Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

ancien

Le cadavre d’une dame retrouvé dans les champs d’un ancien député

YERIMPOST.COM Ce fait divers se passe à Mboro. Le corps sans vie d’une dame du nom de Amy Collé Bâ a été découvert entre les citronniers d’un champ qui appartient à l’ancien député Cheikh Tidiane Ndiaye. La victime était mariée et mère de six enfants. Vendeuse de poisson reconvertie en vendeuse de citrons, elle était connue de toute la localité, nous dit l’AS. Sa disparition avait été signalée en fin de semaine alors qu’elle avait quitté son domicile pour aller présenter des condoléances. Ce lundi aux environs de 18 heures, c’est son cadavre qui a été retrouvé sommairement enseveli. Une enquête a été ouverte par les gendarmes pour tenter de lever le mystère qui entoure ce drame.


Lettre à un grand-père ancien tirailleur

Grand-père j’espère vous reposez en paix et que là où vous êtes actuellement, Dieu le tout puissant vous fait porter les galons des élus, si différents des galons des répresseurs colons qui vous avaient mobilisé pour servir leur propre dessein. Aujourd’hui que vos petits-fils, encore ligotés par les chaines de la honte par leur propre volonté, torpillent l’histoire pour des considérations uniquement gastronomiques, je m’incline sur votre mémoire comme sur la mémoire des tirailleurs lâchement assassinés à Thiaroye le 02 Décembre 1944 parce qu’ils réclamaient ce qui leur était dû. Vous faites partie certainement des anonymes combattants enterrés sans cérémonial au « Tata sénégalais » de chasselay, cimetière de Tirailleurs hanté par les soupirs de vaillants guerriers morts pour une cause qui n’était pas la leur. De Verdun aux tranchées de l’Artois, de Bir Hakeim à Toulon, vous avez combattu sans rechigner, portant vos amulettes pour conjurer le sort de ces satanés canons qui vous broyez les entrailles. Mais grand père, comme le dit Karl Marx, l’histoire se répète toujours deux fois, la première fois comme tragédie et la seconde fois comme farce. La tragédie, vous l’avez vécu, et la farce, elle nous a été servie comme dessert sans notre consentement.




Aujourd’hui grand-père, on voit de plus en plus de personnes, soumis à un complexe anachronique défendre, d’une manière explicite, un héritage qui nous a écrasés. Je suis perplexe de constater que l’amour des chaines et de la soumission peut venir de citoyens qui n’ont pas directement vécu la réalité de ces chaines. Des propos qui témoignent d’une auto-flagellation absurde font légion, portés par d’illustres personnes représentant le peuple, censées insuffler aux jeunes générations la fierté d’appartenir à un peuple de résistants qui ont sacrifié leur chair et leur sang pour que cette nation puisse demeurer noble et respectable.

Grand père, je vois maintenant, d’une manière beaucoup plus nette que naitre après les indépendances ne procurent pas forcément une mentalité de décolonisé. La décolonisation est d’abord et avant tout mentale, c’est un état d’esprit d’une personne courageuse, fière et qui n’est pas soumis à la servitude volontaire. Aujourd’hui, je constate pour en pleurer que notre porte étendard, non seulement manque de tact et d’épaisseur historique, mais aussi et surtout d’honneur et de fierté. Beaucoup de nos ancêtres comme vous ont été enrôlés de force, arrachés à leurs terroirs comme de vulgaires objets pour les placer à la merci des chars de combat pour faire office de chair à canon. Beaucoup ont résisté au prix de leur vie. Je pense à la révolte des bambaras de juin à novembre 1915. Je pense à toutes les sortes de mutineries organisées partout au Sénégal pour ne pas voir une masse de forces vives alimentaient les champs de bataille au détriment des champs de mil.

Grand père, il parait que, Sénégalais parmi les tirailleurs et privilégiés parmi les enrôlés vous aviez droit au dessert. Il parait que c’était tellement appétissant que vous narguiez vos autres collègues tirailleurs, eux aussi sénégalais, mais venant d’autres pays. Alors c’était quoi le menu ? De la tarde normande aux abricots ou du far breton ? Des cannelais bordelais ou des clafoutis ? En fermant les yeux, j’imagine comment vous taquiniez les autres africains avec des bouts de gateau : « yaa do léne gname, mbeulé » vous disiez. Alors grand-père je me pose beaucoup de questions. N’est ce pas vous qui refusiez à la base de combattre pour le colon ? N’est ce pas vous qui aviez refusé la conquête ? N’est ce pas vous qui, même colonisés, aviez refusé les formes les plus barbares de soumission ? Comment pouvez-vous donc être amis avec l’ennemi parce que simplement, après vous avoir enrôlé avec force, ils vous installent dans un système de privilèges au dessert ?




Rassurez-vous grand-père, je comprends que c’est une grotesque erreur. Votre noblesse ne vous l’autorise pas, il ne doit pas aussi nous l’autoriser. Les français ne sont pas nos amis parce qu’ils vous servez du dessert et ils ne sont pas non plus nos ennemis parce qu’ils nous avaient réprimé. Nous devons être dans une lucide collaboration où chacun défend les intérêts de son peuple. Celui qui invoque une logique gastronomique et distinctive par rapport aux frères africains pour parler d’une amitié qui n’existe que dans leur tête, alors ça n’engage que lui. Peut être qu’il est dans son élément, celui du « jeune » négre et de la médaille, qui vend tous ses biens, ses terres et ses fils pour satisfaire le colon. Mais, à la différence de Neka dans un « Vieux négre et la médaille », il ne va pas se révolter.

Tous mes respects grand-père. Un petit fils, pour la bonne cause.

 

                                                      CHEIKH AHMADOU ABDUL GUEYE

Les gens dans ce pays à prendre et à mettre en prison, selon l’ex-patron de la Centif

YERIMPOST.COM Le parti Jamm ak Kheweul l’a choisi comme candidat à la présidentielle. Ngouda Fall Kane, très honoré, a promis de faire sa rentrée politique à Touba très prochainement. Mais, en attendant, l’ancien patron de la Cellule de traitement des informations financières (Centif) dresse un tableau des maux qui gangrènent notre pays. Pour l’occasion, c’est l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) qui a trinqué. Selon l’ancien inspecteur général d’Etat, cette institution de lutte contre la corruption est la plus inefficace et la moins indépendante d’Afrique. « La plus grosse erreur en matière de lutte contre la corruption, c’est l’Ofnac… La tare de l’Ofnac c’est que le procureur est le maître des poursuites. Alors que, quand il reçoit un dossier de la Centif, il transmet directement à un juge d’instruction… », indique-t-il. Dans la même lancée, Ngouda Fall Kane a annoncé qu' »il y a des gens qui ont fait des choses tellement flagrantes dans ce pays qu’ils n’ont même pas besoin d’être jugés. Il faudrait juste les prendre et les emmener directement en prison… Les gens qui commettent des forfaits, on les connait… Tous ceux qui ont assumé des responsabilités devront rendre des comptes et la reddition doit commencer par le chef de l’Etat… Quand on prend l’argent de l’Etat pour le mettre dans des comptes privés non autorisés, c’est du blanchiment… »



Nécrologie: décès d’une ancien arbitre internatonal sénégalais

YERIMPOST.COM L’ancien arbitre international sénégalais à la retraite, Youssou Ndiaye, est décédé aujourd’hui, à Dakar. L’équipe de Yerimpost présente ses condoléances à sa famille.



Qui est cet autre ancien Premier ministre qui voudrait briguer la présidence ?

YERIMPOST.COM Cheikh Hadjibou Soumaré candidat à la prochaine présidentielle ? La rumeur s’agrandit avec cette publication de Libération qui rapporte que ce sont certains proches de l’ancien Premier ministre qui véhiculent l’idée. Le mystère ne saurait persister, 2019 c’est bientôt.



Un ancien de la DST pour épier les Sénégalais: le scandale des écoutes téléphoniques

YERIMPOST.COM Votre blog préféré est en mesure d’écrire que le pouvoir en place au Sénégal a recouru aux services d’un Français, ancien de la Division de la sécurité du territoire (DST, les renseignements intérieurs hexagonaux), dont nous taisons le nom par sens de la responsabilité et par égard à sa sécurité, pour muscler le dispositif qui épie les communications téléphoniques des Sénégalais.

Parmi ceux de nos concitoyens qui comptent, quiconque est vigilant se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la qualité de ses coups de fil. S’il est peut-être efficace, le dispositif technique mis en place n’est pas discret. Il n’est pas totalement maîtrisé par les « grandes oreilles », comme le suggère cette source qui nous apprend qu’il s’agit d’une technologie israélienne dernier cri en cours d’acclimatation chez nous.




Il y a aussi là les effets pervers du comportement pour le moins écrasant et solitaire des agents des services secrets qui, munis de réquisitions, accèdent directement aux serveurs des sociétés de téléphonie mobile, y opèrent en solo, snobent les ingénieurs-maison qui connaissent les installations certainement mieux qu’eux… C’est ce qui explique des dérèglements comme ces vents violents et intempestifs qui se glissent dans les communications écoutées.

Mais tout cela n’est pas la question. La question ici n’est technique que pour ceux qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas. Elle est surtout d’ordre éthique. Dans une société civilisée, un Etat démocratique, les communications sont protégées par le secret. La confidentialité est une composante essentielle du droit à l’intimité de la vie privée. Il ne doit être porté atteinte à ce droit que dans des cas et des séquences limités et si et seulement si il y a une menace sur la sécurité collective.

Au Sénégal, on est trop loin de cette préoccupation d’ordre public. On confond sécurité publique de l’Etat et intérêts politiciens d’un régime qui épie ses adversaires ainsi que les pôles d’influence comme les médias, les syndicats et les familles religieuses. Au nom de quel principe peut-on épier des Sénégalais qui ne complotent pas contre la sûreté de l’Etat et pénétrer jusqu’aux profondeurs de leur intimité ? Doit-on dépenser des quantités importantes de deniers publics pour acquérir des technologies chères dans le but de violer les droits des citoyens ?

Aujourd’hui, la prégnance des écoutes et la psychose qu’elles suscitent ont fini de faire de Whatsapp le véhicule le plus répandu des communications entre les Sénégalais qui comptent. Avec toutes les contraintes liées à la mauvaise qualité de l’Internet et à ce risque de déposer des  données stratégiques sur la plateforme d’une entreprise privée américaine.

En un mot comme en mille, les écoutes téléphoniques tous azimuts, appelées à s’intensifier au fur et à mesure qu’approche l’élection présidentielle de février 2019, constituent un gros désastre humain et un énorme scandale démocratique.

Cheikh Yérim Seck



Nécrologie: rappel à Dieu de Mamadou Diop

YERIMPOST.COM Mamadou Diop, ancien maire de Dakar, n’est plus. Diop-le-Maire, comme on le surnommait, a rejoint l’au-delà, a-t-on appris de source familiale. La rédaction de Yérimpost présente ses sincères condoléances à sa famille et prie pour le repos de son âme.



Ngouda Fall Kane met les pieds dans le plat politique

YERIMPOST.COM «Le pays a atteint un niveau de mal gouvernance jamais égalé»: Cette sortie  de l’ancien directeur de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), Ngouda Fall Kane, risque de faire très mal. Reconverti en politicien, l’ancien inspecteur général d’Etat, qui a adhéré à Synergie pour le développement (SPD) de Matabara Diop, a d’ailleurs défié le président de la République de lui prouver le contraire. Selon lui, les Sénégalais connaissent et vivent toutes les tares d’une gouvernance qui est tout sauf à leur service. Et Ngouda Fall Kane de préciser que, dans son engagement politique, personne ne peut espérer qu’il fasse des déballages sur des personnalités. A la place, il propose aux Sénégalais des solutions concrètes qui mettront le pays sur les rails du développement et du progrès. Ceci dit, cet ancien inspecteur général de classe exceptionnelle ne restera pas de marbre face aux attaques. « Je n’attaque pas, je n’insulte pas mais j’ai appris à répondre. Je rendrai coup pour coup», avertit-il. Avis à ces politiciens qui seraient tentés de le salir.




Pr Fallou Cissé, ancien médecin des Lions, n’est plus

Le Professeur Fallou Cissé, ancien médecin de l’équipe nationale de football, est décédé ce dimanche à Paris (France), a appris l’APS d’une source proche du défunt.


’’C’est une immense perte pour l’université de Dakar, la médecine et le sport aussi’’, a déclaré le président de la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage (FSNS), Mohamed Diop.


’’Malgré sa maladie, il a continué à donner de son temps et de son savoir dans les universités et aussi et surtout dans la lutte antidopage’’, a dit Dr Diop, 1er vice-président de l’ONAD l’Organisation nationale de lutte antidopage, présidée par le défunt.


Enseignant à l’université Cheikh Anta Diop et dans plusieurs universités africaines, Pr Cissé est connu par la plupart de ses compatriotes lorsqu’il était pendant plusieurs années à la tête du staff médical de l’équipe nationale de football.


L’image de cet éminent universitaire se confondait avec celle des Lions du Sénégal notamment à la Coupe du monde 2002 où le football national a réussi ses meilleures performances avec une place de quart de finaliste.

A la tête du staff médical des Lions jusqu’à la CAN 2015, il a ensuite été remplacé par le Dr Abdourahmane Fédior.


Pr Cissé qui a dirigé pendant longtemps la Commission médicale de la Fédération sénégalaise de football, dirigeait aussi l’Organisation chargée de la lutte antidopage au Sénégal.


‘’Il était à la pointe de cette lutte et on peut dire qu’il était le père de la lutte contre le dopage dans le sport sénégalais’’, a dit le 1er vice-président de l’ONAD, Dr Diop.


SD/OID

Necrologie: Décès de Mamadou Touré, ancien DG du CMS

YERIMPOST.COM Mamadou Touré quitte ce bas monde. Ancien directeur du Crédit mutuel du Sénégal (Cms), il est décédé à 1h ce samedi 24 février. Il rejoindra sa dernière demeure à Yoff où son inhumation est prévue à 17h au cimetière musulman.
 
 
 
 
 

Scandale autour du contrat sur les deux Airbus signé sous les yeux de Macron !!!

YERIMPOST.COM Au cours de son séjour à Dakar, pour co-présider la Conférence internationale sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation, du 1er au 3 février 2018, le président français, Emmanuel Macron, a parrainé la signature du contrat d’acquisition de deux nouveaux Airbus 330 Neo par la compagnie Air Sénégal S.A. Selon l’organe d’informations stratégiques La Lettre Du Continent, l’acquisition des deux appareils a été actée en 2017, à l’occasion du Salon aéronautique de Dubai. Devant être livrés l’un au premier semestre, l’autre au second semestre de 2019, les deux aéronefs ont coûté la rondelette somme de 510 millions d’euros, soit 334,56 milliards de francs cfa. Une ardoise qui vient alourdir l’investissement du nouveau pavillon national sénégalais qui avait déjà acquis deux ATR 72-600 neufs.

Les deux Airbus ont coûté trop cher, de l’avis d’un spécialiste en aéronautique interrogé par Yerimpost. En cause, leur achat direct, de gré à gré, sans appel à la concurrence de Boeing ou de Bombardier qui aurait pu contribuer à faire baisser drastiquement les coûts. Ancien d’Airbus, le Français Philippe Bohn, directeur d’Air Sénégal SA, est allé directement acheter dans son ancienne maison. Sans se soucier de ce favoritisme grossier ! Ce gré à gré usurier est un gros scandale acté sous les yeux du président français Emmanuel Macron…

www.yerimpost.com



Khalifa Sall acquitté par Mamadou Diop

YERIMPOST.COM L’ancien maire de Dakar était présent ce vendredi 9 février devant la barre pour apporter son témoignage dans le procès dit de la caisse d’avance. Prenant la parole, Diop-le-maire, comme on le surnomme, a présenté le principal prévenu comme son fils: « C’est mon fils ! C’est moi qui l’ai élevé, il avait 17 ans. On a cheminé durant 45 ans ! » Une déclaration qui n’a laissé personne indifférent, y compris Khalifa Sall lui-même. Une parenthèse que Mamadou Diop a vite refermée pour entrer dans le vif du sujet. La caisse d’avance, selon Mamadou Diop, c’est des fonds politiques. « Il n’y a pas autre chose ! », a-t-il assuré. Avant de poursuivre : « En 1964, il y a eu une grande réforme à Dakar. La fonction de maire a été supprimée pour être remplacée par celle du Conseil municipal… Le préfet avait tous les pouvoirs… Un jour, dans une réunion présidée par Senghor, les élus locaux se sont plaints du fait que tout le pouvoir a été arraché au maire qui n’avait que 84 000 francs de salaire… Senghor a donc inscrit le crédit dans le cabinet du président… Tous les mois, le président du Conseil municipal présentait les dépenses au président Senghor… Après, il y a eu des réformes… Quand le président Abdou Diouf est arrivé au pouvoir, il a demandé au ministre délégué en charge des Collectivités locales de superviser les fonds…. Depuis 1964, ces fonds existent et sont différents des deniers publics… Ce sont des procédures politiques qui ont toujours été utilisées… »

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR