Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

cdc

CDC: Aliou Sall passe le témoin à Cheikh Bâ dans la discrétion

YERIMPOST.COM On l’attendait pour hier, mercredi 10 juillet, mais le directeur sortant était « occupé » à livrer sa version des faits dans le scandale Petrotim aux enquêteurs de la Division des investigations criminelles. Aujourd’hui, jeudi 11 juillet, la passation de service entre Aliou Sall et Cheikh Ahmed Tidiane Bâ se déroule dans les locaux de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Arrivés tôt ce matin devant le siège de la CDC pour immortaliser l’instant, les journalistes ont tout bonnement été éconduits sous prétexte que la cérémonie est réservée aux « travailleurs ». Une passation de service à huis clos ! Les forces de l’ordre, qui étaient en place aux premières heures de la matinée, quadrillent le périmètre pour filtrer les entrées. La cérémonie a démarré un peu avant 11 heures et, pour le moment, rien n’a filtré…

CDC et DGID: les nouveaux patrons s’installent

YERIMPOST.COM La passation de service entre le directeur sortant et son successeur à la Caisse des dépôts et consignations est prévue demain, jeudi 11 juillet. Aliou Sall va céder officiellement son fauteuil à Cheikh Ahmed Tidiane Bâ qui, dans la même journée, passera le témoin à son remplaçant à la Direction des impôts et domaines.

Aliou Sall–BBC: Moi je vous crois !

Je ne veux même pas revenir sur ce reportage dépourvu de sens et de méthode journalistique, j’ai juste envie de dire à ces Sénégalais qui veulent bruler le pays, pour leurs propres intérêts, qu’ils ont tort. Oui ils ont tort ! Et voici pourquoi ! Je cite Marvel :

« 1° Ne pas comprendre que le Sénégal avait tout intérêt à trouver des entrepreneurs ou courtiers prêts à prendre des risques d’investir des centaines de milliards dans la RECHERCHE, avec 1 chance sur 10 de succès.

2° Ne pas comprendre que le Sénégal n’a aucun intérêt à faire valoir un quelconque « Droit de Préemption » puisqu’il n’a pas ces centaines de milliards à jeter par la fenêtre quand l’entrepreneur veut faire appel à d’autres preneurs de risques

3° Ne pas comprendre qu’il est tout à fait normal que l’entrepreneur qui a investi ces milliers de milliards étalés dans le temps, les récupère sur les futurs revenus du pétrole.

4° Ne pas comprendre que la plus grosse part des premiers revenus du pétrole sert d’abord à rembourser à l’entrepreneur ses investissements, et c’est le reliquat qui est partagé en guise de « Profit Oil » entre l’entrepreneur et le Sénégal qui n’a rien investi ».

Il faut vraiment être comme ces opposants battus qui n’ont aucune crédibilité et ces autres qui ne veulent que du mal à notre cher pays et de mauvaise foi pour continuer à tirer sur le président et son gouvernement ! Parce qu’Aliou a été un bon négociateur pour convaincre un investisseur, même si ce dernier est un « courtier ». La faute à qui ? Est-ce-que être bon en affaire et en relationnelle a une quelconque relation avec être un frère de Président ? Sincèrement, je crois que non !

Le Sénégal a beaucoup salivé ces derniers jours et a longtemps retenu son souffle sur la démission ou non de Monsieur Aliou Sall. Maintenant que c’est fait, respirez messieurs d’AAR LI GNOU BOKK ou le regroupement d’opposants en perte de de popularité, de société civil sans éthique, de journalistes de mauvaise foi… Cédez le passage y’a plus rien à signaler ! Ou si vous avez quelque chose à dire, quittez la place de la nation et allez retrouver le procureur à son bureau. Soit vous croyez au saint Coran ou à la Bible… Soit vous croyez à la loi et aux hommes qui l’incarnent ?!!!!!!

 

BAMBY

 

La Cdc a un nouveau Dg

YERIMPOST.COM 24h après la démission de son directeur général, la Caisse des dépôts et consignations a un nouveau Dg en la personne du désormais ex-directeur des impôts et domaines, Cheikh Ahmed Tidiane Ba, responsable politique du parti présidentiel à La Médina.

Abdou Aziz Mbaye: «En démissionnant, Aliou Sall a ouvert la porte grande pour aller vers… »

La démission d’Aliou Sall de la Caisse des dépôts et de Consignations (CDC) est reçue tel un couperet au niveau du palais. Le docteur Abdou Aziz Mbaye, ministre-conseiller personnel du président de la République Macky Sall, pense que cette décision est un signal fort selon lequel la justice sera faite dans cette affaire Pétro-Tim.

« Le Président Macky Sall avait clairement dit que personne ne sera protégé, personne ne sera défendu, donc tout le monde est au même pied d’égalité devant la justice. La démission d’Aliou Sall vient prouver sa volonté d’être parmi les gens qui vont promouvoir la vérité au Sénégal. Il a ouvert la porte grande pour aller vers la vérité », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il « est d’une grandeur d’esprit dans la volonté d’aider les concitoyens à comprendre ce qui se passe dans le pétrole ».

Le conseiller personnel du chef de l’Etat invite, à ce titre, les détracteurs du maire de Guédiawaye à répondre devant la justice. «Ils devront venir avec des arguments, des preuves. Ces détracteurs du Sénégal, qui n’hésitent devant rien pour mentir devant l’opinion publique nationale et internationale, doivent eux-aussi répondre de leurs attitudes », ajoute-t-il.

A l’en croire, «on ne peut pas impunément salir la réputation d’un pays, d’un chef de l’Etat et sans preuves. Certains d’entre eux n’ont pas les mains propres, ni dans leurs familles, ni dans leurs affaires. Ils sont des gens connus pour être à la solde des dealers étrangers ».

«Traîtres»

Et, pour l’ancien ministre de la Culture, « au lieu de travailler pour le bien-être du Sénégal, ils le font pour des compagnies étrangères pour spoiler la manne financière qui va découler de notre pétrole et notre gaz. Ce sont des traîtres».

Revenant part ailleurs sur le rapport de l’IGE de 2012, l’ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat dit faire confiance à la justice.

« C’est une faute professionnelle de parler de quelque chose dont on ne connait pas les tenants et les aboutissants. Aujourd’hui, beaucoup parlent à tort et à travers. C’est pour cela que le président de la République a encouragé la justice à aller vers une enquête ouverte pour tout le monde », a-t-il dit.

Pour Mbaye, «c’est beaucoup mieux de le régler comme ça que de le faire passer dans les médias et les réseaux sociaux pour avancer ces types d’information ».

Présidentielle: Conseil constitutionnel et CDC tournent à plein régime

YERIMPOST.COM La valse a démarré ! Le compte à rebours de la présidentielle a commencé et les candidats se bousculent devant le Conseil constitutionnel et la Caisse des dépôts et consignations (Cdc). L’Alternance générationnelle pour les intérêts de la République (Agir) a désigné Thierno Bocoum comme candidat. Cela a été matérialisé ce vendredi 7 décembre par le dépôt du dossier de candidature devant le Conseil constitutionnel. De l’autre côté de la Caisse des dépôts et consignations, les chèques de de 30 briques se superposent. Le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, a déposé sa caution depuis le lundi 4 décembre.







Contribution: La CDC extirpée du code des marchés publics.

« Aucune réglementation ou procédure particulière à un acheteur public, à une catégorie d’acheteurs ou à une catégorie de fournitures, services ou travaux ne peut déroger aux règles par le code des marchés publics ou prises en application dudit code des marchés ».

Ce principe posé par l’article 25 du Code des Obligations de l’administration (COA) est remis en cause aujourd’hui au profit de la Caisse de dépôts et Consignations dirigée et administrée par Monsieur Aliou SALL nommé le 11 septembre 2017 par le Président de la République Macky SALL malgré la non expiration du mandat du Directeur général « sortant » Monsieur Thierno Seydou Niane.

En effet, en sa séance du vendredi 30 juin 2017, en procédure d’urgence, l’assemblée nationale a adopté une loi n°2017-32 du 15 juillet 2017 fixant les règles d’organisation et de fonctionnement de la Caisse de dépôts et Consignations. Son extirpation du champ du code des marchés publics est révélée dans l’alinéa 1 de l’article 34 de la loi précitée.

Cet article dispose que : « les règles de passation des marchés de la Caisse de dépôts et Consignations sont fixées dans un manuel de procédures qui détermine les règles applicables aux marchés conclus. Le manuel de procédures et tout amendement y afférent ne sont applicables qu’après approbation de la Commission de surveillance ».

En termes clairs, la Caisse de dépôts et Consignation a la latitude et la liberté de fixer dans son manuel de procédure ses seuils de passation des marchés publics, ses modes de passation des marchés publics, ses propres organes de gestion des marchés, ses règles d’ouverture, d’analyse, d’évaluation et d’attribution de ses propres marchés etc.

Ce procédé contraire au Code des Obligations de l’Administration (COA), facteur d’opacité, est en porte à faux avec l’exposé des motifs qui veut promouvoir « l’amélioration de la gouvernance en adoptant les meilleures pratiques ».

Au vu de cette extirpation flagrante, le Conseil de Régulation de l’Autorité de Régulation des Marchés publics (ARMP) ne doit-elle pas prendre les mesures appropriées pour mettre fin à ce privilège illégal, si l’on sait, par ailleurs, que le mandat du Directeur général de l’ARMP a pris fin depuis longtemps et que ce dernier refuse de partir ? Une double régulation s’impose alors.

Birahime SECK

Membre du Conseil d’administration du Forum Civil

 

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR