Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Alpha Condé

« Les gens pensaient qu’Amath était mon frère » (Alpha Condé)

YERIMPOST.COM « Je suis profondément attristé par la nouvelle. Amath était un ami fidèle et sincère. Il était un homme exceptionnel. C’est un ami, un camarade que j’ai connu lorsqu’il était le représentant du Parti africain de l’indépendance (Pai). Les gens pensaient à l’époque que Amath était mon frère lorsqu’ils nous voyaient ensemble« . C’est en ces termes que témoigne le président de la République de Guinée suite au décès de l’ancien secrétaire général du Parti pour l’indépendance et le travail ( PIT).

Poursuivant, Alpha Condé révèle: « C’était la personne à laquelle j’étais la plus attachée au Sénégal. Même quand je devais faire une heure au Sénégal, il fallait que je passe le voir. J’admire son engagement, son désintéressement et sa familiarité.« 

Décès de Jacques Diouf: le geste fort d’Alpha Condé

YERIMPOST.COM Alpha Condé est tout aussi marqué par le rappel à Dieu de Jacques Diouf. Le chef de l’Etat guinéen et le défunt patron de la FAO étaient liés par une amitié de plusieurs années. Ce mercredi 21 août, le président de la Guinée, qui n’a pu faire le déplacement, a envoyé un représentant pour assister à la cérémonie de levée du corps du disparu. A en croire l’Observateur, Alpha Condé, à l’annonce de la nouvelle, a contacté son homologue sénégalais. Il a insisté auprès de ce dernier pour payer les frais de rapatriement du corps de Jacques Diouf. « Je prends la partie française et, arrivée au Sénégal, le pays rendra hommage à son fils qui est également un fils de l’Afrique! », aurait dit Alpha Condé à Macky Sall. La dépouille de Jacques Diouf arrive à Dakar ce jeudi 22 août à 20 heures.

Alpha Condé va brûler la Guinée, impacter le Sénégal et déstabiliser l’Afrique de l’Ouest

YERIMPOST.COM « La forme républicaine de l’Etat, le principe de la laïcité, le principe de l’unicité de l’Etat, le principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée des mandats du président de la République ne peuvent faire l’objet d’une révision. » Cet article 154 de la Constitution guinéenne de 2010 est au coeur de la tragédie politique qui se joue à Conakry depuis plusieurs mois.

Elu en 2010 dans des conditions invraisemblables où il a rattrapé 30 points de retard entre les deux tours, réélu en 2015 à la faveur d’un scrutin contesté, Alpha Condé doit quitter le Palais Sékhoutouréya après deux bails de cinq ans à la tête de son pays. A la suite de certains de ses homologues comme Denis Sassou Nguesso, le président guinéen aurait pu faire sauter le verrou constitutionnel de la limitation des mandats. Mais il butte sur la disposition sus-citée qui exclut « le nombre et la durée des mandats du président de la République » des clauses susceptibles de révision.

Devant cet obstacle dirimant, Alpha Condé, décidé contre toute décence à s’accrocher au pouvoir, a opté pour une parade sidérante: abolir la Constitution actuelle pour lui substituer une nouvelle qu’il a fait rédiger. En d’autres termes, brûler le texte qui fit le consensus de toutes les forces vives et sur la base duquel il fut lui-même élu et réélu…

Pareille initiative a coalisé contre elle toutes les forces politiques, sociales et symboliques de la Guinée qui se sont regroupées au sein d’un Front national de défense de la Constitution (FNDC). Toutes ethnies confondues, dans ce pays où l’ethnostratégie a toujours régi la vie politique, les Guinéens se sont levés comme un seul homme pour barrer la route à une telle forfaiture. A commencer par les Malinkés dont fait partie Alpha Condé. Ainsi de Cheick Sako qui a démissionné de son poste de ministre de la Justice en signe de désapprobation du changement de Constitution. Ainsi également de Lansana Kouyaté, d’Ousmane Kaba et d’autres leaders issus de la Haute-Guinée actifs au sein du FNDC.

Force symbolique importante dans l’imaginaire populaire, l’imam de la Grande mosquée de Conakry a publiquement déclaré son opposition à un éventuel 3e mandat. De même que son homologue de Kindia. Mais aussi et surtout le kontigui de la Basse-Guinée, chef coutumier de la collectivité soussoue, l’équivalent du Grand Serigne de Dakar en plus populaire et en plus influent, qui a craché sur 350 000 dollars avec lesquels on tentait de le soudoyer, pour inviter Alpha Condé à « sortir par la grande porte. »

Le locataire de Sékhoutouréya semble sourd à ces nombreuses voix discordantes, pris en otage par son propre système fondé sur la corruption et sur une surenchère extrémiste et loyaliste. Depuis une décennie, en effet, celui qui est arrivé au pouvoir à 74 ans, après toute une vie passée à exercer le métier d’opposant, a mis en place un système de pillage des énormes ressources de la Guinée dont l’impéritie n’a d’égale que la médiocrité des résultats économiques et sociaux. La Guinée, grand corps malade de l’Afrique de l’Ouest, s’enfonce chaque jour davantage dans la misère économique et la régression sociale. Signe de son échec patent, Alpha Condé n’a pas bâti un seul échangeur à Conakry, la seule capitale africaine où il faut 3 à 4 heures pour parcourir 5km !

Au même moment, l’exportation de la bauxite est passée de 15 millions à 60 millions de tonnes par an, dans un contexte où les cours ont flambé et où la dépendance du monde de la Guinée s’est considérablement accrue.

C’est entre autres pour continuer à contrôler cette manne financière que le régime d’Alpha Condé concocte un abolitionnisme constitutionnel qui va brûler la Guinée. Si la Guinée brûle, le Sénégal va être gravement touché. Il y a dans notre pays 3 millions de bi-nationaux sénégalais et guinéens. Si ce pays voisin bascule, nos villes et campagnes vont accueillir des millions de réfugiés du fait de la proximité sociologique de nos deux peuples. Sans compter tous les risques sécuritaires. Le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée Bissau, encore convalescents, vont être impactés par les dégâts.

En un mot comme en mille, le goût démesuré pour le pouvoir d’une personne de 84 hivernages fait peser de lourds risques de déstabilisation sur toute l’Afrique de l’Ouest. Le Sénégal, la sous-région ouest-africaine et le monde ne doivent pas regarder écrire en Guinée un scénario rouge sang. Le président nigérien Mahamadou Issoufou a eu raison de le rappeler au cours d’un récent sommet de la Cedeao: « Notre sous-région a dépassé la question du respect du nombre des mandats présidentiels et ne doit plus revenir en arrière. »

Cheikh Yérim Seck

Alpha (Condé) et Omega (Macky): D’une rive à une autre (Siré Sy)

Alpha (Condé) et Omega (Macky), c’est d’une rive à une autre, sous fond de ressemblance et de dissemblance.
Alpha, c’est S.E.M Alpha Condé, président de la Guinée. Alpha, le Professeur…. disons-nous, le philosophe.
Omega, désigne ici, S.E.M Macky Sall, président du Sénégal. Macky, le éeologue….disons-nous, le scientifique. Tous deux sont des Chefs d’Etat au style de Management de la Très Haute Performance que tout oppose, que tout appose.
Dans sa stratégie, sa tactique et son plan d’actions envers et contre l’Opposition en Guinée, Alpha est électrique. Dans sa stratégie, sa tactique et son plan d’actions envers et contre l’Opposition au Sénégal, Omega (Macky) est
magnétique. Alpha est, pour parler ivoirien, ‘’plus garçon’’ avec ses opposants quand Omega est plus soft avec ses opposants. Alpha mène la vie dure à ses principaux opposants qui sont souvent malmenés, dès fois bastonnés. Omega, emprisonne ou exile ses opposants, si ce n’est le gel de leurs comptes bancaires. Alpha a été élu président de la Guinée pour la première fois en 2010, à la surprise générale. Omega a été élu président du Sénégal pour la première fois en 2012, à la surprise générale.
Alpha a réalisé le coup KO (réélection au 1 er Tour) en 2015, avec 57,9 % des voix au premier tour. Omega a réalisé le coup KO (réélu au 1 er Tour) en 2019, avec 58,27% des voix au premier tour. L’opposant guinéen le plus opposé à Alpha, se voit dérouler le tapis rouge à Dakar. L’opposant sénégalais le plus opposé à Omega, se voit dérouler le tapis
rouge à Conakry. Alpha dont le second mandat se termine en 2020, laisse planer le doute sur son intention de vouloir faire un troisième mandat. Omega, botte en touche toute idée d’un troisième mandat. Alpha emprisonne (puis libère sous condition) des opposants au projet de troisième mandat que lui prête son opposition. Omega bénéficie de soutiens qui le poussent et qui prépare l’opinion pour un troisième mandat. Le 25 mars 2019, dans une déclaration tenue au siège de son parti, Alpha déclare être désormais prêt pour un débat politique avec ses opposants. Le 28 mai 2019, Omega lance le dialogue politique avec son opposition, dialogue deuxième du genre.
Alpha dialogue avec ses opposant, pour la plupart du temps, dans les fora et par presses interposées. Omega dialogue avec ses opposants, au Palais et par presses interposées. Alpha, au-delà des déclarations d’intention, n’a jamais dialogué de manière formelle et en face-à-face avec ses opposants et avec son opposition. Omega, en plus de ses déclarations d’intention, dialogue avec son opposition et ses opposants, en mettant déjà sous son coude, ses propres décisions sur les questions et sujets objets du dialogue. Sans même attendre l’épuisement des facultés réciproques de conviction sur les points du jour du dialogue. Disons-nous, un dialogue de forme, la mise en scène du dialogue Alpha adopte la politique de la carotte et du bâton avec ses opposants et son opposition. Tantôt le discours est menaçant, guerrier et taquin envers ses opposants et son opposition, tantôt le discours est ouverture, pardon, dépassement, appel au patriotisme. Omega adopte la politique de la carotte et du bâton avec ses opposants et avec son opposition. Tantôt le discours est ‘’niangal’’, ferme et menaçant, tantôt le discours est rassembleur, dialogueur et recherche de compromis dynamique. Alpha et Omega sont deux styles de faire dans le Management de la Très Haute Performance, si loin et si proche. Alpha a déjà été élu deux fois sur la base de la même et unique constitution
guinéenne de 2010. Omega a déjà été élu deux fois sur la base de deux constitutions différentes (2001 et 2016). Quand son opposition lui prête la volonté de changer la constitution guinéenne de 2010 par une toute nouvelle constitution, Omega, a déjà fait adopter par référendum, une toute nouvelle constitution en 2016 et semble inviter au dialogue pour faire passer une pratique politique (accords politiques) en marge des textes juridiques. Qui a parlé de l’Affaire Khalifa Sall, Karim Wade…..
Siré SY
Président du Think Tank Africa WorldWide Group
DG de Bichri TV International

Ce coup de fil de la présidence sénégalaise qui a mis en colère Alpha Condé

En voulant joindre l’opposant le plus célèbre de Guinée Conakry, une personne au standard de la présidence de la République du Sénégal a plutôt composé le numéro personnel du chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé. Ce dernier l’a très mal pris et ne s’est pas gêné pour le dire à son homologue Macky Sall.

C’est l’histoire qui se chuchote avec des grimaces dans les couloirs du palais de la République. Au point de se demander si, à peine arrivé au ministère des Affaires étrangères, M. Amadou Bâ ne sera pas appelé à se rendre d’urgence à Conakry pour tenter de calmer le jeu entre le Président Alpha Condé de la Guinée et le Président Macky Sall du Sénégal. A la base, un ridicule incident diplomatique qui, par ailleurs, aura justifié de manière inattendue la volonté du chef de l’Etat de mettre de l’ordre dans l’Administration sénégalaise, en la rendant plus professionnelle.

C’est en effet à une bourde bureaucratique que le Sénégal doit de s’être attiré les foudres du chef de l’Etat guinéen. Le Quotidien a appris que le Président Condé a reçu sur son téléphone portable personnel, celui qui n’est utilisé que par des personnes très proches et des chefs dirigeants étrangers en lesquels il a toute confiance, un appel émanant du standard de la présidence de la République du Sénégal.

Le fonctionnaire au bout du fil a demandé à parler à… M. Cellou Dalein Diallo. Il est facile d’imaginer la réaction de l’hôte du Palais de Sékoutouréya à Conakry.

Après avoir dit ses vérités à la personne au bout du fil, Alpha Condé a rappelé directement Macky Sall pour lui dire sa manière de penser dans cette histoire. Déjà qu’il avait difficilement digéré la présence de son opposant numéro 1 à Dakar dans la même salle que lui, lors de la cérémonie d’investiture du président de la République du Sénégal pour son second mandat, cette bourde lui est apparue comme le signe évident d’une certaine connivence entre le leader de l’Ufdg et les autorités sénégalaises.

De plus, il a estimé inacceptable que son numéro de téléphone privé se retrouve à la disposition d’un fonctionnaire du standard de la Présidence du Sénégal. Une manière de vouloir le minimiser, selon lui.

Bref, le chef de l’Etat guinéen était très en colère contre le Sénégal et son dirigeant, et ne s’est pas gêné pour le faire savoir. Quel que soit le commanditaire du coup de fil, l’erreur du destinataire était à la limite le signe d’une grande désinvolture et d’une incompréhensible légèreté. Des observateurs ont fait remarquer que le Sénégal et ses dirigeants n’auraient pas réagi faiblement si d’aventure un dirigeant d’un pays quelconque se permettait d’appeler Macky Sall sur son portable privé pour demander à parler à Idrissa Seck, ou mieux, à Ousmane Sonko.

Pour le moment, on ne sait pas encore si Alpha Condé a été calmé par les explications alambiquées de son homologue sénégalais, ou si, dès après sa passation de service, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Amadou Bâ, ne sera pas obligé de prendre l’avion d’urgence, pour aller éteindre un potentiel foyer d’incendie au sud-ouest de nos frontières.

Le Quotidien

Exclusif! Alpha Condé médiateur entre Macky et Wade ? Son avion a pris ce dernier à 16h à Dakar

YERIMPOST.COM C’est à 16h que l’avion envoyé par Alpha Condé a décollé de Dakar à destination de Conakry. C’est Ousmane Yara, homme de confiance de Condé, qui est venu chercher l’ancien président du Sénégal. L’aéronef a décollé de l’aéroport Léopold Sédar Senghor qui avait été refusé à Wade lors de son arrivée dans notre capitale, le 06 février dernier. C’est le signe, cette fois-ci, que le présent voyage agrée les plus hautes autorités sénégalaises. Alpha Condé est visiblement dans une médiation entre Macky et Wade. Nous y reviendrons…

Alpha Condé franchit la barre des 100 manifestants tués !!!

YERIMPOST.COM Deux nouvelles personnes ont été froidement abattues en Guinée à l’occasion d’une manifestation interdite. Ce qui porte à 101 le nombre de citoyens tués, depuis 2011, lors des manifestations pacifiques de l’opposition. Aucun d’entre eux n’a eu droit à la moindre enquête, ni à la moindre compassion du gouvernement. Aucune sanction, même administrative, n’a été prononcée à l’endroit d’un policier ou d’un gendarme. Les deux jeunes abattus ce mercredi 07/11/2018 à 19h par les forces de défense et de sécurité a Wanindara s’appelaient Béla Baldé, 25 ans, diplômé sans emploi, et Mamadou Alimou Baldé, 22ans, marchand.








La communauté internationale ne peut pas persister dans le mutisme face à ce carnage…


















Sur ses supposés brouille avec Macky Sall et soutien à Hadjibou Soumaré, Alpha Condé se confie

YERIMPOST.COM Cheikh Hadjibou Soumaré, candidat de la Guinée contre Macky Sall ? Ces allégations sont fausses, à en croire Alpha Condé qui dit ne pas connaître l’ancien Premier ministre sous Wade. A l’entendre, il n’a jamais vu Cheikh Hadjibou Soumaré. Le président de la République de Guinée, qui a accordé une interview à l’Observateur, en a profité pour éclaircir ses rapports avec le président Macky Sall qu’il considère comme son « petit-frère ». Selon lui, ce sont les journalistes qui inventent des choses. Pour preuve de ses bons rapports avec Dakar, il confie avoir passé quelques jours de vacances à Popenguine.








Alpha Condé rappelle son ambassadeur à Dakar

YERIMPOST.COM En poste depuis 2013, l’ambassadeur résident, Mamadou Beau Keïta, a été rappelé par le président de la Guinée, Alpha Condé. Le site ‘’Flash Guinée’’ qui donne l’information a précisé que le décret de son rappel a été lu à la télévision guinéenne, dans le journal du 20h du lundi 13 août 2018.

Même si les motifs de cette décision de la présidence guinéenne n’ont pas été évoqués, il reste certain que les relations entre Conakry et Dakar ne sont plus au beau fixe depuis quelques temps.


Yerimpost révèle les raisons de l’accueil de Karim Wade en Guinée





Prestation de serment de Weah: La bouderie incroyable d’Alpha Condé

YERMPOST.COM L’information a suscité beaucoup de commentaires. Alpha Condé, le président de la Guinée, s’est illustré encore d’une bien mauvaise manière lors de la prestation de serment de George Weah, hier lundi 22 janvier à Monrovia. Arrivé largement en retard, le président guinéen a demandé à être installé au présidium où Macky Sall faisait officie d’invité spécial. Le protocole ayant tardé à accéder à sa demande, Condé, sans doute vexé, a décidé de bouder la prestation de serment pour retourner à Conakry. Une nouvelle frasque du président guinéen.

www.yerimpost.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR