Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

COLONEL

Retour aux affaires du colonel retraité Wardini

YERIMPOST.COM Moins d’une année après avoir fait valoir ses droits à la retraite, le colonel Antoine Wardini reprend service. Ce n’est pas dans les rangs que l’ancien directeur des relations publiques des armées va retourner. C’est à l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité que le colonel Wardini a été parachuté en qualité de directeur des opérations.

Hommage au Lt-colonel Laurent François Diouf

Je viendrai…

« Demain dès l’aube je partirai. Je sais que tu m’attends ».

Je viendrai mon cher ami.

A l’heure habituelle où nous repensions le monde et l’univers autour d’une tasse de café.

Je viendrai.

Je parquerai à Joal la senghorienne et ferai les 1035 pas qui me séparent de ton ile blanche.

Je flânerai en ville pour me rendre à tous les endroits que nous avions l’habitude de visiter ensemble.

J’irai demander pour les tiens la protection du génie Mamandeigne.

J’irai aussi allumer un cierge à la paroisse et demander au Saint François Xavier d’intercéder pour toi auprès du Christ et de lui parler de tes biens faits ici-bas.

Et je marcherai tout droit à notre rendez-vous.

Je marcherai fermement afin de faire mieux entendre au loin le chant des coquillages qui craquent sous mes pieds.

Je marcherai.

En me remémorant chemin faisant, chaque heure, chaque minute de nos vingt ans d’amitié et de compagnonnage, faits de souffrance, de sacrifice, de privation et d’efforts surhumains.

Mais n’est-ce pas cela que nous ne cessions de demander au Maître des cieux ? Souviens-toi de la prière des Paras.

Ces paras que nous avons été un jour et que nous sommes toujours et dont l’idéal nous tient aux tripes et nous différencie des autres.

Cette race d’hommes supérieure à laquelle tu appartiens pour l’éternité et qui sans tambour ni trompette continue d’assurer la survie de notre Nation et sa renommée internationale.

Je me remémore chaque instant de ton attitude altruiste dans ta façon de conduire tes troupes au combat ainsi que ton flegme imperturbable face au danger.

Derrière toi nous étions tous des lions car tu étais l’Artiste de la guerre.

La Nation te doit une reconnaissance qu’elle ne te rendra jamais. Mais cela tu n’en as cure.

Car voilà ce que tu nous disais un soir d’Aout pluvieuse alors que nous finissions de faire couler le sang de ceux qui voulaient du mal à notre Patrie.

« Si vous n’acceptez pas de donner votre vie pour sauvegarder celle des autres, y compris ceux qui ne vous connaissent pas et que vous ne connaissez pas ; y compris ceux qui ne vous aiment pas ou que vous n’aimez pas ; si vous refusez de crever comme un chien dans un trou perdu et votre corps livré aux vautours, et sans aucune récompense autre que la défense de votre idéal, alors vous n’avez pas votre place dans le meilleur régiment de la meilleure armée d’Afrique. Préférer  l’Honneur aux honneurs, c’est cela l’élégance de notre métier de Parachutiste».

Quelle classe !!!

Je marcherai droit devant moi.

Je marcherai au rendez-vous vers ce cimetière de Fadiouth où la croix côtoie le croissant, où Lamine et Louis Charles dorment cote à cote de leur sommeil éternel

Et accroupi sur ta tombe fraichement refleurie par Anas et Jean Paul, je te ferai comme d’habitude le compte rendu des évènements du monde.

Je te parlerai de la dernière fête de la Saint Michel.

Et avant de te dire adieu, comme d’habitude je te réciterai Fousti, le poème que mon Maître Xaadim a dédié à la sainte Vierge.

« Fousti bi sarsil hassanaat, seydatan li moukhtinaat. Mariama soukhti moukhlinaat andalazi lam youdraki ».

 

Ton ami de toujours

Lt-colonel Serigne NDAO,

Doctorant en Sciences Politiques.

Expert en Ingénierie des Systèmes d’Information

 

 

 

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR