Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

COALITION

Talla Sylla fond sa coalition dans l’Apr

YERIMPOST.COM « Fal Askan Wi », la coalition dirigée par Talla Sylla, a décidé de se fondre dans l’Alliance pour la République. Le maire de Thiès juge cette décision cohérente avec sa contribution, le 24 février dernier, à la réélection du président Macky Sall. L’ex-wadiste et ses camarades comptent désormais poursuivre leur combat pour le « bien être des populations sénégalaises » (comme le souligne le communiqué de presse), au sein de l’APR.

La coalition Idy2019 publie un livre blanc

YERIMPOST.COM Rendez-vous est donné à la presse cet après-midi au siège de Bokk Guis-Guis pour la publication du livre blanc sur la présidentielle passée. La coalition Idy2019 va publier ses « observations saillantes d’un hold up électoral ».

Adhésion à l’APR: Moustapha Diakhaté barre la route à Me Moussa Bocar Thiam

YERIMPOST.COM Au nom de l’unité et de sa consolidation, Moustapha Diakhaté demande à son parti, l’Alliance pour la République, de fermer ses portes à tout transfuge d’un parti de la coalition Benno Bokk Yaakaar. C’est en réponse à la démission de Me Moussa Bocar Thiam du Parti socialiste qui, dans la foulée, a manifesté toute sa disponibilité au président Macky Sall. Sans voile, l’ancien chef de cabinet du président de la République s’est opposé au ralliement de Me Thiam. « Depuis son élection, le président Macky Sall a fait l’option intelligente de la politique du grand rassemblement. Pendant 7 ans avec ses alliés historiques de BBY renforcés par des supports nouveaux, le président Sall s’est doté d’un solide socle politique que son parti doit jalousement protéger. Pour cette raison et par loyauté à l’égard de ses partenaires, l’APR ne peut pas servir de réceptacle aux frustrés des partis alliés du président de la République », a argumenté Diakhaté.

Les leaders de la coalition Benno Bokk Yaakaar passent au crible l’actualité nationale

Réunie, le 18 Avril 2019, autour du Président Macky SALL, Président de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), la Conférence des leaders de BBY et de la majorité présidentielle a examiné plusieurs questions liées au contexte politique marqué par le début du quinquennat du  Président de la république.

 

Dans sa note introductive, le Président Macky SALL a d’abord exprimé ses félicitations et remerciements aux leaders pour leur mobilisation exceptionnelle qui a permis sa réélection sans conteste à la tête de l’Etat et leur engagement remarquable à ses côtés lors de la cérémonie de prestation de serment et à l’occasion du défilé du 04 avril commémorant notre accession à la souveraineté internationale.   

Ensuite, le Président de la coalition a fait une présentation de la situation nationale en relevant les enjeux et défis du moment, avant d’ouvrir les débats qui ont permis d’aboutir aux conclusions suivantes :

  1. S’agissant de la mise en place du nouveau gouvernement, la Conférence des leaders soutient sans réserve les décisions prises par le Président de la république quant au choix des hommes, des femmes et des jeunes composant l’équipe en charge de matérialiser sa politique avec rapidité et efficacité et encourage celle-ci dans l’accomplissement des missions qui lui sont confiées pour l’intérêt exclusif du peuple sénégalais.

Par ailleurs, la conférence des leaders rend un vibrant hommage à tous les ministres sortants pour leur contribution inestimable au bilan élogieux du Président Macky Sall durant son septennat.

  1. Concernant la question du dialogue national, la Conférence des leaders salue la constance avec laquelle le Président Macky SALL réitère son appel en direction des forces vives de la nation, malgré les difficultés. Elle l’encourage à persévérer dans cette voie en adéquation avec les valeurs républicaines et culturelles de notre peuple. La conférence des leaders engage tous les segments de la société, politique, économique, social, à répondre positivement à cet appel de la nation pour relever ensemble les innombrables défis qui jalonnent le chemin du développement inclusif dans la paix et la stabilité.
  2. A propos des réformes institutionnelles engagées par le chef de l’Etat, avec la suppression du poste de Premier ministre, la Conférence des leaders exprime son adhésion à cette initiative qui va, assurément, rapprocher davantage le Président de la république de son gouvernement, de l’administration et des populations et accroitre l’efficacité et la rapidité dans la mise en œuvre des politiques publiques.

En effet, par cette mesure, le Président de la république devient le superviseur direct de la mise en œuvre par les ministres des politiques publiques qu’il détermine, engageant ainsi sa responsabilité personnelle dans la réussite de celles-ci.

Au surplus, son autonomie préservée, l’Assemblée nationale gardera toutes ses prérogatives de contrôle des politiques publiques et d’évaluation de l’action gouvernementale. Ainsi les députés pourront poser aux ministres qui sont tenus d’y répondre des questions écrites. Ils peuvent aussi poser aux ministres qui sont toujours tenus d’y répondre des questions orales et des questions d’actualité. Les questions et les réponses y afférentes ne sont pas suivies de votes. Alors sera assuré un plus grand équilibre entre les deux institutions.

  1. Au sujet de l’organisation des élections départementales et communales, la conférence des leaders envisage d’approfondir les discussions et souhaite porter les dites questions dans le cadre du dialogue et de la concertation.

Clôturant la rencontre, le Président de la coalition, le Président Macky SALL, après s’être félicité de la bonne tenue de la séance riche en propositions, a appelé, encore une fois, les leaders à persévérer dans la voie jusqu’ici choisie et qui a valu à notre coalition des victoires toujours éclatantes, à s’engager, sans délai, dans les activités d’animation politique de la coalition autour des politiques du gouvernement et de renforcement de son organisation par un élargissement continu de ses rangs, dans toutes les localités du pays et dans la diaspora.

 

Fait à Dakar, le 18 Avril  2019 La Conférence des leaders de BBY

Fort de sa large coalition, Idrissa Seck vous livre son programme étoffé

Coalition Sonko Président : planning campagne électorale + portrait candidat

Monsieur Ousmane SONKO, Président du parti politique PASTEF-Les Patriotes (Patriotes du Sénégal pour l’Ethique, le Travail et la Fraternité), créé en janvier 2014, est né le 15 juillet 1974 à Thiès.

Il est actuellement député à l’Assemblée nationale sénégalaise et y représente la Coalition NDAWI ASKAN WI/ Alternance du Peuple à l’Assemblée Nationale, depuis juillet 2017.

De parents originaires de la Casamance, du Baol et du Fouta, Monsieur Ousmane SONKO passe une partie de son enfance à Thiès où il fait sa scolarité, avant d’entamer un cursus universitaire à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, suite à l’obtention du Baccalauréat en 1993.

A l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) des sciences juridiques de cette université, il décroche un diplôme de spécialisation en droit publique.

Brillant étudiant, il sort major de sa promotion au concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) du Sénégal après une maîtrise en droit publique à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis en poche.

En 2001, il termine sa formation à l’ENA, section « Impôts et Domaines » et intègre l’administration par un premier poste au Centre des Services fiscaux de Pikine.

En 2003, il obtient un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA), en Finances publiques et fiscalité, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Monsieur Ousmane SONKO débute sa carrière comme Inspecteur des Impôts et des Domaines.

Il a été Vérificateur fiscal et Chef de Brigade de vérification fiscale, chargé du secteur immobilier. En outre, il a exercé la fonction d’auditeur interne à la Direction du Contrôle Interne (DCI) de la Direction Générale des Impôts et des Domaines (DGID, chargé de la rédaction de la charte de déontologie de la DGID, lors de sa radiation par décret No 2016-1239 du Président Macky Sall pour « Manquement a l’obligation Discrétion professionnelle ».

Cet épisode largement relayé par la presse sénégalaise a permis de révéler Monsieur Ousmane SONKO au grand public.

Sur le plan syndical, Monsieur Ousmane SONKO a créé le Syndicat Autonome des Agents des Impôts et Domaines (SAID), après seulement trois ans passés dans l’Administration.

Il en est le premier Secrétaire Général d’avril 2005 à juin 2012.

De juin 2012 à août 2016, il est le Secrétaire Général honoraire de ce syndicat qui lui a permis de mener des luttes victorieuses, soldées par des résultats permettant d’améliorer considérablement les conditions de travail des agents de la DGID.

Sur le plan politique, Monsieur Ousmane SONKO incarne sans aucun doute le renouveau.

Bon nombre d’observateurs avertis le présentent comme le précurseur d’un nouveau type d’homme politique imprégné de valeurs comme l’intégrité, le courage et la détermination.

Maîtrisant parfaitement les sujets de politique, il prône la moralisation de la vie politique et la défense des intérêts supérieurs du Sénégal.

Sa probité reconnue par la plupart de ses anciens collègues, est confirmée par ce témoignage poignant de cet ancien Inspecteur des impôts à la retraite, Monsieur Ibrahima DIOP : « Quand il débarquait ici, j’étais à trois ans de la retraite. C’est une fierté pour l’administration sénégalaise : un homme bon, travailleur et qui croit foncièrement en Dieu ».

Son ancien professeur de la 6ème à la 3ème, Monsieur Daouda GUEYE, abonde dans le même sens :

« Je parle sous la casquette de l’enseignant qui a eu dans sa classe l’élève Ousmane Sonko. Je voudrais rassurer, pas seulement les Mbourois, mais chaque Sénégalais sur les convictions et

 

les principes de Ousmane SONKO. Son attitude et sa posture ne datent pas d’aujourd’hui et ne sont guère liées à un contexte politique. Je l’ai connu ainsi, alors qu’il n’avait que 14 ans. Ceux qui l’ont eu dans leur classe peuvent en témoigner.

En tant qu’enseignant, ce que j’ai retenu de lui, c’est son aptitude à s’opposer à toute forme d’injustice, qu’elle vienne de l’enseignant ou de ses camarades.

Sa radiation de l’administration n’a pas été une surprise pour moi car il n’a jamais été insensible face à l’injustice, d’où qu’elle puisse émaner ».

Enfin, au plan sportif, Monsieur Ousmane SONKO est un pratiquant du football, du karaté, de la gymnastique et du basket.

Ses proches le présentent comme un homme pétri de talent en basket. Il aurait pu faire une brillante carrière dans ce domaine, mais la priorité accordée à ses études, finit par prendre le dessus.








Son humour et son esprit taquin est connu de ses proches et surtout de sa famille. Décrit comme un papa poule par sa famille, il est toujours peiné par la situation de la petite enfance et surtout des enfants de la rue. C’est dans ce registre qu’il a décidé faire un virement automatique du tiers de son salaire au bénéfice de la pouponnière de Kaolack.

REGIONS LOCALITES A VISITER ACTIVITES PERIODE
Dakar Dakar Caravane + meeting d’ouverture Boulevard Général de Gaule 03-févr
Kaolack kaolack, Nioro, Guinguinéo Caravane + meeting à Kaolack 04-févr
Diourbel Gossas, Diourbel, Bambey Caravne + meeting à Bambey 05-févr
Diourbel Darou Mousty,Touba, Mbacké Caravane + meeting à Mbacké 06-févr
Louga  Linguere,Darra, Louga Caravane + meeting à dahra (16h) et Louga (20h) 07-févr
Thies Zone des Niayes de Mboro à Rufisque Caravane + meeting Rufisque 08-févr
Thies Mbour Caravane + meeting à Mbour 09-févr
Fatick Fatick, nioro, Foudiougne, Karrang Caravane 10-févr
Ziguinchor Oussouye et Ziguinchor Caravane + meeting à Ziguinchor 11-févr
Ziguinchor Bignona, Boukiling Caravane + meeting à Bignona 12-févr
Sedhiou & Kolda Sedhiou, MYF, Kolda Caravane + meeting à kolda 13-févr
 Tamba, Kédougou velingara, Tamba, kédougou Caravane + meeting à kaolack 14-févr
kedougou &  Tamba kédougou + Tamba Caravane+ meeting àTamba 15-févr
Tamba & Matam Goudiry, Bakel, Kanel, Ourossogui Caravane + meeting 16-févr
Matam& saint Louis Ourossogui, Podor Caravane + meeting à Podor 17-févr
Saint Louis Dagana, Ross bethio, Saint Louis Caravane + meeting à dagana 18-févr
Saint Louis Saint Louis Caravane + meeting à saint louis ( 16h) 19-févr
Thies Tivaoune, pout, khombol, thies Caravane + meeting Thies 20-févr
Dakar Pikine Caravane + meeting 21-févr
Dakar Dakar, Guédiawaye, Pikine Caravane 22-févr

Coalition présidentielle: Aïda Mbodj maintient le flou

YERIMPOST.COM Courtisée par les différents candidats à la présidentielle, l’ex-maire de Bambey fait monter l’adrénaline. Aïda Mbodj a décidé de dévoiler le nom du candidat qu’elle va soutenir demain, vendredi 1er février. Cette politique dans l’âme tente d’imposer un faux suspense.



Présidentielle de 2019: Modou Diagne Fada et Abdoulaye Baldé accordent leurs violons

YERIMPOST.COM Une nouvelle coalition politique a vu le jour. Elle est dénommée Coalition pour une alternative démocratique (Cad/Disso). Les initiateurs de cette nouvelle plateforme politique sont le leader du parti Les démocrates réformateurs/Yessal, Modou Diagne Fada, et son homologue de l’Union centriste du Sénégal (Ucs), Abdoualye Baldé. Ces deux anciens responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) ont décidé de mutualiser leurs forces pour proposer un programme alternatif d’urgence. La coalition compte présenter un candidat à la présidentielle de 2019, renseigne le maire de Ziguinchor sur les ondes de la Rfm.



La Coalition Manko Wattu Sénégal attaque avec force arguments Karim Wade et Aly Ngouille Ndiaye

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué de la coalition…

La conférence des leaders de la Coalition Manko Wattu Sénégal s’offusque de la correspondance de Karim Wade (adressée à l’occasion de la conférence sur le soufisme tenu à Dakar) qui depuis le Qatar où il se la coule douce loin des turpitudes des sénégalais, se déclare candidat du peuple à la prochaine présidentielle de 2019.
De qui se moque Karim Wade? C’est la question qu’on serait tenté de se poser.
De quoi se permet-il de s’autoproclamer candidat d’un peuple dont il a dilapidé toutes ses ressources sans scrupule Ce qui d’ailleurs lui a valu d’être inculpé, jugé, condamné à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d’amende ( contrainte par corps) pour enrichissement illicite., Cette homme qui a abusé de la confiance de tout le peuple sénégalais pendant qu’il était ministre du Ciel et de la terre n’a rien mieux à faire que de narguer la population qui a ouvert les yeux sur son arrogance quand il se pavanait avec des jets privés, coûtant des dizaines de milliards aux contribuables sénégalais.
Raison pour laquelle nous demandons à l’état du Sénégal, l’exécution du contrainte par corps sur Karim Wade pour recouvrer nos 138 milliards et aussi l’interpellation de sa soeur Sindiely Wade pour les plus de cent milliards volé dans le cadre du FESMAN.

Sur un autre registre la Coalition Manko Wattu Sénégal fustige le sit-in de l’UED initiative pour des élections démocratiques du vendredi prochain devant le ministère de l’intérieur, nous demandons à tous nos militants et aux sénégalais de ne pas participer à ce sit-in . Pour la simple raison que les motifs invoqués par ces leaders de l’UED (les propos d’Aly Ngouille Ndiaye ) dans le cadre de la révision exceptionnelle sur les listes électorales, pour montrer le rôle que les politiques doivent jouer dans cette phase de révision et d’inscription. Une grosse farce qui n’est rien d’autre qu’un prétexte de vouloir semer le désordre dans la Capitale. Encore faudrait il rappeler que cette même opposition lorsqu’elle était au pouvoir avait interdit les manifestations au niveau du plateau. Suffisant pour dire notre refus catégorique de participer à cette manifestation vide de sens.
Surtout dans le contexte actuel où le fichier , poumon de tout le processus électoral par qui respire notre démocratie, a été audité et sa fiabilité été certifié à 98% par des experts de renommée internationale.
S’y ajoute que la majeure partie de ces leaders ne seront pas à ce sit-in et pis, vont prendre la poudre d’escampette au premier coup de grenade lacrymogène comme ça était toujours le cas.
Par conséquent la Coalition Manko Wattu Sénégal demande à ses militants de ne pas participer à cette manifestation qui en réalité n’est qu’une farce.

Mr Ousmane Faye , le Président .

Bamba Fall tacle sa coalition et adoube Macky Sall

La Coalition Bennoo Bokk Yaakaar place l’opposition devant ses contradictions

Réuni, le 13 février 2018, le SEP de BBY a examiné, entre autres questions, la situation politique nationale et internationale.

Le SEP de BBY présente en cette période de carême, moment de communion, de partage et de pardon, ses sollicitudes à la communauté chrétienne et souhaite les prières pour la paix, la concorde et le raffermissement de l’entente interreligieuse.

Le SEP félicite le Président Macky SALL et son homologue, le Président Mohamed Ould Abdel AZIZ ,pour les accords noués sur les différents sujets abordés, lors de leur rencontre de travail, les 08 et 09 février 2018, en Mauritanie ; accords traduisant la volonté des deux Présidents de raffermir et de renforcer les relations de bon voisinage, la coopération bilatérale entre les Etats et les liens historiques entre les peuples mauritanien et sénégalais.

En effet, à cette occasion, les deux présidents ont fait signer “l’Accord de Coopération Intergouvernemental « ACI » portant sur l’exploitation du champ gazier Grand Tortue Ahmeyin (GTA) se trouvant au niveau des frontières maritimes entre les deux pays”, outre les instructions données à leurs ministres pour la réalisation des accords dans le domaine de la sécurité, de l’élevage et de la pêche

Par ailleurs, les présidents ont tous deux regretté l’incident tragique ayant entrainé la mort du jeune pêcheur, Fallou Diakhaté, de même que les saccages des commerces de mauritaniens à Saint-Louis et ont convenu de créer les conditions d’une meilleure exploitation des ressources halieutiques dans le respect de la durabilité de celles-ci, en appelant leurs ministres respectifs à matérialiser les volontés présidentielles dans un bref délai.

S’agissant de la marche de l’opposition qui s’est déroulée de manière pacifique, le vendredi 9 février, le SEP se félicite de la vitalité de la démocratie sénégalaise et de son caractère exemplaire qui tranche d’avec les caractérisations grotesques des leaders de cette même opposition parlant de dictature dans notre pays.

En vérité, cette opposition fait preuve de mauvaise foi manifeste à chaque fois qu’elle s’exprime sur la situation du Sénégal, aveuglée qu’elle est par une haine pathologique qui, comme une tumeur, ronge ses facultés de discernement. Elle est à ce point empêtrée dans son nihilisme qu’elle continue de ressasser les amertumes de ses défaites successives au référendum de 2016 et aux législatives de 2017.

Ainsi, elle parle déjà de modification du code électoral avant que sa revue ne soit entamée, et avant même que les résultats de la concertation sur le processus électoral ne soient connus. Elle organise une marche pour réclamer des élections démocratiques et transparentes, mais refuse de discuter des modalités qui doivent déterminer celles-ci. Elle n’entend pas discuter ses positions. Elle veut les imposer par la rue !

Ce faisant, l’opposition baveuse, boycotteuse du dialogue révèle son option de rejet par anticipation des élections à venir et s’engage dans une stratégie de subversion de l’ordre démocratique. Il s’agit pour elle, en tournant le dos à la construction démocratique des règles électorales par la concertation, de mener une campagne d’intoxication aux fins de manipuler l’opinion pour la dresser, dans la rue, contre le pouvoir de la majorité.

C’est pourquoi, prenant à témoin l’opinion nationale comme internationale, le SEP/BBY appelle ses militants et les populations à rejeter les affabulations de l’opposition, à redoubler de vigilance et à renforcer leur unité dans la mobilisation la plus large pour le triomphe, dès le premier tour, du candidat de BBY, le Président Macky SALL, à la présidentielle de 2019.

 

Idrissa Seck se voit à la tête d’une grande coalition de l’opposition

YERIMPOST.COM Idrissa Seck est déjà dans ses habits de candidat à la quête de suffrages des Sénégalais. Le leader du parti Rewmi est en tournée politique à l’intérieur du pays depuis quelques semaines. En l’absence du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, dont l’avenir politique est incertain, Idy compte se positionner comme leader de la grande coalition de l’opposition devant faire face à Macky Sall, en 2019.

L’As nous apprend qu’au Sénégal oriental où l’ancien Pm est passé, les populations lui ont exposé leurs doléances relatives, entre autres, aux routes défectueuses, et au manque d’eau et d’électricité.

www.yerimpost.com

Déclaration truffée de fautes de la coalition Mankoo Wattu Sénégal contre les avocats de Karim Wade

YERIMPOST.COM Ci-dessous la déclaration…

 Suite à la sortie  du Parti démocratique sénégalais (PDS) par la voix de son coordonnateur adjoint Oumar Sar ,, dans lequel il déclare que la Banque Mondiale avait sortir  un rapport pour blanchir Karim Wade des délits qui lui ont valu une condamnation de la part de justice sénégalaise et que le Président Macky Sall et son régime avait cacher aux juges de la CREI.

La coalition Manko Wattu Sénégal se demande de qui se moquent Abdoulaye Wade , son fils et ses partisans ? .
Comment comprendre une telle aberration comme si la banque mondiale était une juridiction compétente pour blanchir ou non l’ex ministre du ciel et de la terre qui a volé l’argent de l’État du Sénégal qui la traqué, jugé, condamné et gracié.

Et pour le Coordonnateur du FPDR Ousmane Faye , il est temps que l’opinion sénégalaise ouvre ses yeux sur les manipulations répétés du PDS , qui pour cacher l’essentiel d’une décision de justice très importante à  Monaco sur les 12 milliards de Karim Wade,  et entrain de nous divertir avec un rapport de la Banque Mondiale dons le contenu n’est même pas ce qu’il pense et Madické Niang le nouveau Secrétaire Général adjoint du PDS le sai mieux que quiconque.

Pour la Coalition Manko Wattu Sénégal à travers cette sortie , le PDS montre encore une fois qu’il est manipulé à souhait par un homme, en l’occurrence Karim Wade et son père  Et c’est triste que des responsables qui ont servi au plus haut niveau de l’Etat se fassent diriger de cette manière, dans le seul but de nous imposer encore une fois un homme qui a dilapidé tous les ressources de ce pays et se réfugié a Doha

Fait à Dakar le 1er janvier 2018.

Mr Ousmane FAYE

Président de la Coalition Mankoo wattu Sénégal

Menacée par le Grand Orient de France, la Coalition « Non à la franc-maçonnerie » lui apporte une réplique sanglante

YERIMPOST.COM Votre blog vous avait annoncé en exclusivité cette riposte. Elle est la suivante:

Dans un virulent communiqué de presse, en date 26 janvier 2018, l’obédience maçonnique la plus anticléricale de l’Hexagone, le «Grand Orient de France», a proféré d’inadmissibles menaces, assorties de saillantes contre-vérités, contre le Sénégal et particulièrement la trentaine d’organisations religieuses et de la Société civile, regroupées dans la Coalition «Non à la Franc-Maçonnerie et à l’homosexualité». Laquelle s’était fermement opposée au projet de prosélytisme intempestif de 600 congressistes maçonniques, qui ont failli transformer notre pays, les 2 et 3 février prochains, en sanctuaire de propagande de leurs thèses athéistes et libertines, agressant ainsi les croyants de ce pays dans ce qu’ils ont de plus cher : leur Foi.

Le peuple sénégalais a souverainement proclamé dans le préambule de sa Constitution qu’il est profondément attaché à ses valeurs culturelles, qui fondent le ciment de son unité nationale. Une réalité quotidiennement vécue par le peuple sénégalais, fier de l’écrasante majorité de ses 98% de Croyants, musulmans et chrétiens confondus, déterminés à préserver jalousement leur précieux héritage culturel et spirituel, généreusement légué par leurs vaillants ancêtres. Un grand peuple, souvent cité dans le monde comme exemple de tolérance, d’ouverture d’esprit et de bonne convivialité confessionnelle, gage de Paix civile et de Stabilité sociale. Mais un peuple hélas souvent trahi par des autocrates ayant appartenu à vos loges, ou soutenus par celles-ci, réputées cercles de conspirations perpétuelles, habiles dans le bâillonnement et la liquidation de valeureux patriotes et héros nationaux. C’est révéler un secret de Polichinelle que de dire que ce sont les loges maçonniques de l’Hexagone qui planifient et organisent froidement le pillage récurrent du continent, par le biais de la nébuleuse Françafrique. La Franc-maçonnerie, qui constitue la face la plus hideuse de l’héritage colonial, se révèle à présent comme une dangereuse secte, antireligieuse surtout, au point de lui valoir le charmant sobriquet de «bouffeurs de curés», notamment depuis que le Grand Orient de France a supprimé, en 1877, de ses textes fondateurs toute référence à «l’existence de Dieu» et à «l’immortalité de l’âme». Pour finalement opter pour «la liberté absolue de conscience», comme «fondement de son engagement humaniste». Depuis que nous avons été informée que vous aviez jeté votre dévolu sur notre cher pays, pour y lancer votre projet satanique de faire de Dakar, le «siège» des «Rehfram 2018», la Coalition «Non à la Franc-Maçonnerie et à l’homosexualité» est sur le pied-de-guerre, déterminée à défendre notre pays contre les propagandes athéistes et libertines de votre secte, décrite, à tort, par des thuriféraires comme puissante et secrète. Et Notre combat ne fait que commencer !

A travers son communiqué incendiaire, autoritaire et paternaliste, le «Grand Orient de France» nous rappelle de triste mémoire cette France coloniale, parasitaire, omniprésente, refusant systématiquement aux peuples du continent noir leur droit légitime à l’autodétermination, car consciente que sans l’Afrique, elle n’aura pas d’histoire, en ce 21e siècle naissant. La Coalition «Non à la Franc-Maçonnerie et à l’homosexualité» rappelle au Grand Orient de France que ses manœuvres et subterfuges, ayant conduit par le passé à mettre à genoux l’Eglise française, sous le fallacieux prétexte de défendre la laïcité, ne saurait prospérer au Sénégal, où les Croyants, toutes confessions confondues, fiers d’avoir transformer en réalité vivante leur commun vouloir de vie commune, n’ont en la matière de leçon à recevoir de personne, à fortiori d’une secte luciférienne qui prétend bâtir une société sans Dieu ! Le Grand Orient de France combat ouvertement aujourd’hui l’islam en France avec des lois préparées en loge et portées par des parlementaires dévoués à sa cause. Sa philosophie (bien que mensongère) de «liberté absolue de conscience» devrait plutôt l’amener à plus de modestie sur le terrain des libertés publiques et individuelles, en reconnaissant notamment aux musulmans le droit de s’épanouir dans l’exercice de leur Foi ; à ne pas stigmatiser les musulmanes qui ont librement choisi de porter le voile ; à ne pas fustiger l’Etat français, quand celui-ci affecte de maigres terres à usage de lieux de culte. La guerre que les sectes maçonniques n’ont de cesse de mener contre toute croyance faisant référence au Monothéisme est de notoriété publique.

Cette proclamation de «liberté absolue de conscience» aura certainement motivé le Grand Orient de France à décerner, le 08 avril 2016, à l’ex-ministre de la Santé Mme Simone Veil, la haute distinction de l’Ordre Maçonnique «Marianne-Jacques-France», pour avoir été l’auteure, le 17 janvier 1975, de la loi légalisant l’avortement en France. Le patron du Grand Orient, le «Grand Maître» Daniel Keller, n’a su cacher sa joie en remettant à la famille de Mme Veil ce buste de Marianne. Déclarant que: «Sa loi sur l’IVG [interruption volontaire de grossesse] est devenue le symbole de l’amélioration de l’Homme et de la société à laquelle les francs-maçons travaillent ; cette loi reste un pilier de notre société». Ainsi, cette négation du droit à la vie, cet infanticide qui ne dit pas son nom, permettant de tuer librement des enfants dans le ventre de leurs mères, constitue un pilier de la société qu’entreprend de bâtir votre obédience maçonnique luciférienne qui, depuis des lustres, a exclu de ses démarches toute référence à Dieu! Ce n’est p           as fortuitement qu’un de vos éminents barons, Jean Tuffou, 2e Grand Maître adjoint du Grand Orient, ait avoué le 29 mai 2013 que le «mariage pour tous», officialisé en France par la loi du 17 mai 2013, autorisant le mariage homosexuel, a été adopté en loge !

En termes de «liberté de conscience», justement, où était le Grand Orient lorsque le Code civil français, renforcé par la «Loi Pasqua» de 1992, sur le regroupement familial, interdisait la pratique de la polygamie ? Rabaissant de facto nombre de femmes musulmanes au statut de «maitresse» ou de «concubine» ? Et pénalisant injustement des travailleurs immigrés musulmans, après avoir déstabilisé leurs familles ? Où était ce prétentieux Grand Orient de France, champion autoproclamé de la liberté de conscience, lorsque des arrêtés préfectoraux iniques ordonnaient, çà et là en Europe, le démantèlement de minarets de mosquées, que des croyants, pourtant régulièrement établis dans ces pays et y gagnant honnêtement leurs vies, ont bâties à la sueur de leur front ?

En nous qualifiant «d’extrémistes» et de «forces obscurantistes» le Grand Orient semble vouloir inverser les rôles en oubliant qu’il n’y a pas plus nébuleux, plus opaque qu’une secte maçonnique, dont la ligne de conduite a d’ailleurs toujours été comparée, dans l’imagerie populaire, à la Mafia sicilienne ou à la Camora napolitaine !  Pour qui se prend le Grand Orient en versant dans le déni de croyance, au point de prétendre que sa «culture» est universelle et que ses «valeurs» sont à adopter par tous ? L’ère de la tutelle culturelle coloniale est révolue, mais le Grand Orient semble toujours en retard de trois siècles sur notre époque. Enfin votre communiqué renseigne sur votre but factice et inavoué – comme souligné par Livernette dans son ouvrage intitulé «La Franc-Maçonnerie, 300 ans d’imposture» – d’une franc-maçonnerie de progrès «libérée de dogmes, émancipatrice et permettant l’avènement d’une humanité meilleure et plus éclairée». Quelle détestable prétention ! Mais surtout quelle monstrueuse mystification ! Combattre Dieu et diriger le monde a toujours été, et restera votre objectif majeur ! Votre communiqué de presse, truffé de bravades et de menaces ouvertes, vient conforter les allégations vous qualifiant «d’organisation criminelle» à l’origine de plusieurs meurtres et attentats (cf. Les célèbres publications «Grands crimes de la Maçonnerie» ou «Franc-Maçonnerie : rites, violences et crimes»). Faisant fi de vos menaces et de leurs éventuelles mises en exécution, la Coalition «Non à la Franc-Maçonnerie et à la l’Homosexualité» déclare personae non gratae au Sénégal les membres de votre organisation maléfique, et assure que les mesures idoines seront prises, le cas échéant.

La Coalition «Non à la Franc-Maçonnerie et à la l’Homosexualité» prend la communauté internationale à témoin, suite à ces inadmissibles menaces, brandies par la secte maçonnique la plus antireligieuse de la planète, contre le Sénégal et à l’endroit de citoyens sénégalais, qui n’ont que le tort de défendre farouchement leurs valeurs culturelles et religieuses. Au terme de sa tournée nationale d’informations et de sensibilisation sur le péril maçonnique, la Coalition «Non à la Franc-Maçonnerie et à la l’Homosexualité» exprime sa profonde gratitude à toutes les Cités religieuses du Sénégal, pour leur chaleureux accueil et l’unanimité de leur fervent soutien. Réaffirme sa ferme détermination à s’opposer systématiquement à toutes manœuvres de vassalisation de nos mœurs, fût-ce sous la forme de ce diktat maçonnique néo-colonial porté par le Grand Orient de France ; prétendant nous apporter un nouveau modèle de société pour régenter notre mode de vie communautaire, que s’est librement choisi l’écrasante majorité des croyants de ce pays. Lequel est certes démocratique et hospitalier, mais fermement attaché à la sauvegarde de l’héritage ancestral de ses valeurs culturelles et religieuses.

 

Fait à Dakar le 31 janvier 2018

Contact : collectifnon@yahoo.com.

Benno Bokk Yaakaar répond à l’appel du PDS à manifester devant Emmanuel Macron

COALITION BENNOO BOKK YAAKAAR

SECRÉTARIAT EXÉCUTIF

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Réuni en séance ordinaire, le SEP de BBY a examiné, entre autres questions, la situation nationale.

 

Ainsi, relativement à l’audit du fichier, le SEP de BBY s’est félicité de la conduite des travaux par un groupe d’experts composé d’africains et d’européens, dont certains ont déjà effectué la même mission pour les mêmes besoins, en 2010 au Sénégal.

A cet effet, le comité de pilotage dudit audit, présidé par un membre de la CENA et composé des trois pôles politiques (majorité, opposition et non alignés), de la société civile et de l’administration (ministères de l’intérieur et de la justice), a été mis en place avec comme observateurs des représentants de la communauté internationale.

Tout comme l’audit du fichier, BBY encourage la poursuite des concertations sur le processus électoral et souhaite que les différents acteurs du jeu politique aboutissent à des conclusions consensuelles pour des élections démocratiques, libres et transparentes dont les résultats seront incontestables.

Au plan politique, la Coalition de la Majorité, BBY, appelle les populations à une forte mobilisation afin de réserver un accueil chaleureux au Président de la République de France, M. Emmanuel Macron, à l’occasion de sa visite officielle au Sénégal, du 1er au 03 février 2018.

A ce sujet, BBY s’insurge contre le comportement antirépublicain de la déclaration du Comité Directeur du PDS appelant à des sabotages de ladite visite.

Cet appel, en effet, est une première de la part d’un Parti de l’opposition, depuis que notre pays a accédé à la souveraineté internationale. Quelle mouche a piqué le PDS, pourrait-on se demander ? Car, pour avoir exercé le pouvoir pendant douze (12) ans, rien, absolument rien ne pouvait laisser penser que ce parti aurait pu tomber dans un tel travers consistant à appeler à SABOTER LA VISITE D’UN HOTE DE LA RÉPUBLIQUE DU SENEGAL.

C’est là, à n’en pas douter, un acte malsain, contraire en tout aux Valeurs d’hospitalité et de Téranga qui font la marque identitaire du Sénégal reconnue partout dans le monde. Voilà un acte qui piétine l’éthique républicaine et viole les valeurs sociales profondément ancrées dans la culture et dans l’âme des Sénégalais.

Haine et rancœur, voilà les ressorts véritables de son appel ; sentiments que ce parti en lambeaux veut prêter aux populations du Sénégal qui ont largement plébiscité le Président Macky Sall et sa Coalition, BBY, durant toutes les joutes électorales tenues dans notre pays depuis 2012, notamment lors des dernières élections législatives de Juillet 2017.

Ce faisant le PDS veut dresser les populations contre la République et ses règles, particulièrement dans les rapports d’Etat à Etat. Cette sortie du PDS est d’autant plus incompréhensible que sa « Constante », Me Abdoulaye Wade, a élu domicile officiellement à Versailles en France, en toute quiétude, enrichissant ainsi la colonie des Sénégalais de la Diaspora !

Manifestement, le PDS entend faire feu de tout bois dans un contexte chargé, suite aux récentes tueries de Boffa-Bayotte dont l’enquête conduite de main de maître par les autorités compétentes, a abouti à l’identification et à l’arrestation des meurtriers ; un contexte également marqué par une réaction positive du Gouvernement aux préoccupations des travailleurs. En effet, l’Etat a entrepris une série de négociations avec les différents secteurs sociaux afin de trouver des solutions idoines et durables.

Enfin, BBY se félicite de la tenue, le 2 février 2018, à Dakar, du Sommet sur le Partenariat Mondial pour l’Education, sous le leadership des Présidents Sall et Macron, avec la présence de plusieurs Chefs d’Etats africains.

 

 

Fait à Dakar, le 26 Janvier 2018 
Pour la COALITION BENNOO BOKK YAAKAAR

Le SECRÉTARIAT EXÉCUTIF PERMANENT

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR