Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

de France

Ambassade de France au Sénégal: Bigot s’en va

YERIMPOST.COM En septembre prochain, il devra quitter ce poste qu’il occupe depuis 2016. Christophe Bigot, ambassadeur de France au Sénégal, sera remplacé par Philippe Lalliot, actuel ambassadeur de France aux Pays-Bas. A en croire Libération qui rapporte l’information, Bigot va rejoindre la Tunisie où il succédera à Olivier Poivre d’Arvor.

Les khalifistes de France invectivent la justice

En ce mois d’avril 2019, la justice sénégalaise continue son acharnement sur Khalifa Ababacar Sall. Plus de 2 ans de séquestration d’un homme à la carrière exemplaire. 47 ans d’expérience politique. Un homme qui n’a jamais été épinglé dans un audit. Un digne fils du Sénégal qui est aujourd’hui traîné dans la boue et mis en prison depuis mars 2017 à cause de ses ambitions pour son pays. Un acharnement sans précédent mené par un régime dont le Président met sa menace de réduire l’opposition à sa plus simple expression en exécution. En outre, l’opiniâtreté et la haine de Macky Sall se révèlent sans limites, exacerbées par la détermination de Khalifa Ababacar Sall dans la lutte pour la conservation des acquis démocratiques au Sénégal, par sa dignité, son abnégation et sa volonté de ne pas céder face aux menaces, aux intimidations et à la double cabale politico-judiciaire dont il est victime. Le pouvoir judiciaire est devenu une arme de destruction d’hommes politiques, et la démocratie Sénégalaise tristement en régression. De son interpellation à sa révocation, aucun répit n’a été donné à Khalifa Ababacar Sall. Ses droits ont été bafoués à telle enseigne que toutes les institutions judiciaires internationales saisies ont dû le constater. Pour dénoncer la liquidation programmée de Khalifa Ababacar Sall et exiger sa libération immédiate, les Khalifistes de France manifesteront leur soutien sans faille à leur leader en organisant un rassemblement le samedi 27 avril 2019 à 14h00 à Château rouge, dans le 18eme arrondissement de Paris. Nous mènerons le combat jusqu’au bout pour faire comprendre à Macky Sall qu’intenter un procès politique à un adversaire, n’est pas digne d’un Président qui a bénéficié et hérité de la démocratie sénégalaise.

Les khalifistes de France

Taxawu Senegaal ak Khalifa Ababacar Sall de France s’insurge

Nous apprenons avec stupéfaction ce mardi 22 janvier 2019, l’arrestation de plusieurs jeunes, soutiens du candidat à l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février 2019, Khalifa Ababacar Sall.
Cette série d’arrestations est la nouvelle étape d’une succession d’actes de harcèlement à l’encontre de nombreux jeunes de l’opposition. En effet, deux jours avant, des soutiens de Karim Wade, un autre candidat à l’élection présidentielle, ont été cueillis manu militari sans aucun motif valable. Nous trouvons inadmissible, que dans un pays de droit, des jeunes innocents puissent être persécutés et arrêtés à leur domicile, sur leur lit en plein sommeil, qui plus est, en dehors des heures légales. Leur seul tort étant d’avoir manifesté leur opposition à un régime aux abois et un Président aux relents autoritaire et dictatorial.
L’abus du système judiciaire pour saper les droits des opposants dans notre pays est une violation grave de la Déclaration des droits de l’homme, qui stipule en son article 19 que «tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »
Face à ces entraves inacceptables, nous, soutiens de Khalifa Ababacar Sall en France, réclamons la libération immédiate et inconditionnelle de tous nos camarades arrêtés arbitrairement et leur assurons notre pleine et entière solidarité. Aussi, nous exigeons l’abandon de toutes les charges fausses et fabriquées contre eux.
Nous poursuivons notre combat pour la démocratie et la liberté d’expression au Sénégal et saisissons la communauté internationale pour le respect des libertés publiques, en particulier le droit de rassemblement et le droit de manifester que notre Président, Macky Sall devrait s’atteler à sauvegarder. Nous constatons avec amertume qu’en lieu et place il n’a de cesse de les torpiller.
Paris le 22 janvier 2019







Les khalifistes de France appellent à la résistance

AK KHALIFA ABABACAR SALL

APPEL À LA RESISTANCE NATIONALE
—————

La Coalition Taxawu Sénégal Ak Khalifa Ababacar Sall/France

– Lance un appel à toute la POPULATION sénégalaise à rentrer en résistance contre Macky Sall et son régime dictatorial afin de sauver notre république démocratique.

– Décide d’appuyer sans aucune réserve l’appel du C25 (Collectif des 25 Candidats à la candidature à l’élection présidentielle) et du FRN (Front de Résistance Nationale) pour la mise en place de Comités de Résistance dans les écoles collèges lycées, universités, toutes localités, bref sur l’ensemble du TERRITOIRE NATIONAL et la DIASPORA.

– Condamne avec la dernière énergie la mise à sac du Quartier Général de notre Candidat Khalifa Ababacar Sall et la répression aveugle de nos camarades qui s’y trouvaient par des forces de l’ordre à la solde du candidat Macky Sall.

– Exige la libération immédiate et sans condition de nos camarades kidnappés par le régime et tient le dictateur Macky Sall personnellement responsable de tout ce qui pourrait leur arriver.

– Exige la libération immédiate et sans condition de notre Leader Khalifa Ababacar Sall victime d’un complot politico – judiciaire pour l’écarter comme candidat à la prochaine élection présidentielle.

– Appelle toute la POPULATION sénégalaise à combattre avec fermeté et détermination Macky Sall afin de mettre un terme à la répression, aux intimidations, aux tripatouillages du processus électoral.

– Exige le rétablissement dans leurs droits de tous les candidats écartés par une Justice aux ordres, afin qu’ils puissent se présenter librement et démocratiquement à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

VIVE LA RÉSISTANCE NATIONAE
VIVE LE SÉNÉGAL DEBOUT

Fait à Paris, le 17 Janvier 2019

Lettre ouverte à l’ambassadeur de France (Collectif Regroupement familial Dakar)

Lettre Ouverte à S.E.M. Christophe Bigot,

Le Regroupement Familial en France une Procédure Logiquement Anormale.
Cette lettre est le parcours relativement détaillé du processus regroupement familial pour un
Sénégalais. Le regroupement familial qui consiste pour une ou un expatrié(e), le fait d’amener sa
famille en France à ses cotés dans un désir de vivre ensemble, chose normale comme toute famille
au monde aimerait le faire, en plus c’est un droit reconnu par l’État Français, mais qui est
aujourd’hui bafoué par les services du Visa de l’ambassade de France au Sénégal. Pourtant, le
regroupement familial n’est pas une chose facile, acquise à tous. Il obéit à des conditions difficiles et
drastiques et la plupart des expatriés qui veulent faire cette procédure sont restés en moyenne entre
8ans à 10ans en France, pays dans lequel une grande partie d’entre eux ont fait leur étude
supérieure avant de trouver un emploi.








En effet, pour le faire il faut au préalable, satisfaire aux conditions du contrat d’intégration
républicaine c’est à dire une bonne moralité, le respect des valeurs et principes de la république
Française. Ensuite, il faudra trouver un contrat de travail à durée indéterminée que vous occupez
pendant au minimum 12mois, avec un salaire suffisant pour subvenir à vos besoins mais aussi à
ceux de la famille à accueillir. Enfin, il faut un logement décent et approprié, capable d’accueillir
cette famille. Donc, tout cela constitue des facteurs à prendre en compte avant de s’engager dans
une procédure de regroupement familial. Ainsi, le dossier sera déposé au niveau de l’Ofii (l’Office
Français de l’Immigration et de l’Intégration) qui vérifiera qu’il est complet pour vous donner
une attestation de dépôt. L’Ofii à son tour, transmet le dossier à la mairie du lieu du demandeur de
regroupement familial, ensuite à la préfecture. Normalement, la procédure doit durer 06mois pour
avoir l’avis du préfet, malheureusement les services qui traitent ces dossiers n’ont pas assez de
personnels et le plus souvent un seul employé s’en occupe pour énormément de demandes donc c’est
le début des lenteurs allant d’un an ferme pour certains voire deux ans pour d’autres. Donc c’est
après un avis favorable, qu’il faut demander le visa pour la famille , malgré au préalable une attente
souvent très longue et sincèrement très pénible.

Maintenant, le plus dur se trouve au niveau de l’ambassade de France concernant cette demande de
visa, pour 03 séries de raisons .
Premièrement, l’ambassade nous dit dans ses procédures, qu’il a 02 fois quatre mois c’est à dire
08mois pour vérifier les états civils des demandeurs, mais ça n’a jamais posé un quelconque
problème si c’est sa politique de visa. Ce qui constitue un dommage réel et inexplicable pour les
demandeurs est le fait de confisquer les passeports pendant toute la procédure 08 mois
normalement, mais avec les lenteurs des fois jusqu’à 2 ans. A cela s’ajoute , le fait que même si
on a besoin du passeport car il n’est pas fabriqué uniquement pour aller en France, on nous vous
envois balader, chacun se dédouane de cette responsabilité entre l’ambassade et cette structure
insensée, appelée Vfs global. Ce dernier, qui n’est rien d’autre qu’une machine à se faire de l’argent
sur le dos des demandeurs de visas car jusqu’à présent personne ne peut apporter la moindre preuve
de son utilité. Les Sénégalais payent environ 15000 Fcfa à Vfs Global en plus des 65.000 Fcfa
déjà payés au service des visas, juste pour aller déposer un dossier à l’ambassade alors qu’on nous
vendait un service client extraordinaire, réactif aux sollicitations des demandeurs et enfin un
traitement très rapide des demandes. Les autorités Sénégalaises ont déjà été alertées et même sont
au courant de ces pratiques depuis longtemps, mais ne veulent rien faire arguant l’indépendance de
l’ambassade. Imaginons si l’ambassade du Sénégal à PARIS gardait les passeports d’une
cinquantaine de Français pendant 08mois, les autorités Françaises ne le permettraient pas sûrement
car inacceptables pour elles. Aujourd’hui, la version donnée dit on, par les services du visa de
l’ambassade est le manque d’organisation des services d’états civils dans les mairies au Sénégal, qui
tardent très souvent à répondre aux sollicitations de l’ambassade. Mais cet alibi n’est pas fondé dans
tous les cas de dossiers présentés, car dans les mairies des capitales régionales ces demandes ne
sont pas négligées au moins il y a un service dédié très souvent(ou l’officier d’état civil s’en charge),
qui les traite assez rapidement car pour les mairies c’est très important. Donc la question est de
savoir pourquoi ces lenteurs concernent tous les dossiers alors? Et même ceux de Dakar. Nous
exigeons donc un droit à l’information.

Deuxièmement, aucun des demandeurs de regroupement familial n’a exigé, une délivrance
automatique et par la force de visa à sa famille, on a accepté tous, que c’est du ressort de
l’ambassade et qu’il y a une procédure bien établie et à respecter , mais l’ambassade ne doit pas être
le premier à la violer et à ne pas la respecter. En plus, le minimum de droit pour quelqu’un qui a
payé déjà pour un service et après des mois d’attentes, c’est le droit à l’information. Aujourd’hui,
l’ambassade de France ne donne aucun rendez vous pour vérifier l’état d’avancement des dossiers,
ne répond à aucun appel, émail, courriers ou lettres recommandées. Également, cette structure
appelée Vfs Global n’est même pas en mesure de nous fournir une quelconque réponse alors qu’on
peut passer plus de 15mn(temps d’attente payé) sur leur ligne. Cette situation ne saurait se tolérer
dans aucun état de droit ou les autorités respectent les citoyens. Pourquoi nous Sénégalais on doit
subir tout cela sans aucune réaction des autorités?.Aucun Français accepterait de subir autant de
manque de respect et de mépris.








Troisièmement, le mari ou la femme qui demande le regroupement, vit en France dans une situation
totalement stationnaire. Non seulement, on ne peut pas quitter la ville ou on a déposé le
regroupement car le logement pour accueillir la famille s’y trouve mais aussi on ne pourrait pas
répondre à des opportunités professionnelles immédiates dans d’autres villes ou région de la France.
Également, on ne pourrait pas faire des prévisions sur qu’elle période la famille sera en France en
cas d’obtention de visa alors que les enfants doivent aller à l’école s’il y en a. Enfin, les demandeurs
vivent dans un calvaire et un dilemme très profonds car le fait de changer un des éléments de la
situation de départ pourrait rendre toute la procédure caduque.
En définitive, tous ces faits ont été relatés et n’ont pas pour but de salir l’image de la France ou
l’ambassade de France mais pour montrer notre désarroi, notre souffrance et notre grande faiblesse
face à une telle situation qui perdure d’année en année et qu’on arrive pas à comprendre jusqu’à
présent le pourquoi?. Aussi, ces faits ont été relatés pour informer qui de droit car on demande rien
d’autre, seulement vivre en famille et profiter de la vie comme tout être humain.

Collectif Regroupement Familial Dakar

Les khalisfistes de France reviennent sur la décision de l’UIP

Khalifistes de France

Paris le 24 Octobre 2018

Ce 18 octobre 2018, le Conseil directeur de l’Union interparlementaire (UIP) à sa 203ème session tenue à Genève a disculpé Khalifa Ababacar Sall et confirmé ce que nous, ses soutiens en France dénonçons depuis le 7 mars 2017: une cabale politico-judiciaire sans précédent.
Après la Cour de justice de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), après Amnesty International, c’est encore une organisation internationale oeuvrant à la protection et à l’édification de la démocratie qui signale qu’il y a bel et bien des irrégularités dans la procédure initiée contre l’élu.
Rappelons que Khalifa Ababacar Sall, en prison depuis mars 2017 et condamné en première instance à 5 ans de prison avait saisi la Cour de justice de la Cedeao en décembre dernier, car il estimait, à juste raison, que ses droits n’avaient pas été respectés durant la procédure. La Cour de la Cedeao a rendu son verdict le vendredi 29 juin 2018 à Abuja. Un verdict qui condamne sévèrement l’État du Sénégal. Elle estime que M. Sall n’a pas eu accès, comme l’impose la loi sénégalaise, à un avocat dès le début de la procédure judiciaire et que le droit à la présomption d’innocence n’a pas non plus été respecté. Plus grave, elle estime que le procès n’a pas été équitable. M. Sall a été élu député en août 2017, les résultats annoncés officiellement le 14. Entre cette date et la levée de son immunité parlementaire le 25 novembre 2017, la cour considère que sa détention a été totalement arbitraire.
Plus récemment, Amnesty International dans son rapport sur l’examen périodique universel des Nations unies, juge inéquitable un certain nombre de procès au Sénégal, dont celui du Député.
En sus, une autre organisation d’Etats souverains (UIP) est venue corroborer ce qui devient une évidence. Cette institution qui réunit les parlements nationaux des quatre coins du monde est composée de 178 Parlements membres et 12 Membres associés. Elle travaille en étroite collaboration avec l’Organisation des Nations Unies et vise à renforcer les piliers fondamentaux de la démocratie, qui sont les droits de l’homme, l’égalité et l’état de droit. C’est donc dans ses prérogatives que l’UIP considère, que les conclusions de la CEDEAO, à savoir le non-respect du principe de présomption d’innocence étant donné que le contenu des enquêtes menées a été rendu public, le caractère arbitraire de la détention de M. Sall dès lors qu’étant élu il jouissait de l’immunité parlementaire et le rejet sans examen sur le fond des différents recours qu’il a introduits auprès du juge d’instruction, confirment en très grande partie les allégations du plaignant selon lesquelles la procédure entamée contre M. Sall était entachée de sérieux vices.
L’IUP note, à l’avenant, avec préoccupation que ces irrégularités judiciaires s’expliquent par le caractère politique du dossier car selon le plaignant, M. Sall fait l’objet de poursuites politiquement motivées dans la mesure où les allégations de corruption ont été formulées à quelques mois des élections législatives en juillet 2017 et après que M. Sall avait annoncé son intention de s’y présenter ; que ces poursuites ont également pour but d’invalider la candidature de M. Sall aux prochaines élections présidentielles prévues pour février 2019, candidature qu’il a officialisée depuis sa cellule ; que son opposition à la révision constitutionnelle engagée par le président a également été un facteur motivant les poursuites à son encontre.
Nul besoin de convoquer le ban et l’arrière ban pour constater que toutes les juridictions internationales dénonce l’acharnement que subit Khalifa Ababcar Sall. Sa détention arbitraire, ses droits piétinés depuis le début démontrent à suffisance que si le droit est dit, la Cour de Cassation ne peut en aucun cas confirmer un verdict découlant d’un procès prétendument basé sur le principe de conformité au droit.

La fédération de France du PDS promet le calvaire à Madické Niang

PARTI DÉMOCRATIQUE SÉNÉGALAIS

FÉDÉRATION DE FRANCE

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

La fédération du Parti Démocratique Sénégalais de France s’est réunie à Paris à l’effet de faire un bilan sur la collecte des parrainages de notre candidat Karim Wade.

Les militants et militantes de France ont à l’unanimité renouvelé leur loyauté indéfectible au frère Secrétaire Général National Maître Abdoulaye Wade et leur engagement sans faille à porter Karim Wade à la magistrature suprême en 2019.

La fédération du Parti Démocratique Sénégalais de France exprime solennellement son accord et son soutien au Secrétaire Général National qui a pris la décision de démettre Madicke Niang de ses fonctions de président du groupe parlementaire Liberté et démocratie.

Soucieuse de la discipline au sein du parti et résolue à faire respecter les textes et l’autorité du frère Secrétaire Général National Maître Abdoulaye Wade, la fédération du Parti Démocratique Sénégalais de France demande au nouveau président de notre groupe parlementaire à faire constater la démission de Madicke Niang du parti démocratique sénégalais et d’en tirer toutes les conséquences.

La fédération du Parti Démocratique Sénégalais de France rappelle à l’opinion nationale que Madicke Niang connaîtra dorénavant le même traitement que Macky Sall durant ses séjours en France.

La fédération PDS/France est persuadée que Madicke Niang est manipulé et travaille exclusivement pour la candidature de Macky Sall.

Par ailleurs, la fédération lance un appel aux militants et responsables du parti à accentuer le travail de terrain pour une large adhésion à la candidature de Karim Wade, seul espoir du peuple sénégalais.

Nous demandons également au parti de maintenir le combat politique pour mieux prendre en charge les préoccupations des Sénégalais qui sont plongés par le régime de Macky Sall dans un coma économi-social sans précédent.








Vive le Sénégal

Vive un PDS fort et conquérant

Vive Maître Abdoulaye Wade

Pour la fédération PDS France,

Ibrahima Diop,

Chargé de la communication

Et Porte parole.

 

Les ABCdaires de France magnifient la rencontre de ABC avec les Sénégalais de Rhône Alpes et de la Loire

YERIMPOST.COM Ci-dessous leur communiqué…

Le Médiateur de la République Maître Alioune Badara  CISSE  s’est encore une fois de plus illustré à Lyon où il a été convié à animer une table ronde sur le thème « Les droits des Sénégalais de la Diaspora : Quels enjeux pour le Médiateur de la République ».

Cette rencontre qui a eu lieu à la maison « SOPE » (collectif qui regroupe plus d’une dizaine d’associations) dont nous remercions le Président Monsieur Doudou SY, Abdoulaye DIAO et Ibrahima SOW ainsi que tous les membres du bureau de l’association, a vu une forte participation des sénégalais de Lyon ainsi que des autorités consulaires.

Le Médiateur de la République, à l’entame de ses propos a permis à l’assistance de connaitre l’institution de la Médiature en rappelant les missions et le rôle du Médiateur de la République tel que le prévoit la loi n°91-14 du 11 février 1991 instituant un médiateur de la république abrogée par la loi n° 99-04 du 29 Janvier 1999. Il a également rappelé la protection des nouveaux droits, son pouvoir d’auto-saisine qui lui permet d’apaiser le climat social dans bons nombres de situations,  la facilité de la saisine par la suppression de la saisine préalable de l’organisme en cause.





De part son statut d’ancien Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, de Président de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’UEMOA(AMP-UEMOA), et siégeant au Conseil d’Administration de l’Association des Ombudsman et Médiateurs Africains (AOMA), de membre du Comité Directeur de l’International Ombudsman Institute (I.O.I), il a apporté des réponses à des questions géopolitiques, apaiser certaines relations locales avec les autorités, non sans insister que les Sénégalais de la Diaspora disposent des mêmes droits que ceux vivant sur le territoire national.

 

Une fois n’étant pas coutume, à la suite d’échanges de très haute facture avec  le public, Maitre Alioune Badara CISSE a tenu son monde en haleine et comme à son habitude a fait honneur à l’assistance de par son accessibilité et sa connaissance parfaite de l’Etat dans son ensemble. Cette riche table ronde s’est clôturée  par la remise du macaron de la Médiature à son Excellence Monsieur Alioune DIOP Consul général du Sénégal à Lyon et Monsieur Doudou SY Président de « SOPE ». La rencontre qui devait prendre fin à 19h s’est poursuivie jusqu’à 21h30  avec des entretiens individuels à la demande des citoyens.

Ainsi, prolongeant son séjour, le Médiateur de la République qui réside à Saint-Etienne est revenu le dimanche à Lyon pour répondre à l’invitation de familles sénégalaises, de parents et d’amis.

Pour la Convention Nationale des Abcdaires de France

La Cellule Communication

Fait à Paris, le lundi 13 Août 2018



Réponse salée de la Convention des ABCdaires de France à Abdou Karim Sall

« Le courage, c’est de chercher la vérité et  de la dire, c’est de ne point subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques » (Jaurès)




Quand monsieur Abdou Karim Sall omet sciemment de dire que le Médiateur de la République a effectué une tournée dans les régions de Kaolack, Kaffrine et Fatick tout récemment , après Louga – Saint Louis – Matam – Tamba – Kédougou – Kolda – Sédhiou – Ziguinchor où ce dernier a mis en place des plateformes de médiation de proximité, où il a parlé de sécurité, d’infrastructures scolaires, de   préférence nationale dans la consommation…, et retenir que les doléances transmises par les fatickois qui n’en demeurent pas moins des sénégalais, il est invraisemblable que cela relève d’une volonté manifeste de manipuler.

Pour Rappel, lors de la cérémonie de réception de la légion d’honneur, décernée depuis 2012, le Médiateur de la République a affirmé avec vigueur « qu’il n’est et ne sera l’affidé de personne ». Maitre Alioune Badara CISSE constant il fût, constant il est et constant il sera, ne vous en déplaise !

Nous nous rendons compte  à notre plus grand regret que les habitués des faits n’étant plus crédibles encore moins audibles, on envoie à la charge de nouvelles pontes pour apporter une Réplique au Médiateur de la République. Eh oui la campagne de séduction doit avoir lieu, il semblerait que vous voulez être porté à la tête de la CCR Nationale, nous vous souhaitons une bonne campagne.

Cependant, monsieur  Abdou Karim Sall n’êtes-vous  pas le premier à avoir quitté l’Apr pour y revenir toute honte bue alors que votre vaillant de frère Abdoulaye Sally Sall la référence de Boynadji sortait ragaillardi de plusieurs jours de garde à vue au Commissariat Central de Dakar en préparation du terrain pour alpaguer Macky Sall.

Alors, monsieur Sall, pour vous la Reconnaissance serait de recueillir des doléances d’administrés et de ne point en faire état ? Selon vous la fiabilité serait de dire AMEN et rajouter une bonne couche bien épaisse que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Quand comprendriez-vous une bonne fois pour toute que Maitre Alioune Badara CISSE est libre et indépendant quelque soit l’interlocuteur ?  Ainsi cela vous permettrait de concentrer votre énergie dans votre campagne de séduction.

Au passage nous vous remercions  de lui reconnaitre ce que beaucoup lui conteste.

Nous vous pensions beaucoup plus conséquent mais force est de constater à notre plus grand regret que vous êtes également dans la cour de récréation pour faire une attaque ad hominem et un parallélisme par rapport à Saint-Louis, Abc n’est ni Maire de Saint-Louis encore moins Président de la République. Il n’est en rien responsable de l’indifférence de votre chef de Président de la République et chef de votre parti qui observe en bon lion qui dort le naufrage de la Langue de Barbarie…




Dans cet exercice où nous pouvons vous rejoindre aisément, Monsieur Sall êtes-vous au courant que Pikine a soif ? Qu’en est-il de la Commune de Orkodiere,  y’a-t-il un Lycée, et cette route dégradée où le chômage est plus qu’endémique, on en parle ? Qui vous connaissait avant 2012, monsieur Sall?

Cessez vos « Niaiseries » et travaillez pour rectifier le tir, c’est cela qu’attendent les sénégalais !

Vous êtes toujours éblouis par la vérité jusqu’à en dénaturer votre vision, nous vous conseillons fortement de vous ressaisir et si la République est indisposée êtes-vous la voix autorisée pour le dire?

Fait à Paris, le 18 juillet 2018

La Cellule communication

Pour la Convention Nationale des ABCdaires de FRANCE

 

Les khalifistes de France ont célébré ce 23 juin

YERIMPOST.COM Les khalifistes de France ont célébré l’anniversaire des événements du 23 juin, ce samedi 23 juin 2018 à Paris. Cette manifestation s’est tenue dans le 18ème arrondissement de Paris, en collaboration avec les partis politiques de l’opposition.




La fédération de France du PDS attaque violemment Macky Sall

Macky Sall et son régime mafieux et dictatorial, ont depuis leur accession  à la magistrature suprême entrepris un processus d’humiliation et de liquidation politique du président Abdoulaye Wade et de sa famille.

Cette bassesse politique dont le seul objectif est d’éliminer le frère Karim Wade à la course présidentielle en 2019, est portée par une justice aux ordres de Macky Sall dont l’obsession pour un deuxième mandat impossible a fini de saper les fondements historiques de notre démocratie et de l’état de droit.



Face à cette situation inacceptable, la fédération du parti démocratique sénégalais de France demande à la direction du PDS de prendre et sans attendre, toutes les mesures nécessaires pour faire face à la dictature ambiante au Sénégal.

En décidant de confisquer, l’emblématique maison de la famille Wade, sous le fallacieux prétexte de l’exécution d’une décision de justice, le régime de Macky Sall est entrain de parapher son entreprise de liquidation d’une famille qui lui a rendu pourtant toute sa dignité humaine.

Dés lors, la fédération du parti démocratique sénégalais de France demande solennellement d’abord à tous les jeunes du parti à mener toutes les actions nécessaires pour que cette maison emblématique de notre frère Secrétaire Général National, symbole de l’état de droit et de la démocratie, ne soit versée dans le patrimoine de la dynastie Faye-Sall.

La fédération PDS/France lance ensuite un appel à l’opinion nationale et internationale sur la volonté manifeste de Macky Sall de transformer la maison historique de Maître Abdoulaye Wade en un futur siège de la fondation se servir du Sénégal de sa femme Mariéme Faye.





Cette tentative politicienne et haineuse sera lourde de conséquences car il faudra marcher sur les cadavres de millions de Sénégalais avant de confisquer cette maison qui s’apparente à un patrimoine national, témoin de l’histoire glorieuse de notre République.

Macky Sall doit comprendre que ce n’est pas en volant,  trichant, tuant, fraudant, intimidant ,menaçant, emprisonnant que l’on reste au pouvoir. Celui-ci ne s’obtient que par la seule volonté des Sénégalais.

Dés lors, la fédération du parti démocratique sénégalais de France est d’avis qu’à leur des adversités infinies,les matrices morales du jeu politique doivent être définitivement rompues.



De ce fait, la fédération invite toutes les structures du parti et l’ensemble des mouvements de soutien à entreprendre dans les meilleurs délais une occupation continue de tous les bâtiments officiels de l’État et l’organisation d’actions politiques significatives pour faire face à cette tentative d’humiliation qui est en branle depuis l’annonce du retour de notre candidat le frère Karim Wade.

La fédération renouvelle ses sentiments militants et fraternels à Maître Abdoulaye Wade et réaffirme son engagement indéfectible à porter le frère Karim Wade à la magistrature suprême en 2019 pour un Sénégal prospère.

 

Vive le Sénégal,

Vive Maitre Abdoulaye Wade,

Vive un PDS fort et conquérant.

Pour la fédération,

Ibrahima Diop,

Chargé de la Communication,

Porte Parole .

 

 

Les Abcdaires de France démontent la réponse de Mahmoud Saleh à l’édito de Cheikh Yérim Seck

« S’il vous plaît », dites-vous, Monsieur Saleh ?

Le griot Farba Ngom n’ayant pas été à la hauteur, vous voilà donc à nouveau revêtu  de votre plus beau costume qui vous va à ravir « être faucon » en  attaquant comme vous le dites votre « ami et frère », Monsieur Alioune Badara CISSE. Quelle conception décevante et  biaisée avez-vous de l’amitié et de  la fraternité !

A vous lire Monsieur Saleh, les autres camarades que Monsieur Cheikh  Yérim  Seck a cités ne seraient pas problématiques, mais nous donnons  notre  langue au chat que  dans la mesure où ABC y  est nommé, vous jugez opportun de le porter au pilori, comme à l’accoutumée est-on tenté de dire.




Sauf que quand l’Apr se créait vous n’en faisiez pas partie, quelle légitimité avez-vous pour « discutailler » de l’appellation retenue ? Votre mémoire vous fait-elle défaut, ou seriez-vous amnésique? Qu’il vous en déplaise Abc est urbi et orbi l’un des géniteurs de l’Apr.

 Par élégance Abc ne « revendique » rien car il se suffit à ce qu’il est, avec dignité et courage! Monsieur Saleh pourquoi vous vous tuez à nier les évidences, pourquoi autant de velléités,  pourquoi autant de rancœur contre ABC?

Par élégance, Alioune Badara CISSE ne vous a jamais rejoint  dans la mare aux crocodiles que vous pilotez pour être dans les grâces du chef. De grâce vous avez tout essayé allant même jusqu’à la calomnie, et là encore par élégance ABC est resté Stoïque.

Par élégance, il garde le silence, force est de constater que n’est pas élégant qui veut, n’est pas travailleur qui veut, encore moins n’est pas digne qui veut.

Comme vous l’a si bien dit ABC en 2013 « la bave du crapaud n’atteindra jamais la blanche colombe ». Monsieur Saleh il est encore temps pour vous de vous repentir, pour vous départir de la couardise, la lâcheté, la manipulation et l’hypocrisie.

De grâce, nous retenons avec vous que lorsque « la mémoire va chercher du bois mort, elle rapporte le fagot qui lui plait »

Pour la Convention Nationale des Abcdaires de France

La Cellule Communication

Fait à Paris, le jeudi 26 avril 2018

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR