Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

affaires

Retour aux affaires du colonel retraité Wardini

YERIMPOST.COM Moins d’une année après avoir fait valoir ses droits à la retraite, le colonel Antoine Wardini reprend service. Ce n’est pas dans les rangs que l’ancien directeur des relations publiques des armées va retourner. C’est à l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité que le colonel Wardini a été parachuté en qualité de directeur des opérations.

Les bonnes affaires de la Turquie au Sénégal

YERIMPOST.COM Le Sénégal et la Turquie entretiennent une coopération bilatérale dynamique. C’est le moins que l’on puisse dire. La relation entre les deux pays date de plus d’un demi-siècle. En 1964, alors que le Sénégal était une jeune nation, il fut le premier pays à abriter une représentation diplomatique turque en Afrique de l’Ouest. Depuis lors, les relations bilatérales se sont solidifiées. Elles se manifestent par des partenariats dans les secteurs de l’économie, de l’éducation, de la sécurité…
Un certain nombre de projets parmi les plus importants du Pôle urbain de Diamniadio portent la signature de la Turquie et d’entreprises turques : Cicad, Hôtel 5 étoiles, Stade omnisports, Gare des gros porteurs, Marché d’intérêt national, Parc des expositions… Ce qui illustre le dynamisme de l’axe Dakar-Ankara. De 2012 à 2017, la Turquie est passée du 9e au 7e rang des pays fournisseurs du Sénégal. Les importations du Sénégal en provenance de la Turquie ont considérablement progressé en cinq ans, passant de 74 milliards de FCfa en 2012 à 125 milliards de FCfa en 2017.

Au Pôle urbain de Diamniadio, les travaux en cours du Stade omnisports donnent une idée du rythme de travail qu’impriment les ouvriers à «Dakar Arena». Lancés en 2016, les travaux de cette infrastructure sportive aux formes ovoïdes, rappelant quelque peu l’architecture du célèbre Colisée de Rome, avancent à grand pas.

Aujourd’hui, le Sénégal bénéficie d’une certaine stabilité. Beaucoup de pays occidentaux veulent y avoir un pied. La Turquie ambitionne d’avoir la première compagnie aérienne et le Sénégal est un hub naturel. C’est le sens qu’il faudrait donner à cette visite du président turc. Erdogan veut renforcer la coopération mais surtout bénéficier des avantages qu’offre le Sénégal. La visite aura un important volet économique pour permettre au secteur privé turc de s’implanter davantage au Sénégal.

Mais où est Cheikh Diallo ? Que fait-il ?

YERIMPOST.COM Identité remarquable sur la scène publique sénégalaise, Cheikh Diallo fut un conseiller multi-cartes de Karim Wade, alors ministre de tout de son père, compagnon de prison de « Karim », témoin à charge contre lui devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei)…
Après avoir purgé six mois à Rebeuss, il a été libéré d’office. Après une période de silence, il s’est retrouvé en essai au sein de la rédaction de Jeune Afrique, le magazine panafricain basé à Paris, avant d’être « remercié ». La bronca médiatique qui a suivi cet essai manqué a sans nul doute affecté Cheikh Diallo qui a décidé de se retirer de la scène médiatique pour se reconvertir dans les affaires.
Avec son épouse, il a ouvert l’École Africaine d’Art Oratoire (EAO) située sur la VDN et logée à la City Business de Dakar. Les formations y dispensées sont destinées, en priorité, aux dirigeants, leaders, managers et chefs d’entreprises.
Cette école, première du genre en Afrique, est spécialisée dans la formation à la Prise de Parole en Public et en Réunion. L’EAO a déjà formé des dizaines de promotions composées de ministres, députés, diplomates, magistrats, notaires, universitaires, experts financiers, médecins, pharmaciens, banquiers, hauts cadres du public et du privé, etc.
Son business marche et Cheikh semble s’y plaire, à l’entendre décrire son activité et sa stratégie d’expansion.

Echange vif entre Oumar Thiam et Cheikh Yérim Seck autour de l’article sur Sidiki Kaba

YERIMPOST.COM Ce blog est un espace de dialogue et de discussion. C’est une plate-forme démocratique qui tolère toutes les opinions, à commencer par celles qui le dénigrent. Il nous a semblé intéressant de soumettre à nos lecteurs, dans la logique de notre culture-maison, cet échange entre un lecteur, Oumar Thiam, et Cheikh Yérim Seck qu’il a interpellé par un commentaire pour le moins vigoureux de l’article consacré par Yerimpost au ministre des Affaires étrangères, Sidiki Kaba…




 

  1. Dans l’immense empire de l’absurdité, l’on arrive souvent à constater contre toute attente l’affaissement d’individu de son piédestal d’homme modèle à une platitude plus que lamentable. Si ce n’est le cas de cheikh Yerim, comment comprendre cet article bidon, édité apparemment dans un seul but de froisser une haute autorité de la république dont le seul tort est d’exercer une prérogative relevant de ses prérogatives. Quoi de plus normal pour un ministre de proposer à remplacer un collaborateur si la recherche de l’efficience et de l’efficacité le commande. Nul n’est inamovible. Les objectifs qui s’attachent au défi fixé transcendent les dimensions affectives.
    Décidément quand on concilie laborieusement la fonction prestigieuse de journaliste à la posture de politicien en quête de soi, il n’est pas rare de voir le sujet se muer en sbire à la solde d’un protagoniste qui cherche à atteindre un adversaire. Pour dire que votre article est purement et simplement commandité à dessein de servir barricade et bouclier pour son commanditaire. Qui qu’il puisse être. C’est clair que des personnes tapies dans ce ministère colportent à Monsieur Seck ses bagous rédigés sans recul ni retenue. Dans quelle république sommes nous pour que relever un DAGE soit attribué à une gaffe ?
    Quel journalisme est digne d’école si sa plume trempe dans des bobards du genre #on le voit toujours se faire photographier partout sur la planète. Chose que son prédécesseur ne faisait pas. » ?
    Monsieur Seck les sénégalais vous reconnaissent pertinence et dextérité dans votre métier, mais cette fois ci vous êtes tombé trop bas. Si vous accordez autant de prix à louer les mérites politiques du DAGE Monsieur Macodou, changer d’approche. C’est le moins qu’on puisse vous tenir.
    Il est à rappeler que l’intelligence des sénégalais dépasse le plus souvent des plumes d’éditeurs. Et c’est cette teneur de l’intellect de l’opinion sénégalaise qui avait permis de dominer les vilaines déboires de mœurs injustement orientées vers votre auguste personne et qu’une certaine presse fallacieuse voulait amplifier. Malheureusement pour elle cette cabale n’as pu prospérer. Vos compatriotes ont gardé intact la conscience claire de votre grandeur. Cette même opinion, très critique et analytique est toujours vive.
    Dans ses fameux trois passoires de l’information, Socrate aurait opposé à vos lignes au moins l’un d’eux : c’est pas utile pour les sénégalais.

  2. M. Oumar Thiam,
    Cette interpellation directe m’oblige à vous répondre. Je ne m’attarde pas sur la violence de certains mots dont votre propos aurait pu se passer pour gagner en sérénité, donc en crédibilité.
    D’emblée, en tant que responsable de Yerimpost, j’assume TOUT ce que le blog écrit.
    Mais il travaille ici cinq journalistes à qui je fais confiance. Je ne les censure point. Je présume qu’avant de rédiger chaque article, ils ont pris les précautions d’usage relatives à la vérification des informations, au recoupement, à l’interrogation des protagonistes…
    Au vu du style de cet article, il saute à l’oeil que je n’en suis pas l’auteur. Mais je ne censure personne. Pour votre information, je ne connais Macodou Sène ni d’Adam ni d’Eve. Je ne l’ai jamais rencontré pour développer une quelconque connivence avec lui.
    Si je devais être partisan dans cette affaire, je l’aurais été en faveur de Sidiki Kaba avec qui je partage un long vécu à Paris, lorsqu’il dirigeait la FIDH et que je travaillais comme journaliste à Jeune Afrique. Qui plus est, il m’a été fortement recommandé par un grand-frère de coeur, ministre au sein du gouvernement.
    Mais Yerimpost est ainsi fait que nos sentiments comptent pour peu dans notre approche de la réalité.
    Pour terminer, M. Thiam, je vous fais remarquer que je ne suis pas « un sbire à la solde d’un protagoniste » ni « un politicien en quête de soi ». J’ai trop d’orgueil pour être à la solde de qui que ce soit, et peut-être un peu de courage pour l’assumer si je choisissais de faire de la politique. J’ai décidé de faire dans la citoyenneté participative à travers C221. Et de la veille démocratique à travers yerimpost.com.
    Cheikh Yérim Seck




L’Ambassadeur des USA convoqué officiellement par Sidiki Kaba qui lui a remis un communiqué

YERIMPOST.COM Le communiqué ci-dessous…
MINISTÈRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES
ET DES SÉNÉGALAIS DE L’EXTÉRIEUR
                       COMMUNIQUE
Le gouvernement de la République du Sénégal a appris avec une vive indignation les propos outrageants et racistes contre Haïti et l’Afrique, tenus par le Président Donald Trump lors d’une réunion le 11 janvier 2018 à la Maison Blanche.
Le Gouvernement de la République du Sénégal dénonce et condamne fermement ces propos inacceptables qui portent atteinte à la dignité humaine, celle de l’Afrique et de sa diaspora en particulier, ainsi qu’à la coexistence pacifique et aux bonnes relations entre les peuples.
En conséquence, sur instructions de SEM le Président Macky SALL, l’Ambassadeur des Etats-Unis à Dakar a été convoqué ce jour par le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur qui lui a formellement remis la présente note de protestation du Sénégal.
Fait à Dakar le 12 janvier 2018
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR