Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

bougane guéye dany

Un peuple abusé face à des opposants complices de Macky (Bougane Guèye Dany)

Autant Macky Sall a eu l’outrecuidance de voter sans carte nationale d’identité, autant il a su trahir sans conséquence aucune « ses » camarades de l’opposition d’alors pour sillonner le pays en 2012, battre campagne et s’emparer de la palme pendant que les adversaires de Wade inhalaient les grenades lacrymogènes de son néo protégé d’aujourd’hui, le ministre de l’intérieur d’alors, Me Ousmane Ngom. Ces faits étaient les signes avant-coureurs du comportement d’un stratège machiavélique et futé aujourd’hui candidat à sa propre succession. En six années de règne, Macky a déroulé sans tambour ni trompette son plan de conservation du pouvoir. Que de choses se sont passées sans que personne ne bronche. Rien que des marches réussies de l’opposition et des conférences de presse bien médiatisées. Hier, les jeunesses des partis de l’opposition ont pilonné leurs leaders de jets de pierres, au siège de Bokk Guiss Guiss, pour montrer leur désaccord face à la passivité contre les multiples agressions subies par notre démocratie sous Macky Sall.
Aujourd’hui, force est de reconnaître que les véritables alliés de Maky sont tapis dans l’opposition. Certains ne veulent pas frustrer le prince paradoxalement ils veulent rester digne. Bon la CREI n’est pas loin. D’autres lui souhaitent un second mandat pour mieux se repositionner en 2024 parce qu’il y’aura inéluctablement une redistribution des cartes. Donc, acceptons tout et faisons semblant de nous opposer, cinq ans ça passe vite. Telle semble être la consigne secrète d’opposants du zénith et collabos de la lune.
Pourtant Bougane a toujours été accusé, à tord d’ailleurs, de rouler pour Djimbory: « Pion maky Sall leu », claironnaient certains opposants dans leur salon et les cyber-militants le relayer machinalement sur la toile. Demain il fera jour !

Avec le parrainage, Maky a réussi à diviser l’opposition avec d’un coté les recalés et de l’autre ceux qui ont réussi à se faufiler entre les mailles des filets, parfois avec la complicité même des gouvernants. Pour faire face au monstre, les opposants adoptent une démarche unitaire hypocrite. Les admis, comme des vautours, attendent et courtisent les recalés espérant grossir leurs rangs pour conforter leur score au soir du 24 février.
Peine perdue, Maky est toujours dans sa logique de dispersion des forces réelles de l’opposition. Il a fini d’écarter ses adversaires sérieux avec un potentiel certain : le PDS, les khalifistes, Bokk Guiss Guiss, le Grand Parti et Gueum Sa Bopp en plus d’autres personnalités font au moins 50 % de l’électorat. Pourquoi ces recalés ayant réussi à bousculer Macky Sall dans ses fiefs devraient-ils rejoindre des opposants complices du système machiavélique de légitimation d’une victoire soporifique et illégitime.
Tous les candidats injustement recalés gagneraient à unir leurs forces et choisir un seul candidat. Cette logique unitaire des ajournés logés par Maky au banc de touche aura l’avantage de créer un tir groupé contre le locataire du palais et ses affidés pour enfin les battre.
Face à un bouc qui choisit ses émissaires et ses adversaires sur des aires de jeu minées, le calvaire des joueurs commence dans les vestiaires et c’est là, en l’absence d’arbitres corrompus, que les vrais adversaires doivent s’unir pour casser le glaive de leur bourreau.
Cette situation rappelle, l’histoire du lion et du gibier : chaque fois que le lion s’approche du troupeau, on n’ignore qui sera la proie mais ce qui est sûr, l’unique objectif du lion affamé qui s’est subitement réveillé, c’est d’attraper le gibier».
Maky a réussi à polariser l’attention des « opposants » sur le parrainage alors que les vraies questions tournent autour du fichier électoral, de la carte électorale taillée sur mesure par les services du ministre de l’intérieur et non moins membre de l’APR, des électeurs décrétés non électeur, des électeurs déplacés injustement à leur insu et enfin la rétention volontaire des cartes d’identité nationale de plusieurs citoyens sénégalais.
Macky est un joueur froid. Ses affidés sont des calculateurs obnubilés par leur gain quotidien. Certains opposants refusent de combattre. Ils se contentent de donner du temps au temps dans l’espoir de ramasser le pouvoir en 2024. Le peuple, conscient des manipulations d’une opposition « civilisée », rumine sa colère. Il refuse de servir de chair à canon à l’opposition puisque les 12 morts de 2012 ont servi une caste de politiciens subitement devenus des gras sahéliens de par leur richesse immense.
En m’engageant dans ce combat citoyen, je pensais à l’avenir de mon peuple, à ces enfants désireux de jouer leur partition au banquet mondial de demain mais avec une opposition complice et des leaders-collabos j’ai encore plus mal pour mon pays.

Bougane Gueye Dany
Président du mouvement Gueum Sa Bopp

Bougane Guéye Dany écrit aux ambassadeurs étrangers

 

A son Excellence l’Ambassadeur, Doyen du Corps Diplomatique accrédité au Sénégal
A son Excellence l’Ambassadeur de France au Sénégal
A son Excellence l’Ambassadeur du Royaume Uni au Sénégal
A son Excellence l’Ambassadeur des USA au Sénégal
A son Excellence l’Ambassadeur du Canada au Sénégal
A son Excellence l’Ambassadeur, le Représentant de l’Union Européenne au Sénégal
A son Excellence l’Ambassadeur, le Représentant de l’Union Africaine au Sénégal

Excellences,
Par cette correspondance, nous avons le plaisir de vous présenter nos compliments ainsi que nos vœux les meilleurs pour ce nouvel an.
Nous avons estimé devoir vous informer des manquements graves relevés lors de la vérification des parrainages par le Conseil Constitutionnel. Ces manquements flagrants doivent être connus des amis et partenaires du Sénégal afin qu’ils interviennent d’urgence auprès des autorités.
1. Des doublons relevés par le Conseil Constitutionnel. Pourtant, ce dernier sait que les candidats ne disposent d’aucune base référentielle, ni d’aucun procédé permettant de savoir que tel parrain a déjà parrainé tel autre candidat. N’était-il pas plus logique de fournir aux candidats un logiciel qui rejette automatiquement tout doublon ? Le plus injuste est que, le candidat abusé est sanctionné par l’annulation des parrainages litigieux alors que le parrain fautif n’est pas inquiété.

2. Des incohérences entre les fiches déposées et celles rendues. En effet, les fiches que le Conseil Constitutionnel a retournées à notre mouvement « Gueum Sa Bopp » comportent des numéros de carte à 7 chiffres alors que celles déposées comptaient 9 chiffres. Cet état de fait est facilement vérifiable à l’aide de la version physique des fiches transmises. Incontestablement, une main délictuelle a falsifié les données déposées par notre mouvement ; il est curieux que le Conseil Constitutionnel ne s’en est pas rendu compte.

3. Des parrains rejetés au motif qu’ils ne sont pas électeurs. Cette incongruité est d’une gravité extrême et risque de remettre en cause définitivement la crédibilité de la justice sénégalaise. En effet, ces parrainages rejetés pour motif de « non électeurs » correspondent à des personnes parfaitement identifiables, joignables au téléphone et dotées de cartes d’électeurs retirées auprès des instances régulièrement créées par le ministère de l’intérieur. En rejetant ces parrains, le Conseil Constitutionnel insinue qu’il existe une organisation autre que la DAF qui fabrique de fausses cartes d’électeurs au Sénégal.

4. Des manquements confirmés par les observateurs de la société civile. A l’occasion d’une conférence de presse tenue le lundi 07 février 2019, les observateurs de la société civile ont souligné l’absence de référent à la disposition des candidats pour la collecte des parrains de même que l’opacité du logiciel qui a entrainé le rejet de nombreux parrains.

5. Des « rejets non régularisables » dans le dessein d’écarter des candidats gênants face au candidat Macky Sall. Pourquoi ces rejets ne sont-ils pas régularisables ? Pourquoi le mouvement « Gueum Sa Bopp » n’est-il pas autorisé à remplacer les rejets à partir de son stock de plus de 794 000 parrains attestés par huissier ? Est-il juste de rejeter, sur des bases aussi légères, des candidats à une élection présidentielle, qui ont mis tant de moyens, d’énergie et de temps, pour collecter des parrains ? Le Conseil Constitutionnel et le Ministère de l’Intérieur ne devraient-ils pas accompagner les candidats au lieu de leur tendre des pièges ?
Face à de tels manquements, nous demandons l’annulation des opérations de vérification, manifestement inexactes, effectuées par le Conseil Constitutionnel. « Gueum Sa Bopp » a vulgarisé les preuves irréfutables des manipulations imputables au Conseil Constitutionnel. Au-delà de l’injustice créée contre le mouvement « Gueum Sa Bopp » et son candidat, c’est l’image du Sénégal qui est ternie à travers ces manœuvres politiciennes qui s’invitent dans une procédure judiciaire.
Nous appelons votre attention sur la décision prise par les candidats injustement recalés d’aller jusqu’au bout pour que l’équité et la neutralité des juges soient effectives. « Gueum Sa Bopp » n’accepte pas cette forfaiture et a déjà sonné la mobilisation pour barrer la route aux ennemis de la démocratie.
Connaissant l’importance que vous accordez à la démocratie et à la transparence de tout processus électoral, nous vous prions de mesurer la gravité de la situation, ainsi que les risques de chaos qui guettent le Sénégal à la veille de cette présidentielle.
En vous remerciant de votre précieuse attention, nous vous prions d’agréer, Excellences, l’expression de notre parfaite considération.

Le Président du Mouvement Gueum Sa Bopp
BOUGANE GUEYE DANY

Vidéo- Bougane Guéye Dany révèle ses actions prioritaires s’il est élu









Bougane Guèye Dany fête son 42è anniversaire en banlieue

Le Président Bougane Gueye annonce le recrutement de 30 000 éléments pour renforcer nos forces de sécurité sur une période de 4 ans. Ceci pour palier l’insécurité dans la banlieue dakaroise qui selon lui est la conséquence d’un manque d’effectif soit un policier ou Gendarme pour 1400 sénégalais.
Gueum Sa Bopp a fait une démonstration de force ce dimanche à Thiaroye avec l’ancien basketteur Cheikh Mbacké Diop
Le Président Bougane Gueye en a aussi profité pour souffler ses 42 bougies avec les sympathisants GSB de la Banlieue.

Cellule com de Gueum Sa Bopp

















Bougane Guéye Dany, mesurez-vous vraiment les enjeux ?

Monsieur Bougane Gueye, dans la nuit du 10 octobre 2018 à 3 heures du matin, devant mon ordinateur j’étais en train de regarder le replay de l’émission Farram Facce dont vous étiez l’invité. Au bout de 30 minutes, je n’ai pu accepter ni comprendre certaines de vos positions malgré tout l’estime que je porte à votre égard. C‘est ainsi que je pris ma plume pour vous adresser cette lettre ouverte.

 

Monsieur GUEYE, le programme qui ambitionne d’apporter des solutions aux maux du Sénégal ne peut se permettre de considérations inutiles et ne peut s’axer sur des détails. Je me suis demandé à plusieurs reprises si vous mesurez à sa juste valeur les enjeux étatiques. C’est vraiment du sérieux.









Un plan stratégique, comme vous l’avez bien indiqué en dénonçant l’absence d’un plan stratégique sécuritaire au Sénégal, est plus que nécessaire pour mettre un pays sur orbite plutôt que de commencer par de l’opérationnel. C’est ce qu’on appelle mettre la charrue avant les bœufs. Vous, chef d’entreprises, je ne vais pas vous apprendre que c’est la stratégie qui permet de définir l’opérationnel.

EX : Je sais ce que je veux devenir dans 5 ans (Stratégique), comment le réussir (Opérationnel).

 

« L’avion présidentiel, je vais le vendre quand je serai président ». Oui ! Et après ? Quelle valeur ajoutée pour la population Sénégalaise ? Je ne peux comprendre cette position! Quelles que soient vos raisons, je ne pourrai l’accepter. Connaissez-vous l’importance d’un Président de la république Monsieur GUEYE ? Connaissez-vous la fréquence de voyages importants qu’il effectue par mois ? En toute sincérité, vous voyez le président de la république du Sénégal, prendre des avions avec des escales avec tout son protocole? Je suis encore désolé Monsieur GUEYE, mais je pense réellement que vous méconnaissez l’Etat. Savez-vous que le Président peut parfois voyager avec une forte délégation d’investisseurs et d’hommes d’affaires nationaux ? Pensez-vous au coût, comparé à son propre avion présidentiel? Monsieur GUEYE, faites la comparaison en terme de coût entre prendre des vols commerciaux, louer des avions et avoir son propre avion, vous verrez largement la différence. En vendant l’avion, ce que vous en obtiendrez, ne pourrait même pas régler les maux du plus petit quartier de Dakar. Si c’est seulement avec ce genre d’opération que vous comptez gouverner le Sénégal, on n’est pas encore sorti d’affaire.

 

En plus, avec la géopolitique actuelle, pensez-vous prudent et judicieux de faire voyager un président de la république dans ces vols « ordinaires »? Là, il est question de problématiques sensibles, de souveraineté et surtout de sécurité Monsieur GUEYE !

 

« Diminuer de 80% le parc d’automobile de l’Etat pour répondre aux besoins de la population Sénégalaise ». Monsieur GUEYE, encore du détail, qui ne peut apporter aucune valeur ajoutée aux Sénégalais. Les besoins de notre pays sont tellement importants que vouloir les résoudre par une diminution d’un parc d’automobile, me fait vraiment peur surtout venant de vous. Surtout que vous ne donnez aucun chiffre sur la situation actuelle du parc automobile gouvernemental.

 

Pour terminer, j’ai lu votre programme et je reste vraiment sur ma faim. Oui, un professeur l’a magnifié et pense qu’il est le plus réalisable parmi tant d’autres. Je ne mets en aucune façon en cause les propos de cet érudit. Mais je pense en toute honnêteté que dans votre programme vous faites du cas par cas, du détail. Vous n’avez pas ratissé large, les objectifs finals ne sont pas clairs. Je ne connais pas où vous voulez amener le Sénégal. Quel serait son PIB et le niveau de l’économie en 5 ans? Comment comptez-vous dompter le secteur secondaire qui est quasi-inexistant au Sénégal ? Comment résoudre le problème de l’école Sénégalaise et dans 5 ans où elle sera ? Comment atteindre l’autosuffisance alimentaire et en combien d’année ? Comment comptez-vous faire du Sénégal un pays riche avec toutes ses ressources naturelles? Tant de questions dont je ne retrouve pas les réponses dans votre programme.









Je reste convaincu Monsieur GUEYE que vous êtes un homme de valeur et que vous aimez le Sénégal mais cela ne suffit pas pour diriger ce pays. Je vous exhorte à une meilleure approche, plus rigoureuse, pour un meilleur programme pour notre Sénégal.

 

Mes respectueuses Salutations.

 

D.M

Présentateur d’émission/chroniqueur

Les spécialistes juniors

Paris/France

poussochronique@gmail.com

 

 

 

Je parraine et vote Bougane Guéye Dany (Papa Makhtar Diallo)

Cela vous surprendra peut-être, mais je commencerai par un aveu : qu’on vous aime ou qu’on vous déteste, vous faites, incontestablement, partie des meilleurs profils pour l’élection présidentielle de 2019.

Vous êtes l’un des derniers héritiers de notre histoire commune et d’une grande et belle tradition, une tradition qui m’a fait tomber fou amoureux de mon pays, notre pays le Sénégal, la tradition des jambars, ces braves gens qui se sont battu pour ce pays, pour nous et pour que le drapeau du Sénégal flotte un peu partout à travers le monde.




Avec une éloquence sans pareille et une détermination certaine, vous faites rêver plus d’un.
Transformant ainsi votre campagne électorale en cours d’éducation populaire et vos prises de parole en concours d’éloquence. Je ne parle pas là de com’ évidemment, mais de cette capacité unique à attirer l’attention et à esquisser un horizon collectif, à emporter une foule vers un destin commun qui fait tant défaut aux autres.

Car vous êtes au fond, le plus politique des candidats de 2019. Je donne ici à « politique » son sens le plus noble. Servir et non se servir

Et vous êtes aussi parmi les plus méritants au regard de votre parcours…
En effet, vous avez effectué une carrière, sans anicroches et sans histoires au Sénégal, en moins de 10 ans, vous avez su tirer votre épingle du jeu, passant alors d’un simple journaliste à un patron de presse et pas que, vous êtes aussi à la tête d’un holding qui pèse des dizaines de milliards.

Enfin, vous avez eu raison avant les autres. Raison sur la nécessité d’une alternative crédible et radicale.
Car 58 ans après notre indépendance formelle, 18 ans après la première alternance survenue en 2000 et plus de 6 ans après la seconde alternance, notre pays peine à décoller et a besoin de changer de Cap, de prendre de l’altitude.
Il a besoin d’être changer pas seulement en parole mais en acte. Passer ainsi de la période des détournements de deniers publics au sacrifice pour le pays et à la gestion vertueuse.
Sur ce, votre parcours suffit à faire de votre candidature une candidature de rupture, une candidature sérieuse et pleine d’espoir.

Car, vous n’êtes pas comme eux, ces carriéristes, qui ont fait de la politique un métier.
Vous vous êtes engagé par devoir et surtout par responsabilité. Notre pays a en effet un besoin impérieux de reprise en mains et de remise en ordre. Je crois que vous êtes capable de relever ce challenge, avec l’aide des hommes et des femmes qui vous entourent et ceux et celles qui vous rejoindront éventuellement.

Les défis sont nombreux et multiformes. Et les attentes sont nombreuses. Ils vont exiger des efforts conséquents de la part de nous tous.

En effet, pour assurer un avenir meilleur à nos enfants, le choix de 2019 sera décisif pour tous ceux qui considèrent que le temps des politiques est terminé, ceux qui pensent et croient à l’alternative citoyenne.

Marchons avec lui et relevons le défi ensemble !

Changeons de cap!
Misons sur le travail, la sérénité, l’intégrité et la combativité du président BOUGANE GUEYE Dany dont la personnalité et l’intelligence correspondent aux défis des temps actuels: courage, rigueur, sens de l’organisation et de la méthode, confiance en soi.

Pour ma part j’irai partout avec vous et pour nous, pour contribuer, à vos côtés, à l’avènement d’un Sénégal nouveau, prospère par le sacrifice de ses enfants. Un Sénégal développé qui offrira les meilleures conditions de bien-être, de confort et d’épanouissement à toute sa population.




En marche, pour une alternative citoyenne de rupture radicale avec BOUGANE GUEYE Dany. Je parraine et vote pour moi car voter et parrainer pour BOUGANE c’est le faire pour moi et les générations futures.

Papa Makhtar Diallo auteur du livre: « je m’indigne donc je suis », co-auteur de livre « Sen Njaxas » président du mouvement citoyen les indignés de Sénégal et président du mouvement politique Sénégaal R. E. C

Bougane Guéye Dany « franc-maçon »: Le RDS dénonce une manœuvre politicienne répugnante!

Qui s’acharne avec autant de hargne contre le leader du mouvement citoyen «Guëm sa Bopp» et non moins candidat à la Présidentielle de 2019, Bougane Guèye Dany ? Après l’avoir «soupçonné» de fricoter avec d’obscurs lobbies, promoteurs d’unions contre-nature, en passant par une incursion infâme dans sa vie (privée) matrimoniale, «ils» ont, dès le 20 août dernier, fait monter leurs lugubres enchères en accréditant, depuis des officines politiques clandestines, via un média en ligne, une énorme «délation» de sa supposé appartenance au «Grand Orient de France», la loge maçonnique la plus islamophobe et la plus anticléricale que l’Europe n’ai jamais connue !
Si nous avions une once de suspicion que Bougane avait monté son groupe de presse pour servir de tremplin à ces lobbies, qui ont supprimé de leurs textes fondateurs toute référence à Dieu et à l’immortalité de l’âme pour, en lieu et place, prôner une « liberté de conscience absolue », qui prétend affranchir l’homme de tout dogme religieux, nous aurions volontiers été de ses pourfendeurs les plus radicaux!



En 1985, dans leur volonté de distiller dans les esprits juvéniles les fondements idéologiques de leurs obédiences obscures, aux antipodes des convictions religieuses de la majorité des croyants de notre pays, ils durent essuyer un échec cuisant, face à la détermination de JAMRA et de son défunt fondateur, Abdou Latif Guèye, dont le procès qu’ils lui intentèrent tourna en sa faveur, avec les soutiens actifs (zaïr ak baatine) des honorables Khalifes généraux, Baye Seydi Thiaw Laye (Yoff Layéne), Serigne Abdou Lahad Mbacké (Touba) et Mame Abdou Aziz Sy Dabakh (Tivaouane) – dont l’audio de la sévère mise-en-garde qu’il adressa à cette occasion aux loges maçonniques, continue d’être largement partagées dans les réseaux sociaux. Loin de baisser la garde, ces «adorateurs du Grand Architecte de l’Univers» sont revenus à la charge, en janvier 2018, sous un label humaniste enchanteur, qui se révèle être un projet de prosélytisme athéiste et libertin, porté par 600 congressistes maçonniques, parrainés par le Grand Orient de France. Tout en réaffirmant leur attachement à la liberté d’expression et d’association consacrées par notre charte fondamentale, trente-trois organisations religieuses et de la Société civile, regroupées dans la «Coalition Non à la Franc-maçonnerie», s’insurgèrent légitimement contre ces «Croisés» des temps modernes, qui cachent difficilement leur volonté de bâtir une société sans Dieu. Et qui avaient failli transformer notre pays, les 2 et 3 février dernier, en sanctuaire de propagande de leurs thèses négationnistes de l’existence de Dieu et de l’immortalité de l’âme. Lesquelles ne sauraient nullement se substituer au noble héritage spirituel légué par Bamba, Maodo, Baye Niasse, Baye Laye, et tant d’autres grandes figures de l’Islam qui reposent en terre sénégalaise.
L’offensive énergique menée par cette large coalition fit à nouveau échec à la tenue de ces assises occultes. Et nous devons à la vérité de témoigner que le groupe de presse Dmedia de Bougane Guèye Dany, tous supports confondus (journal, télé, radio), avait largement couvert ce long bras-de-fer, auquel assistaient l’opinion croyante sénégalaise indignée, parce qu’agressée dans ce qu’elle a de plus cher : sa Foi. Et ceux qui ont failli transformer notre pays en plate-forme de propagande de leurs thèses obscures, durent battre en retraite vers Pointe-Noire, au Congo, où, avec la bénédiction de leur «frère-chef-d’Etat», il leur sera loisible d’élargir les rangs de leur Ordre occulte.
Leur parrain occidental, le Grand-Orient de France, digérant mal d’avoir été déclaré «indésirable» en terre sénégalaise, en fut lamentablement réduit à se fendre, le 28 janvier dernier, d’une déclaration incendiaire et paternaliste, y traitant ladite coalition de regroupement de «forces obscurantistes». Inversant ainsi les rôles en feignant d’ignorer qu’il n’y avait pas plus nébuleux et plus opaque qu’une secte maçonnique, au point d’être assimilée, dans l’imagerie populaire, à la Mafia sicilienne ou à la Camora napolitaine ! Au demeurant, l’opportunité nous fut offerte de réaffirmer ce droit fondamental de défendre farouchement le noble héritage que nous ont généreusement légué nos honorables icônes religieuses, dans une interview parue dans la dernière livraison de «Jeune-Afrique» (numéro 3007 du 26/08/2018), sous la plume du rédacteur en chef de son site web, Mehdi Bâ.




Le RDS dénonce fermement ces manœuvres malsaines et anti-démocratiques, ciblant le leader de «Guëm Sa Bopp», qui constituent une entorse grave aux principes et valeurs qui fondent la République, que nous avons tous la prétention d’incarner et de défendre. Au terme de notre Charte fondamentale, chaque citoyen, jouissant de ses prérogatives civiques, a le droit le plus absolu de briguer les suffrages de ses concitoyens, à l’occasion de n’importe quelle joute électorale, fut-elle aussi décisive que la Présidentielle du 24 février 2019 toute proche. Par conséquent, le RDS en appelle au respect scrupuleux des ambitions légitimes de tous les prétendants, déclarés ou en veilleuse, si tant est que leurs démarches tendant à la matérialisation de leurs prétentions s’inscrivent dans les limites des lois les régissant. Enfin le RDS exhorte tous nos compatriotes à garder présent à l’esprit que l’histoire du Sénégal ne s’arrête pas le 24 février 2019; que ce pays nous appartient à tous et, qu’en dépit de nos divergences politiques du moment, nous sommes condamnés à le construire ensemble.

Dakar, le 06/09/2018
Le Secrétaire général
Mame Mactar Guéye

Bougane Guéye Dany « amuse la galerie »

YERIMPOST.COM Le président du mouvememt Gueum Sa Bopp, dans son discours au stadium Lat Dior, a décrié la situation préoccupante de la ville de Thiès (voir vidéo). Le stadium a refusé du monde ce samedi. Bougane Guéye a plaidé la cause des Thiéssois qui souffrent de représailles politiques depuis plus de 15 ans.
Imam idrissa Gaye, Mohamed Ndiaye, homme d’affaires, Ahmet Saloum Dieng et Sam’s, tous dignes fils de Thiès, ont pris la parole pour inciter les jeunes à croire davantage à leur potentiel. Le mouvement citoyen Gueum Sa Bopp, depuis un moment, fait le tour du pays pour des rencontres de partage et de développement personnel.
Après Thiès, le mouvement a mobilisé Yeumbeul avec le DG de SFG, Mbaye Diéye.
Le centre Gallé a reçu ce dimanche Bougane Gueye et sa délégation.
Les populations ont répondu massivement à l’appel du bienfaiteur Mbaye Diéye qui partage la philosophie Gueum Sa Bopp.
Après la rencontre, le président du mouvement citoyen Gueum sa Bopp s’est rendu chez Serigne Sidy Alkhourane pour les préparatifs de la rencontre Gueum Sa Bopp de Diamaguene, le vendredi prochain, a 17h…
Bougane Guéye Dany « amuse la galerie », a ironisé l’auteur de l’article à succès « Alerte rouge ». A ce rythme, il va finir par faire mal…




Vidéo- Bougane Guéye Dany fait un clin d’oeil à Idrissa Seck. Dans quel but ?





Voici le clip de campagne de Bougane Guéye Dany autour du slogan Gueum sa bopp.

Vidéo- Bougane Guéye Dany s’élève contre les meurtres de Sénégalais à l’étranger

Vidéo- Gaston Mbengue joue au sapeur pompier entre Assane Ndiaye et Bougane Gueye Dany

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR