Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

contrat

Aar li nu bokk: la pression monte, Me Wade se joint aux manifestants

YERIMPOST.COM Depuis deux vendredis successifs, la plateforme  « Aar li nu bokk » met la pression sur les tenants du pouvoir afin d’exiger plus de transparence dans la gestion de nos ressources. Ces citoyens, sortis en masse hier, 21 juin, disent qu’il en sera ainsi jusqu’à la victoire, d’où l’appellation toute trouvée des « vendredis de contestation ». Pour la semaine prochaine, la présence de Me Abdoulaye Wade est annoncée. L’ancien chef de l’Etat de 2000 à 2012 compte, selon Oumar Faye, membre de la plateforme et coordonnateur de « Leral Askanwi », se joindre aux manifestants qui, depuis l’éclatement du scandale, réclament la tête du frangin du président Macky Sall.

URGENT: La réplique de Franck Timis

Ces allégations sont entièrement fausses. Aucun acte répréhensible n’a été commis dans le cadre des concessions pétrolières et gazières Saint-Louis Offshore Profond et Caya Offshore Profond.
En réalité, la concession – qui a été attribuée par le président Wade – était un investissement hautement risqué et spéculatif, assorti d’obligations d’investissement substantielles et coûteuses. Au moment où les concessions ont été attribuées, aucun hydrocarbure n’avait été découvert et il était fort probable qu’ils ne le seraient jamais. Au cours des 40 dernières années, de nombreuses multinationales du secteur du pétrole et du gaz ont eu la possibilité d’explorer et de développer pleinement la concession, mais ne l’ont pas prise, sans doute en raison des risques importants que cela impliquait. En 2014, on ne savait toujours pas si la concession donnerait des gisements de pétrole ou de gaz viables.
Suite à l’important capital de pionniers, à la motivation et à l’expérience de M. Timis et à ses relations crédibles avec d’autres développeurs pétroliers et gaziers, la concession a le potentiel de générer des milliards de dollars de recettes pour la population sénégalaise et de être approvisionné dans toute l’Afrique de l’Ouest, au bénéfice de millions de personnes supplementaires
Statement on behalf of Frank Timis and Timis Corporation
Ta.     een released in response to an investigation by BBC Panorama and Africa Eye.
« These allegations are entirely false. There has been no wrongdoing whatsoever in relation to the Saint-Louis Offshore Profond and Caya Offshore Profond oil and gas concessions.
The reality is that the Concession – which was awarded by President Wade – was a highly risky and speculative investment that came with substantial and costly investment obligations. At the time the Concessions were awarded, no hydrocarbons had been discovered and there was a significant possibility that they never would be. Over the previous 40 years, numerous multinational oil and gas companies had the opportunity to fully explore and develop the concession but didn’t take it, no doubt because of the substantial risks involved. As at 2014, it was still not known whether the Concession would yield any viable oil or gas fields.
Following the substantial pioneer capital, drive and experience of Mr Timis, and his credible relationships with other oil and gas developers, the Concession now has the potential to generate many billions of dollars revenue for the people of Senegal and provide gas to generate power which can be supplied across the whole of West Africa, to the benefit of many millions more people.

Baba Diao perd son contrat de fourniture de brut à la SAR

YERIMPOST.COM La Société africaine de raffinage (SAR) roule désormais avec ADDAX dans la fourniture du brut, au grand dam de l’International trading oil and commodities corporation (ITOC). Le richissime Abdoulaye Diao dit Baba a vu ce marché, qu’il détient depuis belle lurette, lui filer entre les doigts. La révélation est de Source A qui souligne qu’en lançant son appel d’offres, la SAR a fait un bénéfice sur 3 cargaisons de 27 millions de dollars. Ce qui fait dire au journal que Baba Diao doit, par ces temps qui courent, maudire la société détentrice de la majorité des actions à la SAR, à savoir Locafrique qui a lancé cette quête du mieux offrant.

Contrat d’affermage: la SDE lance l’offensive et compte aller jusqu’au bout

YERIMPOST.COM C’est une chimère que de penser que la Sénégalaise des eaux (SDE) va abandonner la partie. Le  jusqu’au-boutisme est désormais érigé en règle. Après la publication de l’attribution du contrat d’affermage de l’eau à Suez, le directeur général de la société qui exploitait jusque-là le liquide précieux a annoncé un recours gracieux auprès des services du ministère de l’Hydraulique devenu, par la grâce d’un remaniement, le ministère de l’Eau. C’est de bonne guerre puisque, conformément à la réglementation, un délai de 5 jours est donné aux « perdants » pour déposer un recours. Pas de temps à perdre pour Abdoul Baal qui, déjà, annonce que la SDE ne reculera devant aucun obstacle. Et ce, quitte à engager la bataille juridique contre l’Etat du Sénégal. C’est donc impuissantes que les populations sénégalaises sont invitées à assister à cette passe d’armes.

Contrat d’affermage de l’eau: l’Armp stoppe tout

YERIMPOST.COM Un coup de tonnerre auquel personne ne s’attendait ! Le contrat d’affermage du liquide précieux qui semblait être une équation définitivement résolue, après que le marché a été confié à Suez, vient d’être cassé par le policier des marchés publics. L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a tout bonnement annulé l’attribution et a demandé que tout le processus d’évaluations financières soit repris. Les hommes de Saër Niang ont observé plusieurs irrégularités dans les prix proposés par la multinationale française. On rembobine donc la pellicule, au grand bonheur de la SDE qui avait déjà commencé à plier bagage.

Contrat d’affermage de l’eau: l’argument béton de Mansour Faye servi à l’ARMP contre la SDE

YERIMPOST.COM C’est à croire que le choix porté sur Suez pour la distribution de l’eau a été mûrement réfléchi par le ministère de l’Hydraulique. Sommés d’apporter des arguments justifiant ce choix au détriment de la SDE (qui visiblement offrait le prix le plus bas) par l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), les services de Mansour Faye ont listé les motifs. A en croire Libération, dans ce mémorandum, le ministère de l’Hydraulique ont dénoncé le procédé de la Sénégalaise des eaux (SDE) qui, semble t-il, a employé des moyens peu recommandables pour maquiller son offre et faire croire qu’elle proposait moins cher que ses concurrents. Mis face à ces graves accusations, la SDE a demandé à l’organe de contrôle un délai de 2 semaines pour apporter « sa » réponse. En attendant, le contrat d’affermage de l’eau attribué provisoirement à Suez reste suspendu, la SDE continue d’assurer la distribution conformément à l’avenant de 6 mois demandé par l’Etat.








Contrat d’affermage de l’eau: pourquoi l’Armp tarde à livrer son verdict ?

YERIMPOST.COM Le compte à rebours pour la présidentielle lancé, le temps donne l’impression de s’être arrêté pour les autres affaires courantes. C’est du moins le constat du quotidien Enquête qui, dans sa livraison du jour, donne l’exemple du hautement stratégique contrat d’affermage de l’eau. Mise en suspens par l’Autorité de régulation des marchés publics qui, pourtant, se doit de livrer ses conclusions dans un bref délai, l’attribution de la gestion du liquide précieux reste un mystère. A 5 jours de la fin officielle du contrat de la SDE, et malgré un avenant de 6 mois entre cette dernière et l’Etat, la gestion du service public de l’eau est visiblement épineuse.







Contrat d’affermage de l’eau: l’Armp suspend tout

YERIMPOST.COM L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) vient de prendre une décision qui ouvre la foire aux arguments. L’attribution provisoire du marché d’affermage de l’eau à Suez vient d’être suspendue. Saisie par la SDE, l’Armp a pris cette mesure qui va conduire le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement à s’expliquer sur les motivations du choix de Suez. Reste à savoir si la décision finale confortera Suez dans son fauteuil ou pas. L’affaire continue…







Contrat d’affermage de l’eau: la SDE continue le combat…

YERIMPOST.COM La SDE ne décolère pas. Elle espère toujours garder le contrat d’affermage de l’eau qui la lie à l’Etat du Sénégal après que ce dernier a décidé de confier ledit contrat à une nouvelle société, en l’occurrence Suez. Après avoir été déboutée par la commission d’attribution des marches du ministère de l’Hydraulique, la SDE compte saisir, dès lundi prochain, l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), nous apprend la Rfm.

Ainsi, la SDE ne compte pas faciliter la tâche à l’Etat qui semble tourner la page de cette société, avec laquelle il a cheminé pendent plus de deux décennies.







Contrat d’affermage de l’eau: Nouveau revers pour la SDE et Véolia

YERIMPOST.COM La guerre de l’eau est loin de connaître son épilogue. La SDE et Véolia, qui ont été déboutés au profit de Suez, pour le contrat d’affermage de l’eau, avaient saisi la Commission d’attribution des marchés du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement pour contestation. Mais ces deux sociétés perdantes ont reçu, hier mercredi, la note de ladite commission. La réponse qui leur a été fournie est toute simple. En substance, Suez présente la meilleure offre, selon les membres de la commission.

Toutefois, SDE et Véolia ont d’autres voies de recours, comme l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Vont-elles saisir cette instance pour obtenir gain de cause ?

Contrats Etat-Total: Yerimpost dénonce la nullité de l’opposition





Publication du contrat Etat-Total: TAS y voit une diversion

YERIMPOST.COM La publication du contrat que l’Etat du Sénégal a signé avec la multinationale française Total n’est que de la poudre aux yeux. Une manière de divertir les Sénégalais pour qu’ils perdent du temps à supputer. Cette conviction est de Thierno Alassane Sall pour qui le plus opportun serait de comparer ce contrat à celui de BP. ‘Pour l’heure, la seule question qui vaille que l’on débatte, c’est que les Sénégalais savent que pendant des années, ils ont été déçus et celui qui les a déçus veut conserver le pouvoir coûte que coûte », conclut TAS.



Mansour Elimane Kane, merci d’avoir donné suite aux demandes de Yerimpost

YERIMPOST.COM

Monsieur le ministre du Pétrole et des Energies,

Je vous remercie d’avoir rendu public les contrats de recherche et de partage de production liant l’Etat du Sénégal à Total dans le cadre des blocs pétroliers et gaziers Rufisque Offshore profond et Ultra Deep Offshore. Comme tous les citoyens, j’aurai mon regard sur ces documents. Je regrette tout simplement que vous ayez attendu que Yerimpost en déflore à trois reprises le contenu pour le publier. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Monsieur le ministre, je vous présente mes regrets si mes nombreuses interpellations vous ont un tant soit peu heurté. Ce n’était nullement l’objectif de ma démarche de pure recherche de la transparence dans la gestion des ressources naturelles.

Recevez, M. le ministre, mes salutations respectueuses.

Cheikh Yérim Seck



Après la publication du contrat Total/Etat du Sénégal: Les observations de Sonko sur le document

YERIMPOST.COM Les voici…

Le Gouvernement du Sénégal, après des mois de rétention, a fini par céder à la pression en publiant hier, les Contrats de Recherche et de Partage de Production liant l’État et la multinationale TOTAL autour des blocs pétroliers et gaziers de Rufisque offshore profond et Ultra Deep Offshore.
j’ai examiné ces contrats et, comme on le soupçonnait, ai découvert qu’ils sont les plus léonins et les plus scandaleux jamais consentis par le Sénégal.
Boun abdallah Dionne et Macky Sall, après avoir poussé Thierno Alassane Sall à la démission, ont bradé à vil prix les intérêts du Sénégal. La sous préfecture a encore une fois obéit à sa métropole, au détriment de son peuple et ses intérêts.
j’y reviendrai, ainsi que sur d’autres dossiers, par un point de presse après le 19 avril. Pour éviter la dispersion par rapport à l’urgence frontale de l’heure.
chers compatriotes, ne vous y méprenez surtout pas, c’est à cause des innombrables cas de gouvernance scandaleuse de son régime que Macky Sall ne lésinera sur aucun moyen pour se maintenir au pouvoir: par la manipulation constitutionnelle et législative, l’instrumentalisation de la justice pénale et constitutionnelle, l’aliénation de l’administration, la corruption de segments sociaux de tous ordres, la répression policière sauvage… Ce qui s’est passé hier avec l’agression contre les enseignants à Ziguinchor en est une énième illustration.
N’a-t-il pas dit à une haute autorité, dont je tais le nom: « les Sénégalais ne connaissent que le rapport de force, je gouvernerai par la dictature ».
C’est aux citoyens de lui opposer une force supérieure, celle de la souveraineté populaire.
Chers compatriotes, le 19 avril est une date fatidique qui met chaque citoyen face à un choix simple:
– laisser Macky Sall imposer sa dictature et se donner les moyens de perpétuer un régime incompétent, népotiste, corrompu et sans patriotisme aucun;
– ou mettre un terme à cette calamité qui dure depuis six ans, c’est à dire trop longtemps pour un pays comme le nôtre!




Voici le contrat de recherche et de partage de production d’hydrocarbures ultra deep offshore (UDO) Total–Petrosen









Ce que les travailleurs de la SDE n’ont pas dit sur le nouveau contrat d’affermage envisagé par l’Etat 

YERIMPOST.COM Les syndicalistes de la SDE avaient initié une marche, vendredi dernier, pour réclamer de meilleures conditions de travail. Durant leur marche, ils ont réclamé une augmentation généralisée des salaires, des promotions internes en plus d’une représentation dans le conseil d’administration et des actions qui tournent autour de 15% au sein de la société.

Ces revendications sont celles que les syndicalistes peuvent dire à haute voix. En réalité, les travailleurs de la SDE ne veulent plus de cette société. En clair, ils souhaitent un autre preneur pour la distribution d’eau aux Sénégalais. «Notre intérêt est que la SDE saute», nous siffle un membre de l’intersyndicale de la société. Selon lui, les travailleurs de SDE sont dans une situation très précaire. Et elle perdure. « Peux-tu imaginer que dans une entreprise comme la SDE les travailleurs n’aient aucun plan de carrière ?», se désole notre interlocuteur.
Le contrat qui lie l’Etat du Sénégal à la SDE est arrivé à son terme. Le régime en place a décidé de changer les règles du jeu en lançant un appel public à candidatures qui sera ficelé en septembre prochain. De vrais concurrents, en l’occurrence Veolia et Suez, se sont signalés pour tenter de remporter le contrat d’affermage.
Pour rappel, la réforme du secteur de l’eau en 1996 avait consacré 5% du capital à l’Etat, 5% aux agents du secteur (Sones, Sde, et Onas), 57,83 à la SDE et 32,17% aux privés sénégalais.




Mansour Elimane Kane, ma dernière relance avant une autre forme d’action !

YERIMPOST.COM

A M. le ministre du Pétrole et des Energies, Mansour Elimane Kane,

M. le ministre,

A deux reprises, je vous ai écrit dans le respect de la courtoisie et de la considération dues à votre rang. L’objet de mes interpellations est clair: réclamer, en tant que citoyen, un droit que me reconnait la Constitution d’accéder à l’information relative à la gestion des ressources naturelles de mon pays. Le besoin de connaître les clauses du contrat qui lie l’Etat du Sénégal à Total a été exprimé successivement par trois lecteurs de Yerimpost. Et à juste titre. Ils sont dans leur bon droit.

M. le ministre,

On ne peut pas engager le Sénégal autour d’une ressource aussi stratégique que le pétrole, avec une entreprise aussi sulfureuse que Total, sans dire aux Sénégalais le contenu du contrat qui les ligote. Le pétrole est la propriété non pas de l’Etat mais de la nation.

M. le ministre,

Si cette troisième interpellation reste sans réaction de votre part, je serai au regret d’user d’autres formes d’action pour pouvoir rentrer dans mes droits d’informateur du public. Et puis, l’heure n’est plus au refus du dialogue avec les citoyens. Dans tous les pays démocratiques, le dialogue entre pouvoir et presse est l’un des moteurs du progrès et de la modernité. Un jour de 2003, j’ai écrit dans Jeune Afrique, sur la coopération judiciaire entre la France et certains pays africains, un article dans lequel je demandais l’éclaircissement de certaines clauses. Quelques jours plus tard, j’ai reçu un courrier du cabinet du garde des sceaux français dans lequel j’ai été convié à une rencontre à la Chancellerie, place Vendôme. Voici comment fonctionne une société politique moderne.

M. le ministre,

Je réitère ma requête. Je vous demande de bien vouloir m’envoyer copie du contrat Etat du Sénégal-Total à cette adresse électronique: redaction@yerimpost.com. Dans l’attente d’une suite favorable à ma requête, je vous transmets mes salutations respectueuses.

Cheikh Yérim Seck

Scandale autour du contrat sur les deux Airbus signé sous les yeux de Macron !!!

YERIMPOST.COM Au cours de son séjour à Dakar, pour co-présider la Conférence internationale sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation, du 1er au 3 février 2018, le président français, Emmanuel Macron, a parrainé la signature du contrat d’acquisition de deux nouveaux Airbus 330 Neo par la compagnie Air Sénégal S.A. Selon l’organe d’informations stratégiques La Lettre Du Continent, l’acquisition des deux appareils a été actée en 2017, à l’occasion du Salon aéronautique de Dubai. Devant être livrés l’un au premier semestre, l’autre au second semestre de 2019, les deux aéronefs ont coûté la rondelette somme de 510 millions d’euros, soit 334,56 milliards de francs cfa. Une ardoise qui vient alourdir l’investissement du nouveau pavillon national sénégalais qui avait déjà acquis deux ATR 72-600 neufs.

Les deux Airbus ont coûté trop cher, de l’avis d’un spécialiste en aéronautique interrogé par Yerimpost. En cause, leur achat direct, de gré à gré, sans appel à la concurrence de Boeing ou de Bombardier qui aurait pu contribuer à faire baisser drastiquement les coûts. Ancien d’Airbus, le Français Philippe Bohn, directeur d’Air Sénégal SA, est allé directement acheter dans son ancienne maison. Sans se soucier de ce favoritisme grossier ! Ce gré à gré usurier est un gros scandale acté sous les yeux du président français Emmanuel Macron…

www.yerimpost.com



Exclusif! Gros scandale autour d’un contrat signé au cours du séjour de Macron

YERIMPOST.COM Au cours du séjour du président français, Emmanuel Macron, à Dakar, des contrats ô combien juteux pour les intérêts français ont été signés. Parmi ces contrats, celui qui octroie à l’entreprise française Fonroche Eclairage le plus grand projet d’éclairage au monde. L’objet de cette convention est grandiose: éclairer 30% du Sénégal avec 50 000 lampadaires solaires pour la bagatelle de 87 millions d’euros.

Ce marché va susciter une contestation sans précédent. En effet, au cours des trois appels d’offres qui avaient été organisés par l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (Aner), aucun n’a été remporté par Fonroche Eclairage. Cette entreprise n’a pu rafler la mise qu’à la faveur de l’intervention directe d’Emmanuel Macron. Pour justifier le choix de cette société pistonnée, les autorités sénégalaises ont allégué un « rétablissement de l’équité » suite à la falsification des résultats des appels d’offres par… Thierno Alassane Sall alors qu’il dirigeait le département de l’Energie.

L’argument ne convainc évidemment pas les soumissionnaires lésés qui préparent une grosse riposte face à ce qu’ils prennent pour une diversion dans l’objectif de déférer à l’injection de Macron. Yerimpost va revenir sur les détails de cette affaire qui a vu les autorités sénégalaises céder à une pression politique sur un enjeu économique aussi important.




Signe de la magouille, Fonroche Eclairage a implanté des lampadaires sur la voie menant à l’Aibd et commencé à installer une usine de fabrication des lampadaires avant la signature de la convention. Sûrement sur la base d’une assurance donnée par le président français. La parole de Macron est sacrée !

www.yerimpost.com

Contrat liant le Sénégal à Total: Mansour Elimane Kane, que cachez-vous ? (Cheikh Yérim Seck)

YERIMPOST.COM

Monsieur le ministre du Pétrole et des Energies,

La démocratie, comme vous le savez sans doute mieux que moi, est un régime de dialogue permanent entre différents acteurs: pouvoir, opposition, société civile, presse, syndicats… Surtout en cette ère nouvelle de démocratie participative, de participation citoyenne, de citoyenneté responsable…

Je vous ai interpellé il y a plusieurs jours pour demander à voir, sur la base d’un droit que me confèrent la Constitution du Sénégal et le Code pétrolier, le contrat signé entre l’Etat du Sénégal et le sulfureux groupe français Total autour de l’exploitation pétrolière au Sénégal. Silence radio de votre part ! Dans une démocratie raffinée, vous m’auriez répondu. D’autant que je vous ai interpellé suite à deux courriers électroniques que j’ai reçus de lecteurs de Yerimpost me demandant de les aider à voir clair dans ce contrat signé dans la confusion qui a valu son fauteuil à un de vos prédécesseurs.




Monsieur le ministre, la gouvernance autoritaire des ressources naturelles est révolue partout dans le monde. Toutes les ressources stratégiques sont aujourd’hui gérées par des entités qui incluent notamment la société civile. Ministre du Pétrole, apprenez la culture de la gestion partagée !

Je reviens auprès de vous pour solliciter que vous m’envoyiez une copie du contrat Sénégal-Total à cette adresse mail: contact@yerimpost.com. Et vous assure d’ores et déjà que, dès sa réception, je m’emploierai à le vulgariser, comme vous le demandent les lois. Je le ferai à votre place au nom du droit des Sénégalais à l’information. Un droit lui aussi d’essence constitutionnelle !

Cheikh Yérim Seck

 

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR