Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Benno Bokk Yakaar

Adhésion à l’APR: Moustapha Diakhaté barre la route à Me Moussa Bocar Thiam

YERIMPOST.COM Au nom de l’unité et de sa consolidation, Moustapha Diakhaté demande à son parti, l’Alliance pour la République, de fermer ses portes à tout transfuge d’un parti de la coalition Benno Bokk Yaakaar. C’est en réponse à la démission de Me Moussa Bocar Thiam du Parti socialiste qui, dans la foulée, a manifesté toute sa disponibilité au président Macky Sall. Sans voile, l’ancien chef de cabinet du président de la République s’est opposé au ralliement de Me Thiam. « Depuis son élection, le président Macky Sall a fait l’option intelligente de la politique du grand rassemblement. Pendant 7 ans avec ses alliés historiques de BBY renforcés par des supports nouveaux, le président Sall s’est doté d’un solide socle politique que son parti doit jalousement protéger. Pour cette raison et par loyauté à l’égard de ses partenaires, l’APR ne peut pas servir de réceptacle aux frustrés des partis alliés du président de la République », a argumenté Diakhaté.

Les leaders de la coalition Benno Bokk Yaakaar passent au crible l’actualité nationale

Réunie, le 18 Avril 2019, autour du Président Macky SALL, Président de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), la Conférence des leaders de BBY et de la majorité présidentielle a examiné plusieurs questions liées au contexte politique marqué par le début du quinquennat du  Président de la république.

 

Dans sa note introductive, le Président Macky SALL a d’abord exprimé ses félicitations et remerciements aux leaders pour leur mobilisation exceptionnelle qui a permis sa réélection sans conteste à la tête de l’Etat et leur engagement remarquable à ses côtés lors de la cérémonie de prestation de serment et à l’occasion du défilé du 04 avril commémorant notre accession à la souveraineté internationale.   

Ensuite, le Président de la coalition a fait une présentation de la situation nationale en relevant les enjeux et défis du moment, avant d’ouvrir les débats qui ont permis d’aboutir aux conclusions suivantes :

  1. S’agissant de la mise en place du nouveau gouvernement, la Conférence des leaders soutient sans réserve les décisions prises par le Président de la république quant au choix des hommes, des femmes et des jeunes composant l’équipe en charge de matérialiser sa politique avec rapidité et efficacité et encourage celle-ci dans l’accomplissement des missions qui lui sont confiées pour l’intérêt exclusif du peuple sénégalais.

Par ailleurs, la conférence des leaders rend un vibrant hommage à tous les ministres sortants pour leur contribution inestimable au bilan élogieux du Président Macky Sall durant son septennat.

  1. Concernant la question du dialogue national, la Conférence des leaders salue la constance avec laquelle le Président Macky SALL réitère son appel en direction des forces vives de la nation, malgré les difficultés. Elle l’encourage à persévérer dans cette voie en adéquation avec les valeurs républicaines et culturelles de notre peuple. La conférence des leaders engage tous les segments de la société, politique, économique, social, à répondre positivement à cet appel de la nation pour relever ensemble les innombrables défis qui jalonnent le chemin du développement inclusif dans la paix et la stabilité.
  2. A propos des réformes institutionnelles engagées par le chef de l’Etat, avec la suppression du poste de Premier ministre, la Conférence des leaders exprime son adhésion à cette initiative qui va, assurément, rapprocher davantage le Président de la république de son gouvernement, de l’administration et des populations et accroitre l’efficacité et la rapidité dans la mise en œuvre des politiques publiques.

En effet, par cette mesure, le Président de la république devient le superviseur direct de la mise en œuvre par les ministres des politiques publiques qu’il détermine, engageant ainsi sa responsabilité personnelle dans la réussite de celles-ci.

Au surplus, son autonomie préservée, l’Assemblée nationale gardera toutes ses prérogatives de contrôle des politiques publiques et d’évaluation de l’action gouvernementale. Ainsi les députés pourront poser aux ministres qui sont tenus d’y répondre des questions écrites. Ils peuvent aussi poser aux ministres qui sont toujours tenus d’y répondre des questions orales et des questions d’actualité. Les questions et les réponses y afférentes ne sont pas suivies de votes. Alors sera assuré un plus grand équilibre entre les deux institutions.

  1. Au sujet de l’organisation des élections départementales et communales, la conférence des leaders envisage d’approfondir les discussions et souhaite porter les dites questions dans le cadre du dialogue et de la concertation.

Clôturant la rencontre, le Président de la coalition, le Président Macky SALL, après s’être félicité de la bonne tenue de la séance riche en propositions, a appelé, encore une fois, les leaders à persévérer dans la voie jusqu’ici choisie et qui a valu à notre coalition des victoires toujours éclatantes, à s’engager, sans délai, dans les activités d’animation politique de la coalition autour des politiques du gouvernement et de renforcement de son organisation par un élargissement continu de ses rangs, dans toutes les localités du pays et dans la diaspora.

 

Fait à Dakar, le 18 Avril  2019 La Conférence des leaders de BBY

Report des locales: le président Macky Sall se tourne vers l’opposition

YERIMPOST.COM Le futur du calendrier républicain repose sur le dialogue initié par le chef de l’Etat auquel toutes les forces vives de la Nation sont conviées. Recevant les alliés de la coalition Benno Bokk Yaakaar ce jeudi, le président Macky Sall s’est prononcé sur les prochaines élections. Au moment où le débat sur le report des locales est sur toutes les lèvres des politiciens, le président Sall, lui, propose de s’en ouvrir à l’opposition. Même si, quoi qu’il en soit, il se dit prêt, le chef de l’Etat semble avoir le dos large et opte pour un consensus.

Gouvernement: le président se confie aux députés

YERIMPOST.COM Après la formation du nouveau gouvernement, le chef de l’Etat se met à gérer les frustrations  et les justifications n’en finissent plus dans le camp de la majorité. Recevant les députés de la coalition Benno Bokk Yakaar au palais, le président de la République s’est encore expliqué sur ses choix. « Ce fut très difficile pour moi car il fallait prendre en compte de nombreux critères. Il faut que les ministres qui n’ont pas été reconduits sachent qu’ils ne sont pas moins méritants que les nouveaux. Ils ont fait du bon travail et peuvent être utiles ailleurs. Qui dit choix, dit élimination! », a confié le président Sall à ses hôtes.

Jean-Paul Dias: « Ce n’est pas du chantage, mais nous voulons entrer dans le gouvernement. »

YERIMPOST.COM Alliés des premières heures, les membres de Macky2012 s’estiment en droit de siéger dans le gouvernement pour ce quinquennat de Macky Sall. « Ce n’est pas du chantage, non, mais c’est la logique, la réalité », explique l’un d’eux, Jean-Paul Dias. Le leader du Bloc des centristes Gaïndés (BCG) s’exprimait lors d’un dîner de gala qui avait réuni Macky2012 et Benno Bokk Yaakaar. Ces compagnons du président de la République lui promettent fidélité jusqu’en 2024 et au-delà.

 

Abdoul Mbaye invoque Dieu, Moïse, Pharaon… pour répondre à BBY

Vingt mandats ne procurent guère que cent ans de pouvoir au Sénégal. Celui de Pharaon dura des milliers d’années. Il a suffi d’un ordre de Dieu (SWT) aux eaux ; Pharaon périt et Moussa fut sauvé, avec lui ceux qui croyaient.
« Koun fa yakoun ». Tout ce qui est, est œuvre du Tout Puissant (SWT), en satisfactions comme en douleurs pour l’humanité. Lui seul sait pourquoi, quand et comment.
Gardons-nous donc de prendre à notre compte les futurs qui se réalisent lorsque leurs issues pourraient nous surprendre. Car Dieu (SWT) est incertitude.
Par contre soignons nos relations avec nos contemporains. Laissons au moins leur honneur à ceux qui perdent, en particulier lorsque le combat a été inégal par l’usage de la force, par le non respect des règles, l’absence d’éthique et la corruption massive.
La paix n’est pas à mettre au crédit de ceux qui ont créé les conditions d’une explosion qu’ils auraient préférée à une non réélection. Elle est largement due à ceux qui ont préféré subir une « violence électorale » dans la durée plutôt que la remettre en cause. Fort heureusement de nombreux Sénégalais le reconnaissent ; certaines grandes figures ont magnifié cette attitude comme la plus illustre des victoires.
Évitons aussi de chanter trop tôt victoire, surtout lorsque sans gloire. Souvenons nous également que celle politique ne vient pas avec l’élection. Elle s’apprécie à la fin de mandat par son exécution conforme et l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.
Prions plutôt pour le mieux être des Sénégalais à bâtir sur les cinq prochaines années.
Amen.

Abdoul Mbaye
Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
Dakar le 18 mars 2019

2024: L’AFP en position pour la conquête du pouvoir

YERIMPOST.COM Avec ce second mandat qu’il vient d’obtenir en annonçant qu’il ne briguera pas un troisième mandat, le président Macky Sall scelle l’avenir de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Cette grande coalition créée en 2012 va, à coup sûr, éclater aux prochaines joutes électorales de 2024. Les ambitions présidentielles se déclinent déjà dans les différentes formations qui sont représentées dans BBY. La sortie du directeur de cabinet de Moustapha Niasse et non moins chargé des élections de l’Alliance des forces du progrès (AFP) en atteste. Bouna Mouhamed Seck déclarait ce dimanche 10 mars que le parti dirigé par Moustapha Niasse, qui a été créé pour conquérir le pouvoir, présentera un candidat à la prochaine présidentielle.

Amsatou Sow Sidibé et Coumba Ndofféne Ndiaye quittent le CCPP

YERIMPOST.COM A ce rythme, seuls les membres de la coalition Benno Bokk Yakaar valideront les conclusions du Cadre de concertation sur le processus électoral. In extenso, voici le communiqué joint du leader de Car Leneen et celui du RPJD qui annoncent leur départ.

 Nous, membres du pôle des non-alignés, Pr.Amsatou SOW SIDIBE, leader du parti CAR LENEEN, Pr.Coumba Ndofféne  NDIAYE leader du parti RPJD, avons quitté le cadre de concertation sur le processus électoral. Les motifs: Blocage autour des questions essentielles telles que : 1 le parrainage 2 la caution 3 le bulletin unique à la place des bulletins multiples. Constatant jusqu’ici l’absence de consensus autour de ces questions déterminantes pour l’organisation d’élections transparentes et sans violences gages d’une stabilité sociale.

Fort de ce constat, nous avons quitté depuis le mardi 24/01/2018, la table de concertation et lançons un appel à tous les leaders de partis politiques soucieux des enjeux   actuels de ces questions pour venir se joindre au front de refus ANDE   ARRE SENEGAL.

Nous rappelons que notre participation au cadre de concertation avait été par une volonté de participer à l’élaboration d’un code consensuel pour d’élections libres et transparentes.

Malheureusement tout au long des concertations nous avons observé, une volonté manifeste de la mouvance présidentielle d’imposer aux autres acteurs que nous sommes des points de vue qui bafouent les droits et libertés politiques consacrées par la constitution les lois et règlements. Autant de stratégies qui faussent l’esprit et le jeu électoral et favorise le parti au pouvoir et ses alliés aux prochaines élections présidentielles.

Fait à Dakar ce dimanche 28/01/2018
Par : Pr. Amsatou SOW SIDIBE leader du parti CAR LENEEN Pr.Coumba  NDofféne  NDIAYE  leader du parti RPJD.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR