Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Ansoumana Dione

Présidentielle de 2019: la Cedeao veut l’annulation du processus

La Cour de Justice de la CEDEAO n’attend que la régularisation de la requête du candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, contre l’Etat du Sénégal, pour violation des Droits de l’Homme, pour demander l’annulation du processus de cette élection. L’intéressé a été saisi hier par le Greffier de cette juridiction qui a donné cette information de taille à Maître Assane Dioma N’DIAYE. En fait, ladite requête devait être envoyée en dix exemplaires et signée par un avocat. Choses qui seront effectuées en début de semaine, s’il plait à Dieu, pour éviter que les sénégalais n’élisent un Président de la République, sur la base d’une loi sur le parrainage qui est inconstitutionnelle, avec l’enrôlement illégal du candidat sortant. Cependant, Ansoumana DIONE regrette énormément le manque d’assistance dont il fait l’objet, malgré la noblesse et la pertinence de sa démarche, visant à sauver notre Constitution, totalement déchirée par cette loi. C’est pourquoi, il lance un appel pressent aux patriotes sénégalais dont le chef de l’Etat Macky SALL à qui il sollicite une audience, dans les plus brefs délais, pour la sauvegarde de notre démocratie.

Rufisque, le 02 février 2019,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019 

La vraie présidentielle de 2019: Les cinq candidats face à moi (Ansoumana Dione)

Que les cinq candidats : Macky SALL, Idrissa SECK, Ousmane SONKO, Madické NIANG, El Hadji SALL, retenus pour la présidentielle de 2019, se le tiennent pour dit. Il leur reste l’obstacle infranchissable, Ansoumana DIONE, avec son recours aux fins d’abrogation de la loi sur le parrainage, sur lequel les sept sages doivent obligatoirement statuer. D’ailleurs, le leader de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, jusqu’ici, candidat à la candidature pour cette élection, se rendra au Conseil Constitutionnel, ce mardi 22 janvier 2019 à 11 heures, pour transmettre aux membres de ladite institution, une lettre de la Présidence de la République, prouvant que le chef de l’Etat est prêt à abroger cette loi inconstitutionnelle du parrainage. En clair, la vraie présidentielle de 2019, se joue entre Ansoumana DIONE et ces cinq candidats. Maintenant, il appartient à la Cour de Justice de la CEDEAO, au Conseil Constitutionnel et au Président Macky SALL, de bien vouloir prendre leurs responsabilités pour éviter l’invalidation des résultats de cette présidentielle de 2019. Attention, force restera à la vérité.

Rufisque, le 21 janvier 2019,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Le président Macky Sall est prêt à abroger la loi sur le parrainage (Ansoumana Dione)

Que les sénégalais se le tiennent pour dit : le Président Macky SALL est prêt à abroger la loi sur le parrainage. Egalement, penser qu’il n’est pas favorable au dialogue pour l’apaisement du climat politique dans notre pays, serait une grosse erreur. Ces propos sont du leader de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, Ansoumana DIONE, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019. Ce jeudi 17 janvier 2019, il a reçu une réponse à l’ampliation d’une correspondance qu’il avait adressée au Conseil Constitutionnel, pour l’abrogation de la loi sur le parrainage qui constitue une menace réelle pour la stabilité du Sénégal. Et, c’est au moment où la population demande notamment aux chefs religieux d’intervenir avant qu’il se soit trop tard, que le chef suprême de la Magistrature indique à Ansoumana DIONE, via une lettre signée le 08 janvier 2019 par son Ministre Directeur de Cabinet, Monsieur El Hadji Omar YOUM, sa volonté de faire traiter les informations qu’il lui avait transmises concernant cette loi. Voici le contenu : « Cher Compatriote, la lettre par laquelle vous proposer l’abrogation de la loi sur le parrainage est bien parvenue à Son Excellence Monsieur le Président de la République. Le Chef de l’Etat a pris bonne note de ces importantes informations qui feront l’objet d’un traitement approprié. Je vous prie d’agréer, Cher Compatriote, mes salutations distinguées. » Maintenant que l’unanimité sur l’inconstitutionnalité de cette loi est acquise, que nul ne soit surpris de voir le Président Macky SALL l’abroger, en bon démocrate, pour préserver la paix au Sénégal. A noter que cette correspondance de la Présidence de la République, a été adressée à Monsieur Ansoumana DIONE, candidat pour l’élection présidentielle de 2019.







Rufisque, le 17 janvier 2019,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Sénégal: la présidentielle de 2019 et la bataille d’Abuja, au Nigeria

Parmi tous les candidats à la présidentielle de 2019, il n’y a qu’Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, qui garde toutes ses chances de victoire. Jusqu’ici, il tient à l’abrogation de la loi sur le parrainage, à travers son recours déposé en vain au Conseil Constitutionnel, pour motif d’inconstitutionnalité, depuis le 15 octobre 2018. Mais, que les candidats qui seront retenus, se le tiennent pour dit : Ansoumana DIONE les conduira à la Cour de Justice de la CEDEAO, pour la bataille d’Abuja. Et, il sera accompagné de son Avocat, Maître Assane Dioma N’DIAYE, de la Ligue Sénégalaise des Droits Humains. Alors, que personne ne soit surpris de voir cette juridiction Ouest-Africaine, empêcher la tenue de cette élection présidentielle, prévue le 24 février prochain. D’ailleurs, Ansoumana DIONE animera une conférence de presse dans les prochains jours, en présence de son Avocat, pour mieux informer les sénégalais sur sa démarche. Pour rappel, il conteste la participation du Président Macky SALL au parrainage, ce dernier étant déjà candidat à sa propre succession. Attention, cette étape d’Abuja au Nigeria, sera facile à remporter pour celui qui se considère comme étant le successeur du Président Macky SALL à la Magistrature Suprême. A suivre.

Rufisque, le 10 janvier 2019,
Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019 –

Les Sénégalais à l’écoute des sept sages (Ansoumana Dione)

Le peuple sénégalais est à l’écoute des sept sages du Conseil Constitutionnel, appelés à donner leur avis sur le recours d’Ansoumana DIONE, pour l’abrogation de la loi sur le parrainage, pour motif d’inconstitutionnalité. Ceci, avant la publication de la liste des candidats à la présidentielle de 2019, qui ne doit pas se tenir sur la base de cette loi. Ces propos sont du leader de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, qui met en garde le Conseil Constitutionnel contre toute tentative de boycott de ses droits inaliénables. Qu’ils se le tiennent pour dit : s’ils n’assument pas leurs responsabilités, Ansoumana DIONE saisira la Cours de Justice de la CEDEAO, pour l’annulation du processus électoral. Car, tout le monde a compris que cette élection ne doit pas être organisée avec cette loi inconstitutionnelle, suffisant alors pour qu’elle soit abrogée, pour la paix et stabilité du Sénégal. Pour cela, Ansoumana DIONE exige la démission du Président Macky SALL, à l’occasion de son discours de fin de mandat, ce 31 décembre 2018, cette présidentielle étant juridiquement impossible, le 24 février prochain.

Rufisque, le 30 décembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione rectifie Iran Ndao

Le parrainage, un ennemi du Sénégal, qui ne rime pas avec la paix. Si l’on y prend garde, il va détruire notre pays. Ces propos sont d’Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, qui tient le Président Macky SALL comme responsable d’éventuels conflits émanant de cette disposition antidémocratique. Comment un chef d’Etat peut-il disputer la première place d’un dépôt de candidature pour une élection présidentielle dont la Constitution lui donne le droit d’y participer ? C’est parce qu’il y a des enjeux pouvant invalider d’autres signatures, alors qu’il ne devait pas chercher un seul parrain, étant déjà candidat à sa propre succession. Pour Ansoumana DIONE, défendre le peuple sénégalais, c’est d’abord exiger la transparence de cette élection présidentielle, à travers des règles du jeu, respectant les droits des différents candidats. Ce qui n’est pas le cas avec la participation du Président Macky SALL au parrainage, d’où la nécessité pour le Conseil Constitutionnel de faire abroger cette loi, causant un désordre inédit devant cette Institution. D’ailleurs, précise Ansoumana DIONE, les sept sages ne préparent guère une présidentielle. Ils sont entrain d’entériner le vol de cette élection par Président Macky SALL qui est déjà sur les traces de Blaise Compaoré et de Yahya Jammeh, respectivement du Burkina Fasso et de la Gambie. Aujourd’hui, dire que Marième FAYE SALL est pour Macky SALL, ce qu’était Khadija pour le Prophète Mouhamed (SAWS), pour reprendre les propos d’Iran NDAO, c’est insulter les sénégalais. En vérité, notre Première Dame est comparable à Simon Gbagbo de la Côte d’Ivoire, pour n’avoir pas dit, jusqu’ici, la vérité à son époux.







Rufisque, le 11 décembre 2018,

Ansoumana DIONE, Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple – Tel : 77 550 90 82 – 70 745 88 47

Aïda Mbacké est une victime à prendre en charge (Ansoumana Dione)

Aïda M’BACKE qui a brulé vif son époux, aux maristes, est une victime à prendre en charge. C’est Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), qui le dit. D’ailleurs, il n’est pas surpris que son Médecin révèle qu’elle souffre de troubles mentaux. Au Sénégal, les questions de santé mentale ne sont pas, jusqu’ici, considérées à leur juste valeur. Quand une femme arrive à terme d’une grossesse, elle vit dans une anxiété à cause de l’accouchement, une épreuve parfois mortelle. A ce stade, elle a besoin d’être adulée, rassurée, accompagnée et soutenue, notamment, par son époux. Ce qui n’est pas le cas pour Aïda M’BACKE à qui son mari aurait annoncé une coépouse, qui serait un véhicule. En réalité, une telle information équivaut à un assassinat. En réaction à cet acte gravissime, qui serait posé par son époux, elle l’a brulé vif, sur ordre de son organisme qui s’était déjà métamorphosé. En clair, même si l’action a été bien préméditée, elle n’est pas responsable de ce crime, le seul fautif étant décédé suite à des propos qu’il n’aurait jamais dû tenir devant son épouse, en état de grossesse. Enfin, Ansoumana DIONE avertit le Président Macky SALL qui risque de vivre le même problème avec le peuple sénégalais. Pour éviter cela, il l’invite à bien vouloir lui accorder une audience avant qu’il ne soit encore trop tard.








Rufisque, le 21 novembre 2018,

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Ansoumana Dione: « Mame Adama Guéye travaille pour le président Macky Sall »

Ansoumana.DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, révèle que Maître Mame Adama GUEYE travaille pour la réélection du Président Macky SALL, au soir du 24 février prochain, sans s’en rendre compte. Car, cette plateforme qu’il veut mettre en place pour, dit-il, assurer la transparence de cette élection, n’aura aucune légitimité pour accomplir une telle mission. En vérité, ce sont les partis politiques, l’Etat, à travers ses démembrements, les candidats à la candidature, les défenseurs des droits de l’homme, la société civile, la presse, entre autres acteurs de notre démocratie, qui doivent se mobiliser pour la tenue d’une élection présidentielle libre et régulière. D’ailleurs, l’on ne peut plus parler de transparence de cette presidentielle, le seul candidat sortant, collectant illégalement des signatures pour le parrainage, alors qu’il n’a pas ce droit, en tant que Président de la République. Ainsi, les règles devant organiser ce scrutin si déterminant pour l’avenir de notre nation, comporte d’énormes irrégularités et c’est à ce niveau précis, extrêmement important, que les concernés devraient surtout agir. D’ailleurs, comment quelqu’un qui s’est retiré de la course pour cette presidentielle, peut-il travailler pour sa transparence ? Certes, son idée est très bonne. Mais, il néglige également une bataille très urgente, parmi tant d’autres, à savoir l’abrogation de la loi sur le parrainage. C’est pourquoi, Ansoumana DIONE invite les candidats à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, à plus de prudence, par rapport aux actes de Maître Mame Adama GUEYE, qui peuvent permettre au Président Macky SALL de voler facilement cette élection, comme il l’a déjà fait. Le Président Macky SALL doit abroger cette loi et appeler à un dialogue afin de préserver la paix et la stabilité du Sénégal.








Rufisque, le 20 novembre 2018,
Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione: «L’opposition travaille pour le président Macky Sall»

Le leader de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, fait une révélation. Selon Ansoumana DIONE, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, l’opposition travaille pour la réélection du Président Macky SALL. En l’en croire, tout candidat qui déposera ses fiches de signatures au Conseil Constitutionnel, aux côtés de celles du chef de l’Etat, commettra un complot contre le peuple sénégalais. La seule chose qui les intéresse, c’est d’accéder au pouvoir, même si les règles devant organiser cette élection, sont fausses. A toute chose, malheur est bon. Maintenant, les sénégalais ont compris que ces candidats qui aspirent à gouverner le pays, ne sont pas justes. Donc, ils sont pires que le Président Macky SALL. Aujourd’hui, tout le monde sait que ce dernier qui est déjà candidat à sa propre succession, ne devait pas participer à la collecte des signatures. La loi sur le parrainage exige aux candidats de 0,1 à 1% des électeurs. Comment celui qui a été élu en 2012 à plus de 65%, peut-il être concerné par cette disposition ?








Rufisque, le 11 novembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione dévoile la vraie raison de son courroux contre Macky Sall

Conférence de presse sur la situation des malades mentaux errants

Siège Amnesty International/Sénégal, Dakar – Sacré-Cœur 1 – Villa n° 8411

le mardi 23 octobre 2018 à partir de 10 heures

 

Déclaration liminaire

Par Ansoumana DIONE, Président de l’ASSAMM

 

Chers journalistes,

Messieurs les représentants d’organisations de défense des Droits de l’Homme,

 

Après vous avoir salués et remerciés d’avoir répondu à notre invitation, nous tenons à vous manifester notre joie, immense, de vous recevoir, ici, dans les locaux d’Amnesty international/Sénégal, avec son Président, Monsieur Seydi GASSAMA à qui nous exprimons, plus particulièrement, notre profonde gratitude. Comme vous le savez, déjà, nous nous retrouvons aujourd’hui pour défendre les droits d’individus, ne jouissant pas de toutes leurs facultés mentales, longtemps abandonnés à eux-mêmes dans les rues, sans aucune assistance. Conséquence de cette négligence, de la part de notre société, pourtant réputée de Téranga, de solidarité et d’entraide, ces concitoyens vivent un enfer terrestre impitoyable, sans que les autorités étatiques actuelles, ne leur viennent en aide. Récemment à Touba, un d’entre eux a été mortellement fauché par un véhicule dont le conducteur a pris la fuite. De 2012 à nos jours, beaucoup de malades mentaux errants ont perdu la vie, dans des circonstances similaires ou par suicide, sans compter les onze cas d’assassinats sauvages, enregistrés entre 2014 et 2018, à Tambacounda et à Dakar où une femme a été égorgée à la Citée des Eaux, avec une partie de ses bras emportée. Parallèlement à leurs souffrantes quotidiennes, ces malades mentaux errants, au nombre de trois mille, à travers le pays, constituent une des premières causes d’insécurité et d’insalubrité dans notre pays. Presque tous les jours, de paisibles citoyens payent les frais de leurs exactions et le cas d’Idiatou DIALLO, emprisonnée puis libérée pour tentative de vol d’enfant à la Médina, en est une parfaite illustration.









Naturellement, tout citoyen sensible à leur triste sort et conscient du danger permanent que ces malades mentaux errants représentent pour la société, demande qu’une structure de prise en charge leur soit construite. Pourtant, c’est en 2004 que notre Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), créée en août 2000, s’est dotée d’un tel centre à Kaolack, avec l’appui du régime du Président Abdoulaye WADE. Normalement, à l’heure actuelle, aucun malade mental ne devait errer dans les rues, ni à Dakar, ni partout dans les autres régions du pays, si ce Siège de notre organisation n’était pas confisqué puis fermé en 2013, par le régime du Président Macky SALL. Et, depuis lors, c’est tout le peuple sénégalais qui souffre de cette injustice, infligée aussi bien à ces malades mentaux errants qu’à l’ASSAMM. En réalité, notre seul tort est d’avoir pensé très tôt, à abréger les souffrances des populations, liées aux besoins en santé mentale. Mais, que tout le monde se le tienne pour dit : notre pays abritera les Jeux olympiques juniors en 2022. Si ces malades mentaux errants ne sont pas pris en charge par notre Association, à travers notre Siège de Kaolack, les nombreuses délégations internationales qui débarqueront au Sénégal, seront confrontées à d’énormes problèmes d’insécurité. C’est pourquoi, nous demandons au Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Monsieur Abdoulaye DIOUF SARR, de bien vouloir prendre toutes ses responsabilités, en nous restituant notre outil de travail, afin que nous pussions résoudre, avec l’appui du gouvernement, ce phénomène de l’errance des malades mentaux.









Chers journalistes, honorables invités, nous vous remercions de votre aimable attention. /

Sénégal: Jeux olympiques junior et malades mentaux errants

Le mardi prochain, sera un jour décisif pour les malades mentaux sénégalais. Au sortir de la célébration, le 10 octobre dernier, de la Journée mondiale de la santé mentale, l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), la RADDHO, la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme et Amnesty International, section Sénégal, unissent leurs forces, pour une meilleure prise en charge de cette frange particulièrement vulnérable de notre population. En effet, ces quatre organisations vont procéder au lancement de leurs activités, à travers une conférence de presse, prévue ce 23 octobre 2018 à partir de 10 heures, au Siège d’Amnesty International à Dakar, sis à Sacré-Cœur 1, Villa n° 8411. Comme mission première, elles statueront sur le cas des malades mentaux errants, au nombre de trois mille, qui devront être assistés, surtout pour la bonne tenue des Jeux olympiques junior qui se tiendront en 2022 dans notre pays. C’est pourquoi, le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Monsieur Abdoulaye DIOUF SARR, est appelé à prendre ses responsabilités par rapport à ce phénomène de l’errance des malades mentaux.








Rufisque, le 20 octobre 2018,

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Ansoumana Dione a porté plainte contre Ousmane Sonko

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, a déposé auprès du Procureur de la République, près le Tribunal de Grande Instance de Dakar, ce mardi 16 octobre 2018 vers 11 heures, une plainte contre le Président du PASTEF, Monsieur Ousmane SONKO. Qui, dans une vidéo diffusée dans le net, a clairement déclaré, sous les applaudissements de militants, qu’il ne serait pas un pêché de fusiller les présidents qui ont dirigé le Sénégal depuis l’an 2000. De tels propos mettent en danger la sécurité du Président Abdoulaye Wade et celle de son Excellence Monsieur Macky SALL, actuellement en exercice. C’est la raison pour laquelle, moi, Ansoumana DIONE, j’ai saisi la loi pour que ces graves propos, venant d’un Député à l’Assemblée Nationale, aggravant cette affaire, puissent être tirés au clair et que Justice soit rendue, l’intention étant punissable. Aujourd’hui, vu le niveau de recrudescence de la violence et de la criminalité, si élevé au Sénégal, ces genres de paroles, tenues par un candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, peuvent amener certains citoyens mécontents et malintentionnés, à passer à l’acte, croyant que ce ne serait pas un pêché. Alors, que force reste à la loi.








Rufisque le 16 octobre 2018,
Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione quitte le studio de la Rfm

YERIMPOST.COM C’est aujourd’hui la journée internationale des malades mentaux. Occasion que voulait saisir la Rfm pour parler des problèmes des malades mentaux sénégalais avec leur défenseur, Ansoumana Dione. Mais ce dernier s’est comporté comme ceux qu’ il défend dans le studio de la Rfm. Non content des questions de relance du journaliste Babacar Fall, Dione a tout simplement quitté l’émission.







La santé mentale, le défi du 3e millénaire

Demain, 10 octobre 2018, la Communauté internationale célèbre la Journée Mondiale de la Santé Mentale. A la veille de cet évènement important, vu les nouveaux enjeux que présente cet élément essentiel de la santé, Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), invite tous les chefs d’Etat du monde à plus de respect et de considération pour la santé mentale qu’il considère comme étant le défi du troisième millénaire. D’ailleurs, c’est conscient de cela que l’Organisation mondiale de la santé (Oms), a choisi comme thème, cette année : « Les jeunes et la santé mentale dans un monde en évolution ». Si l’on y prend garde, l’humanité risque de disparaitre, avec cette frange de la population qui cause déjà beaucoup de problèmes à leur pays comme en France, aux Etats-Unis d’Amérique, au Sénégal et partout dans le monde. A l’origine de cette situation, il y a l’absence d’une politique d’accompagnement, notamment, en matière de prévention, face à l’avancée de la science et de la technologie, ajoutée à cela, le chômage, le manque d’éducation civique, morale et citoyenne, dans un univers en perte de valeurs, où la trahison, la méchanceté, l’hypocrisie, l’injustice, la violence, la criminalité, la corruption, la vengeance, entre autres, sont érigées en règle.

Malheureusement, au Sénégal, les autorités sanitaires ne sont pas encore conscientes du réel danger qu’encoure la population dont l’état de santé mentale se détériore de plus en plus. Aujourd’hui, tous les signaux sont au rouge. Il ne se passe pas un seul jour où, pour des choses insignifiantes, des individus s’entretuent. Ici, personne ne s’écoute. Conséquence, l’on ne s’entend sur absolument rien et ceci est dangereux pour notre sécurité. Au Rwanda, un pays désormais cité comme exemple en Afrique, c’est ce que les dirigeants avaient compris, après leur génocide, pour mettre en place un vrai programme de santé mentale, visant à organiser leur population, pour le respect de soi, de son prochain, de son environnement, pour ne citer que cela. Chez nous, c’est le contraire. Même pour célébrer cette Journée mondiale du 10 octobre 2018, les autorités sanitaires vont déshonorer la santé mentale, à travers un cirque, prévu à Rufisque. Mais, fidèle à sa mission, Ansoumana DIONE sera ce mercredi à partir de 11 heures, au Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, pour le dépôt d’un Mémorandum, avec les vraies des préoccupations des populations, en matière de santé mentale, que la Direction de la Lutte contre la Maladie et la Division de la Santé Mentale qui, elle, n’existe que de nom, tentent de faire occulter au détriment des citoyens




Rufisque, le 09 octobre 2018,

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Ansoumana Dione: «Bougane geumoul boppam»

« Le leader de Geum sa bopp, Monsieur Bougane GUEYE Dany, geumoul boppam ». C’est Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, qui le dit. Selon lui, le Président Directeur Général du Groupe D-Médias, a clairement avoué sa défaite à cette élection, en déclarant qu’il sera au second tour. En clair, il est conscient de son incapacité de gagner au premier tour, ce qui signifie qu’il ne croit pas en lui, en contradiction avec l’idéologie de son mouvement. D’ailleurs, il ignore que cette élection, contrairement aux faux arguments, délivrés par certains analystes politiques, se jouera au premier tour. Car, pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal, les électeurs devront choisir un président de la République, sur la base de critères très sévères. En vérité, ce ne seront pas les programmes qui intéresseront les citoyens mais plutôt les personnes qui aspirent à gouverner le pays. Mieux, le peuple devra conserver le pouvoir, en s’auto-choisissant, à travers l’élection d’un simple citoyen, connu pour son patriotisme, sa constance, entre autres, à défendre les intérêts des populations.




Rufisque, le 06 octobre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Qui parraine le Sénégal ?

Depuis quelques temps, certains candidats à la candidature pour la présidentielle de 2019, sillonnent le pays, à la recherche de signatures pour être éligibles à cette élection. En réalité, personne d’entre eux n’est présidentiable. Car, pour gouverner un pays, il faut être d’abord intelligent. Ces propos sont d’Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat déclaré à ce rendez-vous électoral. Il regrette le manque d’inconscience dont fait montre la plupart de ces personnalités qui aspire à accéder à la Magistrature suprême. Selon lui, la loi sur le parrainage est truffée d’irrégularités, pouvant faire basculer notre pays dans de graves conflits. Aujourd’hui, tout le monde sait que le Président Macky SALL est déjà candidat à cette présidentielle. Alors, pourquoi doit-il participer au parrainage ? D’ailleurs, qu’est-ce qui arriverait au cas où il serait retenu par cette disposition qui l’enrôle à cause seulement d’une loi mal écrite ? Devons-nous nous laisser entrainer par une erreur humaine, aux conséquences incalculables ? C’est pourquoi, moi, Ansoumana DIONE, je pose la question à savoir qui parraine le Sénégal ? Si l’on y prend garde, nous risquons de bruler le pays, d’où l’urgence pour nous de choisir ente le parrainage et le Sénégal.

Rufisque, le 05 octobre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle








Ansoumana Dione saisit l’Assemblée nationale aux fins de destitution du chef de l’Etat.

Monsieur Ansoumana DIONE,

Candidat à la candidature pour                            Rufisque, le 28 septembre 2018

l’élection présidentielle de 2019

Habitant à Diokoul Wague – Rufisque

Tel : 77 550 90 82 – 70 745 88 47

 

 

A

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale

 

Objet : destitution du chef de l’Etat

 

Monsieur le Président,

 

Je viens, en ma qualité de candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, vous saisir pour la destitution du chef de l’Etat, son Excellence Monsieur Macky SALL.





En collectant les signatures de quelques électeurs, pour participer à cette élection à laquelle il est déjà candidat, il rompt le contrat le liant avec le peuple sénégalais qui avait parrainé sa candidature pour cette présidentielle en vue, depuis son élection en 2012.

 

Avec sa participation au parrainage qui ne le concerne pas, il n’est plus le Président de la République de tous les sénégalais. Ainsi, il viole la Constitution qui lui impose le respect strict de notre unité et notre cohésion nationale.

 

C’est pourquoi, je viens vous demander de bien vouloir prendre toutes vos responsabilités, en votre qualité de représentant du peuple, pour le respect de ses droits d’avoir aujourd’hui un président de la République intérimaire, Macky SALL étant illégalement candidat à la candidature.

 

Espérant une suite favorable à ma requête, veuillez agréer, Monsieur le Président, à l’expression de ma parfaite considération.





 

L’intéressé

Le Sénégal parmi les pays les plus sales d’Afrique

Au Sénégal, la situation sanitaire est devenue catastrophique et inquiète Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019. Au-delà du manque de moyens et de personnels, noté dans les structures de santé, ajouté aux nombreuses difficultés liées aux médicaments, entre autres, des maladies graves apparaissent dans notre pays. A l’origine de ces problèmes qui risquent de causer d’énormes préjudices aux populations, figure l’absence d’une politique réelle de prévention des maladies, par rapport aux déterminants de la santé. Aujourd’hui, le Sénégal est l’un des pays les plus sales d’Afrique. De Dakar, la Capitale, à Ziguinchor, en passant par Kaolack, Diourbel, pour ne citer que cela, partout ce sont des tas d’immondices qui jonchent les rues et artères principales. Et, parmi les villes les plus sales, Saint-Louis est en bonne place, avec, particulièrement, le long du fleuve, rempli d’ordures, de cadavres d’animaux, mélangés aux eaux de pluie, dégageant des odeurs nauséabondes. Pire, les malades mentaux errants viennent aggraver ce triste spectacle désolent. Jusque devant le Palais de la République, c’est une vieille femme malade mentale qui étale ses baluchons en face de la première institution de notre pays. Pour Ansoumana DIONE, le développement ne rime pas avec le désordre. Combien de marchés ont été ravagés par des flammes, avec plusieurs millions emportés, à cause d’un manque d’organisation ? C’est pourquoi, il invite le chef de l’Etat Macky SALL à bien vouloir prendre ses responsabilités, pour le respect des droits des citoyens, de vivre dans un environnement sain.




Rufisque, le 24 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione rend hommage à Bruno Diatta

Communiqué de presse

Ansoumana DIONE rend hommage à Bruno DIATTA.

Le Sénégal est en deuil. La République perd un grand homme. Bruno DIATTA est décédé. En ces moments douloureux, Ansoumana DIONE présente ses sincères condoléances au chef de l’Etat et à la famille du défunt. Egalement, il rend un hommage mérité à ce fidèle serviteur de la nation, de Léopold Sédar SENGHOR à Macky SALL, en passant par Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE. Pour le candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, Bruno DIATTA est parti, laissant derrière lui, une situation électorale incertaine, avec des contentieux, notés dans le processus. C’est pourquoi, il invite le Président Macky SALL à décrypter le message contenu dans le décès de ce valeureux chef du protocole de notre première institution. Aujourd’hui, le meilleur service qu’il puisse lui rendre, est d’œuvrer pour de larges consensus pouvant aboutir à une élection présidentielle apaisée, pour permettre au peuple sénégalais, de choisir de façon libre et démocratique, son Président de la République, le 24 février 2019. Pour cela, le Président Macky SALL devra lancer, au plus vite, un appel à l’ensemble des candidats à la candidature, pour un dialogue franc et sincère, en la mémoire du défunt. Que la terre lui soit légère.



Rufisque, le 22 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione: «Ousmane Sonko est un danger pour le Sénégal.»

Que l’Honorable Député Ousmane SONKO se le tienne pour dit : moi, Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, je ne le laisserai pas détruire le Sénégal. Car, lorsqu’il accuse le Président Macky SALL de préparer le vol de cette élection, il oriente la population vers des conflits post-électoraux. En vérité, il joue au mauvais perdant. En 2019, si le peuple souverain, décide de se faire diriger à nouveau par le Président Macky SALL, qui pourra s’y opposer ? N’est-ce pas que ce sont les sénégalais qui ont fait partir Abdou DIOF et Abdoulaye WADE, sans aucun problème ? Alors, une telle chose n’est-elle pas possible en 2019 avec Macky SALL ? Soyons objectifs : l’actuel locataire du Palais de la République, n’a-t-il pas le droit de prétendre à un second mandat ? Bien sûr que oui. Mais, quoi qu’il en soit, il appartient au peuple de choisir qui il veut, pour présider à ses destinées et personne n’a le droit de douter de sa capacité en la matière. En clair, si Ousmane SONKO n’est pas sûr de pouvoir gagner cette présidentielle en vue, tel n’est point le cas pour moi, Ansoumana DIONE. Oui, je remporterai haut la main, au premier tour, ce rendez-vous qui est celui du peuple, où aucun homme politique ne sera élu. Et, à la place des prisons, annoncées par Ousmane SONKO qui a dévoilé ainsi son statut d’homme rancunier, un esprit malsain à bannir pour le développement du Sénégal, je mettrai en place des écoles de formations aux métiers, pour les jeunes sans aucune qualification.





Rufisque, le 18 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ousmane Sonko dresse de lui-même un faux portrait-robot

L’Honorable Député Ousmane SONKO n’est pas du tout un homme courageux. Aussi, il n’est pas véridique. Pire, il n’a pas dit la vérité aux sénégalais lors de la présentation de son livre, à la Place de la Nation. Ces remarques sont d’Ansoumana DIONE qui a bien vu le portrait-robot, présenté par l’auteur lui-même. Et, c’est le talentueux journaliste, Cheikh Yérim SECK qui a eu l’honneur de lui poser la question à savoir si Monsieur Ousmane SONKO est un « Ibadou Rahmane ». Attention, qu’il le soit ou pas, n’était point important. Seulement, lorsqu’il dit appartenir à toutes les familles religieuses, ce qui n’est pas possible, il raconte une chose qui n’est pas vraie. D’ailleurs, jusqu’ici, il n’a pas répondu à la question, ce qui prouve à suffisance que ce candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, ne respecte pas le peuple sénégalais. N’est-ce pas que chaque citoyen est libre de pratiquer sa religion à sa manière ?




Rufisque, le 17 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle

Ansoumana Dione corrige Ousmane Sonko: un livre n’est pas la solution pour le Sénégal.

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, corrige le Député Ousmane SONKO, également en lice pour cette élection. Pour lui, un livre n’est pas la solution aux difficultés du Sénégal. Aujourd’hui, les populations sont à la recherche d’un citoyen capable de se mettre à leur service, pour une gestion saine de leurs ressources et la résolution des problèmes auxquels ils sont confrontés depuis 1960 à nos jours. En vérité, le patron du PASTEF essaye de tromper en vain la vigilance des sénégalais, l’élection présidentielle étant un rendez-vous entre un homme et un peuple. Et, c’est à ce niveau que l’auteur du livre en question, présente des lacunes qu’il veut combler. Mais, qu’il se le tienne pour dit : aucun livre ne peut développer un pays. Partout dans le monde, ce sont les noms de personnes qui sont cités en exemple, après avoir fait sortir les populations dans certaines situations. C’est pourquoi, moi, Ansoumana DIONE, je le répète à quiconque voudrait m’entendre : je suis le choix du Tout Puissant Seigneur à l’élection présidentielle de 2019, vu mon parcours de près de vingt ans, dans la défense des droits des couches les plus vulnérables de notre société. Contrairement aux autres candidats à la candidature, j’ai un rendez-vous avec le peuple sénégalais qui me sera reconnaissant des sacrifices dont je suis le seul à avoir consentis en sa faveur. Quand Dieu veut sauver une nation, Il lui envoie un dirigeant plein d’humanisme et de patriotisme, même si ce dernier ne dispose d’aucun moyen.




Rufisque, le 15 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Présidentielle de 2019: Ansoumana Dione se dit être « le choix de Dieu »

Communiqué de presse

Présidentielle de 2019 : Ansoumana DIONE, le choix de Dieu.

Au moment où les candidats à la candidature pour la présidentielle de 2019, se mobilisent à collecter les signatures pour le parrainage, Ansoumana DIONE, le Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, annonce, ici, à quiconque voudrait l’entendre, qu’il est le choix de Dieu à cette élection qui se trouve être celle du peuple. Car, parmi tous les prétendants à la succession du chef de l’Etat Macky SALL, il se dit être le plus sincère puisqu’il ne dispose, jusqu’ici, d’aucun moyen financier ou matériel. Et, il est le seul à avoir été, au préalable, au service exclusif des populations, à travers la défense des droits de la couche la plus vulnérable de notre société, à savoir les malades mentaux errants, bien qu’il ne soit pas député ou membre du gouvernement. Alors, 2019 étant le temps du choix pour le peuple sénégalais, après deux alternances réussies, mais n’ayant pas atteint leurs objectifs escomptés, Dieu qui connait mieux que quiconque le candidat le plus sérieux, qui apportera le plus de bonheur aux populations, a déjà choisi Ansoumana DIONE dont personne n’ignore sa constance dans la défense des intérêts des citoyens, sa droiture, son patriotisme. Certes, il est le plus faible en matière de moyens. Mais, il est le seul qui a su se sacrifier pendant près d’une vingtaine d’années dans une mission hautement humanitaire. D’ailleurs, il veut démonter à travers sa victoire en 2019 que c’est Dieu qui élit tous les chefs d’Etas du monde.





Rufisque, le 11 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Parrainage: Ansoumana Dione présente son manifeste

Election présidentielle du 24 février 2019

 

Démarrage de la collecte des signatures

pour la candidature d’Ansoumana DIONE

lundi 10 septembre 2018

Discours programme

 

Chers concitoyens,

Notre pays se prépare à une présidentielle, prévue le dimanche 24 février 2019. Pour y participer, les candidats doivent présenter des signatures au Conseil constitutionnel, de 0,8 à 1% des électeurs, conformément à la loi sur le parrainage. En vérité, cette élection est celle du peuple sénégalais qui devra choisir un Président de la République, en dehors de la classe politique. C’est pourquoi, après avoir sacrifié près de vingt ans de ma vie pour la défense des droits des malades mentaux, je me suis assigné une autre mission, cette fois-ci, de libération du peuple. Pour ce faire, je compte prendre part à ce rendez-vous électoral, sous la bannière de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple. D’abord, je dois réussir cette étape du parrainage dont je démarre la collecte des signatures, ce lundi 10 septembre 2018. En prélude à cette opération, je vous présente, ici, les grandes lignes de mon programme avec lequel je gouvernerai le Sénégal.




Ce programme consiste à bâtir le citoyen, le moteur du développement. Ainsi, l’accent sera mis sur les secteurs de la santé et de l’éducation. La santé avant tout, devra être enfin une réalité, avec une accessibilité aux médicaments ainsi qu’aux différentes spécialités, sur toute l’étendue du territoire. Mieux, la lutte contre la maladie se fera surtout à travers la prévention, notamment, par le biais d’un environnement propre et d’une alimentation saine. Concernant l’éducation, des enseignants bien formés, seront recrutés, non sans mettre les apprenants dans de bonnes conditions d’études, aussi bien dans les villes que dans les campagnes. Là également, l’Education pour tous, ne devra plus être un simple slogan. D’ailleurs, pour lutter contre la mendicité des enfants talibés, des écoles coraniques publiques, seront créées. Et, pour plus de résultats, les droits du personnel œuvrant dans ces deux secteurs de développement, seront respectés pour le bonheur des populations.

Ensuite, le pays sera mis au travail, en réorganisant les secteurs que sont : l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’artisanat, le tourisme, l’artisanat, le commerce, le transport, le sport, l’industrie, entre autres. Aussi, les métiers de tailleur, la menuiserie, la maçonnerie, la cordonnerie, la plomberie, la mécanique automobile, pour ne citer que cela, devront être valorisés, pour inciter les jeunes à les exercer. Puis, les consommateurs seront sensibilisés pour que nos produits locaux puissent être utilisés en priorité. S’agissant du secteur privé et informel, des petites et moyennes entreprises, des mesures seront prises pour permettre au patronat de pouvoir fournir le maximum d’emplois. Ainsi, en boostant ces différents secteurs, notre économie se portera mieux, avec un taux de croissance favorisant un recrutement massif dans la fonction publique, respectant les droits des personnes à mobilité réduite dont leur présence sera même visible au sein du gouvernement. Mon objectif est de faire restaurer la dignité humaine par le travail et ceci permettra de freiner l’émigration clandestine, grâce à une redistribution équitable de l’ensemble de nos ressources.

Pour réaliser tout cela, nous mettrons en place une justice indépendante et impartiale, qui servira pour lutter contre la corruption, la violence sous toutes ses formes et la criminalité dans notre pays. Elle sera également mise à profit pour combattre le trafic de la drogue et des faux médicaments. La fabrique et la vente d’alcool et du tabac, seront règlementées pour la sécurité des populations. Et, pour mettre fin à certaines inégalités sociales, les malades mentaux errants, les toxicomanes, les enfants de la rue, les personnes handicapées, les accidentés de la circulation, les hommes de tenue, mutilés de guerre, entre autres, seront totalement pris en charge. Car, un pays qui aspire au développement, doit impérativement s’occuper de toutes ses couches vulnérables, la créature humaine étant sacrée, d’où la pertinence de cet esprit d’entre-aide et de solidarité, à cultiver au sein de la communauté. Pour bâtir le citoyen, des efforts considérables devront être déployés, notamment pour le renforcement de la démocratie et l’état de droit. Pour cela, l’on aura besoin d’une presse forte, libre et indépendante, avec des contenus visant à informer et éduquer surtout les populations, à travers des débats et des émissions thématiques, portant sur le développement du pays.

Le retour à nos valeurs culturelles sera promu, en incluant dans notre système éducatif, l’enseignement de la vie et l’œuvre de nos grandes figures religieuses. Car, ces dernières doivent nous servir de modèles pour instaurer le culte du travail, le respect de soi et de son prochain, surtout chez les jeunes. Une société sans repère, est vouée à l’échec. Aujourd’hui, nombreux sont les sénégalais qui ne croient plus en leur pays, à cause des mauvaises pratiques de vol, de détournement de deniers publics, de trahison, de transhumance, de mal gouvernance, d’esprit de vengeance, entre autres, dans lesquels excelle la plupart de nos hommes politiques, de 1960 à nos jours. Malgré leur honnêteté, leur franchise, leur manque de moyens, à tous les niveaux, les réalisations de nos illustres personnalités religieuses et culturelles, sont chantées à travers le monde, grâce à leur sens élevé de patriotisme.

Aujourd’hui, le peuple sénégalais a soif d’avoir des dirigeants nouveaux, capables de le servir exclusivement et avec désintéressement. C’est la raison pour laquelle, j’appelle, ici, tous les patriotes du pays, d’ici et d’ailleurs, à parrainer ma candidature et apporter leurs soutiens matériels et financiers, pour une victoire du peuple, à travers ma modeste personne, Ansoumana  DIONE, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019.

Merci de votre aimable attention !




Fait à Rufisque, le 09 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione demande à Macky Sall la restitution des clés du Palais

Pour la restitution immédiate des clefs du Palais de la République

.

Après avoir saisi le Conseil Constitutionnel pour l’annulation de la candidature du chef de l’Etat au parrainage et exigé la démission du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, pour la mauvaise rédaction de la loi sur le parrainage, Ansoumana DIONE, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, demande au candidat Macky SALL de restituer immédiatement les clefs du Palais de la République, puisqu’il n’est plus le Président du Sénégal. Voici la lettre :



Monsieur le candidat,

 

 

 

Nous venons, par la présente, vous faire remarquer que vous n’êtes plus le Président de la République du Sénégal, depuis le lancement de votre campagne de collecte de signatures pour le parrainage.

 

 

 

En 2012, le peuple sénégalais vous avait fait l’honneur, en vous choisissant pour présider à ses destinées, jusqu’en 2019. Aujourd’hui, vous recherchez soixante-cinq mille parrains, pour être candidat à l’élection présidentielle de 2019 à laquelle vous étiez déjà candidat.

 

 

 

D’ailleurs, votre objectif est d’atteindre trois millions de signatures alors que vous devriez rester le Président de la République de tous les sénégalais. En clair, vous avez démissionné de votre fonction de chef d’Etat, Gardien de la Constitution.

 

 

 

Pire, vous avez trahi le peuple, en violant ainsi notre Constitution qui vous impose le respect strict de notre unité et de notre cohésion nationale. C’est pourquoi, nous vous demandons de restituer immédiatement les clefs du Palais de la République, puisque vous n’êtes plus le Président du Sénégal.

 




En attendant une suite favorable à nos attentes, veuillez agréer, Monsieur le candidat, à l’expression de notre parfaite considération.

 

 

 

Rufisque, le 07 septembre 2018,

 

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Présidentielle de 2019: Quand Dieu parle aux Sénégalais.

Le cinquième président de la République du Sénégal ne sera pas un homme politique. La révélation est faite par Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la présidentielle de 2019. Selon lui, Dieu a déjà parlé aux sénégalais, à travers les cinq doigts de l’être humain. En clair, lorsque vous tendez une de vos mains, la gauche, par exemple, vous trouverez que quatre doigts se touchent, laissant totalement de côté, un seul qui se trouve d’ailleurs dans une autre direction. Alors, voici la signification de ces cinq doigts : le plus petit représente l’actuel chef de l’Etat Macky SALL qui a succédé à son père, le suivant, en second, Abdoulaye WADE. En troisième position, vient Abdou DIOUF, le plus long, ayant hérité son pouvoir de Senghor, en quatrième position. Le cinquième est celui qui sera élu en 2019, Macky SALL étant né pour exercer un seul et unique mandat de sept ans, comme l’indiquent le mois et son année de naissance : décembre, le dernier mois de l’année, comme Macky SALL fermera ce cycle politique et 1961 = 1+9+6+1 = 17 = 1 mandat de 7 ans.




Rufisque, le 06 septembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019

Parrainage: Ansoumana Dione exige la démission du ministre de la Justice

Au Sénégal, les standards, garantie des droits humains , élevés,Ismaïla Madior Fall

Monsieur Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi,

le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature                    Rufisque, le 06 septembre 2018

pour l’élection présidentielle de 2019

Adresse : Citée Filaos – Villa 14 – Bis – Rufisque

Tel : 77 550 90 82 – 70 745 88 47

                                                                                                            

 

A

Monsieur le Ministre de la Justice,

Garde des Sceaux

 

Objet : démission du Ministre de la Justice

 

Monsieur le Ministre,

 

A cause de la loi sur le parrainage, le Sénégal est plongé dans une situation inédite, avec un Président de la République, en exercice, son Excellence Monsieur Macky SALL, à qui il est injustement demandé de trouver soixante-cinq mille signatures, au maximum, pour pouvoir être candidat à l’élection présidentielle de 2019.

 

En vérité, cette loi est très mal rédigée. Car, en tant chef suprême de la Magistrature et Gardien de la Constitution, notre première institution qui se trouve être déjà candidat à sa propre succession, ne devait aucunement être concerné par cette disposition, visant à filtrer les candidatures.

 

En clair, cette loi sur le parrainage devait seulement imposer aux candidats à la candidature, des signatures pour être éligible à cette élection dont le Président de la République est l’organisateur. Mais, en demandant à tout candidat de remplir au préalable cette condition, l’on enrôle illégalement le chef de l’Etat Macky SALL qui a l’obligation de gouverner uniquement le pays, de 2012 à 2019.

 

Conséquence, votre manque total de vision a induit tout un peuple en erreur, puisque vous conviendrez avec nous qu’un candidat sortant ne doit pas être candidat à la candidature, avec tous les risques de non éligibilité que cela comporte. C’est la raison pour laquelle, nous vous demandons de bien vouloir démissionner de votre fonction de Ministre de la Justice.

 

Vous souhaitant bonne compréhension, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, à l’expression de notre parfaite considération.

 

 

L’Intéressé

 

 

Ce que cache l’article 8 de la loi sur le parrainage

Ansoumana DIONE, Président du mouvement politique, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, a fait face aux journalistes de Rufisque, à leur Siège, ce dimanche 26 août 2018 à 15 heures. D’emblée, le candidat à la présidentielle de 2019, a réitéré sa capacité de remporter cette élection au premier tour, au soir du 24 février prochain, grâce à son profil de citoyen ayant sacrifié toute sa vie, depuis l’an 2000, dans le domaine du social, au profit exclusif des populations. Abordant l’ordre du jour, le défenseur des malades mentaux a indiqué que les autorités veulent contrôler le parrainage, quand la loi demande aux candidats de désigner des coordonnateurs nationaux de collecte et des collecteurs départementaux, communaux, etc. En clair, cette disposition arbitraire, expose ces derniers à la corruption, notamment, avec le régime du Président Macky SALL qui se sert d’habitude du pouvoir de l’argent pour acheter les consciences des citoyens, frappés dans leur majorité, par la pauvreté. D’ailleurs, qu’est-ce qui explique une telle décision obscure, si l’on sait que les signatures seront déposées au Conseil Constitutionnel ? N’est-ce pas que l’essentiel est d’être en règle par rapport aux signatures ? Alors, pour quelles raisons le Ministère de l’Intérieur veut il s’immiscer dans la collecte ? Autant de questions, entre autres, dont les trois catégories de fiches de signatures, qui devront être réexaminées au cours de la réunion de ce lundi, au Ministère de l’Intérieur, en présence, s’il plait à Dieu, d’Ansoumana DIONE qui, depuis ce vendredi, avait transmis à la presse, une correspondance pour inviter Monsieur Aly Ngouille N’DIAYE à organiser une telle rencontre.




Présidentielle de 2019 : le profil d’Ansoumana DIONE

Ansoumana DIONE est un citoyen, de nationalité exclusivement sénégalaise, né le 22 janvier 1970 à Kaolack. Son plus grand Diplôme est le Brevet de Fin d’Etudes Moyennes (BFEM), obtenu à Rufisque en 1989. De l’an 2000 à nos jours, il s’est distingué dans la lutte pour le respect des droits des malades mentaux au Sénégal. Il est marié à une épouse et père de trois enfants avec qui il vit dans un studio en location à Rufisque, au quartier Diokoul Wague, depuis 2005. Jusqu’ici, il est sans emploi, notamment, après la confiscation en 2013, par le régime du Président Macky SALL, du Siège de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), qu’il avait créée pour faire améliorer les difficiles conditions de vie de ses concitoyens, ne jouissant pas de toutes leurs facultés, dont la plupart est encore abandonnée dans les rues, sans la moindre assistance. Aujourd’hui, après près de vingt ans de sacrifices et de privations, il se fixe comme objectif de libérer le peuple sénégalais de sa classe politique, incapable d’apporter des réponses correctes à ses véritables préoccupations. Pour ce faire, il s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle de 2019 dont il se dit favori grâce à son profil « d’homme humaniste » et à son projet de société : bâtir le citoyen, le moteur du développement. /




Fait à Rufisque, le 26 août 2018,
Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019 – Tel : 77 550 90 82 – 70 745 88 47

Ansoumana Dione fait des révélations sur l’Imam Alioune Badara Ndao de Kaolack.

Le Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019 qu’il compte remporter au premier tour, au soir du 24 février, fait des révélations sur l’Imam Alioune Badara NDAO de Kaolack. Pour Ansoumana DIONE, cette grande personnalité religieuse, désormais très connue même à travers le monde, a une mission divine à accomplir plus particulièrement au Sénégal. Dès son arrestation, il a été conduit dans la Ville de Saint-Louis où beaucoup d’hommes religieux ont eu à séjourner dans le passé. Aujourd’hui, sans aucune surprise, en tout cas, pour Ansoumana DIONE qui a été parmi les premiers à témoigner sur son innocense, l’Imam est devenu libre par la gâce de Dieu. Maintenant qu’il a vécu toutes ses épreuves dans la plus grande dignité, que personne ne s’étonnera de le voir réussir dans ses projets religieux. D’ailleurs, Ansoumana DIONE lui rendra visite, très bientôt, à son domicile à Kaolack où sera originaire le successeur du Président Macky SALL. Oui, il suffit de regarder comment Imam Alioune Badara NDAO a été acceuilli à Kaolack pour comprendre cela.




Rufisque, le 26 juillet 2018,
Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019

Le président Macky Sall bloque les subventions aux personnes handicapées.

Incroyable mais vrai, le chef de l’Etat Macky SALL a fait bloquer les subventions 2018, des personnes handicapées. C’est Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assisance aux Malades Mentaux qui fait cette révélation. Si, en ce 2018, décrété année sociale, l’Etat ne parvient pas à payer, jusqu’ici, cette maigre somme d’argent, c’est parce qu’il est tout simplement confronté à un sérieux problème de trésorerie. Malheureusement, le gouvernement refuse de reconnaitre toujours cette triste réalité qui était d’ailleurs à l’origine de l’assassinat sauvage de l’étudiant Fallou SENE, à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. En vérité, en disant que les caisses de l’Etat n’étaient pas vides, les autorités sénégalaises n’avaient fait que mentir aux populations. Sinon, comment comprendre que cette argent destiné une seule fois par an à des personnes vulnérables, subisse un tel retard alors qu’il devait être payé depuis le mois de janvier. Et si les personnes handicapées faisaient comme les étudiants pour rentrer dans leurs fonds?




Rufisque, le 25 juillet 2018,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux –

Ansoumana Dione analyse la situation du pays

Ansoumana DIONE, Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019, analyse, ici, en toute objectivité, la situation du pays, notamment, avec les affaires dites Karim WADE et Khalifa SALL. Egalement, celui qui se considère comme étant le successeur du Président Macky SALL, fait une importante précision sur l’évolution de la vie politique au Sénégal, qui impose aux citoyens de choisir en 2019, un Président de la République, né après les indépendances.





En réalité, le Président Macky SALL est né pendant les indépendances. Et, c’est son successeur qui sera né dans les années 1970, pour que le peuple soit logique avec lui-même dans sa démarche politique. Autrement dit, tous ces anciens qui aspirent à gouverner ce pays, perdent leur temps. Car, les sénégalais ont maintenant besoin d’un Président de la République, issu de la jeune génération, pour traduire les aspirations d’une population essentiellement jeune.

S’agissant des affaires Karim WADE et Khalifa SALL, ces personnages ne représentent, ni le peuple, ni la classe politique sénégalaise. Aujourd’hui, il y’a de nombreux citoyens qui sont dans la même situation qu’ils vivent. Et, le peuple n’est pas condamné à les avoir comme candidats à l’élection présidentielle de 2019. C’est pourquoi, nous condamnons les propos du Président Abdoulaye WADE, disant qu’il n’y aura pas d’élection au Sénégal, sans ces deux personnalités, comme si la population était prête à choisir un seul d’entre eux, comme le prochain Président du Sénégal. D’ailleurs, seuls les politiques s’activent autour de leurs dossiers. Le peuple n’en a jamais fait son problème. Car, s’agissant de l’affaire Khalifa SALL, la caisse d’avance de la Mairie de Dakar, n’a jamais servi pour soigner un seul malade mental errant à Dakar. Et, qui a vu aussi Karim WADE défendre, une seule fois, les intérêts des populations, même lorsqu’il était Ministre de la République ?

 

En 2019, le peuple sénégalais va faire le procès de sa classe politique. Aujourd’hui, aucun leader de l’opposition n’est en mesure de remporter cette présidentielle au premier tour. C’est pourquoi, ils comptent tous sur un second tour pour faire tomber le Président Macky SALL. En vérité, ils seront tous surpris puisque c’est au premier tour que moi, Ansoumana DIONE, je gagnerai cette élection pour faire libérer le peuple de cette classe politique, arrivée en fin de cycle. En l’an 2000, tout le monde savait que le Président Abdoulaye WADE avait un rendez-vous avec les sénégalais et c’est pour cela qu’il a été élu au second tour, pour se faire réélire, facilement, au premier tour, en 2007. En 2012, le Président Macky SALL n’avait un rendez-vous avec personne. Il a été seulement utilisé pour sanctionner son prédécesseur. D’ailleurs, c’est pourquoi, il crie un peu partout pour obtenir un second mandat qu’il n’aura jamais à cause surtout de sa mauvaise gestion du pays. Et, comme Maître Abdoulaye WADE, moi, Ansoumana DIONE, j’ai un rendez-vous avec le peuple sénégalais en 2019, après avoir sacrifié près de vingt ans de ma vie dans la lutte en faveur des malades mentaux. Et, c’est cela qui me permettra, effectivement, de remporter cette élection au premier tour. Oui, c’est moi qui détiens la clé de cette présidentielle, avec le social qui est la finalité de la politique. C’est pourquoi, j’invite les patriotes sénégalais à appuyer ma candidature pour qu’ensemble, nous puissions bâtir le citoyen, moteur du développement.




 

Rufisque, le 19 juillet 2018,

Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione: « Je serai l’attraction à l’élection présidentielle de 2019. »

Ansoumana DIONE, Président du mouvement politique, Jaamu Askan wi, déclare à quiconque voudrait l’entendre, qu’il sera l’attraction à l’élection présidentielle de 2019. Car, selon lui, le Président Macky SALL est celui qui fermera la longue marche de cette classe politique qui gouverne le Sénégal, depuis les indépendances à nos jours. En clair, l’actuel chef de l’Etat gouverne en même pour l’ensemble des autres leaders de l’opposition sénégalaise dont Monsieur Idrissa SECK, qui avaient tous voté pour son élection en 2012. C’est pourquoi, Ansoumana DIONE leur conseille tous de ne point s’aventurer à se présenter comme candidat à la présidentielle de 2019. Car, d’après même un sondage populaire, on ne peut plus clair, aucun homme politique ne sera élu Président de la République du Sénégal, au soir du 24 février prochain. Et, c’est cette réalité qui fera de moi, Ansoumana DIONE, le candidat le plus célèbre, de par mon parcours dans le domaine du social, notamment, à travers mon combat en faveur des malades mentaux errants, couche la plus vulnérable de notre société. Alors, dans quelques mois seulement, je serai, s’il plait à Dieu, le Président de la République du Sénégal et je mettrai surtout, d’abord, de l’ordre dans ce pays. Attention, concernant l’Opération « Ma caution, d’abord » dont la cérémonie de lancement est prévue au CNFA de Rufisque, le samedi 14 juillet 2018 à partir de 09 heures, des voluontaires ont déjà commencé à verser leur cotisation de 100 francs CFA, pour le paiement de sa caution. Une grande première au Sénégal.




Rufisque, le 02 juillet 2018,
Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 20189

Ansoumana Dione explique l’élimination du Sénégal au Mondial 2018

Le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) explique pourquoi notre pays à été éliminé de la Coupe du monde 2018 de Foot-ball. Selon Ansoumana DIONE, les Lions ont tout simplement été victimes de la situation de mécontentement général qui prévaut au Sénégal, depuis l’accession du Président Macky SALL au pouvoir. Ici, personne ne s’entend sur rien absolument, même par rapport au texte de loi sur le parrainage devant organiser l’élection présidentielle de 2019. Depuis plusieurs mois, les populations sont dans un désarroi total, causé par un manque d’eau injustifiable. Et, pour des futilités, l’on s’entretue jusque dans les universités, comme c’est le cas de l’étudiant Fallou SENE, froidement assassiné par les forces de l’ordre, pour un plat de riz à 150 francs CFA.




Dans un pays où les droits des malades mentaux errants sont baffoués par le Président de la République, lui-même, avec la confiscation depuis 2013 du Siège de l’ASSAMM à Kaolack. Un Etat qui ne paie pas les salaires des travailleus du secteur de la santé où les syndicats sont en grève depuis plusieurs mois, sans que les autorités n’apportent des solutions à leurs revandications. Dans de telles conditions, notre équipe nationale de Foot-ball, qui est parmi les meilleures au monde et que nous félicitons au passage, ne pouvait pas triompher. Que l’on se dise la vérité. En 2002, si nous étions arrivés jusqu’en quart de final, c’est parceque notre pays venait juste de connaitre une première alternace, pacifique. Les populations vivaient dans la joie, avec le départ du Président Abdou DIOUF du pouvoir. Le peuple était uni autour de l’essentiel, avec un Président Abdoulaye WADE qui écoutait parfaitement tout le monde.

Malheureusement, avec le Président Macky SALL, le Sénégal est devenu un pays divisé, où règne en maître l’injustice totale. Comme nous le disions : nous pouvons tous être malhonnêtes, les uns des autres. Mais, Dieu, Lui, restera toujours juste avec nous-mêmes. En clair, le Ministère des Sports ne gagnera rien, en matière de Foot-ball, que ce soit en Coupe d’Afrique ou au Mondial, tant que ses homologues de l’Agriculture, de l’Education, de la Santé, de l’Hydrolique, entre autres, ne seront pas en mesure de satisfaire les besoins des populations. En vérité, les sénégalais ne comprennent pas, jusqu’ici, ce que signifie l’union sacrée. Il s’agit point d’avoir toute l’opposition en Russie, derrière le Président Macky SALL. Mais, nous devions plutôt faire en sorte que toutes les lamentations des citoyens, si petites soient-elles, ne puissent être, au préalable, l’objet d’indifférence.




Comme nous l’avons tous constaté, notre pays a regressé depuis la victoire sur la Pologne, suivie du nul et d’une defaite. Mais, en voyant l’Entraineur Aliou CISSE, se pencher pour ramasser le turban aux couleurs nationales, qui était tombé du cou du Président Macky SALL qui a déjà perdu le pouvoir, les signes étaient déjà très clairs comme quoi, les Lions ne pouvaient plus gagner dans cette compétition internationale.

Rufisque, le 01 juillet 2018,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Ansoumana Dione: « le président Macky Sall est le plus grand voleur du Sénégal. »

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) déclare, ici, à quiconque voudrait l’entendre, que le chef de l’Etat Macky SALL est le plus grand voleur du Sénégal. D’ailleurs, il invite le Procureur de la République à sévir dans l’intérêt des populations, afin que force puisse rester à la loi. Après avoir choisi librement de travailler pour les malades mentaux errant à travers le pays, au nombre de trois mille, aujourd’hui, jai rencontré personnellement le Président Abdoulaye WADE, un vendredi 22 novembre 2002. Au cours de cette audience, j’ai obtenu auprès de lui, la constrution d’un Centre à Kaolack en 2004, pour leur prise en charge médicale gratuite et leur réinsertion sociale. Mais, c’est en 2013 que le Président Macky SALL, en grand voleur, nous a pris cette structure au détriment de tout le peuple sénégalais. Conséquence, je suis resté jusqu’ici, sans travail, alors que les malades mentaux errants, pour qui je me suis battu depuis près de vingt ans maintenant, sont toujours sans assistance et meurent, un à un, tels des animaux sauvages.

Rufisque, le 20 juin 2018,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)



Le Mondial 2018 révèle que le président Macky Sall ne sera pas réélu en 2019

Inutile de combattre le Président Macky SALL. Car, il n’a plus le pouvoir. Ces propos sont du Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019. En disant cela, Ansoumana DIONE se fonde sur des images du chef de l’Etat, de qui est tombé le turban, avec nos couleurs nationales, qu’il portait sur le cou. C’etait lorsqu’il s’adressait hier à la presse, suite à la victoire du Sénégal sur la Pologne, dans le cadre de la Coupe du monde 2018 de Foot-ball. D’ailleurs, c’est l’Entraineur des lions, Aliou CISSE, qui s’est penché pour ramasser le tissu coloré et ces images ayant fait le tour du monde, prouvent nettement, encore, une fois de plus, que le Président Macky SALL ne sera pas réélu en 2019. En fait, nul n’ignore que c’est Dieu qui donne le pouvoir et le retire à qui Il veut. Mais, dans tous les deux cas, Il laisse toujours apparaître des signes avant-coureurs, très clairs.

Rufisque, le 20 juin 2018,
Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019



Ansoumana Dione: « Voter pour Macky Sall, c’est commettre un péché. »

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué de Dione…

Le Président du mouvement politique Jaamu Askanwi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019, fait ici une très grosse révélation. Selon Ansoumana DIONE, voter pour le Président Macky SALL en 2019, c’est commettre un péché. Car, aujourd’hui, tout le monde sait qu’il n’est pas un homme juste. D’ailleurs, cest pourquoi, il est devenu une malédiction pour le Sénégal. Comment un Président de la République, peut-il permettre à la Justice d’emprisonner certains citoyens en laissant d’autres circuler librement ? En tout cas, Ansoumana DIONE persiste, signe et se veut très clair. Un chef d’Etat qui a empêché la prise en charge et la réinsertion sociale de trois mille malades mentaux errants, par la fermeture de leur maison à Kaolack et qui a reoonnu ensuite son échec par rapport à la situation des enfants de la rue, un dirigeant qui ne respecte jamais ses propos, aucun citoyen n’a le droit de voter pour lui, pour un second mandat. En 2012, c’etait compréhensible. Mais, pour 2019, ce sera inacceptable de voter pour lui et il est même dangereux de le soutenir. Alors, tout le monde est avertit.




Rufisque, le 18 juin 2018,
Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019 –

Lettre d’un déficient mental à son Excellence, Monsieur le Président de la République

Notre pays vient de célébrer encore, à l’unisson, la fête de Korité. A cette occasion, je viens, par la présente, vous transmettre mes vives prières à vous et à votre famille. Que cette unité des coeurs se transforme en bonheur pour l’ensemble de vos compatriotes qui vous ont porté au pouvoir en 2012. Egalement, nous vous souhaitons beaucoup de succès, notamment, pour l’organisation de l’élection présidentielle de 2019, ainsi que pour la victoire de notre équipe nationale de Foot-ball qui se trouve présentement en Russie, pour les besoins de la Coupe du monde 2018. Excellence, Monsieur le Président de la République, ce 17 juin 2018 marque la sixième édition de la Journée Nationale des Malades Mentaux Errants. C’est la raison pour laquelle, nous vous demandons de bien vouloir penser à leur triste sort, afin de leur permettre de retrouver leur dignité, surtout en ce 2018 que vous avez bien voulu décréter année sociale.




Vous souhaitant longue vie pleine de bonheur, veuillez agréer, Excellence, Monsieur le Président de la République, à l’expression de ma parfaite considération.

Rufisque, le 17 juin 2018,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Ansoumana Dione descend en flammes le régime du président Macky Sall

Le Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019, descend en flamme le régime du Président Macky SALL. De la question du parrainage au dialogue sur le pétrole et le gaz, en passant par la maltraitance des personnes handicapées, sans oublier les finances publiques, les grèves répétitives dans le secteur de la santé, entre autres sujets d’actualité, Ansoumana DIONE crache ici ses vérités au chef de l’Etat Macky SALL qu’il qualifie d’incompétent.




Le Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019, n’est pas du tout content de la gestion du pays par le chef de l’Etat Macky SALL. En faisant retourner la loi sur le parrainage à l’Assemblée Nationale, cela prouve nettement, pour Ansoumana DIONE, que le régime en place ne travaille pas sérieusement sur le sujet le plus important dans la vie d’une nation, à savoir l’élection présidentielle. Jusqu’ici, cette loi ne fait pas l’objet de consensus, ce qui risque de causer d’autres problèmes, notamment, pour son application.

Sur le dialogue national portant sur le pétrole et le gaz, le Président de Jaamu Askan wi, regrette surtout l’absence de cartes d’invitation pour une rencontre aussi importante. Comment le chef de l’Etat Macky SALL peut-il se permettre cela ? En vérité, il devait pouvoir respecter l’opposition et les autres forces vives de la nation. Mais, en agissant de la sorte, il s’est comporté en roi, oubliant que nous sommes en République.

Abordant la maltraitance des personnes handicapées, Ansoumana DIONE souligne l’échec de la politique sociale du Président Macky SALL. Selon lui, ce dernier n’a aucune vision pour les couches vulnérables dont les malades mentaux errants à qui son régime a privé de leurs droits à la santé et au bien-être, avec la confiscation depuus 2013, du Siège de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), à Kaolack. D’ailleurs, c’est à cause de son comportement envers ses comapriotes défavorisés, qu’un agent de sécurité de proximité, s’est permis de violenter sévèrement des femmes handicapées. Arrêtons de vouloir tromper l’opinion nationale et internationale. Car, c’est le Président Macky SALL qui est le premier à les avoir maltraités.

Pour les finances publiques, Ansoumana DIONE qui a été le premier à dire, dans une émission « TMTC » de la Dtv, que le Sénégal souffre d’un manque d’argents, est confirmé aujourd’hui dans ses propos, tenus il y a quelques mois de cela, par le pouvoir en place. La preuve, informe le candidat à la présidentielle de 2019, le budget de cette année 2018, va subir une réduction de 50%, ce qui signifie que beaucoup de programmes d’investissements connaitront de sériesuses perturbations au détriment des populations. Où va le Sénégal ? Personne ne sait.




D’ailleurs, à cause de ce grave problème de trésorerie, l’Etat du Sénégal n’arrive même pas à honorer, jusqu’ici, ses propos engagements concernant le paiement des salaires des travailleurs du secteur de la santé, actuellement en grève. C’est la raison pour laquelle, les autorités sanitaires avaient choisi de ne pas prendre à cette réunion d’information et de partage sur les problèmes de la Santé et de l’Action Sociale, tenue le lundi 11 juin 2018, au Siège social de l’UNSAS, à l’initiative de l’Alliance des Syndicats Autonomes de la Santé « And Gueusseum », en présence du Président de l’ASSAMM, Ansoumana DIONE.

Enfin, s’agissant des subventions annuelles destinées aux personnes handicapées, le Président de Jaamu Askan wi, met en garde l’Etat du Sénégal contre toute tentative de réduction de ce budget déjà insignifiant, alloué à cette frange vulnérable de notre société. Egalement, Ansoumana DIONE exige des excuses publiques de la part du Président Macky SALL, à la place d’un plan spécial pour ces personnes handicapées qui ne demandent rien d’autre que leur intégration dans la société.

Rufisque, le 13 juin 2018,
Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019

Ansoumana Dione: « c’est le président Macky Sall qui a tué l’étudiant Fallou Sène »

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué de Jaamu Askan wi

Le Président du mouvement politique Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019, se veut très clair. Pour Ansoumana DIONE, c’est le Président Macky SALL qui a tué l’étudiant Fallou SENE, à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Mais, l’on veut imputer cet assassinat à un gendarme faisant partie d’une équipe, envoyée pour réprimer des grévistes dont le seul tort était de vouloir manger gratuitement, car n’ayant pas reçu leurs bourses. Si les gendarmes y étaient pour maintenir l’ordre, ils devaient alors pouvoir tenir en respect le Recteur puisque ce sont les étudiants qui avaient raison et avaient donc le droit d’être servis, naturellement. En vérité, nos hommes politiques commettent tous l’erreur de penser que les forces de l’ordre leur appartiennent, quand ils arrvivent au pouvoir. C’est pourquoi, comme ses prédécesseurs, le Président Macky SALL les utilise pour la répression des populations, ce qui fait de lui, le vrai tueur, en tant que Gardien de la Constitution et chef suprême des armées. Par exemple, en Gambie, c’est l’ex-Président Yahya Jammeh qui tuait les citoyens en utilisant la force publique et c’est la même chose au Sénégal, avec le Président Macky SALL. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou pas, la mort de cet étudiant Fallou SENE figure déjà sur le bilan du Président Macky SALL. N’est-ce pas que lui qui a choisi également d’investir l’argent des sénégalais dans des projets inutiles au profit de pays étrangers dont la France, à Diamniadio, devenu un vrai cimetière pour notre économie? Au Sénégal, malheureusement, les autorités étatiques ne disent jamais la vérité aux populations. Mais, le constat est clair. Notre pays est confronté, depuis quelques temps, à un problème de trésorerie. Sinon, les maigres subventions de cette année sociale 2018, que l’Etat doit aux Associations de personnes handicapées, ne seraient pas restées impayées, jusqu’ici.

Rufisque, le 26 mai 2018,
Ansoumana DIONE, Président de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à l’élection présidentielle de 2019



° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR