réponse à son prédécesseur. Selon elle, le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail n’a toujours pas digéré son départ de la primature. Passé de l’ombre à la lumière alors qu’il n’avait aucunement contribué à l’élection de Macky Sall. Abdoul Mbaye devait un minimum de considération à cz dernier, a asséné Mimi Touré. Et l’envoyée spéciale du président de la République, très en verve, de renchérir que l’ancien Premier ministre est très mal placé pour parler d’éthique au vu des nombreuses procédures le visant. En définitive, Abdoul Mbaye est le politicien qui a le plus maille à partir avec la justice et, donc, le moins apte à donner des leçons de morale, a conclu Mimi Touré.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR