Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

aussi

Monsieur le président, et si on dialoguait entre nous aussi (Abcdaires, Espagne)

Le 24 Février 2019 a vécu, et ce jour a fini d’être archivé dans l’histoire et la trajectoire politique du Sénégal. L’heure est désormais á la réflexion et aux projections pour la mise en œuvre des promesses tenues lors de la campagne. Il n’y a pas certes de vaincus ; seul le peuple sénégalais est sorti vainqueur de ces joutes électorales en renouvelant sa confiance au Président Macky SALL, dans le calme et la sérénité, pour un second mandat de 5 ans.

Si en Espagne des sénégalais se sont mobilisés pour porter leur choix sur Maitre Alioune Badara CISSE au poste de Premier Ministre ce n’est rien d’autre qu’une façon pour une partie de cette communauté de témoigner toute leur gratitude a l’égard de Maitre CISSE. En effet, lors de son bref passage au Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, ABC avait fait sa première sortie en Espagne plus précisément à Alicante pour décanter in extremis une situation qui était très tendue entre autochtones et sénégalais. Sa visite de courte durée avait permis à ces sénégalais d’obtenir des acquis considérables allant dans le sens d’améliorer leurs conditions d’existence.  Et depuis lors, des sénégalais ont pu forger avec ABC des relations particulières qui se bonifient au fil des années. A Murcia où vivent plus de 3000 sénégalais, ABC est la première autorité venue du Sénégal à parcourir des centaines de kilomètres pour venir communier avec eux, les écouter exprimer leurs doléances pour ensuite essayer de trouver des solutions.

Aux Iles Canaries, Maitre Alioune Badara CISSE n’est point en terres étrangères, de Tenerife à Las Palamas en passant par Fuerteventura, ABC entretient d’excellentes relations non seulement avec sa communauté mais avec presque toutes les autorités insulaires. Ces  relations toutes particulières ont d’ailleurs permis de faire du Sénégal le pays  hôte lors de la toute dernière  édition d’ Africagua tenue en novembre 2018 à Fuerteventura. Et la liste est loin d être exhaustive. .C’est pour dire qu’au Royaume d’Espagne ABC compte un peu partout des amis et des sympathisants qui lui vouent admiration ; respect et considération pour ces multiples services rendus. De toute évidence, si le candidat Macky SALL est sorti victorieux de cette récente élection présidentielle à l’archipel des Canaries il le doit à notre médiateur qui n’a jamais oublié que les sénégalais de la Diaspora sont des sénégalais à part entière et non des sénégalais entièrement à part.

Aujourd’hui le président élu appelle au dialogue et à la reconstruction, et le préalable le plus en vue semble la réhabilitation, sinon la réconciliation de toute la classe politique. Nous encourageons cette démarche et comme tout le monde, nous souhaitons que la paix sociale règne dans ce pays, car c’est une condition sine qua non pour toute entreprise de développement. Le Président Macky SALL a fort à faire dans ces moments où lui seul aura l’opportunité de faire reset sur la gouvernance passée pour mettre sur pied une nouvelle équipe dynamique, nécessaire à la réussite de son mandat. Pour ce faire, le président aura besoin de s’entourer d’hommes et de femmes de son parti capables de faire triompher les idéaux du YONU YOKUTE qui constituent le socle, la base solide du Plan Sénégal Émergent et dont Maitre Alioune Badara CISSE (ABC) reste un des principaux acteurs.

L’heure est donc venue pour le Président Sall de se départir des contingences politiques et d’ouvrir une nouvelle ère qui s’inscrit dans le réalisme politique. Ce quinquennat doit être placé sous le sceau de la réconciliation et du pragmatisme pour amorcer un développement inclusif et durable á tous niveaux ; les chantiers sont énormes et les attentes sont nombreuses.  Dès lors, aucun tricotage de l’heure ne peut nous faire oublier la longue marche avec Maitre Alioune Badara CISSE, un homme de devoir et de conviction dont les qualités morales et intellectuelles ne sont plus á démontrer.  Ce dernier qui a été sur tous les fronts a sacrifié privilèges et avantages dans le seul but de voir son ami accéder un jour á la magistrature suprême.

Il est certes vrai que ABC ne réclamera jamais quoi que ce soit mais nombreux étaient les sénégalais qui le voyaient déjà au poste de Premier Ministre lors de votre première mandature mais en bon croyant il a accepté la volonté divine même si la déception était grande du côté de ses militants et sympathisants. Toutefois, la confiance que vous avez placée en lui pour le nommer au poste de Médiateur de la République du Sénégal a su démentir toutes les calomnies et autres diatribes jadis orchestrées contre lui, et auxquelles il a dû faire face avec courage et abnégation. De la Médiature, Maître Alioune Badara CISSE de par son savoir-faire et ses capacités intellectuelles a su insuffler une nouvelle dynamique à l’institution qui, dans un passé, n’était pas très bien connue du public sénégalais. Ce travail de réceptacle et de récriminations mené au sein de la Médiature en un temps record le positionne aujourd’hui comme personnalité médiane pour conduire en tant que Premier Ministre le dialogue et désamorcer les futures bombes sociales. ABC est une valeur sûre, un homme des grands défis.

Mr le Président vous avez compris tout l’intérêt que vous pouvez tirer de la nature consensuelle de Maitre CISSE : ses alertes sur différents points de crispation ont désamorcé de nombreux conflits sociaux et économiques. Et parfois cela n’était pas compris par certains tenants des pouvoirs publics.  Aussi, pour conduire les affaires politiques de l’APR, il faut un homme compétent et consensuel, et ABC, au-delà de ces qualités, jouit d’une légitimité historique sans conteste. Nous devons à l’histoire de rappeler ici, que nombreux sont ceux qui ne prennent leurs décisions que forts de ses conseils et de ses appuis ; et même si ABC a gardé la neutralité due à son rang de Médiateur, nous n’avons jamais rien entendu ou interprété venant de sa part, qui ressemble à de la médisance ou à un discours malveillant. Au contraire bon nombre de militants de l’APR qui s’abreuvent encore des orientations et conseils de ce brillant intellectuel ont trouvé chez lui la motivation, la force et la dignité du combat pour votre réélection.

De ce point de vue beaucoup pensent à présent que la première des réhabilitations doit commencer à l’intérieur de la Maison APR par redonner à ABC sa vraie place. Nous sommes de ceux qui pensent que personne mieux que lui ne peut fédérer au sein de l’APR pour relever de futurs défis. Le moment est donc venu, Monsieur le Président, de nommer Maitre Alioune Badara Cissé au poste de Premier Ministre pour ses compétences et ses capacités de traduire en actes concrets toute votre vision pour un Sénégal émergent. Le talent et la compétence ne doivent surtout pas perdre leur place et nous attachons du prix à les voir rayonner durant la gouvernance prochaine.

Cet homme ne peut compter pour moindre et il doit retrouver sa place car il porte merveilleusement bien le manteau de la réconciliation nationale qui doit parfaire une marche apaisée vers 2024. C’est aussi cela la réalité du parti, et nous porterons cette bonne parole partout où besoin sera pour la survie du parti. Les ABCdaires ont combattu dans la douleur, parfois démunis et éloignés de tout, mais ils font partie de cette victoire appréciée. L’heure est venue de nous parler avec sincérité et de retourner à chacun la place qui est la sienne. Quelqu’un a écrit fort justement que « L’APR a une histoire, et ceux qui veulent la passer outre ne feront pas l’avenir de ce parti ». Trop de bruyants incompétents ont fini de disséminer la haine et la dispersion dans l’APR. Il va falloir faire le tri ; Pari on ne peut plus difficile mais pas impossible.

Si Podemos !

Vive le Sénégal !

La Convention Internationale des ABCDAIRES / Section Espagne.

 

Lettre de vacances au président Macky Sall: jamais une élection n’a été aussi indécise

Jamais dans le processus d’une présidentielle au Sénégal, une élection n’a été aussi indécise. En 2000, c’était visible pour les observateurs avertis, que le PS et Abdou Diouf allaient trépasser. En 2007, ce fut on ne peut plus lisible que le PDS et Abdoulaye Wade, allaient remporter la présidentielle et obtenir un second mandat. En 2012, c’était perceptible que le PDS et Wade allaient perdre le pouvoir, quoiqu’ils aient pu faire et à n’importe quel prix pour lequel le Peuple était prêt en à payer. En 2019, rien n’est moins sûr pour vous et l’APR, d’obtenir un second mandat avec la cerise du gâteau d’un premier tour, et en même temps et sous le même rapport, on ne sait pas vraiment qui va  »venir », pour qui le vent sera favorable comme votre principal challenger. Si toutefois, une élection présidentielle aura lieu en février 2019…

 

En Politique, tout le talent et tout l’art d’un Décideur au plus haut niveau, c’est de savoir sentir et flairer ses signaux faibles et de bien analyser et décrypter ses temps forts. Sentir et flairer ses signaux faibles pour anticiper et faire de la stratégie sur la stratégie. Analyser et décrypter ses temps forts pour consolider et  »accélérer sa cadence ».





Monsieur le Président, en direction des couches vulnérables du monde rural et du monde urbain, vous avez apporté la riposte attendue, en termes d’économie distributive (Bourse familiale, Pudc, Puma, Transport et Mobilité urbaine, Energie, Maitrise de l’inflation, etc.). Sur le plan du reclassement économique du Sénégal, vous avez jeté les bases de sa mutation dont les résultats positifs seront davantage perceptibles dans les années à venir.

 

Monsieur le Président, un bilan de gouvernement s’apprécie à deux niveaux où vos étiez particulièrement attendu : sur le plan de l’amélioration économique (indicateurs) et sociale (mieux-être) et sur le plan de la gouvernance institutionnelle dont le temps politique en est juste une séquence conjoncturelle.

 

Pour ce qui est de l’amélioration économique et sociale, vos résultats sont encourageants même s’il ya des correctifs à y apporter. Sur le plan de la Gouvernance institutionnelle, malgré quelques secousses et zones de turbulences, elle tient bon.

 

Monsieur le Président, c’est au niveau du Temps politique qui est une séquence conjoncturelle de la Gouvernance institutionnelle, que nous souhaiterons attirer votre haute attention. Durant ces six dernières années, vous avez davantage parlé et répondu à votre opposition politique. Et la classe politique est très minoritaire même si elle a une forte unité de bruit médiatique. Par contre, vous avez peu parlé et répondu aux citoyens dans leur écrasante majorité,  sur votre promesse de la patrie avant le parti, de gouvernance sobre et vertueuse.

 

Monsieur le Président, après avoir conquis de la plus belle des manières le pouvoir, vous avez plus travaillé à le consolider pendant ces six ans et à le reconquérir en 2019, ne prenant pas la pleine mesure à conquérir, à gagner et à ‘’entrer dans le cœur’’ des Sénégalais, vos concitoyens. Comme Wade l’avait fait entre 2000 et 2007 où en termes de réalisations physiques, il n’avait pas encore fait grand-chose et pourtant il a eu droit à son second mandat. Quand en 2012, malgré que Wade en avait fait assez en termes de réalisations physiques et d’économie distributive, il a pourtant perdu le pouvoir parce que dans l’intervalle, Wade était ‘’sorti dans le cœur’’ des Sénégalais, de ses concitoyens, pour avoir tenté un passage en force sous fond de  »dévolution monarchique ».

 

Monsieur le Président, entrer ‘’dans le cœur’’ des sénégalais, ce n’est pas leur distribuer ou leur donner de l’argent à tour de bras. D’ailleurs, ce n’est même pas votre style et les Sénégalais ne vous attendent pas sur ce terrain, surtout que dans la société sénégalaise, l’argent n’est pas une fin en soi, il est seulement un moyen et un canal de communication.

 

Président, ‘’entrer dans le cœur’’ des Sénégalais, c’est essayer tant bien que mal, de rester fidèle, autant que faire se peut, d’avec les fondamentaux de votre programme de campagne sur lequel les Sénégalais vous ont magnifiquement élu. Même si la gestion du pouvoir politique d’Etat est complexe, car, faire de la campagne électorale, c’est faire de la poésie mais gouverner, c’est faire de la prose.

 

Monsieur le Président, en six ans, en termes d’initiatives prises, d’actions menées, de réalisations faites et d’impacts ressentis, votre bilan est accrocheur,  appétissant et vivant. En 2014, nous attirions déjà votre attention, par ce même parallélisme des formes, que   »demain », votre principal adversaire sur la route d’un second mandat, ce sera vous-même et pas votre opposition radicale. Et si par inadvertance il vous arrivait de jouer contre vous-même, cela profitera à un inconnu des bataillons politiques classiques ou à un leader politique constant dans sa démarche et ses prises de position, qui va surgir de nulle part et comme une tempête, risque de vous emporter. L’APR avec. A moins que vous ne soyez poignardé au dos…





Monsieur le Président, la marque distinctive de tout Haut Décideur qui fait dans le Management de la Très Haute Performance, est sa capacité à transformer une situation  »désavantageuse » en une opportunité enviable.

 

Monsieur le Président, sans abuser de votre temps sans doute insuffisant, pour autant l’on vous a fait faire une mauvaise lecture stratégique quant à la gestion d’un pouvoir politique d’Etat, pour autant votre entourage (ministres, conseillers, etc…) ne vous ont pas vraiment aidé dans votre charge de Chef d’Etat et votre fonction de Président de la République, préoccupés pour la majeur partie d’entre eux, à  »exister » pour eux-mêmes et à vous isoler de votre base et des Sénégalais qui ne sont pas membres de l’APR mais qui nourrissent une grande sympathie pour vous et qui vous ont toujours souhaité un plein succès. Sur les six ans de votre premier mandat, vous avez été au four et au moulin, dans la conception stratégique, dans la planification stratégique et dans l’exécution stratégique. Et cela fait forcement désordre pour un Président de la République, Chef de l’Etat.

 

Alors, Monsieur le Président, profitez pleinement de vos vacances, tout en méditant sur ce que Serigne Mourtada Mbacke (RTA) faisait souvent dans sa gestion des Hommes et des Situations.

 

Siré SY

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR