Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

bbc

Démenti: « Aucun membre du personnel de la BBC n’a été interrogé par la BAG et la DIC »

YERMPOST.COM    L’organe de presse britannique n’est pas resté insensible à l’information du quotidien Libération de ce vendredi 9 août. Le journal soutenait que deux responsables locaux de la BBC avaient été auditionnés par la Division de investigations criminelles dans le cadre de l’enquête sur le scandale dit des 10 milliards de dollars. Tard dans la soirée de ce vendredi, la BBC a publié un article pour démonter les allégations du quotidien sénégalais. Lisez…

« De fausses informations relayées dans certains médias sénégalais ce vendredi 09 août 2019 indiquent que des employés de la BBC ont été interrogés par des agents de la Brigade des affaires générales (BAG) et de la Division des investigations criminelles (DIC) au sujet de l’enquête sur certaines transactions pétrolières dans le pays.

La BBC dément ces informations et précise :

« Aucun membre du personnel de la BBC n’a été interrogé par la BAG et la DIC. Nous nous en tenons pleinement à notre enquête. Elle a été menée selon les normes éditoriales les plus élevées. »

Scandale à 10 milliards de dollars: Détails à mi-parcours de l’enquête

YERIMPOST.COM L’ancien directeur général de Petrosen, Ibrahima Mbodj, et son successeur Mamadou Faye se relaient devant les enquêteurs chargés de faire la lumière sur le scandale dit des 10 milliards de dollars. Auditionnés pour la deuxième fois depuis l’ouverture de cette enquête, Mbodj et Faye seraient susceptibles, à eux deux, d’apporter des éléments-clés à l’investigation. Mayeni Jones, la journaliste de BBC, qui a éventé ce scandale, n’a toujours pas été entendue. Les limiers de la Division des investigations criminelles se sont dont rabattus sur ses collègues de Dakar. Deux responsables de l’organe de presse britannique à Dakar ont été auditionnés. Dans sa livraison du jour, le quotidien Libération, qui semble avoir parcouru les PV d’auditions, soutient que les collègues de Jones ont déclaré n’avoir pas été associés à l’enquête. Le journal rapporte également que des réquisitions ont été envoyées à différents établissements financiers du Sénégal afin de retracer les mouvements effectués sur les comptes d’Aliou Sall et de la société Agritrans.

Aliou Sall–BBC: Moi je vous crois !

Je ne veux même pas revenir sur ce reportage dépourvu de sens et de méthode journalistique, j’ai juste envie de dire à ces Sénégalais qui veulent bruler le pays, pour leurs propres intérêts, qu’ils ont tort. Oui ils ont tort ! Et voici pourquoi ! Je cite Marvel :

« 1° Ne pas comprendre que le Sénégal avait tout intérêt à trouver des entrepreneurs ou courtiers prêts à prendre des risques d’investir des centaines de milliards dans la RECHERCHE, avec 1 chance sur 10 de succès.

2° Ne pas comprendre que le Sénégal n’a aucun intérêt à faire valoir un quelconque « Droit de Préemption » puisqu’il n’a pas ces centaines de milliards à jeter par la fenêtre quand l’entrepreneur veut faire appel à d’autres preneurs de risques

3° Ne pas comprendre qu’il est tout à fait normal que l’entrepreneur qui a investi ces milliers de milliards étalés dans le temps, les récupère sur les futurs revenus du pétrole.

4° Ne pas comprendre que la plus grosse part des premiers revenus du pétrole sert d’abord à rembourser à l’entrepreneur ses investissements, et c’est le reliquat qui est partagé en guise de « Profit Oil » entre l’entrepreneur et le Sénégal qui n’a rien investi ».

Il faut vraiment être comme ces opposants battus qui n’ont aucune crédibilité et ces autres qui ne veulent que du mal à notre cher pays et de mauvaise foi pour continuer à tirer sur le président et son gouvernement ! Parce qu’Aliou a été un bon négociateur pour convaincre un investisseur, même si ce dernier est un « courtier ». La faute à qui ? Est-ce-que être bon en affaire et en relationnelle a une quelconque relation avec être un frère de Président ? Sincèrement, je crois que non !

Le Sénégal a beaucoup salivé ces derniers jours et a longtemps retenu son souffle sur la démission ou non de Monsieur Aliou Sall. Maintenant que c’est fait, respirez messieurs d’AAR LI GNOU BOKK ou le regroupement d’opposants en perte de de popularité, de société civil sans éthique, de journalistes de mauvaise foi… Cédez le passage y’a plus rien à signaler ! Ou si vous avez quelque chose à dire, quittez la place de la nation et allez retrouver le procureur à son bureau. Soit vous croyez au saint Coran ou à la Bible… Soit vous croyez à la loi et aux hommes qui l’incarnent ?!!!!!!

 

BAMBY

 

Affaire BBC/Aliou Sall: les mises en garde du Forum du justiciable

COMMUNIQUE AFF BBC-2


COMMUNIQUE DE PRESSE.

Le lundi 3 juin 2019, la chaîne publique britannique a publié un documentaire intitulé « un scandale à 10 milliards de dollars » portant sur la gestion des contrats gaziers et pétroliers au Sénégal. Dans ce reportage, la BBC soupçonne M. Aliou Sall, actuellement Directeur général de la Caisse de Dépôt et de Consignation d’avoir touché un pot-de-vin en contrepartie de l’attribution de deux concessions pétrolières et gazières en 2012. La BBC évoque également une demande de virement de 250.000 dollars de Franck Timis sur le compte d’une société, Agritrans, dirigée par M. Aliou Sall.

 

Des accusations que M. Aliou Sall et ses avocats ont démenti le même jour en faisant face à la presse nationale et internationale. Ils ont également reproché à la BBC d’avoir mené une enquête à charge non contradictoire.

 

Le Forum du Justiciable, très soucieux de la stabilité sociale du pays et le respect des principes fondamentaux qui gouvernent notre état de droit, rappelle aux citoyens sénégalais, que le pétrole et le gaz sont au centre de la géopolitique mondiale. Ils attirent la convoitise des grands pays industriels, des multinationales du secteur et des lobbies de tous genres, leurs pouvoirs sont très souvent porteurs de turbulences pour les pays qui en disposent. En Afrique particulièrement, beaucoup de pays pétroliers, loin de voir leur développement boosté par cette ressource  se sont, au contraire, appauvris ou enfoncés dans une instabilité politique et sociale.

 

En conséquence, le Forum du Justiciable :

 

  • Invite, le peuple sénégalais dans toutes ses composantes à garder son calme et d’éviter tout agissement qui pourrait saper la paix et la stabilité sociale du pays, qui profiterait certainement aux multinationales. La richesse du Sénégal n’est autre que la paix et la stabilité sociale et non l’or noir ou le gaz.

 

  • Rappelle, d’une part, aux organisations de la société civile le rôle important qu’elles doivent jouer en pareille circonstance, et sans parti pris, pour préserver la stabilité et la cohésion sociale du pays et, d’autre part, à la classe politique, que cette affaire ne doit pas être une occasion de règlement de compte entre l’opposition et le gouvernement.

 

  • Invite l’opinion nationale et internationale au respect de la présomption d’innocence de M. Aliou Sall : principe fondamental selon lequel toute personne, qui se voit reprochée une infraction, est réputée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement démontrée.

 

  • Demande aux autorités judiciaires d’ouvrir une enquête, soit pour protéger nos deniers publics en prenant des sanctions appropriées si les accusations sont avérées, soit pour prendre des mesures tendant à protéger l’honneur d’un citoyen sénégalais si les accusations ne sont pas fondées.

 

  1. NB. Sur le grief relatif au caractère non contradictoire du documentaire, le Forum du Justiciable souligne que dans l’affaire «  Bolloré contre une journaliste du site d’information Mediapart » le tribunal correctionnel Nanterre de Paris a condamné Médiapart pour une enquête « à charge » en rappelant le caractère incomplet de l’investigation journalistique, qu’il a considérée à charge et non contradictoire malgré que la journaliste a tenté de joindre en vain le groupe Bolloré et ses conseils pendant près de trois semaines.

 

 

 

Fait à Dakar, le 06 Juin  2019

Le Bureau exécutif

 

BP réagit fermement aux accusations de la BBC

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué de la multinationale britannique…

BP rejette toute implication selon laquelle elle a agi de manière inappropriée dans l’acquisition de ses intérêts au Sénégal
Avant toute action d’achat d’intérêts BP au Sénégal, nous avons eu une démarche large, adéquate et rigoureuse dans tous les domaines y compris ceux de l’éthique , de la conformité avec les lois et les mesures anti-corruption
Outre notre souci d’orthodoxie dans ce domaine, nous avons personnellement contact avec Cosmos Energy et ses Conseillers externes qui ont déjà travaillé avec application sur ce patrimoine
Nos investissements créent déjà des opportunités pour le Sénégal et de concert avec nos partenaires dans cette joint-venture, Cosmos Energy et les compagnies nationales pétrolières, nous avons initié les prémisses d’exploitation gazière qui va apporter des avantages comprenant des revenus financiers et du gaz domestique au Sénégal et à ses populations.

 

Affaire BBC-Aliou Sall: Le point de vue du garde des sceaux, Me Malick Sall

YERIMPOST.COM Ceux qui s’attendaient à ce que le procureur de la République s’auto-saisisse dans ce scandale révélé par la BBC peuvent déchanter. Les parties ayant pris les devants, le ministre de la Justice ne voit pas l’utilité que le parquet y mette son nez. « Nous sommes dans un pays de droit et chacun dit ce qu’il veut. Mais, si on dit des choses qui peuvent engager l’honorabilité d’une personne, celle-ci est en droit de porter plainte. J’ai entendu Aliou Sall dire qu’il a porté plainte au niveau national et international », a noté Me Malick Sall. Le ministre, interpellé sur le sujet à la fin de la prière d’Eid à la mosquée de l’Imam Rawane Mbaye, a cependant souligné qu’il n’est ni procureur, encore moins juge. Son intervention se limite à l’organisation de la Justice.

Toutefois, le successeur d’Ismaïla Madior Fall s’est fait sa religion, indiquant que la chaîne britannique par laquelle ce scandale a été remis au goût du jour, a bel et bien pu être manipulée.

Scandale révélé par la BBC: Le CRD propose « un front pour la récupération des fonds détournés »

Une enquête indépendante et neutre de la BBC diffusée le 03 Juin 2019 apporte un éclairage nouveau sur le scandale inqualifiable que représente l’immixtion du « parrain »Frank Timis dans le secteur pétrolier sénégalais en complicité avec les plus hautes autorités du pays de 2012 à nos jours en particulier le Président de la République, MackySall.
Cette enquête confirme que:
1. Frank Timis,condamné par la justice et sans aucune compétence ni expérience dans le domaine des hydrocarbures, a été introduit au Sénégal par des hommes de réseau proche du pouvoir de l’ancien Président Abdoulaye Wade et conforté par les services de AliouSall. Ce dernier a, selon la BBC, reçu des payements substantielspour obtenir la signature de son frère, le Président de la RépubliqueMackySall.
2. Il ressort que la société Agritranssarlqui aurait reçu une partie de ces montants a pour gérant Abdoulaye Timbo, oncle de Macky et AliouSall. En définitive ces attributions privent le Sénégal sur les 40 prochaines années d’environ 6 000 milliards de francs cfa.
3. Aly NgouilleNdiaye a délibérément présenté au conseil des ministres un faux rapport pour établir les deux décrets qui ont permis l’entrée en vigueur des contratsliant le groupe de Frank Timis à l’État du Sénégal.
4. Le Président de la République, MackySall a signé lesdits décrets malgré l’opposition de l’Inspection Générale d’État qu’il avait lui-même chargé d’enquêter sur les conditions d’obtention par Frank Timis des permis entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012.

En définitive, nous sommes en présence d’un cas manifeste d’association de malfaiteurs où se mêlent corruption, concussion, et non transparence qui n’aurait jamais existé n’eut été l’implication directe et personnelle de MackySall, de Aly NgouilleNdiaye et de hauts fonctionnaires de l’État. La responsabilité ultime de MackySall est flagrante.
Dés lors le Congrès de la Renaissance Démocratique, en raison des grands torts causés au peuple sénégalais estime que :
1. Le procureur de la République doit engager les actions les plus immédiates pour dénouer les contrats frauduleux et générateurs de corruption et faire prendre les sanctions les plus sévères envers les auteurs et complices de ce crime d’État.
2. L’assemblée nationale doit en relation avec le procureur engager les mesures nécessaires pour présenter devant la Haute Cour de Justice les responsables de ce crime d’État ;
Pour sa part, et au stade actuel de développement de ce scandale, sans précédent dans l’histoire du Sénégal, le CRD appelle à un large front de toutes les forces politiques et sociales du pays pour la récupération de ces énormes ressources détournées à titre privées au détriment des intérêts et des priorités du Sénégal.

Par ailleurs, le Congrès approuve la démarche du FDRS et la cohésion de l’opposition pour la reconstruction du Sénégal. Le CRD salue et approuve à cet égard les efforts des organisations socioprofessionnelles et des mouvements citoyens en lutte pour le respect de leurs droits légitimes et la satisfaction de leurs aspirations.

Dakar, le 03 Juin 2019
Signé,
• Mouvement Tekki, Parti de l’Émergence Citoyenne
• Mouvement pour la République des Valeurs
• Alliance pour la Citoyenneté et le Travail,
• LD Debout
• TaxawTemm
• Ensemble

Affaire BBC/Aliou Sall: L’Assemblée nationale ouverte à une commission d’enquête

YERIMPOST.COM L’Assemblée nationale est ouverte à une commission d’enquête parlementaire. L’affirmation est du président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar. « S’il y a des éléments probants et qu’un député prenne l’initiative de suggérer la constitution d’une commission d’enquête, en faisant un exposé des motifs conséquent prouvant qu’il y a eu un détournement de ressources publiques, comme nous l’avons fait dans l’affaire des 94 milliards, je ne vois pas pourquoi on ne ferait pas une commission d’enquête parlementaire pour éclairer l’opinion« , dixit Aymirou Ngingue. Non sans préciser que cela se fait sur la base d’éléments attestant de la véracité des allégations.

Le 3 juin déjà, lors de son face-à-face avec les journalistes, Aliou Sall a montré sa disponibilité à répondre à une éventuelle commission d’enquête parlementaire.

 

URGENT: La réplique de Franck Timis

Ces allégations sont entièrement fausses. Aucun acte répréhensible n’a été commis dans le cadre des concessions pétrolières et gazières Saint-Louis Offshore Profond et Caya Offshore Profond.
En réalité, la concession – qui a été attribuée par le président Wade – était un investissement hautement risqué et spéculatif, assorti d’obligations d’investissement substantielles et coûteuses. Au moment où les concessions ont été attribuées, aucun hydrocarbure n’avait été découvert et il était fort probable qu’ils ne le seraient jamais. Au cours des 40 dernières années, de nombreuses multinationales du secteur du pétrole et du gaz ont eu la possibilité d’explorer et de développer pleinement la concession, mais ne l’ont pas prise, sans doute en raison des risques importants que cela impliquait. En 2014, on ne savait toujours pas si la concession donnerait des gisements de pétrole ou de gaz viables.
Suite à l’important capital de pionniers, à la motivation et à l’expérience de M. Timis et à ses relations crédibles avec d’autres développeurs pétroliers et gaziers, la concession a le potentiel de générer des milliards de dollars de recettes pour la population sénégalaise et de être approvisionné dans toute l’Afrique de l’Ouest, au bénéfice de millions de personnes supplementaires
Statement on behalf of Frank Timis and Timis Corporation
Ta.     een released in response to an investigation by BBC Panorama and Africa Eye.
« These allegations are entirely false. There has been no wrongdoing whatsoever in relation to the Saint-Louis Offshore Profond and Caya Offshore Profond oil and gas concessions.
The reality is that the Concession – which was awarded by President Wade – was a highly risky and speculative investment that came with substantial and costly investment obligations. At the time the Concessions were awarded, no hydrocarbons had been discovered and there was a significant possibility that they never would be. Over the previous 40 years, numerous multinational oil and gas companies had the opportunity to fully explore and develop the concession but didn’t take it, no doubt because of the substantial risks involved. As at 2014, it was still not known whether the Concession would yield any viable oil or gas fields.
Following the substantial pioneer capital, drive and experience of Mr Timis, and his credible relationships with other oil and gas developers, the Concession now has the potential to generate many billions of dollars revenue for the people of Senegal and provide gas to generate power which can be supplied across the whole of West Africa, to the benefit of many millions more people.
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR