Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

barthélémy dias

Nomination d’Amadou Bâ aux Affaires étrangères: Barth’ flaire une sanction

YERIMPOST.COM Une toute autre lecture de Barthélémy Dias sur la nomination du ministre Amadou Bâ aux Affaires étrangères que celle que la presse avance depuis le remaniement. Le maire de Mermoz/Sacré-Coeur croit dur comme fer que l’ancien ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a été sanctionné par le chef de l’Etat. Cette nomination, selon Barth’, traduit nettement que le président n’a pas gagné Dakar à la dernière présidentielle. Sinon, soutient le lieutenant de Khalifa Sall, Amadou Bâ aurait été promu au lieu d’être confiné aux Affaires étrangères.

Affaire Ndiaga Diouf: Barthélémy Dias à la barre

YERIMPOST.COM  Après plusieurs renvois, l’affaire Barthélémy Dias contre la famille de feu Ndiaga Diouf est inscrite au rôle ce mercredi 10 avril. Condamné à 2 ans de prison dont 6 mois ferme, le maire de Mermoz/Sacré-Coeur avait fait appel du jugement rendu par la juridiction de premier degré. La Cour d’appel de Dakar va vraisemblablement vider ce dossier qui avait vu un jeune homme trouver la mort après une descente musclée à la mairie que dirige Barthélémy Dias.

Fraude électorale: Barth’ met sa menace à exécution

YERIMPOST.COM Ce mardi 2 avril, au moment où toute la Nation avait les yeux rivés sur Diamniadio pour les besoins de la cérémonie de prestation de serment, un feuilleton s’ouvrait à Dakar. Barthélémy Dias jouait son va-tout à propos de la fraude qui, selon lui, a abouti à l’élection de Macky Sall. Comme il l’avait annoncé lui-même, les résultats de son travail d’investigation pour déceler la fraude à la présidentielle ont été envoyés aux organismes de défense des droits de l’homme et à l’Union des magistrats du Sénégal. Le maire de Mermoz/Sacré-Coeur avait aussi fait part de sa détermination à poursuivre en justice les responsables de cette situation à savoir Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Intérieur, et ses services.

Abdou Mbow répond à Barthélémy Dias

YERIMPOST.COM  On remballe tout, les jeux sont pliés. Cette phrase traduit la pensée d’Abdou Mbow de l’Alliance pour la République pour répondre aux accusations de Barthélémy Dias. Le vice-président de l’Assemblée nationale ne s’est pas fait prier pour apporter une réplique au maire de Mermoz/Sacré-Coeur. Il soutient que la présidentielle est derrière nous, le Conseil constitutionnel a proclamé le président Macky Sall vainqueur et l’heure est désormais au travail. « Au Sénégal, personne ne peut tripatouiller une élection », martèle le député de la majorité qui termine par cette pique: « Ce discours est celui de mauvais perdants ! »



Barthélémy Dias en « enquêteur » traduit en justice Aly Ngouille Ndiaye et ses services

YERIMPOST.COM  La pilule de la réélection de Macky Sall n’est toujours pas passée chez Barthélémy Dias qui fulmine encore son agacement. Ce samedi 30 mars, le maire de Mermoz/Sacré-Coeur avait convié la presse pour détailler les nombreuses irrégularités de l’étape du parrainage jusqu’à l’élection présidentielle, en passant par le fichier électoral. Qualifiant les résultats du scrutin de hold up, car ne reposant sur aucune légitimité électorale, encore moins sur une crédibilité républicaine, Barth’ n’accorde aucun crédit à la prestation de serment qui se tiendra ce 2 avril. Après un travail de fourmi mené par son équipe au cours duquel il aurait été constaté des manquements pour ne pas dire une fraude massive, le maire socialiste a annoncé une plainte contre les principaux responsables de cette situation, notamment le ministre de l’Intérieur, le directeur de la Daf, le directeur général des élections… Afin que nul n’en ignore, Barthélémy Dias a fait savoir que les résultats de ces « investigations » seront envoyés aux droits de l’hommistes, à l’Union des magistrats du Sénégal ainsi qu’aux membres de la société civile.

Après ces révélations, Dias fils s’est autorisé les recommandations suivantes: la mise en place d’une CENI à la place de la CENA, la nomination d’une autorité neutre au ministère de l’Intérieur, l’implication de la société civile, de représentants des familles religieuses et de l’UMS dans le processus électoral, la refonte totale et la mise en ligne permanente du fichier électoral et, enfin, la révision de la loi sur le parrainage. Tout ceci, avant les locales prévues en décembre prochain. Sans quoi, assure t-il, plus aucun opposant ne gagnera une élection dans le dispositif. Barthélémy Dias appelle l’opposition à une attitude de lutte.

Retrouvailles avec le PS: Khalifa Sall se braque

YERIMPOST.COM La task force politique de Khalifa Sall s’est retrouvé ce lundi à la Mac de Rebeuss. Après avoir reçu Idrissa Seck, le patron de Taxawu Senegaal était à l’écoute de ses proches collaborateurs qui étaient venus lui faire un compte-rendu. Le weeend dernier, l’appel lancé par le bureau politique du Parti socialiste aux dissidents a été abordé, mais, selon Les Echos, c’est une fin de non-recevoir que Khalifa Sall a opposée à ses ex-camarades. Des sources confient au journal que l’ancien maire de Dakar a, à la limite, ignoré le sujet et s’est plus focalisé sur l’évaluation du dernier scrutin. La réaction de Barthélémy Dias sur ces retrouvailles voulues par Ousmane Tanor Dieng et cie, prouvait à suffisance le sort que Khalifa Sall allait faire à cette main tendue.

En effet, sur sa page Facebook, le maire de Mermoz/Sacré-Coeur postait en milieu de journée de ce lundi 18 mars un message on ne peut plus clair qui rejetait toute idée d’une réunification du PS.  « NOUS DÉNONÇONS CE SOCIALISME DE CASERNE ET COMBATTONS CE SOCIALISME D’OCCASION dans lequel les chanteurs de louange, les souteneurs, les candidats métamorphosés en collecteurs, les comploteurs pensent pouvoir l’emporter sur les militants; où l’amoralisme prime sur l’éthique; où l’engagement s’efface devant l’arrangement; où on préfère s’accommoder plutôt que de rompre. Dans lequel on préfère se servir au lieu de servir par le compromis et le renoncement, en tentant de gâcher l’avenir au lieu de construire le présent pour se projeter dans le futur. NOUS OPTONS ET LUTTONS DIGNEMENT POUR UN SOCIALISME DE CONVICTIONS ET D’AMBITIONS, POUR UN SOCIALISME DE PRINCIPES ET DE VALEURS. VIVE KHALIFA PRÉSIDENT. A BON ENTENDEUR… », écrivait Barthélémy Dias.

Rebeuss: L’avis de Khalifa Sall sur une grâce du président Macky Sall

YERIMPOST.COM  La grâce présidentielle est supputée depuis le lendemain du scrutin. De l’avis de certains observateurs, maintenant que la présidentielle est terminée, Khalifa Ababacar Sall ne doit plus continuer à rester en prison. Barthélémy Dias, qui est allé lundi dernier à Rebeuss, confie avoir discuté de la question avec Khalifa Sall. « Maintenant que Macky Sall est élu, je pense qu’il va te libérer puisqu’il t’a emprisonné juste pour t’écarter de la présidentielle », a dit le maire de Mermoz/Sacré-Coeur à Khalifa Sall. Barthélémy Dias révèle avoir été surpris par la réponse de Khalifa Sall qui lui a réaffirmé qu’il n’était demandeur de rien. La seule chose que Khalifa Sall demande, c’est la force de tenir encore ces trois prochaines années afin de purger sa peine. Et ça, il le convoite de Dieu.

Sacré-Coeur: Barthélémy Dias frôle un sacré coup orchestré par la DST

YERIMPOST.COM  L’élément de la Direction de la surveillance du territoire (DST) envoyé au domicile de Barthélémy Dias pour une « mission » n’oubliera pas de si tôt sa journée du 5 mars. Ce sont les agents de sécurité du maire de Mermoz-Sacré-Coeur qui l’ont surpris dans le véhicule de celui-ci en début de matinée. Interpellé, il avouera être policier, agent de la Dst. Sur les motifs de cette « mission », l’individu a préféré garder le silence. Qui connait Barthélémy Dias sait qu’il n’est pas du genre à se laisser intimider. Il a tenu à informer l’opinion. Refusant de livrer le sieur à la police, Barth’ et sa garde rapprochée l’ont conduit à la Section de recherches de la gendarmerie. Soupçonnant un coup fourré pour encore une fois l’arrêter, Barthélémy Dias a annoncé une plainte, non seulement contre l’homme qui s’est introduit dans son véhicule, mais contre la DST qui a en effet reconnu que l’individu est bel et bien son élément. Affaire à suivre…

Voici l’agent de police qui s’était introduit dans le véhicule de Barthélémy Dias

YERIMPOST.COM Le voici…

Barthélémy Dias dément de peur d’être arrêté

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte…

J’EXIGE UN DÉMENTI FORMEL DE LA PART DE CES SITES INTERNET QUI SE SONT PERMIS DE REPRENDRE UN AUDIO ME PRÊTANT UNE VOIX QUI N’EST PAS LA MIENNE, AVEC POUR OBJECTIF DE ME FAIRE ARRÊTER. DANS LE CAS CONTRAIRE, JE ME RÉSERVE LE DROIT DE PORTER PLAINTE CONTRE CES SITES. VIVE LA RÉSISTANCE. VIVE LA DÉMOCRATIE.

Vidéo- Barthélémy Dias s’adresse au Conseil constitutionnel

Barthelemy DIAS l’Officiel

« Nous ne sommes pas des poltrons, et on ne reculera pas car le Sénégal nous appartient. Nous ferons tout pour montrer aux Sénégalais le vrai visage du président du Conseil constitutionnel Pape Omar Sakho pour que si demain le Sénégal tombe dans le chaos les gens sauront qui est le seul responsable…  »









Barthélemy DIAS

Cour d’Appel: Barthélemy Dias gagne son procès…

YERIMPOST.COM La Cour d’Appel vient de vider l’affaire Barthélémy Dias. Le maire de Mermoz-Sacré cœur s’est vu délesté du délit d’outrage à magistrat avant de voir sa peine d’emprisonnement réduite par la deuxième chambre à 3 mois de prison ferme pour discrédit.
En première instance, Dias-fils avait été condamné à 6 mois de prison ferme pour outrage à magistrat et appel à l’insurrection, après le prononcé du verdict du procès Khalifa Sall.
Pour rappel, le soutien de Khalifa Sall a déjà purgé une peine de 6 mois et est libre depuis le 30 septembre 2018.







Vidéo- Barthélémy Dias émet ses réserves sur la publication du fichier électoral









Babacar Gaye, Abdoul Mbaye, Bamba Fall, Barthélémy Dias ou le ballet du désespoir à Paris

Quelques engagés néophytes, une poignée de jeunes déboussolés qui se cherchent et surtout quelques politiciens noyés par le bilan extraordinaire de Macky SALL dans la diaspora. Telle a été la composition de la manifestation organisée vendredi par ce qu’ils appellent la plateforme de Paris. Sous cet été indien du parvis des droits de l’homme, il y a tout au plus cinquante personnes qui ont répondu à l’appel. Avec elles, des ténors venus de Dakar : Babacar GAYE du PDS, Abdoul MBAYE, Barthélémy DIASS, Bamba FALL et l’activiste dont la popularité se mesure par sa virtualité éclatante. Je veux nommer notre sœur Françoise Helene GAYE qui, pour l’occasion serait venue des Etats Unis. Avec autant de personnalités et si peu de participants, l’échec est criard. Seulement dix manifestants par leader, c’est humiliant. La déception est immense. Le désamour des sénégalais de France en vers ceux qui se réclament de l’opposition est sans conteste. La diaspora leur a définitivement tourné le dos. Quel triste sort. Quel déboire pour ces personnes qui, chaque mois, créent une nouvelle coalition pour masquer leur incapacité à parler d’une seule voix. Quelle fin tragique pour ces responsables qui, en quittant le Sénégal pour la France, pensaient se retrouver au milieu d’une foule immense.








Devant les images, j’ai eu pitié. Pitié de mon grand frère BEN JELLOUL, l’homme de tous les combats. Ce respectable sénégalais de la société civile, comme 50% des présents,  combattait Babacar GAYE en 2012, sur le même lieu car conscient de sa participation à une dévolution monarchique du pouvoir. Pourquoi souhaite-il son retour aux affaires en 2019 ?

J’ai eu pitié de mes amis Meissa TOURÉ et d’Ibrahima DIOP, ces fidèles militants du PDS dont la sincérité dans leur lutte contrastent avec celle des opportunistes aux convictions douteuses qu’ils côtoient dans cette plateforme. Je me demande pourquoi cheminent-ils avec des politiciens déchus qui ont comme unique objectif, d’exister grâce au malheur d’un prisonnier.

Enfin j’ai eu pitié de ces quelques jeunes qui sont manipulés par des responsables qu’ils suivent sans discernement et qui les conduisent inéluctablement vers le cimetière de leur militantisme naissant.

J’ai essayé de trouver des visages inconnus dans ce petit groupe de manifestants. Malheureusement ils me sont tous familiers. Ils appartiennent chacun à un parti politique ou à un mouvement. Leurs arguments sont les mêmes. Les méthodes ne sont jamais inédites. Ils ne savent pas proposer des alternatives, ni des projets pour le Sénégal. Ils ont le même champ lexical : Tout sauf Macky, avec un fond de haine, d’insultes et de soif de vengeance. Tout ce que notre nation n’a pas besoin. Le cocktail qui est contraire à nos valeurs.

Je suis triste et nostalgique. Nostalgique des grands opposants comme Abdoulaye WADE face au pouvoir socialiste. Même dans l’adversité extrême, il excellait dans la décence et dans le respect des individus. Tout le contraire de certains opposants actuels qui versent dans la diffamation et la calomnie. Je suis triste parce qu’il nous faut un minimum d’opposition dans notre démocratie mais il y en a pas.








Evidemment, je suis rassuré. Rassuré parce que j’étais parmi les manifestants de 2012. J’ai fait la comparaison avec 2018. Jamais, un leader n’est venu de Dakar pour nous aider à mobiliser. Les sénégalais venaient de manière spontanée. Ils croyaient en nous, ils se battaient avec nous. Voilà ce que l’opposition actuelle a essayé de reproduire depuis l’arrivée de Macky SALL au pouvoir, en vain. Ainsi, cette manifestation est l’apogée d’une débandade manifeste, symbole d’une faillite des détracteurs de notre magnifique bilan. Cette énième participation de ces leaders à une manifestation en France n’est autre que le dernier d’un ballet de responsables désespérés qui, étant incapables de mobiliser à Dakar, tentent de se tailler une bonne image à Paris. Quel funeste destin politique !

Malick FAYE (Liko), responsable de la communication BBY France et membre de la direction du PS.

Vidéo- Barthélemy Dias se confie à Yerimpost sur son séjour carcéral









Vidéo- Barthélémy Dias: « Ce que j’ai enduré en prison… »









Vidéo- Barthélémy Dias: "Ce que j'ai enduré en prison…"









Vidéo- Barthélémy Dias s’adresse aux patrons de presse qui émargent au palais…









Vidéo- Barthélémy Dias s'adresse aux patrons de presse qui émargent au palais…









Barthélémy Dias réserve sa première sortie à la maman de Khalifa Sall (Images)
















Urgent: Barthélémy Dias annonce son choix pour remplacer Khalifa Sall

Barthélémy Dias: deux dossiers enrôlés le même jour

YERIMPOST.COM Ce mercredi 26 septembre, Barthélémy Dias sera appelé deux fois à la barre de la Cour d’Appel pour deux affaires le concernant. Le maire de Mermoz/Sacré-Coeur? qui purge actuellement une peine de prison de six (6) mois pour discrédit jeté sur une décision de justice, devra non seulement répondre de ces accusations, mais également se défendre à propos du meurtre commis sur Ndiaga Diouf le 22 décembre 2011. Ses avocats, qui soutiennent n’avoir pas reçu de notification concernant cette deuxième affaire, affirment s’être préparés pour le dossier qui vaut actuellement à leur client une détention. A noter qu’il reste à Barthélémy Dias seulement quatre (4) jours pour sortir de prison. Humera-t-il l’air de la liberté ?







Son procès en appel annoncé pour le 26 septembre, Barthélémy Dias précise

YERIMPOST.COM Ci-dessous son communiqué…

 

Nous avons constaté qu’une certaine presse est en train de diffuser l’information selon laquelle M. Barthélemy DIAS est appelé à comparaître devant la Cour d’appel de Dakar ce 26 Septembre 2018 dans le cadre du dossier concernant l’attaque de la mairie de Mermoz sacré-coeur.

Nous tenons à préciser à l’attention de l’opinion que cette information n’est pas avérée.

La seule citation reçue à ce jour par M.Barthélemy DIAS concerne l’appel interjeté contre le jugement rendu il y a 6 mois par le tribunal de grande instance hors classe de Dakar statuant en matière de flagrant délit.

Pour rappel, dans cette affaire, M. DIAS a été condamné pour discrédit jeté sur une décision de Justice à une peine d’emprisonnement de 6 mois ferme et une amende de 100 000 fcfa correspondant au maximum prévu par l’article 198 du code pénal.




M. Barthelemy DIAS, fidèle à ses principes, a purgé avec Dignité cette peine et devra recouvrer sa liberté le 30 septembre 2018. INCHALLAH

La cellule communication du Maire Barthélemy DIAS

Cour d’Appel: Barthélémy Dias convoqué le 26 alors que sa sortie est prévue le 30 septembre

YERIMPOST.COM Après six (6) mois passés en prison pour outrage à magistrat, Barthélémy Dias, qui arrive au terme de sa détention (libération prévue le 30 septembre prochain), s’est vu notifier une date pour son procès en appel dans la même affaire. Le 26 septembre, soit 4 jours avant sa mise en liberté, il fera face de nouveau aux juges de la Cour d’Appel. Une bizarrerie que les proches du maire de Mermoz/Sacré-Coeur perçoivent comme un sale coup qui se trame contre Dias fils.



Barthélémy Dias s’adresse à vous depuis Rebeuss

Il semblerait que certains individus cherchent à me faire sortir de prison avant l’expiration de ma peine en véhiculant tantôt une possible liberté conditionnelle et selon certaines indiscrétions en agitant même un prétexte de grâce (farce) présidentielle, en vue de renvoyer à l’opinion nationale et particulièrement internationale, l’image d’une république démocratique dans laquelle la justice serait au service exclusif du DROIT.
Je les invite à arrêter leur cirque, par que je ne suis demandeur d’aucun service, d’aucune faveur, d’aucune intervention, d’aucune clémence et ne suis preneur d’aucun DEAL.
Raison pour laquelle (Khalifa SALL et MOI-MÊME) sommes toujours en prison avec notre DIGNITÉ en bandoulière.
Je terminerai mon propos en disant que je suis à ma troisième incarcération carcérale dans ma COURTE et RICHE CARRIÈRE POLITIQUE pour avoir toujours eu le COURAGE et L’HONNÊTETÉ de dire tout haut ce que mon peuple murmure tout bas et de m’être battu intellectuellement, moralement, politiquement et même physiquement pour un Sénégal de VÉRITÉ, de JUSTICE et de VALEUR.
Je suis déterminé, engagé et prêt à aller au delà de la privatisation de ma liberté pour que ce rêve d’un Sénégal pour TOUS, avec TOUS et de TOUS soit une réalité.
À ces comploteurs, il vous faudra plus que le mensonge, plus que la prison, plus que l’intimidation, plus que l’intoxication comme stratégie et un peu plus d’ingéniosité et d’intelligence pour me faire vaciller.





Pour un SÉNÉGAL de prospérité et d’avenir pour notre progéniture.

Barthélemy DIAS
Otage Politique
Prison REUBEUSS

Mac de Rebeuss: Barthélémy Dias prend le contre-pied de son père à propos de son état de santé

YERIMPOST.COM Son père annonçait un état de santé inquiétant. Barthélémy Dias, depuis sa cellule, a tenu à rassurer ses partisans. A travers ce message que nous vous reproduisons in extenso, le maire de Mermoz/Sacré-Coeur a donné de ses nouvelles:
« Par la grâce de DIEU, je me porte à merveille, j’ai repris mon sport et je suis bien traité par l’administration pénitentiaire. Je suis encore plus déterminé à me battre pour la libération du député-maire Khalifa Sall. »




Barthélemy DIAS

Rebeuss: Barthélémy Dias sérieusement malade

YERIMPOST.COM Barthélémy Dias est sérieusement malade. C’est son père Jean-Paul qui donne l’information dans un entretien accordé à Seneweb. Selon Dias père, son fils a été contaminé par un de ses codétenus. « Il y a 2000 détenus à Rebeuss, mais il n’y a pas un médecin à demeure. Ce sont des infirmiers qui sont là-bas. Il est tombé malade », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter: « Avec la chaleur, la saleté, la promiscuité, il a été contaminé par un codétenu. Et le médecin-colonel est venu l’examiner, il n’a pas été en mesure de le soigner, il est question que Barthélémy soit vu par un spécialiste, un pneumologue. Il est au risque d’avoir une bronchite ou une tuberculose. Voilà la situation ».


Propos de Mansour Faye sur la CJ-Cedeao: Pour moins que ça, Barthélémy Dias est en prison




Barthélémy Dias sanctionné par le régisseur de Rebeuss… Pour quel motif ?

YERIMPOST.COM Le régisseur de la prison de Rebeuss a infligé une privation de visite pendant une semaine à Barthélémy Dias. Motif ? Le maire de Mermoz-Sacré-Coeur aurait chargé un de ses codétenus d’appeler à la cabine téléphonique de l’établissement sa mère pour demander à ce qu’on lui fasse parvenir du miel. Au lieu de le faire lui-même.

Jean-Paul Dias, père de Barthélémy, a la rage. D’autant que sa fille, Josepha, arrivée de Londres hier 18 juin pour rendre visite à son frère, ne pourra pas le rencontrer.



Exclusif! Un vol bizarre dans les bureaux de Barthélémy Dias !!!

YERIMPOST.COM Le week-end du 9 au 10 juin, un voleur s’est introduit dans le bureau de la comptable de la commune de Mermoz Sacré-Coeur pour emporter son ordinateur dans lequel sont stockées toutes les informations confidentielles de la mairie. Ce vol a été commis sans effraction, a appris Yerimpost, alors que les matériels de valeur dans ce bureau et dans d’autres bureaux voisins sont restés à leur place. La soustraction de cet ordinateur est d’autant plus grave qu’elle est préjudiciable au fonctionnement normal de la mairie.

Le 12 juin, une plainte contre X signée du maire Barthélémy Dias, et dont Yerimpost publie ci-dessous une copie, a été déposée au commissariat de police de Dieuppeul.





Exclusif! Barthélémy Dias lance une violente offensive internationale contre Macky Sall

YERIMPOST.COM Ce mémorandum en français et en anglais ci-dessous reproduit, envoyé à toutes les institutions internationales, est un texte au vitriol contre Macky Sall et sa gouvernance. Il est un élément de l’offensive internationale de Barthélémy Dias depuis sa cellule de la prison de Rebeuss…

Destinataires du Mémorandum

Think Thanks, Civil society and private sector:
• Council of Foreign Relations,
• Brookings Institution,
• Center for Strategic and International Studies,
• International Republican Institute (IRI),
• National Democratic Instititute (NDI),
• Africa Center for Strategic Studies (ACSS),
• School of Foreign Service (SFS) at Georgetown University,
• SAIS at Johns Hopkins University,
• US Chamber of Commerce,
• Several very influent universities on international affairs, including Howard, Princeton, Columbia, Harvard, Yale, AU, and GWU.




US government, including:
• Congress (House and Senate): Africa Subcommittee and the Senate Foreign Relations Committee and Congressional Black Caucus
• State Department,
• White House.

US Media, including:
• CNN,
• The major networks (ABC, CBA and NBC),
• MSNBC,
• PBS,
• NPR,
• Washington Post,
• New York Times,
• Washington Times,
• Time,
• The Atlantic,
• LA Times
• US News Report
• USA Today
• VOA
• International Herald Tribune
• Wall Street Journal




 

 

 

 





Memorandum

 

To the attention of…………………………………………………………………………………………..

Washington D.C., United States of America

 

___________________________________________________________________

 

The President of the Republic of Sénégal (West Africa), Mr. Macky Sall, is obsessed with possible re-election in February / March 2019. For the last few months, he has worked tirelessly to discard future competition, and various political personalities who are not, or are no longer by his side, are being imprisoned under false pretexts. To do so, he relies on the Senegalese judicial system which is, in fact, at his service.

After sentencing and imprisoning Mr. Khalifa Ababacar Sall, Mayor of the City of Dakar, capital of Sénégal, he has recidivated with Mr. Barthélemy Dias, former Parliamentarian, Mayor of the Municipality of Mermoz-Sacré-Cœur in Dakar and also Mr. Sall’s main political supporter.

However, the Senegalese judicial system is being discredited and the whole country is unanimously aware of it, including the magistrates themselves.

Our arguments are illustrated below:

On October 5, 2015, Maître Mame Adama Guèye, former President of the Bar Association declared: « … there is growing judicial uncertainty … The situation of the judicial system has increasingly been getting worse… the independence of the judiciary branch has been instrumentalized by certain magistrates who put it at the service of illegitimate interests …  »

On March 9, 2018, the Honorable Deputy Moustapha Cissé Lô, National Assembly Vice-President, and ECOWAS Assembly President publicly said: « There is no justice in Sénégal … magistrates do not judge equitably … they are corrupt, and are not truthful »

On March 29, 2018, Mr. Souleymane Téliko, president of the Union of Magistrates of Sénégal (UMS), continued to denounce the Senegalese judicial system’s subjugation, instrumentalized by the Executive Branch to which it has submitted, by exclaiming:  » Nobody can dispute today the lack of independence in our judicial system. Everyone knows that when the executive controls the careers of judges, there is a stranglehold on how justice should function!  »

On March 26, 2018, Court of Appeals judge Mr. Ibrahima Hamidou Dème, resigned from the Magistracy to protest against the culture of submission of the judicial system to the Executive. He said, « I am resigning from a judicial system that has resigned … who has lost its credibility and authority … who no longer plays its role of individual freedoms guardian… »

In April 2018, Professor Mamadou Sy Tounkara reminded us that « All these official voices … point in the direction of the sinking of our judicial system … »

These few quotes are not exhaustive but confirm the control of the Executive branch over our judiciary system. Furthermore, none of the aforementioned personalities were questioned by the police, arrested or put on trial for their remarks.

On March 30, 2018, after a revolting verdict in the aforementioned Mayor of Dakar case, Mr. Barthélemy Toye Dias, was arrested, thrown in prison, tried on April 6, 2018, and sentenced to six months in prison on April 17, 2018, simply for denouncing Mr. Khalifa Sall’s verdict (currently subject of an appeal by all parties: Prosecutorial, Judicial Agent of the State, Lawyers of the State, Lawyers of the Defense), in a country where freedom of speech is guaranteed by the constitution.

The Tribunal expressly excluded the « contempt of court » and « call to an unarmed rally » charges. However, The Court retained the « discredit cast on a court’s decision which is likely to undermine justice’s authority and its independence … » allegation.

As explained above, we believe this judicial system has largely discredited itself.

In fact, for Mr. Macky Sall and his regime, this was the perfect opportunity to hold me hostage as I am a personality that is clearly opposed to the dictatorial policies he wants to inflict on the country and its future.

Macky Sall, aware of my popularity and my ability to mobilize the population, took advantage of this pretext to silence me. Indeed, to guarantee a victory without strong opponents in the presidential election of February / March 2019, he has decided to tamper with the Constitution and the Electoral Code like most African dictators do. The president of the Republic has chosen to trample on our freedom of expression by silencing me, a powerful voice, a man of conviction and action, truly one of the few able to face him.

Once the above was completed, on April 19, 2018, two days after my conviction, the National Assembly, pressed by Mr. Macky Sall, voted without debate Constitutional and Electoral Code changes allowing him, in reality, to invalidate the candidacy of whoever he wants. Obviously, my imprisonment facilitated it because my ability to mobilize the masses was stifled.

In order to convict Barthélemy Dias, the Tribunal voluntarily violated the Penal Code Act. Indeed, in the Senegalese judicial system, when the incriminating statements are made public by the press (print, radio or television), it is the media in question that must first be pursued as the main perpetrator (Articles 248 and 270), the person making the declarations being only an accomplice (Articles 198 last paragraph and 271).

In other words, you cannot sue the person responsible for the declaration without starting with the newspaper, radio or television station in question.

In the case of Barthélemy Dias, Macky Sall and his judicial system have deliberately refused to prosecute the press (which in this case was Dakaractu online television station) to only attack Mr. Dias.

At first the television anchor was briefly arrested but released on police orders after apologizing to Macky Sall, which is clearly illegal. In fact, the regime wanted to avoid solidarity retaliation by other press organs. To the discharge of the Dakaractu press organ, I confirm that the journalist had nothing to blame himself for as he did not violate the law, and was only doing his job.

A few days later, Mr. Mor Ngom, Counsel Minister to the President stated: « The President of the Republic was not aware of the Dakaractu journalist’s arrest, but upon being informed, he expressed his astonishment and immediately ordered his services to relate to the journalist that it was a mistake …  »

President Macky Sall’s personal implication in the functioning and the verdicts of the Senegalese justice system, that he uses against his political opponents, cannot be clearer.

This brief memorandum is intended to enlighten the U.S. Senate on the anti-democratic, dictatorial and illegal actions of the President of Sénégal. His instrumentalization of the judicial system to combat political opponents to remain in power has become unbearable.

In conclusion, ladies and gentlemen of the Senate’s Subcommittee on Africa, knowing you are attached to the sacrosanct principles of freedom, democracy, respect for human rights, among other criteria of eligibility for certain programs of American foreign policy, I would invite you to please pay particular attention to the current political, judicial, economic and electoral situation in Senegal, a friendly country of the United States of America.

 

Please accept the expression of my sincere and respectful consideration.

 

 

Barthelemy Dias

Mayor of the commune of Mermoz-Sacre coeur

Former Member of the National Assembly

Barthélemy Dias envoie de Rebeuss un deuxième mot à Yerimpost

YERIMPOST.COM Nous reproduisons in extenso ce mot que M. Dias nous a fait parvenir…

L’attitude et la posture du Conseil constitutionnel confirme que la justice sénégalaise, après avoir démissionné, a définitivement choisi de se déculotter pour assouvir les désirs de l’Exécutif.
La lutte continue!
À BON ENTENDEUR.




Barthélemy DIAS

Barthélémy Dias écrit à Yerimpost à partir de Rebeuss

YERIMPOST.COM Ci-dessous le mot que le maire de Mermoz/Sacré-coeur a fait parvenir à la rédaction de Yerimpost et que nous publions in extenso…

Nous ne répondrons pas à cette farce de dialogue autour des ressources pillées sur l’autel du mensonge et de l’escroquerie portant pavillon Faye-Sall. L’oppostion n’a pas été élue pour gérer ses ressources. L’opposition représentée dans l’hémicycle réclame une commission d’enquête parlementaire pendant qu’il est encore temps. Elle n’est pas un cabinet de consultance, ni un piédestal pour une ambulance en route pour la morgue ou le cimetière, encore moins une échappatoire pour un président de la Republique en partance pour la guillotine. Vous rendrez des comptes dans le cadre de la République des règlements de comptes.

À BON ENTENDEUR !

Barthélemy DIAS



(Images) Ça chauffe à la Sicap Baobab (chez Barthélemy Dias)

YERIMPOST.COM Ça chauffe présentement à la Sicap baobab, chez Barthélemy Dias. Affrontements entre les jeunes et les forces de l’ordre…




Vidéo- 6 mois d’emprisonnement pour Barthélémy Dias: ses avocats attaquent le verdict

6mois d’emprisonnement avec 100000 francs Cfa d’amande c’est le verdict rendu par le tribunal dans l’affaire Barthélimy Dias. Son avocat estime que la démocratie Sénégalaise est en train de vivre ses heures les plus sombres




Mobilisation pour la libération de Barthélémy Dias: 3 jours de marche

YERIMPOST.COM Venus devant la mairie de Mermoz/Sacré-Coeur pour manifester leur soutien à Barthélémy Dias, les sympathisants du maire emprisonné pour outrage à magistrat ont battu le rappel des troupes. A  la fin de la rencontre, des échauffourées ont été notées entre les partisans du maire socialiste et les forces de l’ordre. Au moment où nous nous mettons sous presse, le calme est revenu. Toutefois, les souteneurs de Barth appellent à trois jours de marche à compter de ce lundi 16 avril pour exiger la libération de leur édile. Avec ou sans autorisation, les proches de Barthélémy Dias promettent de battre le macadam.




Ces lettres importantes de Barthélémy Dias bloquées

YERIMPOST.COM Jugé en flagrant délit le vendredi 6 avril, Barthélémy Dias est détenu à la prison de Rebeuss. Depuis son placement en détention, quatre lettres lui ont été écrites, une par sa femme, une par son père, une par sa mère, une par un de ses amis… Tous les quatre courriers ont été retenus par l’administration pénitentiaire. Lorsqu’il les a réclamés, voici la réponse qui lui a été servie: « Celui qui lit les lettres avant leur remise aux détenus est absent. » Lui-même Barthélémy a écrit le 7 avril à ses parents. Vérification faite par Yerimpost, ces derniers n’avaient pas reçu sa lettre jusqu’à 16h 19mn ce 9 avril.

Tout détenu a le droit de correspondre avec ses proches. Barthélémy Dias est en prison. ll n’est plus besoin de le brimer ni de l’humilier.



URGENT: Les minutes du procès de Barthélémy Dias

YERIMPOST.COM

18h50 : Le maire de Mermoz/Sacré-Cœur va prendre son mal en patience. Encore dix jours aux côtés de son ‘’grand-frère’’ à Rebeuss. Le juge a décidé de rendre son verdict le 17 avril prochain.

16h15: A la reprise du procès en flagrant délit contre le maire de Mermoz/Sacré-Coeur, la parole est aux avocats de la défense qui se succèdent pour faire leurs plaidoiries.

13h 30 : Suspension de l’audience. Reprise à 15 heures

12H55 Le procureur requiert une lourde peine contre Barth

Le procureur vient de finir son réquisitoire au procès de Barthélémy Dias. Selon le parquet, il ne peut pas y avoir d’incertitudes ou d’amalgames sur les propos du maire de Mermoz Sacré Cœur. Par conséquent, il a confirmé l’infraction qui est reproché à Bath et a demandé qu’une peine de 2 ans ferme lui soit appliquée.

11h55mn : Barthélémy Dias : « Vous voulez me condamner alors que j’ai dit autrement tout ce le juge Dème a dit. J’aurais aimé que le procureur Serigne Bassirou Guèye soit là ! C’est de cette haute magistrature dont je parle. »

YERIMPOST.COM 11h54 : Barth apporte la réplique : « Moustapha Cissé Lô a déclaré publiquement que tous les magistrats sont des corrompus. Où était le procureur ? »

YERIMPOST.COM 11h53 : Le procureur à Barthélémy : « Je me suis senti offensé par vos propos. »

YERIMPOST.COM 11h52 : Barthélémy Dias au juge : « M. le président, je suis à l’origine des ambitions présidentielles du maire Khalifa Sall. Des ambitions qui lui ont valu son emprisonnement alors, j’ai le devoir de rester à ses côtés en prison. Peu importe la décision que vous prendrez mais sachez que, M. le président, je voudrais rester en prison auprès de mon grand-frère Khalifa Sall

YERIMPOST.COM 11h20 : les exceptions soulevées par la défense, le tribunal a accepté de les joindre dans le fond.

YERIMPOST.COM 10h 05 : Poursuivi pour offense aux magistrats et appel à l’insurrection, Barthélémy Dias est depuis 9 heures au tribunal. Appelé à la barre pour confirmer ou infirmer les faits qui lui sont reprochés, le maire de Mermoz/Sacré-Cœur a déclaré qu’il plaide non coupable. « Je ne reconnais pas les faits. Si je suis là, c’est purement pour des raisons politiques. » a lancé Barth aux juges avant de retourner s’asseoir.

YERIMPOST.COM 9h15 : La défense du maire de Mermoz/Sacré-Cœur est assurée par huit ténors du barreau de Dakar. Mes Elhadj Diouf, Khoureïchi Ba, Demba Ciré Bathily, Ousseynou Fall, Elhadj Amadou Sall, El Mamadou Ndiaye, Mamadou Moustapha Dieng et Alioune Cissé se sont constitués en un pool pour défendre Dias fils.




L’ancien procureur Ibrahima Dème, l’absent le plus présent au procès de Barthélémy Dias

YERIMPOST.COM Le magistrat démissionnaire, Ibrahima Déme, est l’absent le plus présent au procès de Barthélémy Dias qui se tient à la salle 1 du tribunal de Dakar. Son nom a retenti plusieurs fois dans la salle d’audience. À chaque fois que les défenseurs de Barthélemy Dias voulaient dénoncer le mal profond qui secoue la justice sénégalaise, ils ont cité Ibrahima Dème en exemple. Les avocats le considèrent comme un héros pour avoir sacrifié sa jeune carrière au profit de l’indépendance de la justice. À un moment donné, il a fallu l’intervention du juge pour réorienter les débats. « Nous ne sommes pas dans le procès du juge Dème », a-t-il tenté de recadrer. En vain.




Depuis la prison, Barthélémy Dias lance un gros mouvement

YERIMPOST.COM « Khalifa en prison, tous en prison » ! C’est le nom du nouveau mouvement lancé par Barthélémy Dias depuis la prison. Appelé à la barre, ce matin, dans le cadre de son jugement en fragrant délit, pour outrage à magistrat, Barth a exprimé son sentiment de fierté d’être en prison à côté de Khalifa Ababacar Sall. Selon lui, au terme de ce procès, s’il est condamné, d’autres aussi le seront. Le maire de Mermoz/Sacré-Cœur se dit heureux d’avoir sacrifié sa liberté pour une indépendance de la justice.




Cheikh Bamba Dièye assume les propos de Barthélémy Dias et dénonce les moutons de Panurge

YERIMPOST.COM Les propos qui valent à Barthélémy Dias sa comparution en flagrant délit, ce vendredi 6 avril, beaucoup le pensent. Sur les réseaux sociaux, le « Barth challenge » a été lancé, où les souteneurs du maire de Mermoz/Sacré-Cœur répètent textuellement la déclaration incendiaire de Barthélémy Dias à sa sortie du tribunal, suite au verdict en première instance de Khalifa Sall. L’ancien maire de Saint-Louis, qui était ce jeudi dans la banlieue dakaroise, a profité des micros des journalistes pour manifester tout son soutien à Barthélémy Dias. Cheikh Bamba Dièye dit être totalement en phase avec les déclarations du lieutenant de Khalifa Sall et, si ces propos ont valu à Barthélémy d’être poursuivi, la justice peut l’enfermer lui aussi parce qu’il pense exactement comme lui. Cheikh Bamba Dièye a déploré le comportement de certains magistrats qui, selon lui, sont pires que des moutons de Panurge.




° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR